26e division d'infanterie (France)

26e division d’infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d’infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Première bataille d'Ypres
1916 - Bataille de Verdun
1916 - Bataille de la Somme
1917 - opération Alberich
1917 - Bataille de Verdun
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - Bataille de Saint-Mihiel
Commandant Jean Pierre François Bonet

La 26e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Les chefs de la 26e division d'infanterie

  • 1795 : général Laurent
  • 1803 : général Bonet
  • .
  • 30 novembre 1876 - 21 février 1880 : général de Saint-Hilaire
  • .
  • 30 mars 1881 - 27 avril 1881 : général Bounetou (n'a pas pris son poste car malade et est décédé le 26 avril 1881)
  • 22 juin 1881 - 12 février 1885 : général Bréart
  • .
  • 3 mars 1885 - 29 décembre 1886 : général Villain
  • .
  • 11 janvier - 3 juin 1887 : général Thomas
  • 8 juin 1887 : général de Gislain
  • 20 mai 1890 - 30 septembre 1891 : général Vigneaud
  • .
  • 4 novembre 1891 : général Leclere
  • 30 mars 1895 - 5 septembre 1898 : général Raynal de Tissonière
  • .
  • 20 septembre 1898 : général Tanchot
  • 27 juillet 1900 - 31 décembre 1903 : général Millet
  • .
  • 6 janvier 1904 - 12 mars 1907 : général d'Entraigues
  • 12 mars 1907 - 23 février 1910 : général Pelletier
  • .
  • 10 mars 1910 : général Brochin
  • 26 décembre 1912 : général Silhol
  • 20 août - 24 août 1914 : général Blazer
  • 26 août 1914 : général Pillot
  • 30 septembre 1914 : général Hallouin
  • 7 juillet 1915 : général Pauffin de Saint-Morel
  • 27 novembre 1917 - 25 février 1918 : général de Toulorge
  • 28 février 1918 : général Jean de Belenet
  • .
  • 12 janvier 1919 : général Mordacq
  • 25 décembre 1921 - 26 décembre 1923 : général Gaucher
  • .
  • 1938 - avril 1940 : général Troublé
  • avril 1940 : général Bonnaissieux

Première Guerre mondiale

Composition au cours de la guerre

Mobilisée dans la 13e Région, la division appartient au 13e corps d'armée, au sein de la 1re armée française.

  • 51e Brigade :
105e régiment d'infanterie d'août 1914 à décembre 1916
121e régiment d'infanterie d'août 1914 à novembre 1918
  • 52e Brigade :
92e régiment d'infanterie d'août 1914 à novembre 1918
139e régiment d'infanterie d'août 1914 à novembre 1918
  • Réserve
69e régiment d'infanterie territoriale de juin 1915 à ??
70e régiment d'infanterie territoriale de juin 1915 à ??
3e régiment de marche du 1er étranger d'avril à juillet 1915 (Dissolution)
  • Cavalerie :
3e régiment de chasseurs (1 escadron)
  • Artillerie :
16e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes 75)
  • Génie :
4e régiment du génie (compagnies 13/2)

Historique

1914

27 novembre : attaque allemande.
29 novembre : attaque française.
  • 2 – 24 décembre : retrait du front et mouvement vers Poperinghe ; repos. À partir du 5, transport par V.F. dans la région d’Estrées-Saint-Denis ; repos.

1915

  • 24 décembre 1914 – 4 octobre 1915[3] :Mouvement vers le sud de Roye ; le 27 décembre, occupation d’un secteur vers Beuvraignes et la route d’Amiens à Roye : Guerre de mines à Beuvraignes.
  • 4 octobre – 3 novembre : retrait du front ; repos dans la région de Montdidier (éléments laissés en secteur).
  • 3 novembre – 9 décembre : occupation d’un secteur entre la lisière sud du bois des Loges et Andechy.
  • 9 décembre 1915 – 15 janvier 1916 : retrait du front vers Maignelay ; repos et instruction. À partir du 24 décembre, mouvement vers le camp de Crèvecœur : repos et instruction.

