Académie de Paris

Académie de Paris
upright=Article à illustrer Organisation
Cadre
Type
Pays

L'académie de Paris est la circonscription scolaire et universitaire correspondant géographiquement à Paris.

L’organisation du rectorat de l’académie de Paris tient compte de sa spécificité monodépartementale et de l’importance de l’enseignement supérieur dans la capitale. Les services académiques regroupés dans une structure unique répondent ainsi à l’ensemble de la demande de formation et d’éducation, de la maternelle à l’université.

À la rentrée 2011, l’académie de Paris compte plus de 173 000 élèves scolarisés dans 769 écoles publiques ou privées sous contrat, plus de 158 000 élèves scolarisés dans 350 collèges et lycées, plus de 30 000 étudiants en classe préparatoire ou en BTS et plus de 310 000 étudiants (représentant 13 % de l’ensemble des étudiants de France, métropole et DOM) dans les huit universités (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Université Panthéon-Assas, Sorbonne Nouvelle, Université Paris-Sorbonne, Université Paris-Descartes, Université Pierre-et-Marie-Curie, Paris 7 - Denis Diderot, Université Paris-Dauphine).

De grands établissements d'enseignement supérieur et de recherche (École normale supérieure, École nationale des chartes, École des hautes études en sciences sociales) sont situés dans son ressort mais sont totalement indépendants du recteur et de l'académie de Paris.

Organisation actuelle

Rectorat de Paris, site Gambetta

Elle est dirigée par un recteur d'académie, nommé par décret en conseil des ministres par le Président de la République sur le rapport du Premier ministre et du ministre de l'Éducation nationale. Le recteur exerce les fonctions de recteur de région académique pour l’Île-de-France. À ce titre, il met en œuvre les directives du ministre. Il définit un projet académique d’éducation et de formation dans le cadre des orientations nationales et assure les relations avec le conseil régional d'Île-de-France. Le recteur porte aussi le titre de chancelier des universités de Paris. À ce titre, il veille à la régularité des décisions des universités et gère les crédits de l’État inscrits au contrat de projet État-région, au plan de relance, et ceux concernant la rémunération des personnels de l’enseignement supérieur du rectorat ; il est également président du conseil d’administration de l’établissement public Chancellerie des universités de Paris. Il est assisté par un recteur délégué pour les questions relevant de l'enseignement supérieur. Le recteur délégué est lui-même assisté d'un secrétaire général pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation, ayant rang de secrétaire général d'académie, et qui exerce les fonctions de secrétaire général de la chancellerie des universités de Paris[1].

Le recteur applique dans l'académie la politique scolaire et universitaire définie par le gouvernement. Il contrôle et note les personnels enseignants et administratifs. Il nomme les jurys des examens et signe les diplômes nationaux. Il attribue les enveloppes budgétaires aux différents établissements placés sous sa tutelle. Il informe le ministre de l'Éducation nationale sur les résultats, les besoins et les difficultés des établissements de l'académie. Il assure les relations avec le Conseil de Paris et les conseils d'arrondissement.

Pour les questions relevant de l'enseignement scolaire (lycées, collèges, écoles) et la formation des adultes, le recteur est assisté par le directeur de l'académie de Paris, le secrétaire général pour l'enseignement scolaire et les directeurs académiques des services de l'Éducation nationale qui contribuent également à son pilotage administratif[2].

Le directeur de l'académie de Paris est nommé par décret du Président de la République, il est l’adjoint du recteur pour les questions relatives aux écoles, aux collèges, aux lycées, aux établissements d’éducation spéciale et à la formation continue des adultes et assure, dans ces domaines, les prérogatives d'un directeur académique des services de l'Éducation nationale[3].

Les directeurs académiques des services de l’Éducation nationale exercent leurs fonctions l’un pour le premier degré, l’autre pour le second degré.[réf. nécessaire]

Le secrétaire général pour l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation, et le secrétaire général pour l'enseignement scolaire ont pour mission, sous l’autorité du recteur, d’assurer l’administration de l’académie. À ce titre, ils préparent et mettent en œuvre les décisions du recteur, du recteur délégué et du directeur de l’académie de Paris, en lien avec les conseillers techniques et les directeurs académiques des services de l'Éducation nationale. Ils ont en charge l’ensemble des services administratifs du rectorat. Ils animent et coordonnent l’action des chefs de division et de service.

Les inspecteurs d'académie-inspecteurs pédagogiques régionaux conseillent le recteur sur l'enseignement de chaque discipline (lettres, mathématiques, histoire-géographie, anglais, économie et gestion…) et évaluent les professeurs enseignant dans les lycées et les collèges de l'académie.

Les directeurs académiques, directeurs des services de l’Éducation nationale, sont nommés par décret du président de la République. Ils conduisent leur action sous l’autorité du recteur et du directeur de l’académie de Paris.

- Parmi les attributions du directeur académique chargé du premier degré, figurent le pilotage pédagogique des écoles, la coordination des équipes de circonscription (promotion, mutation, formation...), ainsi que la gestion de la carrière des maîtres. Il est assisté dans sa mission par un inspecteur de l'éducation nationale (IEN) adjoint.

- Pour les collèges et les lycées, le directeur académique chargé du second degré pilote l’évolution pédagogique et structurelle des établissements, l’animation des bassins de formation, la gestion des postes, la répartition des moyens d’enseignement et de vie scolaire, l’affectation des élèves... Il est assisté dans sa mission par un directeur académique inspecteur d’académie adjoint pour le second degré.

Les services administratifs de l'académie de Paris sont installés en Sorbonne (cabinet du recteur, chancellerie des universités), et, depuis le printemps 2016, boulevard d'Indochine (enseignement scolaire) dans le 19e arrondissement.

Histoire

Évolutions du ressort

Lettre au recteur de l’académie de Paris, proposant trois médecins aux chaires de clinique, dont les titulaires ont été affectés au service de santé des armées, . Archives nationales de France

En 1808, l’académie de Paris regroupait les départements de l’Aube, d'Eure-et-Loir, de la Marne, de la Seine, de Seine-et-Marne, de Seine-et-Oise et de l’Yonne.

En 1850, la loi Falloux décide de créer une académie dans chaque département : il n’y a donc plus d’académie de Paris mais une « académie de la Seine ».

L’académie est restaurée dès 1854 et comprend désormais les départements du Cher, d'Eure-et-Loir, de Loir-et-Cher, du Loiret, de la Marne, de l’Oise, de la Seine, de Seine-et-Marne et de Seine-et-Oise.

Le ressort n’évolue pas jusqu’en 1962, date à laquelle le gouvernement français souhaite recentrer l’académie de Paris et faire coïncider les limites d’académies avec celles des circonscriptions d’action régionale. Le décret no 61-1355 du réduit donc l’académie au district de la région parisienne (future région d’Île-de-France), tout en adjoignant « à titre transitoire », le département de l’Oise, qui sera finalement rattaché à l’académie d’Amiens en 1964.

Enfin, à la suite de la division du département de la Seine, il est décidé de restreindre le ressort de l’académie de Paris à la ville de Paris en 1971.

En 2016, la région académique Île-de-France regroupe les académies de Créteil, Paris et Versailles. Ce rapprochement des trois académies franciliennes découle de l’application du décret du 10 décembre 2015 qui a créé les régions académiques consécutivement à la révision de la carte des régions françaises. La région académique constitue l’échelon de mise en cohérence des politiques éducatives régionales en particulier pour les questions requérant une coordination avec la région ou le préfet de région dans un certain nombre de domaines[4].

Ancienne organisation

Jusqu'en 2019, le recteur d'académie était assisté par un vice-chancelier des universités pour les questions relevant de l'enseignement supérieur, et par le directeur de l'académie de Paris pour les questions relevant de l'enseignement scolaire (lycées, collèges, écoles).

Le directeur de l'académie de Paris, nommé par décret du Président de la République, était l’adjoint du recteur pour les questions relatives aux écoles, aux collèges, aux lycées, aux établissements d’éducation spéciale et à la formation continue des adultes.

Le directeur de l’académie de Paris était lui-même assisté de deux directeurs académiques, directeurs des services de l’Éducation nationale : l’un pour le premier degré, l’autre pour le second degré.

L’académie de Paris avait deux emplois de secrétaire général d’académie, le secrétaire général de la chancellerie pour le supérieur, le secrétaire général de l’enseignement scolaire pour l’enseignement scolaire et la formation des adultes.

Liste de recteurs de l'académie de Paris

Jusqu'en 1920, le titre de recteur de l'académie de Paris est généralement attribué au grand-maître, puis au ministre de l'Instruction publique. Le responsable de la gestion courante de l'académie porte le titre de vice-recteur[5].

  • de 1821 à 1824 : Abbé Charles Dominique Nicolle
  • de 1824 à 1850 : Hippolyte Rousselle (vice-recteur)
  • d' à  : Rémy Cayx (vice-recteur)
  • de 1858 à  : Louis Artaud (vice-recteur)
  • de à  : Adolphe Mourier (vice-recteur)
  • de à  : Charles Zévort (vice-recteur)
  • de à  : Octave Gréard (vice-recteur)
  • d' à  : Louis Liard (vice-recteur)
  • d' à  : Lucien Poincaré (vice-recteur)
  • de à : Paul Appell
  • de à : Paul Lapie
  • de à  : Sébastien Charléty
  • d' à  : Gustave Roussy, professeur de médecine (spécialiste du cancer).
  • de à  : Jérôme Carcopino (chargé de fonction)
  • de à : Paul Hazard
  • de à : Charles Maurain
  • d' à : Gilbert Gidel
  • de à : Gustave Roussy, professeur de médecine (spécialiste du cancer)
  • d' à  : Jean Sarrailh, professeur d'histoire (spécialiste de l'Espagne)
  • de à  : Jean Roche, professeur de médecine
  • de à  : Robert Mallet, professeur de littérature française
  • de à  : Pierre Tabatoni, professeur des universités en sciences économiques
  • de à  : Hélène Ahrweiler, professeur des universités en histoire, helléniste (spécialiste de Byzance), ancienne présidente de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • de à  : Michèle Gendreau-Massaloux, professeur des universités en littérature espagnole, ancienne secrétaire générale-adjointe et porte-parole de la Présidence de la République, ancien recteur de l'académie d'Orléans-Tours
  • de à  : René Blanchet, professeur des universités en géologie, ancien recteur de l'académie d'Aix-Marseille
  • de à : Maurice Quénet, professeur des universités en histoire du droit et en droit romain
  • de à  : Patrick Gérard, conseiller d’État, professeur de droit public, ancien directeur de cabinet du garde des Sceaux et ancien recteur de l'Académie de Bordeaux.
  • du au : François Weil, historien, directeur d'études et ancien président de l'EHESS.
  • depuis le : Gilles Pécout, ancien directeur du département d'histoire de l'ENS, ancien recteur de l'académie de Nancy-Metz et de la région académique Grand Est.


Notes et références

Articles connexes

Liens externes