Afa

Afa
L'église paroissiale.
L'église paroissiale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Canton Gravona-Prunelli
Intercommunalité Pays Ajaccien
Maire
Mandat
Ange-Pascal Miniconi
2014-2020
Code postal 20167
Code commune 2A001
Démographie
Gentilé Afayens et Afayennes
Population
municipale
3 090 hab. (2015 en augmentation de 8,69 % par rapport à 2010)
Densité 261 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 59′ 05″ nord, 8° 47′ 47″ est
Altitude 110 m
Min. 36 m
Max. 682 m
Superficie 11,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Afa

Géolocalisation sur la carte : Corse-du-Sud

Voir sur la carte topographique de Corse-du-Sud
City locator 14.svg
Afa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Afa

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Afa
Liens
Site web www.mairie-afa.com

Afa est une commune française, située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse.

Géographie

Afa est un village de l'agglomération ajaccienne, située dans la basse vallée de la Gravona. Il appartient à la microrégion de la Mezzana.

Relief

Le Rocher des Gozzi.

Le territoire de la commune s'étend sur le versant méridional de la Punta Pastinaca (814 m - Appietto), depuis le remarquable Rocher des Gozzi (708 mètres) au sud, « à cheval » sur les deux communes.

Son territoire, tout en plaine dès le pied de l'abrupt Rocher des Gozzi, point culminant de la commune, est bien arrosé avec :

  • le ruisseau de Calancone qui prend sa source à la Punta Pastinaca ;
  • le ruisseau de Mandriolo qui nait à la Punta Pastinacale et délimite au nord-est Afa avec Sarrola-Carcopino ;
  • le ruisseau de Stagnolo qui prend sa source au flanc sud du Rocher et qui est alimenté par le ruisseau d'Afa.

Le canal de la Gravona qui alimente en eau la ville d'Ajaccio, traverse le sud de son territoire, au nord de la zone industrielle de Baleone. À l'entrée de Mezzavia, un aqueduc enjambe le ruisseau de Verdana alimenté par les eaux du Stagnolu, ainsi que la route D 81 à 200 m au nord de sa jonction avec la RN 194.

Habitat

Outre le village-centre, la ville d'Afa compte de nombreux hameaux : Piscia Rossa, Pastriccialone, une partie de Baleone...

Afa-centre

Afa est composé d'un noyau central, le village, avec de nombreux lotissements autour, le plus important étant Ogliastrone.

La mairie d'Afa a été restaurée il y a six ans. Au centre-ville figure une belle église qui a environ une centaine d'années.

D'Afa on aperçoit le Monte Gozzi, rocher mythique haut de 708 mètres.

Piscia Rossa

Piscia Rossa se situe au nord-est de la commune, au pied occidental du Monte Gozzi. De nos jours, le hameau s'étend sur la commune voisine d'Appietto.

Pastriccialone

U Pastriccialone est un petit hameau situé au nord-est de la commune, au S-SE du Rocher des Gozzi. S'y trouve l'église paroissiale Saint-Antoine-de-Padoue.

Baleone

Seule la partie nord de Baleone qui est une zone industrielle, appartient à la commune d'Afa.

Accès

Afa se situe à une douzaine de kilomètres à l'est d'Ajaccio par la route nationale 194.

La route départementale D 161 traverse le village d'Afa, ouvrant deux entrées à la ville : celle de Baleone et celle de la commune d'Alata sur la route de Mezzavia. À Ogliastrone se situe la jonction de la D 161 avec la D 5, la route qui relie Afa à la plaine de Peri.

Communes limitrophes

Toponymie

Histoire

Temps modernes

Au XVIe siècle, le territoire actuel d'Afa qui n'existait pas, se trouvait dans la pieve de La Mezana, une pieve peuplée d'environ 650 habitants vers 1520 et dont les lieux habités s'appelaient : Sarla, Carcopino, la Punta, Londella, lo Cazille, lo Pogiale, Opapu.

