626

Cette page concerne l'année 626 du calendrier julien.

Événements

Asie

Europe

Diocèses représentés par un évêque (en rose) et représentés par un délégué (en vert).
  • Printemps : mort d'Adaloald, roi des Lombards déposé en 525. Arioald est reconnu dans tout le royaume (fin en 636)[3]. Il fixe sa cour à Pavie et réorganise l'administration du royaume avec une bureaucratie inspirée du système byzantin[4].
  • 20 avril, Pâques : le roi Edwin de Northumbrie échappe à un attentat. Il fait le vœu de se convertir au christianisme. Peu après une assemblée des nobles du royaume (witan) réunie à Goodmanham décide la conversion des Angles[5].
  • 14-15 mai : émeutes à Constantinople des soldats de la garde (scholae), furieux de la suppression des distributions de l'annone et de l'augmentation du prix du pain. Le patriarche les calme en leur sacrifiant le trésorier Jean Seismos[6].
  • 29 juin : les Avars, alliés des Perses se présentent devant Constantinople pendant que l'armée perse de Charbaraz occupe Chalcédoine et que celle de Shahin Vahmanzadegan  attaque l'empereur d'Orient Héraclius ; ce-dernier divise ses forces, envoie un corps de 12 000 cavaliers soutenir la capitale, laisse son frère Théodore tenir tête à Shahin, et remonte vers le nord, jusqu'au Lazique où il sollicite l’aide des Khazars (40 000 hommes) pour attaquer les Sassanides[7].
  • Juillet : l'armée de Shahin (50 000 hommes) est battue par Théodore entre Koloneia (Şebinkarahisar) et Satala  (Sadak, au nord d'Erzincan)[8].
  • 29 juillet : début du siège de Constantinople[6].
  • 2 et 7 août : échec des assauts des Avars contre Constantinople[7]. Leur flotte est anéantie et ils sont écrasés par les armées du patriarche Serge et du fils de l’empereur (Constantin) qui invoquent la Vierge (Théotokos)[6].
    • Cette défaite définitive est le signal de la révolte pour les tribus slaves soumises par les Avars. Le Franc Samo prend la tête de la révolte et s’affirme comme chef des territoires libérés, la Moravie, la Bohême, la Basse-Autriche et la Serbie blanche (631)[4].


  • Concile de Clichy (626-627) : les évêques devront être choisis dans la communauté dont ils ont la charge. Le concile défend aux clercs et aux laïques de pratiquer l’usure, ce qui provoque l’augmentation des taux d’intérêt[9].
  • À la mort du maire du Palais de Bourgogne Warnachaire II (Garnier), son fils Godin épouse sa belle-mère ; il est assassiné près de Chartres en allant faire un pèlerinage dans les grands sanctuaires (Saint-Médard de Soissons, Saint-Denis, Saint-Aignan d’Orléans, Saint-Martin de Tours) pour expier cette faute. La même année, Clotaire II réunit à Troyes les grands et leudes de Bourgogne, qui refusent que l'on désigne un nouveau maire du Palais[10].

Naissances en 626

Décès en 626

Notes et références

  1. Mémoires concernant l'histoire, les sciences, les arts, les mœurs, les usages, &c. des Chinois, Paris, Nyon, (lire en ligne)
  2. a et b René Grousset (1885-1952), <abbr%20class= "abbr%20indicateur-format%20format-pdf"%20title="Document%20au%20format%20Portable%20Document%20Format%20(PDF)%20d'Adobe">[PDF] « Histoire de la Chine », Club des Libraires de France, première édition : 1942
  3. Dictionnaire de l'art de vérifier les dates, Paris, Jacques-Paul Migne, (lire en ligne)
  4. a et b Robert Folz, De l'antiquité au monde médiéval, Volume 5, Presses universitaires de France, (lire en ligne)
  5. Richard North, Joe Allard, Beowulf & other stories: an introduction to Old English, Old Icelandic, and Anglo-Norman literature, Pearson Education, (ISBN 1405835729, lire en ligne)
  6. a, b et c Charles Lebeau, Hubert Pascal Ameilhon, Histoire du Bas-Empire, Volume 12, Jean-Edme Dufour & Phil. Roux, (lire en ligne)
  7. a et b Louis Bréhier, Vie et mort de Byzance, Paris, Albin Michel, , 596 p. (lire en ligne)
  8. Walter Emil Kaegi, Heraclius : emperor of Byzantium, Cambridge University Press, (ISBN 0521814596, lire en ligne)
  9. Henri Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Paris, Presses Universitaires de France, (lire en ligne)
  10. Ferdinand Lot, Naissance de la France, Librairie Arthème Fayard, , 864 p. (lire en ligne)

Liens externes