74e régiment d'infanterie

74e régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 74e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 74e régiment d’infanterie.

Création 1674
Dissolution 1976
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d’infanterie
Rôle Infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Jemappes 1792
Gênes 1800
Sébastopol 1854-55
Solférino 1859
La Marne 1914
Artois 1915
Verdun 1916
Roulers 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Guerre de Sept Ans
Guerre d'indépendance américaine
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1818
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes, une étoile vermeil
Médaille d'or de la Ville de Milan
insigne de béret d'infanterie

Le 74e régiment d'infanterie (74e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Beaujolais, un régiment français d'Ancien Régime.

Création et différentes dénominations

  • 1674 : renommé régiment de Schomberg
  • 1681 : renommé régiment de Larray
  • 1688 : renommé régiment de Sceaux
  • 1689 : renommé régiment de Blainville
  • 1690 : renommé régiment de Maulevrier
  • 1706 : renommé régiment de Du Fort Lenormand
  • 1710 : renommé régiment de Lyonne
  • 1723 : renommé régiment de Montconseil
  • 1742 : renommé régiment de Traisnel
  • 1757 : renommé régiment de Brancas
  • 1758 : renommé régiment de Durfort
  • 1761 : renommé régiment de Lastic
  • 1762 : renommé régiment de Beaujolais
  • 1765 : renommé régiment de Lamballe
  • 1755 : renommé régiment de Pélissier
  • 1768 : renommé régiment de Beaujolais
  • 1791 : renommé 74e régiment d’infanterie de ligne
  • 1794 : renommé 74e demi-brigade de bataille
  • 1796 : renommé 74e demi-brigade de ligne
  • 1803 : dissolution
  • 1840 : renommé 74e régiment d’infanterie de Ligne
  • 1914 : à la mobilisation, met sur pied son régiment de réserve, le 274e régiment d’infanterie
  • 1882 : renommé régiment de 74e régiment d’infanterie
  • 1920 : dissous (traditions conservées par le 39e RI)
  • 1939 : recréation 74e régiment d’infanterie
  • 1940 : dissous
  • 1963 : création du 74e bataillon d’infanterie
  • 1964 : transformé en 74e régiment d’infanterie Il occupait le fort de Tourneville et de saint-Adresse et se spécialisait dans l'infanterie commando.
  • 1976 : dissous

Colonels/Chef de brigade

  •  : Colonel Heymann.
  • -  : Colonel Schmitz.
  • 1914-1918 : Lieutenant-colonel Brenot.
  • 1939 : Lieutenant-colonel Maisse.

Historique des garnisons, combats et batailles

Campagnes

Hollande 1674-1678,
Ligue d'Augsbourg 1688-1697,
Succession d'Espagne 1701-1713,
Italie 1733-1734,
Succession d'Autriche 1740-1748,
Guerre de Sept-Ans 1756-1763,
Amérique 1776,
Belgique 1792,
Allemagne 1793-1796,
Italie 1799-1800,
Saint-Domingue 1802-1803,
Crimée 1854-1855,
Italie 1859,
France 1870-1871,
Madagascar 1895-1896,
Grande Guerre 1914-1918,
France 1939-1940.

Ancien Régime

Uniforme du régiment par décret d'application de 15 janvier 1792
Régiment de Traisnel

Guerres de la Révolution et de l'Empire

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le 74e Régiment d'Infanterie ci-devant Beaujolais se trouvait en garnison à Marchiennes en 1791 ; il logeait dans l'abbaye de cette ville du Nord de la France. « On ne saurait donner trop d'éloges à l'intrépidité des soldats du 74e ; ils méritent le titre de Républicains---c'est tout dire.» Convention, 1794.

Second Empire

1870 à 1914

  • 1895-1896 : Madagascar

Première Guerre mondiale

En 1914 casernement : Rouen, Elbeuf et Gaillon; 9e Brigade d'Infanterie ; 5e Division d'Infanterie ; 3e Corps d'Armée. Le Régiment reste durant toute la durée de la Première Guerre mondiale au sein de la 5e division d'infanterie.

« Superbe régiment, d'une valeur combattive au-dessus de tout éloge. » Citation, 1918.

Entre-deux-guerres

En 1920 le régiment est dissous, les traditions du régiment sont conservées par le 39e RI[réf. nécessaire].

Seconde Guerre mondiale

Formé le comme régiment de réserve A type Nord-Est, il est mis sur pied par le centre mobilisateur d'infanterie no 32 (Rouen et Eu ). Sous les ordres du lieutenant-colonel Maisse, il appartient à la 6e division d'infanterie[2].

Lors de la bataille de France, il combat dès le dans le secteur d'Inor (Meuse) puis dans la région de Sommauthe (Ardennes). Il subit de lourdes pertes. Le , il se replie vers le sud avec la IIe armée française menacée d'encerclement par la percée allemande au centre du front français. Le colonel et la plupart du régiment est fait prisonnier à Girauvoisin le et le reste de l'unité au sud de Toul le , certains soldats ayant atteint la région d'Épinal avant d'être fait prisonniers[3].

Après 1945

À partir de 1963 le 74e R.I réapparaît au fort de Tourneville sur les hauteurs du Havre, spécialisé dans l'apprentissage commando, les lieux et le fort de Saint Adresse à proximité s'y prêtant. Il a servi de charnière entre les méthodes issues des guerres d'Indochine et d'Algérie et les nouvelles techniques de combat adaptées à la situation internationale. En relation permanente avec les centres commandos de Quélern et Givet, le régiment a permis, jusqu'à sa dissolution de sortir des éléments de carrières utiles aux nouveaux conflits actuels[style à revoir].

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[4] :

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

74e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Le drapeau de 1940

En 1929, le 74e RI reçoit le drapeau du 54e RI dissout et les marques du 74e RI sont recousues sur ce dernier. Avant que le régiment soit capturé par les Allemands en juin 1940, un militaire du régiment le cache à Golbey (Vosges), sans pouvoir en témoigner après la fin de la guerre, probablement parce qu'il a été tué à une date inconnue. Après des recherches infructueuses menées par l'armée en 1969 près de Toul, le drapeau est finalement découvert en 1989 par un sous-officier d'active visitant une maison à Golbey. Depuis 49 ans, le drapeau était resté dans le grenier de cette maison à l'insu du propriétaire des lieux. Après vérifications, le drapeau est finalement remis en 1991 au 171e RI en garnison à Golbey, puis au service historique de l'armée de terre[3].

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 Croix de Guerre 1914 1918.jpg avec 2 palmes et 1 étoile vermeil puis de la Médaille d'or de la Ville de Milan Medaille d'or de Milan.png.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1818.

Mémoire et traditions

Personnalités ayant servi au régiment

Sources et bibliographie

  • Guy Hallé, Là-bas avec ceux qui souffrent : carnets d'un poilu rouennais à Verdun, Louviers, Ysec éditions, coll. « Grands témoins », , 88 p. (ISBN 978-2-846-73016-7, OCLC 470486213).
  • Marie Paul Charles Roger Rimbault, Propos d'un marmitʹe 1915-1917, L. Fournier, (OCLC 84158750)
  • Paul Lefebvre-Dibon, Quatre pages du 3e, bataillon du 74e R.D Extrait d'un carnet de campagne, 1914-1916., Berger-Devrault, (OCLC 1027097828)
  • Lucien Durosoir, Maurice Maréchal et Luc Durosoir (présentation) (préf. Jean-Pierre Guéno), Deux musiciens dans la grande guerre, Paris, Tallandier, , 358 p. (ISBN 978-2-847-34258-1, OCLC 762460442)
  • Paul Verlet. Ce soldat poète a laissé un témoignage poignant sur la guerre, et sur le 74e RI en particulier, dans un petit recueil intitulé « De la boue sous le ciel ».

Notes et références

  1. André Golaz, Odette Golaz, A. Guillaume (préfacier), Notice historique et descriptive sur Mont-Dauphin (Hautes-Alpes), Société d'études des Hautes-Alpes, Gap, 1981 (3e édition, 1re édition 1966), (ISBN 978-2-85627-001-1), p. 106-107
  2. « Regiments français », sur www.atf40.fr (consulté le 8 septembre 2020)
  3. a et b Maurice Dauvel, « L’odyssée du drapeau du 74e RI », La Charte, Fédération nationale André Maginot,‎ , p. 28-29 (lire en ligne)
  4. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes