98e régiment d'infanterie

(Redirigé depuis 23e régiment d'infanterie légère)

98e régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 98e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 98e régiment d’infanterie.

Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'infanterie
Rôle Infanterie
Devise Toujours Prêt
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Wagram 1809
Lutzen 1813
Sébastopol 1854-55
Montebello 1859
Lorraine 1914
Picardie 1914
Verdun 1917
Tardenois 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes
insigne de béret d'infanterie

Le 98e régiment d'infanterie (98e RI), également appelé régiment du bois des loges est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment de Bouillon, un régiment français d'Ancien Régime, et du 23e régiment d'infanterie légère créé à partir de la 23e demi-brigade légère de deuxième formation..

Création et différentes dénominations

Le 98e régiment d’infanterie a la particularité, comme tous les régiments d’infanterie portant un numéro entre le 76e et le 99e, d’être l’héritier des traditions de deux régiments : le 98e, et le 23e d’infanterie légère.

Historique du 98e régiment d’infanterie

Historique du 23e léger

  • 1757 : création du régiment sous le nom de
  • 1794 : 23e demi-brigade d’infanterie légère
  • 1803 : 23e régiment d’infanterie légère
  • 1815 : dissous
  • 1840 : 23e régiment d’infanterie légère (en garnison à Châtellerault - Vienne en 1849)


Historique du 98e après la suppression de l’infanterie légère

  • 1855 : l’infanterie légère est dissoute, et ses régiments sont convertis en unités d’infanterie de ligne, prenant un numéro à la suite des 75 déjà existants. Le 23e prend le nom de 98e régiment d’infanterie de ligne
  • 1882 : 98e régiment d’infanterie
  • 1914 : à la mobilisation, il met sur pied son régiment de réserve, le 298e régiment d’infanterie

Colonels/Chef de brigade

  • François Louis (1710-1789), baron, puis (1783) comte de Waldner de Freundstein
  • 1791 : Jean Alexandre Ihler, colonel (**) ;
  • 1791 : Théodore François Joseph Leclaire, colonel (**) ;
  • 1880-1885 : Charles Gustave Castaigne, colonel (*) ;
  • Rozée d'Infreville, Colonel ;
  • 29 août 1914 - 6 septembre 1914 : Lieutenant-colonel Deffis
  • 6 septembre 1914 à 15 octobre 1916: Lieutenant-colonel, puis Colonel Didier
  • 15 octobre à 21 octobre 1916: Commandant Ferrand
  • 21 octobre 1916 à 1919 Lieutenant-Colonel, puis Colonel Gaube



Chefs de corps du 23e léger

Historique des garnisons, combats et batailles

23e régiment d’infanterie légère

Guerres de la Révolution et de l'Empire

1815 à 1851

Second Empire

  • 1851 : lors du coup d'État du 2 décembre 1851, deux compagnies sont détachées à Issoudun pour réprimer tout soulèvement dans cette ville républicaine[1]
  • 1855 : reformé en tant que régiment d’infanterie sous le nom de 98e RI

98e régiment d’infanterie de ligne

Guerres de la Révolution et de l'Empire

Second Empire

1870 à 1914

98e régiment d’infanterie
  • Tunisie 1881-1882.

Première Guerre mondiale

En 1914 : casernement Roanne, 50e Brigade d'Infanterie, 25e Division d'Infanterie, 13e corps d'armée.
Grande Guerre 1914-1918 (Sarrebourg, Lorquin, la Mortagne, Xafevillers, Ribécourt, Dreslincourt, Attiche, Lassigny, Bois des Loges).

1914
1915
1916
1917
1918

Seconde Guerre mondiale

Le 98e RI sous les ordres du colonel Mignon est une unité de la 26e Division d'Infanterie, rattachée au 6e corps d'armée, 3e armée du général Condé.
Après avoir effectué des manœuvres et de l'entraînement au camp de Mourmelon, le régiment est déployé en appui de la ligne Maginot en mars 1940 dans le secteur de Narbefontaine (SF de Boulay). De mi-mars 1940 au 12 juin 1940 le régiment affronte les nombreuses attaques des troupes ennemies dans le secteur.
Le 12 juin, l'ordre de repli général des unités de l'est amène le régiment le 12 juin sur la Seille, le 15 juin en arrière-garde sur la Nied française où il détruit les ponts. Après une série de replis sous les attaques ennemies, le 18 juin le régiment est en grande partie fait prisonnier par suite de l'attaque en force par l'ennemi à Maixe sur le canal de la Marne au Rhin. Les restes épars du 98e RI se replient vers le sud.
Tous les éléments de la 26e division d'infanterie seront capturés dans la nuit du 20 au 21 juin en forêt de Charmes à l'exception du 14e GRDI.

Drapeau

Fourragère MM.png

Il porte, brodées en lettres d'or, les inscriptions[2] :

98e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations décernées au régiment

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 4 p.PNG avec quatre citations à l'ordre de l'armée.

La fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire.

Devise

Toujours Prêt

Personnalités ayant servi au régiment

A la 98e demi-brigade
Au 98e régiment d'infanterie

Sources et bibliographie

  • Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française, Général Andolenko, Eurimprim 1969
  • colonel Gaube, Journal des marches et opérations du 98e régiment d'infanterie, du 2 août 1914 au 6 septembre 1919 : Sarrebourg, les Loges, Verdun, la Somme, Saint-Quentin, Avocourt, Grand-Rozoy, la Vesle, Vailly, l'Occupation, Roanne, impr. Souchier, , 345 p., disponible sur Gallica.

Notes et références

  1. Bernard Moreau, Marianne bâillonnée : les républicains de l’Indre et le coup d’État du 2 décembre 1851, Chaillac : Points d’Æncrage, 2002. 109 p., (ISBN 978-2-911853-05-0), p. 26
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes