Ada Colau

Ada Colau
Ada Colau en 2015.
Ada Colau en 2015.
Fonctions
Maire de Barcelone
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 19 jours)
Élection 24 mai 2015
Coalition Barcelone en commun
Prédécesseur Xavier Trias
Biographie
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Barcelone (Espagne)
Nationalité Espagnole
Profession Responsable associative

Ada Colau
Maires de Barcelone

Ada Colau Ballano (en catalan API [ˈaðə kuˈɫaw]), née le à Barcelone[1], est une militante sociale et femme politique espagnole. Elle est maire de Barcelone depuis le 13 juin 2015 après avoir remporté les élections municipales de 2015 sous les couleurs du mouvement Barcelone en commun, avec le soutien de Podemos.

Elle a d'abord été connue en Espagne comme fondatrice et porte-parole de la Plateforme des victimes du crédit hypothécaire, une association militant pour le droit au logement dans le contexte de la crise immobilière espagnole, avant de remporter les élections municipales à Barcelone, 2e ville du pays, en mai 2015.

Biographie

Ada Colau a grandi dans le quartier d'El Guinardó à Barcelone et a fait des études de philosophie à l'université de Barcelone, sans pour autant valider sa licence[2]. Son engagement militant a commencé dans les années 1990 durant les protestations contre la Guerre du Golfe. Au début des années 2000 elle a été scénariste et actrice dans un second rôle de la série Dos + Una diffusée sur Antena 3[3]. Parallèlement elle s'est investie dans le mouvement okupa [2] et a participé à diverses mobilisations, comme celle qui a eu lieu contre le G8 dans les consulats français et suisse de Barcelone en 2003 pour protester contre la situation de Martin Shaw, un activiste blessé pendant le sommet du G8 à Évian-les-Bains[4]. Liée aussi au mouvement anti-globalisation, en 2003 elle a fait partie du mouvement « Aturem la guerra » (« Arrêtons la guerre » en catalan), qui s'est mobilisé contre la guerre d'Irak. En 2006, elle a participé au mouvement pour un logement digne en Espagne  ainsi qu'au mouvement V de Vivienda.

Depuis 2007 elle travaille comme technicienne de coordination puis comme responsable du Logement à l'Observatoire des droits économiques, sociaux et culturels de Barcelone[5],[6].

Elle est aujourd'hui maire de Barcelone.

Elle a eu deux fils, né en 2011 et 2017, avec l'économiste Adrià Alemany[7],[8]

Fondation de la Plateforme des victimes du crédit

Après avoir participé à l'Atelier contre la violence immobilière, Ada Colau a été l'une des fondatrices de la Plateforme des victimes du crédit hypothécaire (Plataforma de Afectados por la Hipoteca, PAH) à Barcelone en 2009[9]. Cette plateforme rassemble divers mouvements liés à cette problématique sociale, autour de la dette hypothécaire et des expulsés. Ensemble ils revendiquent le droit à la dation en paiement, c'est-à-dire la régulation de la situation d'un emprunteur par la possibilité de restituer son logement à la banque afin de se libérer de son prêt hypothécaire.

Quand les expulsions commencèrent à se multiplier, la PAH lança en 2010 la campagne Stop Expulsions. Le mouvement des Indignés et la plateforme La vraie démocratie maintenant ! aidèrent de manière décisive à relayer les revendications des différentes PAH des grandes villes d'Espagne et apportèrent de nouveaux militants pour la campagne Stop Expulsions[10],[11]. Ada Colau acquit une notoriété médiatique en Espagne dans ce contexte de crise en 2012, comme principale représentante puis comme porte-parole de la plateforme à partir de 2014.

Initiative populaire pour le logement digne

Ada Colau lors d'une manifestation de la PAH, en 2013.

En février 2013, Ada Colau fut chargée de présenter une initiative législative populaire (ILP) au Congrès des députés, au nom de la PAH, de l'Observatoire des droits économique, sociaux et culturels et d'autres mouvements sociaux, afin que s'élabore une nouvelle législation hypothécaire. Cette initiative populaire, soutenue par 1 402 845 signatures de citoyens, consistait en une proposition de loi organisée autour de trois revendications : la dation en paiement comme moyen préférentiel pour recouvrir une dette contractée avec une banque pour une habitation principale, un moratoire de toutes les expulsions hors des habitations principales à la suite d'une hypothèque, et l'augmentation du nombre de logements sociaux parmi les habitations possédées par les banques.

Le 5 février, elle a personnellement défendu les propositions de cette initiative populaire devant la Commission de l’Économie du Congrès[12]. Une semaine plus tard l'ILP était admise pour examen et discussion éventuelle par les groupes parlementaires[13]. Colau déclara à cette occasion que cette approbation pour examen était « une victoire citoyenne et non d'un quelconque parti »[14]. Elle réclama également que son contenu ne soit « ni perverti ni édulcoré » au cours de son examen parlementaire.

Durant l'examen de l'ILP, en mars 2013, la Cour de justice de l'Union européenne estime[15] que les lois espagnoles règlementant les expulsions ne garantissaient pas aux citoyens une protection suffisante face aux clauses abusives des hypothèques et portaient atteinte à la règlementation communautaire[16]. Selon la sentence, les expulsions pourront être gelées par le juge en accord avec la réglementation communautaire[17]. Pour la PAH "la sentence est un soutien au contenu de l'initiative législative populaire"[18].

