Adolphe Landry

Adolphe Landry
Illustration.
Adolphe Landry, député de la Corse (1917).
Fonctions
Député 1910-1930
puis 1936-1940
puis 1945-1946
Sénateur (1930)
puis 1945-1956
Gouvernement IIIe République-IVe République
Groupe politique URRRS (1914-1919)
ARS (1919-1924)
GRD (1924-1928)
GR (1928-1930)
GD (1930)
RRRS (1936-1946)
GD (1946-1956)
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 81 ans)
Résidence Corse

Adolphe Landry, né le à Ajaccio et mort le à Paris, est un économiste et homme politique français.

Biographie

Fils de Timothée Landry (1841-1912) et d'Augustine Meuron, dite Lasthénie (1844-1926). En 1897, il épouse Lucie Thuillier (1877-1956) avec qui il aura 3 enfants :

  • Hélène (née en 1898 et décédée en 1962), marié au ministre et avocat César Campinchi, elle deviendra aussi une brillante avocate[1],
  • Letizia (née en 1900),
  • Jean-Paul (né en 1901).

Sa nièce épousa l'académicien Jean Bernard.

Normalien, attiré par les idées socialistes, député (de 1910 à 1932, de 1936 à 1940 et de 1945 à 1946), président du groupe de l'Union républicaine radicale et radicale-socialiste à la Chambre des députés de 1914 à 1919, ou sénateur (en 1930 et de 1946 à 1956) radical de la Corse, maire de Calvi, il défend ardemment les idées natalistes et la cause des familles. Plusieurs fois ministre sous la Troisième République, il généralise les allocations familiales en 1931 et inspire le Code de la famille de 1939.

Économiste, il avait posé en 1901 le problème du « quantum de capitalisation » nécessaire à une création de richesses conforme à l'intérêt social. Cependant, c'est surtout par son œuvre démographique (il est un des inspirateurs d'Alfred Sauvy et de la théorie de la transition démographique) qu'il est aujourd'hui reconnu.

Fonctions ministérielles

  • Ministre de la Marine dans les cabinets Millerand I et II et Leygues du 20 janvier 1920 au 16 janvier 1921
  • Ministre de l'Instruction publique, des Beaux-Arts et de l'Enseignement technique dans le cabinet François-Marsal du 9 au 13 juin 1924.
  • Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale dans les cabinets Laval I, II et III du 27 janvier 1931 au 19 février 1932.

Publications

  • L'utilité sociale de la propriété individuelle. Étude d'économie politique. Paris, Georges Bellais, 1901. Dans sa thèse publiée en 1901, il s'était attaché à l'analyse des déperditions de richesse qui résultent pour la société du régime de propriété individuelle, en contradiction par conséquent avec l'intérêt général.
  • La responsabilité pénale, Paris, Félix Alcan, coll. « Bibliothèque de philosophie contemporaine », 1902.
  • L'intérêt du capital. Paris, Ciard et Brière 1904. Bibliothèque Internationale d’Économie Politique.
  • Manuel d'économique. À l'usage des facultés de droit. Paris, V. Giard et E. Brière, 1908.
  • Notes critiques sur le Nicole Oresme de M. Bridrey, Paris, Champion, 1909
  • Essai économique sur les mutations dans l'ancienne France de Philippe le Bel à Charles VII. Paris, Honoré Champion, 1910. Publication de la Bibliothèque de l'École des Hautes Études.
  • Le Crédit industriel et commercial. Dunod & Pinat, Éditeurs, 1914. Encyclopédie parlementaire des sciences politiques et sociales.
  • La politique commerciale de la France. Sirey, 1934. Publications de l'Institut universitaire de hautes études internationales de Genève
  • La Théorie de l'intérêt d'après Irving Fisher. Sirey, 1934.
  • La révolution démographique. Études et essais sur les problèmes de la population. 1934. Réédité à Paris, INED, 1982.
  • La démographie de l'ancien Paris. Berger-Levrault. 1935.
  • Traité de démographie. Payot, 1945.

Annexes

Bibliographie

  • Jean-Philippe Zanco (dir.), Dictionnaire des ministres de la marine, SPM 2011.
  • Édouard Barthe, Le combat d'un parlementaire sous Vichy, éd. Singulières, 2007, (ISBN 978-2-35478-005-0).
  • « Adolphe Landry », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]

Liens externes

Notes et références