52e division d'infanterie (Empire allemand)

52e division d'infanterie
Création mars 1915
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Division d'infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1917 - Bataille de la Malmaison
1918 - Offensive Michael
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - Offensive des Cent-Jours
(Bataille de Picardie)

La 52e division d'infanterie est une unité de l'armée allemande créée en 1915 qui participe à la Première Guerre mondiale sur le front de l'ouest. En 1915 et 1916, la division occupe un secteur du front au sud d'Arras, elle est utilisée durant la bataille de la Somme. En 1917, elle prend part aux combats du printemps et de l'automne sur l'Aisne. Puis en 1918, elle participe comme division d'attaque à l'offensive Michael puis à la bataille de l'Aisne avant d'être impliquée dans les combats défensifs de l'été tout d'abord sur la Somme puis en Argonne. La division est rapatriée en Allemagne à la fin du conflit et dissoute au cours de l'année 1919.

Première Guerre mondiale

Composition

1915 - 1916

  • 104e brigade d'infanterie
66e régiment d'infanterie (3e régiment d'infanterie de Magdebourg) 
169e régiment d'infanterie (8e régiment d'infanterie du pays de Bade) 
170e régiment d'infanterie (9e régiment d'infanterie du pays de Bade) 
  • 4 escadrons du 16e régiment de uhlans « Hennigs von Treffenfeld » (régiment de uhlans d'Altmärkische) 
  • 52e brigade d'artillerie
103e régiment d'artillerie de campagne (6 batteries)
104e régiment d'artillerie de campagne (6 batteries dont 3 batteries d'obusiers)
  • 103e et 104e compagnie de pionniers

1917

  • 56e brigade d'infanterie
111e régiment d'infanterie « Markgraf Ludwig Wilhelm » (3e régiment d'infanterie du pays de Bade) 
169e régiment d'infanterie (8e régiment d'infanterie du pays de Bade)
170e régiment d'infanterie (9e régiment d'infanterie du pays de Bade)
  • 4 escadrons du 16e régiment de uhlans « Hennigs von Treffenfeld » (régiment de uhlans d'Altmärkische)
  • 52e commandement divisionnaire d'artillerie
104e régiment d'artillerie de campagne (9 batteries)
  • 137e bataillon de pionniers

1918

  • 56e brigade d'infanterie
111e régiment d'infanterie « Markgraf Ludwig Wilhelm » (3e régiment d'infanterie du pays de Bade)
169e régiment d'infanterie (8e régiment d'infanterie du pays de Bade)
170e régiment d'infanterie (9e régiment d'infanterie du pays de Bade)
  • 4 escadrons du 16e régiment de uhlans « Hennigs von Treffenfeld » (régiment de uhlans d'Altmärkische)
  • 52e commandement divisionnaire d'artillerie
104e régiment d'artillerie de campagne (9 batteries)
84e bataillon d'artillerie à pied (état-major, 1re, 2e et 3e batterie)
  • 137e bataillon de pionniers

Historique

La division est formée par les 169e et 170e régiment d'infanterie issus de la 29e division d'infanterie et du 66e régiment d'infanterie en provenance de la 7e division d'infanterie. En avril 1917, ce dernier régiment est remplacé par le 111e régiment d'infanterie de la 28e division d'infanterie pour avoir un recrutement homogène provenant de Bade.

1915

7 - 13 juin 1915 : combat le long de la Serre.

1916

1917

  • 13 janvier - 30 mars : mouvement par V.F. en Alsace au nord-ouest de Bâle. À partir du 15 janvier, occupation d'un secteur du front vers Altkirch entre Carspach et Hirtzbach.
  • 30 mars - 16 avril : retrait du front, repos dans la région de Müllheim.
  • 16 avril - 1er juin : transport par V.F. vers l'Aisne. À partir du 21 avril, engagée dans la bataille du Chemin des Dames au sud de Juvincourt[1].
  • 1er - 15 juin : retrait du front, repos en seconde ligne.
  • 15 juin - 10 juillet : mouvement vers le front, occupation du même secteur vers Juvincourt.
  • 10 - 24 juillet : retrait du front, repos.
  • 24 juillet - 30 septembre : en ligne sur le plateau de Californie.
14 septembre : attaque allemande.
  • 30 septembre - 15 octobre : retrait du front, mouvement vers le camp de Sissonne ; repos.
  • 15 octobre - 2 novembre : mouvement vers le front, occupation d'un secteur vers Pinon ; engagée à partir du 23 octobre dans la bataille de la Malmaison[1], subit de lourdes pertes puis se replie au nord de l'Ailette.
  • 2 novembre - 15 décembre : mouvement de rocade, occupation d'un nouveau secteur du front entre Maisons de Champagne et la Butte du Mesnil.
  • 15 décembre 1916 - 10 janvier 1917 : retrait du front, repos dans la région de Vouziers.