1916

  • 15 janvier – 22 février : mouvement vers le front et occupation d’un secteur entre Belval et la lisière sud du bois des Loges.
  • 22 – 28 février : retrait du front dans la région de Verberie, et, à partir du 25 février, transport dans celle de Sainte-Menehould.
  • 28 février – 28 mars : mouvement vers Rarécourt et Froidos, puis vers Récicourt et Brocourt ; travaux. Organisation et défense de la 2e position, au sud des bois d’Avocourt et de Malancourt
7 - 14 mars : la 52e brigade est engagée dans la bataille de Verdun ; combats aux bois de Cumières et des Corbeaux.
20 - 28 mars : éléments engagés aux bois d’Avocourt et de Malancourt[4].
  • 28 mars – 23 avril : retrait du front ; regroupement vers Revigny, puis transport par V.F. vers Estrées-Saint-Denis ; repos.
  • 23 avril – 1er juillet : mouvement vers le front et occupation d’un secteur dans la région la ferme Quennevières, l’Oise.
  • 1er – 11 juillet : retrait du front et repos vers Estrées-Saint-Denis.
  • 11 juillet – 30 novembre : mouvement vers l’ouest de Montdidier, et à partir du 16 juillet, occupation d’un secteur vers Maucourt et Parvillers. Engagée dans la bataille de la Somme, d’abord vers Maucourt, puis, à partir du 22 août, vers Lihons et la voie ferrée d’Amiens à Chaulnes.
4 et 6 septembre : attaque de Chaulnes.
13 novembre : extension du front, à gauche, jusqu’au sud de Pressoire.
  • 30 novembre – 7 décembre : retrait du front et transport par camions vers Nanteuil-le-Haudouin ; repos.
  • 7 décembre 1916 – 23 janvier 1917 : transport par V.F. dans la région de Neufchâteau ; repos. À partir du 11 décembre, instruction au camp de Saint-Blin.
17 janvier 1917 : transport par V.F. de Liffol-le-Grand, Nanteuil-le-Haudouin et à Dammartin-en-Goële.

1917

  • 23 janvier – 19 mars : occupation d’un secteur vers l’Écouvillon et le massif de Thiescourt. À partir du 17 mars, poursuite des troupes allemandes lors de leur repli stratégique (opération Alberich) : progression jusqu’au canal Crozat.
  • 19 – 31 mars : retrait du front ; repos vers Noyon et Salency.
  • 31 mars – 26 avril : mouvement vers le front et occupation d’un secteur dans la région Essigny-le-Grand, le canal Crozat.
3, 4 avril : engagement à Giffécourt, Dallon, Gauchy et Grugies. Participe le 13 avril, à l’attaque franco-britannique sur la position Hindenburg. Puis organisation d’un secteur vers Urvillers et Grugies.
  • 26 avril – 16 mai : retrait du front ; repos dans la région de Guiscard.
  • 16 mai – 15 juillet : occupation d’un secteur entre Grugies et Sélency.
  • 15 juillet – 7 août : retrait du front, et, à partir du 19 juillet, transport par V.F. dans la région de Ham, Nesle, vers le camp de Mailly ; repos et instruction.
  • 7 – 31 août : transport par camions vers Ville-sur-Cousances, puis à partir du 18, occupation d’un secteur vers la Hayette et la route d’Esnes à Malancourt. À partir du 20 août, engagée dans la 2e bataille offensive de Verdun : attaque et prise de la cote 304. Occupation des positions conquises vers Béthincourt et Haucourt-la-Rigole.
  • 31 août – 22 septembre : retrait du front ; repos vers Triaucourt.
  • 22 septembre – 25 décembre : transport par camions vers Clermont-en-Argonne, et occupation d’un secteur entre l’ouest d’Avocourt et l’Aire.
  • 25 décembre 1917 – 2 février 1918 : retrait du front, repos vers Laheycourt et Revigny.

1918

12 - 14 septembre : engagée dans la Bataille de Saint-Mihiel : progression vers Hattonchâtel.
  • 15 – 25 septembre : retrait du front ; mouvement, de la région de Saint-Mihiel, vers celle de Verdun.
  • 25 septembre – 3 novembre : mouvement vers le front, puis, à partir du 8 octobre, occupation d’un secteur au bois des Caures et à la Wavrille. Pendant la bataille de Montfaucon, combats sur les Hauts-de-Meuse ; progression en direction de Flabas. Puis organisation des positions conquises.
  • 3 – 11 novembre : retrait du front (relève par des éléments américains). Mouvement vers Liverdun : préparatifs d’offensive.

