296e régiment d'infanterie

296e régiment d'infanterie
Création
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Béziers
Inscriptions
sur l’emblème
Picardie 1914
Verdun 1916
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale

Le 296e régiment d'infanterie (296e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française constitué en 1914 avec les deux bataillons de réserve du 96e régiment d'infanterie[1].

Création et différentes dénominations

  •  : 296e régiment d'infanterie constitué des bataillons de réserve du 96e RI.
  •  : dissolution

Chefs de corps

  •  : lieutenant-colonel Lecomte
  •  : lieutenant-colonel Douce
  •  : colonel Robert [2]
  •  : chef de bataillon Valois
  •  : lieutenant-colonel Santos-Cottin, puis par intérim, chef de bataillon Valois,
  •  : colonel Lenfant

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade. (**) Officier qui devint par la suite général de division.

Drapeau

Il porte, brodées en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions[3] :

Historique des garnisons, combats et batailles du 280e RI

Le 296e RI est créé à Béziers.

Première Guerre mondiale

Affectation

À la mobilisation française de 1914 : 132e brigade d'infanterie, 66e division d'infanterie (DI), 16e région, 1er groupe de réserve.

  • 66e DI d' à
  • 58e DI d' à
  • 152e DI de à
  • 169e DI de janvier à

Historique

1914

Le , le régiment se constitue et embarque par voie ferrée en direction de Montbéliard. Arrivée le , il poursuit sa route vers la frontière.

  • Alsace : Flaxlanden, Didenheim ()
  • Vosges : col du Louschbach, col du Bonhomme (septembre)
  • Artois : (du 14 au ) attaque de Vermelles, Fosse 10, puis le château et la brasserie de Vermelles (octobre), château de Vermelles (début décembre), le Rutoire (le 16 et ). Certains soldats des 280e RI et 296e RI, en seconde ligne durant la nuit de Noël, entendent provenant du secteur anglais des chants, des clameurs, de nombreuses fusées sont lancées de part et d'autre, mais pas de fusillade[4].

1915

1916

  • Artois : Mont-Saint-Éloi (février à mars)
  • Verdun : Esnes, ravin de la Hayette, ouvrage de Miramas et de Tarascon, pente ouest du Mort-Homme en mai. 650 hommes se sont sacrifiés les 20 et , pour le maintien du front.
  • Champagne : (juin à septembre) Perthes-lès-Hurlus.
  • Somme : attaque de Combles, tranchée de Ludja, boyau de Pilsen, ouvrage 9800 (octobre à novembre).

1917

  • Marne : Massiges (janvier à mars)
  • Champagne : Sept-Saulx (avril), la tranchée Skoda à Moronvilliers (avril à mai). Le colonel Robert, commandant le régiment, est tué lors des combats du .
  • Secteur de Condé (mai à novembre). En mai, le caporal Barthas rend compte de la mutinerie du régiment.
  • Dissolution du régiment en  : les soldats sont versés dans le 202e RI, le 225e RI et le 248e RI.

Traditions et uniformes

Insigne

Devise

Personnages célèbres ayant servi au 296e RI

  • Caporal Louis Barthas (1879-1952) : rédacteur des Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier.

Voir aussi

Articles connexes

Sources

Bibliographie

Notes

  1. À la mobilisation, chaque régiment d'active créé un régiment de réserve dont le numéro est le sien plus 200.
  2. Mort pour la France le « Marcel Henri Robert », base Mémoire des hommes, ministère français des Armées.
  3. Service Historique de la Défense, Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007.
  4. Rapporté par le caporal Louis Barthas dans ses carnets de guerre.