80e régiment d'infanterie

80e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 80e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 80e régiment d’infanterie

Création 1854
Dissolution 1946
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Arcole 1796
Wagram 1809
Lützen 1813
Sébastopol 1854-1855
Ypres 1914
Champagne 1915
Verdun 1916
La Serre 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Guerres de la Révolution
Guerres napoléoniennes
Guerre de Crimée
Campagne d'Italie
Conquête de l'Algérie
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
Trois palmes

Le 80e régiment d'infanterie (80e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment d'Angoumois, un régiment français d'Ancien Régime, et du 5e régiment d'infanterie légère (ex-chasseurs Cantabres). Il dissout en 1946.

Création et différentes dénominations

  • 1684 à 1791 : régiment d’Angoumois
  • Le 80e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 80e, et le 5e d’infanterie légère.

Colonels / Chefs de brigade

5e régiment d'infanterie légère
  • 1850 : Adrien François Besançon(° 1793-† 1881)
80e régiment d'infanterie
  • 1792 : colonel Albert Auguste Le Ris de La Chapelette (*)
  • -1857- : colonel Chardon de Chaumont
  • - : colonel Logerot[1]
  • 1881: colonel Hippolyte Madelor
  • 1884 : colonel C.A.H. Segard.
  • 1886-1890 : colonel Auguste Thoni de Reinach
  • 1895 : colonel Jacques Hoffmann
  • 1906 : colonel Curé
  • 1914 : colonel de Woillemont
  • 1915 : colonel Plande
  • 1918 : colonel Azan
  • 1919 : lieutenant-colonel Poulet
  • 1940 : colonel Cottenet

Historique du régiment

Ancien Régime (régiment d'Angoumois)

Guerres de la Révolution et de l’Empire (80e RI)

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • En 1791, le régiment d'Angoumois devient le 80e régiment d'infanterie[2].
  •  : les officiers du régiment, sauf 11 d’entre eux, abandonnent leur régiment en garnison à Bayonne pour émigrer en Espagne[3]
  • En 1794, le 80e régiment d'infanterie devient 80e demi-brigade puis 80e demi-brigade de ligne en 1796[2].
  • 1803 : dissolution[2]

Guerres de la Révolution et de l'Empire (5e léger)

Restaurations et Seconde République (5e léger)

  • Le 5e léger devient régiment d'Angoulême en 1814, puis légion de l'Ariège en 1816[2].
  • 1820 : la légion de l'Ariège redevient le 5e régiment d'infanterie légère[2]
  • 1830 : Une ordonnance du créé le 3e bataillon du 5e léger[4]

Second Empire (80e RI)

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 5e régiment d'infanterie légère prend le numéro 80 et devient le 80e régiment d'infanterie de ligne.

  • 1857 : stationné à Bastia. Dépôt à Toulon. Colonel Gabriel Louis Chardon de Chaumont.
  • 1861 : stationné à Belley. Colonel de Solignac.
  • 1867 : le régiment fait partie du corps d'occupation français dans les États du Pape.

1871 à 1914

  • 1881 : 1 bataillon participe à la campagne de Tunisie
  • En 1882, le 80e régiment d'infanterie de ligne est renommé 80e régiment d'infanterie[2].

Première Guerre mondiale

À la mobilisation, les bataillons de réserve du 80e RI forme le 280e régiment d'infanterie.

1914

1915

1916

1917

1918

Entre-deux-guerres

Soldat du 80e RI à Carcassonne lors d'une visite présidentielle le 22 juillet 1928. Derrière lui, un tirailleurs du 51e régiment de tirailleurs tonkinois (de dos) et des spahis du 7e régiment de spahis algériens.

Seconde Guerre mondiale

En 1940, il combat au sein de la 42e division d'infanterie lors de la bataille de France[8], à l'issue de laquelle il est dissout[2].

Il est recréé à l'automne 1944 à partir des unités FFI du Languedoc[9]. Il participe à la campagne d'Allemagne et d'Autriche avec la 4e division marocaine de montagne puis est dissout en 1946[2].

Traditions et uniformes

Uniformes

Uniforme du 80e régiment d'infanterie en 1792.

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[10]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

80e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 avec trois citations à l'ordre de l'armée (trois palmes)[5].

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918[5].

Devise

« Petit régiment de France. Le clairon a sonné. Rend au pays en vaillance ce qu'il t'a donné. »[2]

Insigne

Personnalités ayant servi au 80e RI

5e régiment d'infanterie légère

Sources et bibliographie

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, Général Andolenko - Eurimprim 1969.

Notes et références

  1. a et b François Auguste Logerot sur military-photos.com
  2. a b c d e f g h i j k l et m « Fonds de l'Amicale des anciens du 80e RI (1903-2015) », sur FranceArchives (consulté le 15 novembre 2020)
  3. Caroline Darricau-Lugat, « L'émigration en pays basque pendant la Révolution française : une question spécifique ? », Histoire, économie et société. 2001, 20e année, no 2. La gloire à l'époque moderne, p. 237
  4. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 150
  5. a b c d e f g h i j et k « Parcours et historique des Régiments d'Infanterie durant 14/18 », sur www.chtimiste.com (consulté le 15 novembre 2020)
  6. a et b « RIA - Les Régiments d'Infanterie Alpine », sur Mémoire des Alpins (consulté le 15 novembre 2020)
  7. Julien Monange, « Les « alpins » des Pyrénées dans l’entre-deux-guerres », Soldats De France, no 13,‎ , p. 20-21 (lire en ligne).
  8. « Regiments français », sur www.atf40.fr (consulté le 15 novembre 2020)
  9. Stéphane Weiss, « Numérologie identitaire au sein de l’armée française renaissante en 1944-1945 », Guerres mondiales et conflits contemporains, vol. 271, no 3,‎ , p. 113 (ISSN 0984-2292 et 2101-0137, DOI 10.3917/gmcc.271.0113, lire en ligne, consulté le 15 novembre 2020)
  10. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes