Accords d'Abraham

Accords d'Abraham
Description de l'image AccordAbrahamMap-01.svg.
Type de traité Traités de paix
Parties Drapeau d’Israël Israël
Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis
Drapeau de Bahreïn Bahreïn

Les accords d'Abraham sont deux traités de paix entre Israël et les Émirats arabes unis d'une part et entre Israël et Bahreïn d'autre part. Le premier, entre Israël et les Émirats arabes unis, est annoncé le 13 août 2020 par le président des États-Unis Donald Trump. Ils sont signés le 15 septembre 2020 à la Maison-Blanche à Washington, accompagnés d'une déclaration tripartite signée aussi par le président américain en tant que témoin

Ces accords témoignent d'une évolution stratégique des États du Golfe accentuant, dans le contexte géopolitique global du Moyen-Orient, la césure entre les États sunnites et l'Iran chiite, et traduisant la faiblesse des Palestiniens pour obtenir que se concrétise la solution à deux États — un État israélien et un État palestinien comprenant une partie de la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est — pourtant soutenue par la plus grande partie de la communauté internationale.

Contexte et chronologie

Annonce de l'accord entre Israël et les EAU par D. Trump le .

Le , le président américain, Donald Trump, annonce qu'Israël et les Émirats arabes unis normaliseront pleinement leurs relations diplomatiques et commenceront une coopération dans un large éventail de domaines, notamment le tourisme, l'éducation, la santé, le commerce et la sécurité. Le ministre d'État des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Anwar Gargash confirme l'accord des Émirats arabes unis pour normaliser leurs relations avec Israël, affirmant que son pays voulait faire face aux menaces qui pèsent sur la solution à deux États, en particulier l'annexion des territoires palestiniens, et exhorter les Palestiniens et les Israéliens à revenir à la table des négociations. Il indique aussi qu'il ne pensait pas qu'il y aurait une ambassade à Jérusalem avant qu'il y ait un accord final entre les Palestiniens et les Israéliens. De son côté, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou déclare que l'annexion des territoires palestiniens est simplement en pause[1],[2].

Le 31 août, un « premier vol commercial El Al direct » entre Tel Aviv et Abou Dhabi permet à une délégation officielle américano-israélienne dirigée par Jared Kushner[3] et dont fait partie le conseiller israélien à la sécurité nationale Meir Ben Shabbat, de rejoindre les Emirats arabes unis pour continuer les négociations[4]. Leur objectif est de chercher des moyens de renforcer la coopération dans plusieurs domaines (aviation, tourisme, commerce, santé, énergie, sécurité)[5]. Jamal al-Musharakh, directeur du département de planification des politiques du ministère des Affaires étrangères émirati déclare que son gouvernement avait reçu « l’assurance » qu’Israël ne progresserait pas dans son plan d’annexion de larges zones de la Cisjordanie[6].

Le 11 septembre, le président américain Donald Trump annonce l'instauration de relations diplomatiques entre Israël et Bahreïn[7].

Cérémonie de signature du traité entre les EAU et Israël.

Le est organisée à Washington la cérémonie formelle de signature à laquelle se joint Bahreïn. Lors de cette cérémonie, le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis remercie Netanyahou d’avoir « arrêté » les plans d’annexion de la Cisjordanie dans le cadre de l’accord[8] alors que le Premier ministre israélien déclare par ailleurs que l’annexion est simplement « reportée » et qu’Israël n’y a « pas renoncé »[9].

Les accords ont été rédigés par Jared Kushner, gendre de Donald Trump et organisateur de la cérémonie[10]. Dans le contexte de la tenue de l'élection présidentielle américaine dans moins de deux mois, la Maison-Blanche publie le une déclaration qui affirme que ces accords sont le résultat des efforts diplomatiques du président Trump la normalisation des relations d'Israël avec ses voisins va se poursuivre

Par ces accords, les Émirats arabes unis et Bahreïn sont les troisième et quatrième pays arabes, après l'Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994, à normaliser leurs relations avec Israël[11],[2],[12],[13], et les premiers pays du golfe persique à le faire[14],[15]. D'un enjeu géopolitique important, cet accord acte notamment la suspension des plans d'annexion de territoires occupés[14],[16] en Cisjordanie[17]/Judée-Samarie[18]. Cet accord fut établi grâce à d'intenses mais néanmoins discrètes tractations diplomatiques entre plusieurs États[19],[20].

Parallèlement à ces accords, les États-Unis se sont engagés à vendre des avions de chasse furtifs F35 aux Émirats arabes unis, malgré l'opposition israélienne finalement levée en octobre 2020[21]. Cela montrerait que ces accords sont aussi l'aboutissement d'une coalition anti-iranienne[10].

Contenu

Les accords d'Abraham — du nom du patriarche des trois religions monothéistes — regroupent[8] :

  • Une déclaration trilatérale entre Israël, les Émirats arabes unis et Bahreïn, nommée « Déclaration des Accords d’Abraham (Abraham Accords Declaration) » à laquelle le président américain Donald Trump appose sa signature en tant que témoin[22].
  • Un « traité de paix » bilatéral entre Israël et les Émirats arabes unis[23],[24].
  • Une « déclaration de paix » bilatérale entre Israël et Bahreïn.

Ces accords ont été imprimés en trois langues : anglais, arabe et hébreu[25].

La « Déclaration des Accords d’Abraham » promeut le dialogue interreligieux et interculturel entre les trois religions abrahamiques et toute l'humanité. Elle proclame la liberté de religion[25].

Traité de paix entre les Émirats arabes unis et Israël

Le préambule du traité de paix fait état du conflit israélo-palestinien, rappelle les traités de paix israélo-égyptien de 1979 et israélo-jordanien de 1994, affirme que les deux parties au traité reconnaissent « que les peuples arabe et juif sont les descendants d'un ancêtre commun, Abraham, et aspirent à favoriser une vision réaliste d'un Moyen-Orient où vivent musulmans, juifs, chrétiens et peuples de toutes confessions, dénominations, croyances et nationalités dans un esprit de coexistence, de compréhension mutuelle et de respect mutuel »[23],[24].

Dans cet esprit, les deux parties « s'engagent à poursuivre leurs efforts pour parvenir à une solution juste, globale, réaliste et durable du conflit israélo-palestinien », et à travailler ensemble « pour parvenir à une solution négociée au conflit israélo-palestinien qui réponde aux besoins et aux aspirations légitimes des deux peuples, et pour faire progresser la paix, la stabilité et la prospérité globales au Moyen-Orient »[23].

Le traité ne fait pas mention explicitement d'axes de solution au conflit israélo-palestinien que les deux parties partageraient. L'article 7 dispose simplement que « suite aux accords d'Abraham, les parties sont prêtes à se joindre aux États-Unis pour développer et lancer un « Agenda stratégique pour le Moyen-Orient » afin d'étendre la coopération régionale diplomatique [et] commerciale »[23].

Le traité de paix établit des relations diplomatiques entre les Émirats et Israël et prévoit l'échange d'ambassadeurs, sans que le lieu d'installation des futures ambassades ne soit précisé[23].

Le traité dispose que les deux États établiront des accords bilatéraux de coopération dans de nombreux domaines, parmi lesquels : finance et investissement, aviation civile, relations commerciales et économiques, santé, science, technologie et utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique, énergie, arrangements maritimes, agriculture et eau[23].

Le traité mentionne que les deux parties « s'engagent à prendre les mesures nécessaires pour empêcher toute activité terroriste ou hostile l'un contre l'autre sur ou depuis leurs territoires respectifs, ainsi qu'à refuser tout soutien à de telles activités à l'étranger ou à autoriser un tel soutien sur ou depuis leurs territoires respectifs ». À ce stade, ce traité ne constitue pas un pacte complet d'assistance et de sécurité mutuelle[23].

Déclaration de paix entre Bahreïn et Israël

Outre l'établissement de relation diplomatiques, commerciales, économiques et culturelles, la déclaration entre Israël et Bahreïn mentionne l'engagement des deux parties à « une solution juste, complète, et durable au conflit israélo-palestinien »[24]. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont formalisées 18 octobre 2020[26].

Réactions internationales

Après l'annonce de l'accord israélo-émirati, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou remercie le président égyptien al-Sissi et les gouvernements d’Oman et de Bahreïn pour leur soutien à l’accord de paix historique[27].

L'Autorité palestinienne dénonce pour sa part une « trahison méprisable » car il montre que le retrait d'Israël de toute la Cisjordanie n'est plus un préalable à la reconnaissance d'Israël par les pays arabes[28],[29].

L'Europe et les États-Unis (le président Trump comme son opposant Joe Biden) saluent en général cet accord que condamnent, outre l'Autorité palestinienne et le Hamas, l'Iran et la Turquie[30].

Ces accords sont suivis en octobre 2020 de l'annonce par Donald Trump d'un accord de normalisation des relations diplomatiques entre Israël et le Soudan[31].

Notes

Sources

Références

  1. (en) « Israel, UAE agree to normalize ties in what Trump calls 'historic' agreement », ABC News,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Steve Holland, « With Trump's help, Israel and the United Arab Emirates reach historic deal to normalize relations », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020) :

    « Israel had signed peace agreements with Egypt in 1979 and Jordan in 1994. But the UAE, along with most other Arab nations, did not recognize Israel and had no formal diplomatic or economic relations with it until now. It becomes the first Gulf Arab country to reach such a deal with the Jewish state. »

  3. AFP, « Israël discute en secret de normalisation des relations avec des pays arabes », sur Le Point,
  4. Raphael Ahren, « Buffet casher et changement de paradigme: une paix chaleureuse avec les EAU », sur The Times of Israel[date=1er septembre 2020
  5. « Les Émirats arabes unis abrogent la loi de boycott d'Israël », sur France 24,
  6. Raphael Ahren, « Washington aurait assuré à Abou Dhabi qu’il n’y aura pas d’annexion – officiel », sur The Times of Israel[date=1er septembre 2020
  7. « Le Bahreïn établit des relations diplomatiques avec Israël », sur Le Figaro,
  8. a et b « Israël, les Émirats et Bahreïn ont signé les « Accords d’Abraham » à Washington », sur The Times of Israel,
  9. « Israël signe des accords historiques avec les Émirats arabes unis et Bahreïn à Washington », sur Ouest-France,
  10. a et b Thierry Oberlé, « Benyamin Nétanyahou signe une entente historique avec des pays du Golfe à la Maison-Blanche », sur Le Figaro,
  11. « Vers un « nouveau Moyen-Orient » : depuis Washington, Trump scelle l’alliance entre Israël et des pays arabes », sur Le Monde,
  12. Peter Baker, Isabel Kershner et David D. Kirkpatrick, « Israel and United Arab Emirates Strike Major Diplomatic Agreement », sur The New York Times,  : « If fulfilled, the pact would make the Emirates only the third Arab country to have normal diplomatic relations with Israel along with Egypt, which signed a peace agreement in 1979, and Jordan, which signed a treaty in 1994. »
  13. Saphora Smith, « Israel, United Arab Emirates agree full normalization of relations », NBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020) :

    « Israel currently has peace deals with only two Arab countries — Egypt and Jordan — where it has fortified embassies. If Israel and the UAE go ahead and sign bilateral agreements, it would be the first time Israel has normalized relations with a Gulf state. »

  14. a et b « Israel and UAE announce normalisation of relations with US help », Al Jazeera,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  15. « Israel and UAE strike historic deal to normalise relations », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  16. « Israel and United Arab Emirates strike historic peace accord », FT,‎ (lire en ligne, consulté le 13 août 2020)
  17. Terminologie utilisée par l'autorité palestinienne et de nombreux pays dans le monde
  18. Terminologie utilisée principalement par l'état d'Israël
  19. https://www.nytimes.com/2020/08/13/world/middleeast/israel-uae-annexation.html
  20. https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/inside-the-secret-not-secret-courtship-between-israel-and-the-united-arab-emirates/2020/08/14/3881d408-de26-11ea-b4f1-25b762cdbbf4_story.html
  21. « Netanyahu : Israël ne s’opposera pas à la vente de matériel militaire US aux EAU », sur The Times of Israel,
  22. Déclaration des Accords d'Abraham
  23. a b c d e f et g Treaty of Peace, Diplomatic Relations and Full Normalization Between the United Arab Emirates and the State of Israel
  24. a b et c (en) « FULL TEXT: The Israel-UAE-Bahrain Abraham Accords Peace Agreement », sur Haaretz,
  25. a et b « Les textes des Accords d’Abraham signés par Israël, les EAU et Bahreïn », sur The Times of Israël,
  26. « Bahreïn et Israël formalisent officiellement des liens diplomatiques », sur France 24,
  27. « Netanyahu remercie Egypte, Oman et Bahreïn pour leur « soutien » »,
  28. Raphael Ahren, « L’accord Israël-EAU bouleverse la diplomatie, ouvre bel et bien une nouvelle ère », sur The Times of Israel,
  29. Aaron Boxerman, « « Une trahison méprisable » : l’AP fustige Abou Dhabi, rappelle son envoyé », sur The Times of Israël,
  30. « Accord Israël-Émirats : une "nouvelle ère" qui divise sur la scène internationale », sur France 24,
  31. « Donald Trump annonce une normalisation des relations entre Israël et le Soudan, le Hamas fulmine », sur Le Monde,

Bibliographie

Annexes

Articles connexes

Liens externes