83e régiment d'infanterie

(Redirigé depuis 8e régiment d'infanterie légère)

83e Régiment d'Infanterie de ligne
Image illustrative de l’article 83e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 83e Régiment d’Infanterie.

Création 1684
Dissolution 1940
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Devise Fidelis - Felix - Fortis
Fidéle - Heureux - Fort
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Gênes 1800
Wagram 1809
Moskowa 1812
Lützen 1813
Champagne 1915
Verdun 1916
Flandres 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 83e régiment d'infanterie (83e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment de Foix, un régiment français d'Ancien Régime, et du 8e régiment d'infanterie légère créé à partir des chasseurs des Vosges.

Création et différentes dénominations

insigne de béret d'infanterie

Colonels/Chef de brigade

Historique des garnisons, combats et batailles du 83e RI

Ancien Régime

83e régiment d'infanterie de ligne ci-devant Foix (1791-1793)

L'ordonnance du 1er janvier 1791 fait disparaître les diverses dénominations, et les corps d'infanterie ne sont désormais plus désignés que par le numéro du rang qu'ils occupaient entre eux. Ainsi, 101 régiments sont renommés. Les régiments sont toutefois largement désignés avec le terme ci-devant, comme 83e régiment d'infanterie ci-devant Foix.
Le régiment se compose de deux bataillons à neuf compagnies, dont une de grenadiers.
Le premier bataillon prend le drapeau tricolore, le second conserve l'ancien drapeau du régiment de Foix, sans armoiries, ni devises, ni marques féodale.
Ces deux drapeaux avaient la cravate tricolore et portaient brodé sur la flamme, d’un côté : « 83e régiment d'infanterie » et de l'autre : « Discipline et obéissance à la loi ».
En 1792, le drapeau tricolore sera donné aussi au deuxième bataillon, et tout le régiment arborera la cocarde tricolore. Enfin, en 1793, le régiment prendra l'uniforme des volontaires, devenu celui de toute l’infanterie.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Révolution française

En avril 1791, le 1er bataillon du 83e, fort de 1 091 hommes, fait partie de l'avant-garde de l'armée du général de La Fayette, rassemblée à Givet. Cette avant-garde, de 3 000 hommes, est attaquée le 23 mai par 10 000 Autrichiens, à Florennes, en avant de Philippeville et forcé de battre en retraite.
En juin 1791, les soldats du 83e régiment d'infanterie ci-devant Foix, en apprenant la fuite du roi, offrirent l'argent de leurs masses à l'Assemblée nationale législative pour réparer les fortifications de Givet.

En 1792, le 83e régiment d'infanterie ci-devant Foix fait partie de l'armée du Nord et de Belgique et se distingue, le 23 mai avec le régiment de Condé, au combat d'Hamptinne avant de se retirer en bon ordre à Philippeville[1].
En juin 1792, durant la marche de l'armée sur Maubeuge le régiment toujours en avant-garde est établi sur la Glisuelle, est surprise par l'ennemi au milieu d'un orage et forcée de battre en retraite.
Après ces opérations, le 1er bataillon du 83e reste avec l'armée au camp de Maubeuge du 25 juin au 25 août. Il marche ensuite vers l'Argonne, rejoindre l'armée de Dumouriez.
Le 20 septembre, il est chargé de défendre la butte du moulin de Valmy.
Après la retraite des armées coalisées, le 83e arrive, le 22 octobre, à Valenciennes, assiste le 6 novembre à la bataille de Jemmapes, puis entre à Mons le 7 novembre, à Bruxelles le 14, à Tirlemont le 20, à Liège le 21 et prend ses quartiers d'hiver près de Tongres.