Décorations et citations

Le 8 décembre, le général Alix porte à la connaissance de ses troupes, la citation adressé à la 26e division d'infanterie :
« Ordre n° 67 »
« Au moment où la 26e Division cesse d'être sous ses ordres le Général commandant le 9e corps d'armée ne veut pas se séparer d'elle sans lui avoir exprimé toute sa satisfaction pour le concours qu'elle lui a donné.»
« Sous l'impulsion du chef distingué qui la commande, elle a fait preuve, en toutes circonstances, d'une activité incessante, montrant dans deux attaques les plus belles qualités offensives, faisant preuve dans ses tranchées sans cesse bombardées, d'une solidité inébranlable sous le feu, y repoussant notamment une forte attaque de l'ennemi, en lui infligeant des pertes sévères.»
« Le Général commandant le 9e Corps d'Armée exprime à tous, officiers et soldats, ses remerciements.»
« Signé : Général Dubois. »

« « Cet ordre constate ainsi les qualités offensives et défensives dont la 26e Division a su faire preuve en des circonstances difficiles et qu'elle avait déjà montrées, de même que la 25e Division, la 4e Brigade Marocaine, les troupes non endivisionnées, et le 22e régiment d'infanterie territorial, en maints combats, depuis le début de la campagne.»
« Sur les sept drapeaux ennemis qui sont actuellement déposés à l'Hôtel des Invalides, deux ont été enlevés par les troupes de la 13e région militaire
«Chacun aura à cœur d'augmenter le nombre de ces trophées.»
«Au Q. G. le 8 décembre 1914.»
«Le Général commandant le 13e CA Signé : Alix. »

Rattachements

2 août - 10 septembre 1914
1er - 6 décembre 1916
17 janvier - 21 mars 1917
21 septembre - 10 novembre 1914
5 décembre 1914 - 30 juin 1915
27 février - 28 mars 1916
7 août 1917 - 14 mai 1918
24 juin - 8 novembre 1918
19 juillet - 6 août 1917
15 - 27 mai 1918
11 - 20 septembre 1914
- 22 février 1916
29 mai - 19 juin 1918
16 novembre - 4 décembre 1914
2 - 16 janvier 1917
29 mars - 29 juin 1916
11 juillet - 2 décembre 1916
28 mai 1918
20 - 23 juin 1918
9 - 11 novembre 1918

L'Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

Composition

Le 10 mai 1940 la 26e DI, sous les ordres du général Bonnassieux, est rattachée au 6e Corps d'Armée qui est intégré à la 3e armée.


À cette date la 26e Division d'Infanterie se compose de :

L'après Seconde Guerre mondiale

Sources

Notes et références

  1. La 3e brigade marocaine, provisoirement rattachée à la 26e D.I. le 15 septembre 1914, est en réserve du 13e C.A. le 16, passe à la 37e D.I. le 17 septembre.
  2. Les 17 et 18 septembre 1914, la 51e brigade est à la disposition de la 37e D.I..
  3. Dès le 30 décembre 1914, des éléments de la 86e D.T. sont mis à la disposition de la 26e D.I.. Le 18 juin 1915, lors de la dissolution de la 86e D.T., les 69e et 70e R.I.T. passent temporairement à la 26e D.I.. Du 19 au 28 septembre 1915, des éléments de la 51e D.I. sont aux ordres du général commandant la 26e D.I.. Ces éléments occupent un secteur vers Dancourt et l’Échelle-Saint-Aurin et préparent une offensive sur Roye.
  4. Du 27 au 29 mars 1916, les éléments non endivisionnés du 13e C.A., et les 25e et 26e D.I. forment un regroupement de reconstitution, sous les ordres du général Debeney, commandant la 25e D.I., tandis que le général Alby, commandant le 13e C.A. commande un secteur au front.

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

Liens externes