1918

28 mars - 14 avril : relève de la 28e division d'infanterie[2] et occupation du secteur au nord-ouest de Montdidier vers Hangest-en-Santerre.
  • 14 avril - 22 mai : relevée par la 76e division de réserve[2] ; retrait du front, mouvement vers Sedan repos et instruction.
  • 22 mai - 10 juin : transport par V.F. vers La Malmaison. Le 26 mai, la division est en ligne dans le secteur de Juvincourt. À partir du 27 mai, engagée dans la bataille de l'Aisne, attaque entre Pontavert et Gernicourt franchissement de l'Aisne.
28 mai : attaque en direction de Guyencourt et de Bouvancourt, franchissement de la Vesle à Jonchery-sur-Vesle.
29 mai : attaque vers Faverolles.
31 mai : capture d'Olizy.
2 juin : la division atteint la Marne vers Verneuil[2].
  • 10 juin - 12 juillet : après de lourdes pertes, la division est retirée du front. Mouvement par V.F., à partir du 15 juin repos dans la région de Sedan. À partir du 20 juin, mise en réserve dans la région de Tournai.
  • 12 juillet - 5 août : relève la 119e division d'infanterie dans le secteur d'Avion[2] au sud de Lens. Le 5 août, la division est retirée du front par extension des secteurs des divisions voisines.
  • 6 - 17 août : relève la 207e division d'infanterie[2] dans le secteur de Vieux-Berquin au sud-ouest de Bailleul. Le 17 août, la division est retirée du front par extension des secteurs des divisions voisines.
  • 17 août - 5 septembre : transport par V.F. à partir du 22 août, renforcement la ligne de front vers Miraumont, engagée dans la bataille de Picardie[n 1].
  • 5 - 28 septembre : retrait du front, mouvement vers Courtrai , repos et réorganisation. La division est renforcée par l'arrivée des hommes du 29e régiment d'Ersatz issus de la 223e division d'infanterie dissoute[2].
  • 28 septembre - 14 octobre : transport par V.F. renforcement de la ligne de front vers Exermont ; combats violents, la division est repoussée sur Landres-et-Saint-Georges[n 2].
  • 14 octobre - 1er novembre : retrait du front, repos et arrivées de renforts.
  • 1er - 11 novembre : mouvement vers le front, relève de la 41e division d'infanterie dans le secteur de Buzancy[2], la division abandonne la ville le 2 novembre et continue les combats défensifs. Après la signature de l'armistice la division est transférée en Allemagne où elle est dissoute au cours de l'année 1919.

Chefs de corps

Grade Nom Date
Generalleutnant Karl von Borries  3 mars 1915 - 22 octobre 1918
Generalmajor Eugen Glück 22 octobre - 11 décembre 1918
Generalmajor Wilhelm Ribbentrop  12 décembre 1918 - 23 janvier 1919

Notes et références

Notes

  1. Durant les combats de la fin août, la 52e division d'infanterie subit des pertes très lourdes dont 1 400 hommes faits prisonniers[2].
  2. Durant les combats en Argonne, la 52e division d'infanterie subit de lourdes pertes dont 600 hommes faits prisonniers[2].

Références

  1. a et b US Army 1920, p. 502
  2. a b c d e f g h et i US Army 1920, p. 503

Voir aussi

Bibliographie

  • (en) United States Army, American Expeditionary Forces, Intelligence Section, Histories of Two Hundred and Fifty-one Divisions of the German Army which Participated in the War (1914–1918), Washington, Government Print Office, (ISBN 5-87296-917-1, lire en ligne)
  • (de) Gunter Wegner, Stellenbesetzung Der Deutschen Heere, 1815-1939 Die Hoheren Kommandostellen, vol. 1, Osnabruck, Bibliophile Books, (ISBN 3-7648-1780-1)

Articles connexes

Liens externes