Le , les Impériaux, concentrés à Juliers, passent le Roër et viennent surprendre les 34e, 83e et 98e régiments d'infanterie à Tongres qui battent en retraite. Le 16 mars Dumouriez rencontre et bat les Autrichiens à Tirlemont et Goizenhoven[3] et les contraints à se retirer sur Neerwinden ou une nouvelle bataille à lieu le 18 mars.
Après cette bataille, il bat en retraite en direction Bruxelles, où elle arrive le 25, après avoir combattu quotidiennement, entre Saint-Tron et Bruxelles et s'arrête, le 28 mars, au camp d'Antoing, près de Tournay avant de rejoindre le camp de Famars, près de Valenciennes. Envoyé pour débloquer Condé, il est battu au combat du bois de Bonne-Espérance, à Raismes et forcé de revenir au camp de Famars.
Le 10 mai, les deux bataillons du 83e rentrent à Cambrai et font partie de la réserve de l'armée des Ardennes, sous les ordres du général Lamarche. Le 1er bataillon en repart le 25 mai pour entrer dans la composition de la brigade de réserve de l'armée qui était au camp de César. Cette armée reste dans l'inaction pendant deux mois et ne peut empêcher la prise de Condé et de Valenciennes.
Le 2e bataillon, resté à Cambrai, contribue à sa défense les 8 et 9 août[5].
Sous le commandement du général Houchard, le 1er bataillon se porte au secours de Dunkerque et de Bergues puis s'empare de Poperinghe puis bombarde Ypres avant de se replier sur Lille.
En octobre 1793 les 430 hommes du 1er bataillon qui campe dans les environs de Gavrelle se met en marche pour dégager Maubeuge, et rencontre l'ennemi à Wattignies. Après avoir pris Marchienne le 25 octobre, le bataillon y est assiégé, le 30 octobre, par le duc d'York et contraint de se rendre, le 1er bataillon est fait prisonnier et ne reparait plus à l'armée du Nord.




Il s'illustre pendant les campagnes du Nord, défend le moulin de Valmy, passe en Belgique pour combattre à Jemmapes, Neerwinden et Wattignies.

A partir de ce moment, les deux bataillons furent séparés ; le 1er bataillon est envoyé à Sedan et le 2e bataillon à Cambrai.

1er bataillon

En 1793, le 1er bataillon du 83e régiment d'infanterie ci-devant Foix sert à l'armée du Nord et fait partie des 10 000 hommes que le général Cordellier-Delanoüe conduisit au mois d'août à l'armée de l'Ouest. Le bataillon sert en Vendée jusqu'à la fin de la guerre civile, sans avoir été amalgamé en 1793, et il est entré, le , dans la composition de la 7e demi-brigade de deuxième formation.

2e bataillon

En 1793, le 2e bataillon du 83e régiment d'infanterie ci-devant Foix quitte pour se rendre à l'armée du Rhin et est fait prisonnier à Francfort-sur-le-Main. Reformé, il sert deux ans sur cette frontière et est amalgamé à Brest, le , avec le 1er bataillon de volontaires de Valenciennes et le 16e bataillon de volontaires de Paris également appelé 1er bataillon républicain de Paris pour former la 154e demi-brigade de première formation.


Le no 83 restera vacant jusqu'en 1814, ou il sera rétabli momentanément, jusqu'en 1815. À cette date il est de nouveau supprimé.
Il n'est recréé qu'en 1855 quand le 83e est formé avec le 8e régiment d'infanterie légère.

1815 à 1848

Second Empire

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 8e régiment d'infanterie légère prend le numéro 83 et devient le 83e régiment d'infanterie de ligne[7].

  • Algérie 1864-1867.

1870 à 1914

Le 17 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande eut lieu le combat de Torçay ou fut engagé une compagnie de marche du 83e RI qui composait le 36e régiment de marche.
Le 24 novembre 1870, les 8e compagnies des 2e et 3e bataillons du 83e régiment d'infanterie de ligne qui composaient le 29e régiment de marche furent engagés dans les combats de Chilleurs, Ladon, Boiscommun, Neuville-aux-Bois et Maizières dans le Loiret
Le , la compagnie de marche du 83e RI qui composait le 36e régiment de marche est engagé dans l'affaire du Gué-du-Loir.


Il ne prend part ni à la Campagne de Crimée, ni à celle d'Italie. En revanche il revient en Algérie de 1864 à 1867. Il participe néanmoins à la guerre de 1870. Il commence à se battre le à Raucourt, puis le son 1er bataillon défend la gare de Sedan. La bataille perdue, le régiment est envoyé en captivité dans des villes du Nord de l'Allemagne. Auparavant, son drapeau a pu être remis à M. Mahulot ancien militaire habitant Sedan, sans être capturé par les Allemands. À la conclusion de paix, le régiment est reformé à Clermont-Ferrand avec les débris du 83e et ceux du 3e voltigeurs de la garde. Le 83e sera affecté aux garnisons successives de Marseille, Albi, Lyon, Saint-Gaudens et Toulouse. Le le Président de la République remet au colonel de Coulanges son drapeau qui porte les noms de Gênes, Wagram, la Moskowa, Lutzen. 1881 : Pour la campagne de Tunisie, les 3e et 4e bataillon entrent au Kef avec la colonne Logerot. Le pays pacifié, le 4e bataillon rentre en France. Le 3e reste sur place pour mater les insurrections épisodiques et ne rentre en France qu'en 1886[7].

Première Guerre mondiale

En 1914 casernement: Toulouse, Saint Gaudens; 67e Brigade d'Infanterie; 34e Division d'Infanterie; 17e Corps d'Armée.

1914

1915

1916

1917

1918

Entre-deux-guerres

Dissolution du régiment en 1928 les traditions sont gardées par le 14e R.I.

Seconde Guerre mondiale

Reformé le sous le nom de 83e R.I, il appartient à la 59e DLI ( 59e Division Légère d'Infanterie). Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie; Active ; il est mis sur pied par le CMI 51.


Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[8]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

texte=

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 texte= avec deux palmes (deux citations à l'ordre de l'armée).

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918.

Devise

(Fidelis - Felix - Fortis)_(Fidéle - Heureux - Fort)

Insigne


Personnages célèbres ayant servi au 83e RI

La Veuve Brulon née citoyenne Angèlique-Marie-Josèphe Duchemin, fit, durant la période révolutionnaire, sept campagnes de comme fusilier, caporal, caporal-fourrier et sergent-major.

Sources et bibliographie

8e léger

Création et différentes dénominations

  • 1788 : création du 8e bataillon de chasseurs des Vosges.
  • 1791 : renommé 8e bataillon d’infanterie légère.
  • 1795 : renommé 8e demi-brigade d’infanterie légère.
  • 1803 : renommé 8e régiment d’infanterie légère.
  • 1816 : renommé Légion de la Loire. Cette dénomination ne subsiste que jusqu'en 1821.
  • 1821 :à cette date il reprend son drapeau et son nom "8e léger" jusqu'en 1855
  • En 1823, il fait la campagne d'Espagne, en 1831 celle de Belgique et en 1832 participe au siège d'Anvers.
  • 1830 : Une ordonnance du créé le 3e bataillon du 8e léger[9]
  • De 1847 à 1852 il est en Algérie.
  • En 1855, comme tous les régiments d'infanterie légère il est transformé en infanterie de ligne sous le no 83[7].
  • En 1855, l'infanterie légère est transformée, et ses régiments sont convertis en unités d'infanterie de ligne, prenant les numéros de 76 à 100. Le 8e prend le nom de 83e régiment d’infanterie de ligne.


Colonels/chef de brigade du 8e régiment/brigade

  • 1850 : colonel Jean-Baptiste Auguste de Cambray (° 1793-† 1862)

Historique des garnisons, combats et batailles du 8e léger

Notes et références

  1. Gilbert du Motier de La Fayette : Mémoires, correspondance et manuscrits du général Lafayette, Volume 1, page 447
  2. Typogravure empire Napoléon 16 Mars 1793 Combat de Tirlemont et de Goizenhoven
  3. Joseph Deschuytter : Cambrai sous la Révolution
  4. a b et c Sources extraites par JO de l'historique du 83e imprimé en 1896 chez Édouard Privat à Toulouse.
  5. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  6. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes