Abderrahmane Sissako

Abderrahmane Sissako
Description de cette image, également commentée ci-après
Abderrahmane Sissako à la cérémonie des César du cinéma 2016.
Naissance (57 ans)
Kiffa (Mauritanie)
Nationalité Drapeau de la Mauritanie Mauritanienne
Films notables La Vie sur terre
Bamako
Timbuktu

Abderrahmane Sissako (également crédité sous le nom de Dramane Sissako) est un cinéaste et producteur mauritanien, né le à Kiffa.

Le thème principal de son œuvre est l'exil, le déplacement. Il peint l'Afrique avec des touches autobiographiques. En 2015, il devient le premier cinéaste africain à obtenir le César du meilleur réalisateur pour Timbuktu.

Il fait partie, avec Ousmane Sembène, Djibril Diop Mambety, Souleymane Cissé, Idrissa Ouedraogo et Alain Gomis, des rares cinéastes d'Afrique subsaharienne à avoir obtenu une notoriété internationale.

Biographie

Peu de temps après sa naissance, sa famille émigre au Mali, où il suit une partie de ses études primaires et secondaires. Après un court retour en 1980 en Mauritanie, il part en Union Soviétique, à Moscou, où il étudie le cinéma au VGIK (Institut fédéral d'État du cinéma) de 1983 à 1989[1].

Au début des années 1990, Abderrahmane Sissako s'installe en France[1]. En 1994, il obtient, lors du 4e Festival du cinéma africain de Milan, le Prix du meilleur court métrage pour son film Octobre. En 1999, lors de la 9e édition de ce même festival, il reçoit le Prix du meilleur long métrage pour La Vie sur terre, tourné l'année précédente.

Il est également conseiller culturel pour le chef d'État mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz[2].

Abderrahmane Sissako est aussi président de la CinéFabrique, une école de cinéma et de multimédia créée par Claude Mouriéras et basée à Lyon.

Jurys de festivals

Il a participé à de nombreux jurys de festivals de cinéma :

Filmographie

Distinctions

Récompenses

Pour La Vie sur terre :

Prix France Culture Cinéma 2003

Abderrahmane Sissako avec deux de ses trois trophées remportés lors des César 2015.

Pour Timbuktu :

Nominations et sélections

Notes et références

Voir aussi

Bibliographie

Articles :

  • Thomas Sotinel, « Abderrahmane Sissako. Pour en finir avec le cinéma du Nord », in Le Monde, 21 octobre 2006, p. 19
  • Samuel Lelièvre, « Les cinémas africains, Abderrahmane Sissako et les frontières du monde », CinémAction, n. 137, 2010, p. 182-185.
  • Abderrahmane Sissako, une imposture mauritanienne, Mondafrique, 20 février 2015
  • «Timbuktu» chahuté, pourquoi tant de haine?, RFI, 26 février 2015
  • LIEVE JORIS Mali Blues "Je chanterai pour toi" edition BABEL

Liens externes

  • Notices d'autorité :
    • Fichier d’autorité international virtuel
    • International Standard Name Identifier
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Système universitaire de documentation
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque nationale d’Espagne
    • Bibliothèque royale des Pays-Bas
    • WorldCat
  • Ressource relative aux beaux-arts :
  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • (en) AllMovie
  • Abderrahmane Sissako sur Allociné