Finalement, en avril, Ada Colau annonce retirer symboliquement l'ILP au nom de la PAH, après l'utilisation par le Parti populaire de sa majorité absolue au Congrès pour promulguer une loi sur les expulsions qui « porte atteinte à l'esprit et aux demandes qui ont été présentées » par l'ILP[19].

Élections municipales de Barcelone de 2015

Signature des décrets de constitution du gouvernement municipal.

Tête de liste de Barcelone en commun lors des élections municipales du , elle termine en tête du scrutin avec 25,21 % des voix, face au maire sortant Xavier Trias de CiU qui remporte 22,72% des voix[20]. Sa liste obtient donc 11 sièges de conseiller, et celle de CiU, 10.

Elle est élue maire le 13 juin 2015 grâce au soutien de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) et du Parti des socialistes de Catalogne (PSC)[21].

Mandat de maire de Barcelone

Quatre mois après son élection elle est la personnalité politique préférée des Barcelonais, selon le Centre de recherches sociologiques[22],[23].

Peu après son investiture elle ordonne la suspension des travaux d'agrandissement du delphinarium du parc zoologique de Barcelone prévus par l'ancienne majorité[24]. La fermeture du delphinarium est décidée et le transfert des dauphins dans un sanctuaire marin près de l'île grecque de Lipsi est envisagé[25]. Le coût prohibitif des travaux d'agrandissement et la prise en compte du bien-être animal, particulier chez les cétacés, sont en faveur de ce projet.

Après l'abrogation de la loi interdisant les corridas en Catalogne par le Tribunal constitutionnel en octobre 2016, elle promet que Barcelone restera une ville sans corridas, rappelant qu'elle en est exempte depuis 2004[26].

Prix

  • 2013 : Prix du citoyen européen[7]

Œuvre

  • (ca) Vides hipotecades. De la bombolla immobiliària al dret a l'habitatge, Angle, 2012
    Coécrit avec Adrià Alemany.
  • (es) ¡Sí se puede!: Crónica de una pequeña gran victoria, Destino, 2013
    Coécrit avec Adrià Alemany.

Notes et références

  • (es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en espagnol intitulé « Ada Colau » (voir la liste des auteurs).
  1. « L’« indignée » Ada Colau, future maire de Barcelone ? », sur lemonde.fr, (consulté le 26 mai 2015)
  2. a et b (es) « Ada Colau, activista de profesión », sur elperiodico.com,
  3. (es) « El 'papelón' de Ada Colau en Antena 3 », sur elmundo.es,
  4. (es) « Ada Colau participó en el asalto a los consulados de Francia y Suiza en Barcelona », sur abc.es,
  5. (es) « 21 cosas que no sabes de Ada Colau », sur huffingtonpost.es,
  6. (ca) « Especulació i corrupció contra el dret a l'habitatge: Ada Colau », sur observatoridesc.org,
  7. a et b Caroline Fontaine, « Portrait - Ada Colau », Paris Match, semaine du 28 mai au 3 juin 2015, page 98.
  8. Nace Gael, segundo hijo de Ada Colau
  9. « Ada Colau, Occupy Barcelona », sur liberation.fr, (consulté le 26 mai 2015)
  10. (es) « Interview d'Ada Colau par Seccion abierta : “El problema hipotecario es consecuencia de falta de democracia” », sur vimeo.com,
  11. (es) « La lucha antidesahucios, el primer logro del 15-M », sur elpais.com,
  12. (es) « Ada Colau llama "criminal" y "supuesto experto" a un representante de la banca », sur lavanguardia.com,
  13. (es) « El PP da marcha atrás y accede a debatir la iniciativa popular sobre desahucios », sur politica.elpais.com,
  14. (es) « Ada Colau: "Es una victoria de la ciudadanía y no de un partido político" », sur lavanguardia.com,
  15. (es) « Sentencia del Tribunal de Justicia de Luxemburgo (Sala Primera) », sur El País,
  16. La réglementation communautaire à laquelle ces lois portent atteinte est la Directive 93/13/CEE du Conseil du 5 avril 1993.La sentence de la CJUE a été prononcée en réponse à une question présentée par le tribunal de commerce de Barcelone, par le juge José María Fernández Seijo, sur la requête de l'avocat Dionisio Moreno, défenseur du cas de Mohamed Aziz.
  17. (es) « El tribunal de la UE otorga poder a los jueces para frenar desahucios », sur politica.elpais.com,
  18. (es) « Europa declara ilegal la ley española de los desahucios », sur afectadosporlahipoteca.com,
  19. (es) « La PAH toma la decisión simbólica de retirar la ILP por la dación en pago », sur eldiario.es,
  20. (es) « Elecciones municipales 2015 Resultados Barcelona », sur resultados.elpais.com,
  21. « Barcelone : L'Indignée Ada Colau sera la première femme maire de la ville », sur www.ouest-france.fr, (consulté le 14 juin 2015)
  22. « Ada Colau, personnalité préférée des Barcelonais », sur equinoxmagazine.fr,
  23. (ca) « Ada Colau és l'alcaldessa més ben valorada, segons el CIS », sur ccma.cat,
  24. (es) « Colau estudia cerrar el delfinario del Zoo de Barcelona », sur ccaa.elpais.com,
  25. (es) « Un refugio natural para que Barcelona ‘libere’ a sus delfines », sur elpais.com,
  26. (es) « Colau promete "dejar sin efectos prácticos" la sentencia que anula ley catalana contra las corridas de toros », sur publico.es,

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Notices d'autorité : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Espagne • Bibliothèque nationale de Catalogne • WorldCat
  • Site officiel