Abbaye Saint-Vincent de Laon

Abbaye Saint-Vincent
Intérieur de l'église de l'abbaye
Intérieur de l'église de l'abbaye
Présentation
Protection  Inscrit MH (1926)
 Inscrit MH (1927)
 Inscrit MH (1999)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Ville Laon
Coordonnées 49° 33′ 23″ nord, 3° 37′ 01″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Abbaye Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Abbaye Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : Aisne

(Voir situation sur carte : Aisne)
Abbaye Saint-Vincent

L'abbaye Saint-Vincent de Laon est une abbaye[2] colombanienne de moines, fondée à Laon vers l'an 580[3]. Elle a adopté la règle bénédictine en 948[4].

Moyen Âge

L'évêque Adalbéron de Laon est inhumé dans l'abbaye en 1030 ou 1031.

En 1769 le chanoine Villette[5] relatait la découverte une peinture dans le sanctuaire à gauche de l'autel. C'était une représentation des chevaliers d'Eppes dont trois tombes étaient proches : Jehan décédé en 1273, Jehan le cadet décédé en 1293, le troisième n'avait pas d'épitaphe.

Les chevaliers d'Eppes.

Les Vikings

Au mois de novembre 882, après que les moines furent décimés par l'envahisseur viking, l'abbaye est saccagée, pillée, brûlée, ruinée et désolée[6].

Guerre de Cent Ans

En 1359, les Anglais d'Édouard III d'Angleterre, dévastent une partie de la ville mal fortifiée appelée la Villette[7]. Ils mettent le feu à l'abbaye Saint-Vincent dont la riche bibliothèque part en fumée.

L'abbaye au premier plan, dessin de Fleury du XVIIe siècle.

Renaissance

Geoffroy de Billy devient abbé de Saint-Vincent de Laon et également de l’abbaye Saint-Jean d'Amiens[8]. En 1561, il lutte contre le protestantisme en participant au triomphe de la transsubstantiation lors de l'affaire Nicole Obry, dite Nicole de Vervins. Il fait des exorcismes et procède au déchassement de vingt-six diables, avec quatre autres possédant Nicole Obry de Vervins. Ainsi, ajoute l'historien Boulèse, le bon et vaillant abbé de Saint-Vincent, révérend père en Dieu, frère Geoffroy de Billy, volontiers à ses autres faits dignes d'éternelle mémoire, adjouta cestuy-cy, de garantir de mort deux personnes pour le moins, et de faire venir les merveilles de Dieu en connaissance[9]. Cela lui vaut l’admiration des fidèles.

Geoffroy de Billy est député aux états-généraux de Blois de 1576 à 1577[10].

Galerie d'images

Actualités

Un incendie très important a à nouveau frappé l'abbaye le 14 juin 2008, celui-ci est vraisemblablement d'origine criminelle. Cet incendie a détruit la toiture, les planchers[11].

Notes et références

  1. Notice no PA00115707, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Maximilien Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions - L'abbaye Saint-Vincent de Laon, 1846, p. 108.
  3. Bulletin de la Société Académique de Laon, p. 412
  4. Wyard 1858, p. 115 et suiv.
  5. Étienne-Nicolas Villette, docteur en Sorbonne et archidiacre de l'église de Laon
  6. Wyard 1858, p. 97
  7. Wyard 1858, p. 484
  8. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye-Desbois, Badier, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume…: On a joint à ce dictionnaire le tableau généalogique et historique des maisons souveraines de l'Europe…, Schlesinger frères, 1864, v.3, p. 28
  9. J. Roger Histoire de Nicole de Vervins d'après les historiens contemporains et témoins oculaires, ou Le triomphe du Saint Sacrement sur le démon à Laon en 1566, publié par H. Plon, 1863 p. 133
  10. Jean-Antoine Roucher, Antoine Perrin, Louis d'Ussieux, Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l'histoire de France, s.n., 1789, v. 51, p. 398.
  11. lunion.presse.fr

Voir aussi

Articles connexes

Sources et bibliographie

  • Dom Robert Wyard, Histoire de l'abbaye de Saint-Vincent de Laon, (1re éd. v. 1680/1685) (lire en ligne)

Liens externes