344e régiment d'infanterie

344e régiment d'infanterie
Création Août 1914
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise Grogne mais marche
Inscriptions
sur l’emblème
VERDUN 1916-1917
TARDENOIS 1918
SOMME-PY 1918
Guerres Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918

Le 344e régiment d'infanterie (344e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les bataillons de réserve du 144e régiment d'infanterie.

À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.

Création et différentes dénominations

  • 1914 : 344e régiment d'infanterie

Chefs de corps

  • 01/08/1914 - 20/08/1914: Lieutenant-colonel Barraud, blessé grièvement le 20 août à Faxe-Fonteny[1]

Lt Colonel Carron 1918

Drapeau

Il porte, brodées en lettres d'or, les inscriptions[2] :

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918 décernée le 4 novembre 1918

Historique des garnisons, combats et batailles

Première Guerre mondiale

Affectations:

1914

Combat Faxe Fonteny (57) le 20/08/1914. Tués: 3 ; Blessés: 102; Disparus: 1087 ; Chevaux perdus: 18

1915

1916

1917

1918

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

formé à Saintes en septembre 1939, fait partie des 4 régiments d'infanterie métropolitains de la XVIIIe région militaire (218e 257e 323e 344e)envoyés en Afrique du Nord après la mobilisation moins son 4e bataillon de défense du littoral rattaché à l'organe de commandement du littoral F

le 344e régiment d'infanterie en Afrique du Nord est affecté aux :

De 1945 à nos jours

Traditions et uniformes

Insigne

Devise

Grogne mais marche

Personnages célèbres

  • Émile Bréhier (1876-1952), philosophe et biographe, servit dans ce régiment au cours de la Grande guerre. Il y gagna les galons de sous-lieutenant, fut cité deux fois à l'ordre de la division et à l'ordre de l'armée. Atteint d'une très grave blessure, il dut être amputé du bras gauche.
  • Gaston Monod (1883-1914), linguiste et professeur de littérature française. Caporal-fourrier, succombé le 20 août 1914 à Fonteny[3].
  • Henri Lacassagne, rugbyman.

Notes et références

  1. Il prendra plus tard, le 1er avril 1915, le commandement du 418e RI, à la tête duquel il sera tué le 26 avril 1915
  2. Service historique de la Défense, Décision No 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007
  3. La Revue Mondiale, vol. 109 (1914).

Voir aussi