La Mezana, devenue ensuite la pieve de Mezzana, était entourée de :

  • la pieve d'Aiacio, peuplée d'environ 500 habitants vers 1520, dont les lieux habités avaient alors pour nom : Villanova, lo Linare, lo Pogio, Petra, Pozo di Borgo, Aiacio, l’Aia di Joani, li Montichi, Lata ;
  • la pieve de Carceri ou Celavo. Le Celavo comptait environ 1 000 habitants vers 1520 et avait pour lieux habités : li Peri, lo Poggio, l’Ulmo, la Salasca, Cortiggiato, Cottoli, Carbuggia, Aogiani, lo Taxo, la Marinchia, Cavalli, Sant’Antonio, lo Poggio di Canivagia, lo Busso, lo Canavagia, Tavera, lo Canipalde, li Muraschi, li Corsachi, li Quercioli, lo Pè di Bocogani, Villanova, le Celle, Tavaco, Vero ;
  • la pieve de Cauro devenue plus tard Sampiero, 500 habitants vers 1520, avec pour lieux habités : Bastelica, le Dominicaggie, le Emportagie, la Statione, le Follagie, la Valle, Santo, la Castellagie le Vassellagie, Cauro, Ecosa, la Suarella, la Casavecchia, lo Poggio, Tola, Ocana, lo Piglio, Chena, la Salvolaggia, Zizoli, Frasso ;
  • la pieve de Ginerca (ou Cinerca) 3 000 habitants et comportant les lieux habités : Calcatojo, Sant’Andria, le Canelle, Sari, Casagiuni, Ambiegni, Lopigna, Airo[1].

Au début du XVIIIe siècle, Afa se situait dans la pieve de Mezzana laquelle devient en 1789, le canton de Sarrola-Carcopino.

À l'origine le village d'Afa était un hameau de la commune de Bocognano. En 1851 Afa devient une municipalité du canton de Sarrola-Carcopino dans le département de Corse.

La commune d'Afa fut créée grâce à l'abandon de terres de Sarrola et de Valle-di-Mezzana (I Vaddi di Mezana). Le premier maire d'Afa s'appelait Carlo Calvelli et fut élu de 1852 jusqu'à sa mort en 1858, à l'âge de 48 ans. Le village était peuplée par les bergers de Bocognano en période d'estive, lors de la transhumance des brebis. Cela explique l'origine bocognanaise des anciennes familles d'Afa. L'été, beaucoup d'Afaiens se retrouvent au village de Bocognano.

Création de la commune

C'est à la suite du rapport fait par M. Pongérard, lors de la séance à l'Assemblée nationale du 25 juillet 1850, qu'a été créée la commune d'Afa[2].

« Messieurs, les communes de Valle-di-Mezzana et de Bocognano, arrondissement d'Ajaccio, département de la Corse, possèdent deux portions de territoire Qui, non seulement sont a L'etat d'enclaves, mais encore la distance se trouvent séparées de leur une Commune nominale respective de Six Lieues. Comme CES Deux enclaves Sont contiguës et Ensemble Présentent Une superficie de 1,2 hectare, la, avec trois groupes d'habitations, et Une population d'environ 350 âmes; IL a paru convenable d 'fr ex - Une commune distincte sous le nom d' AFFA.

Les habitants des terrains Enclavés se sont joints aux Conseils Municipaux de la Commune Pour leur Demander le Maintien de l'état actuel des choses. Les plus Les principes administratifs et les règlements sur le cadastre commandant La suppression des enclaves de CES, il faut, nécessairement, ou de l'UE distincte Une ancienne commune, ou les réunir, COMME ON L'A Proposée Dans le cours de l'instruction à la commune de Sarrola. La Première DE CES Mesures Sérums c'est évidemment plus avantageuse aux habitants, du moins l'avis des Autorités administratives et des conseils Electifs d'arrondissement et de département. 11 Leur paru Une certaine que l'établissement d'un centre administratif au milieu de populations nomades aujourd'hui, modifierait Leurs habitudes, les amènerait à Perfectionner leur Agriculture et Industrie, AINSI deviendrait et pour elles une source de bien-être et de Prospérité.

Bocognano et Valle-Mezzana Qui, dans tous les cas, territoires DOIVENT perdre CES, n'en conserveront pas moins les éléments d'organisation municipale Forte Une. N'a Que L'Opération Quelque importance même pour Bocognano, Qui Administré l'enclave de 1100 hectares destiné à l'ancienne presque entièrement le territoire de la commune projetée. Il lui restera neanmoins une étendue territoriale de plus de 5.000 hectares, et une population au-dessus de 2000 habitants. Quant à Valle-Mezzana, elle ne devra que céder 115 hectares sans habitants.

La formation de la nouvelle commune d' Affa devra modificateur de la circonscription du canton dont Bocognano cheflieu EST LE. Les Autorités administratives, Ainsi que M. le Ministre de la justice, SONT, EN EFFET, D'Avis Qu'elle Soit attribuée au canton de Sarrola-Carcopino. Les plus N'est Affa ni assez vaste, peuple assez Ni pour la que la distraction de Son territoire Fasse subir au canton de Bocognano Une perte sensible. »

Époque contemporaine

1954 : le canton d'Ajaccio est composé avec les communes de Afa, Ajaccio, Alata, Appietto, Bastelicaccia et Villanova.

1975 : avec le partage de l'île en deux départements, Afa passe dans le département de la Corse-du-Sud.

Politique et administration

Tendances politiques et résultats

Le résultat de l'élection présidentielle de 2012 dans cette commune est le suivant[3] :

Candidat Premier tour Second tour
Voix % Voix %
Eva Joly (EÉLV) 32 1,79
Marine Le Pen (FN) 500 28,03
Nicolas Sarkozy (UMP) 371 20,80 783 45,08
Jean-Luc Mélenchon (FG) 161 9,02
Philippe Poutou (NPA) 15 0,84
Nathalie Arthaud (LO) 3 0,17
Jacques Cheminade (SP) 5 0,28
François Bayrou (MoDem) 87 4,88
Nicolas Dupont-Aignan (DLR) 23 1,29
François Hollande (PS) 587 32,90 954 54,92
Inscrits 2263 100,00 2263 100,00
Abstentions 444 19,62 420 18,56
Votants 1819 80,38 1843 81,44
Blancs et nuls 35 1,92 106 5,75
Exprimés 1784 98,08 1737 94,25

Liste des maires

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 2000† Félix Luciani    
2001 en cours Ange-Pascal Miniconi[4] CSD Retraité de l'enseignement, réélu en 2008 et 2014

Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2015, la commune comptait 3 090 habitants[Note 1], en augmentation de 8,69 % par rapport à 2010 (France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
478 749 914 964 1 032 1 053 1 072 1 060 908
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
733 786 721 709 758 787 824 607 610
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
435 474 667 1 102 1 726 2 055 2 513 2 843 3 090
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

Afa possède :

  • une école primaire et une école maternelle publiques, avec une cantine à Murone. Il y a sept classes au primaire et deux classes pour l'école maternelle, pour environ deux cents élèves. L'école d'Afa a été inaugurée en 1988 par Lionel Jospin qui était à l'époque ministre de l'Éducation nationale ;
  • une école primaire publique à Piscia Rossa.

Le collège d'enseignement secondaire le plus proche est celui de Baleone (Sarrola-Carcopino), situé à moins de 3 km du village, et le lycée le plus proche est le lycée-collège Saint-Paul à Ajaccio, à moins de 7 km.

Santé

La ville possède aussi une pharmacie, un dentiste et un service médical composé d'infirmières et de médecins qui sont installés dans un bloc médical qui date de 8 ans environ.

Sports

Football

L'Afa Football Association (AFA) est née de la fusion entre l'USCA et l'ARC le 18 juin 1998 (220 licenciés à sa création). À ce jour, elle est présidée par François Faggianelli, qui occupe ce poste depuis juin 2000.

Elle compte 400 licenciés[9].

Lieux et monuments

Patrimoine sacré

  • Église paroissiale Saint-Antoine-de-Padoue

Dans cette église se trouve un tableau du XVIIe siècle, une peinture sur toile restaurée, présentant une scène (femme, en pied : mendicité, enfant, homme : béquille), classée Monument historique[10].

Patrimoine civil

  • Le monument aux morts devant la mairie, réalisé par Noël Bonardi, un sculpteur natif d'Afa dont on retrouve les statues un peu partout en Corse et dont l'atelier est installé à Afa.

Personnalités liées à la commune

Voir aussi

Liens externes

  • Afa sur le site de l'Insee

Notes et références

Notes

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références

  1. A-D Monti CORSE : Éléments pour un dictionnaire des noms propres - ADECEC Cervione
  2. Rapport fait, au nom de la 22e Commission des intérêts locaux, sur le projet de loi tendant à ériger en commune, sous le nom d'Affa, deux sections distraites à cet effet des communes de Valle-Mezzana et de Bocognano (Corse), par M. Pongérard... séance du 25 juillet 1850 - Imprimerie de l'Assemblée nationale, 1851
  3. Ministère de l'Intérieur - Corse-du-Sud (Corse), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Afa » (consulté le 8 janvier 2015)
  4. Site de la préfecture corse-identité du maire de la commune
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  9. Afa football association, « afa-football-association » (consulté le 26 mars 2011)
  10. Notice no PM2A000250, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. Stéphane Durand-Souffland, « Pascal Garbarini, du maquis à Paris », sur lefigaro.fr, .