20 minutes (France)

20 minutes
image illustrative de l’article 20 minutes (France)

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Quotidienne
Format Format Demi-tabloïd (A4) : 290 X 210 mm
Genre Généraliste
Prix au numéro Gratuit
Diffusion 889192 ex. (2015)
Fondateur Schibsted
Date de fondation 15 mars 2002
Ville d’édition Paris

Propriétaire Groupe Rossel
Groupe Sipa-Ouest‑France
Directeur de publication Olivier Bonsart
Directeur de la rédaction Acacio Pereira
Site web www.20minutes.fr

20 minutes est un quotidien d'information générale distribué gratuitement (car entièrement financé par la publicité) en France, en Espagne et en Suisse. Le présent article traite uniquement de sa version française.

Histoire

Les débuts, de 2002 à 2012

20 Minutes est un quotidien d'information générale, lancé à Paris le par le groupe norvégien Schibsted qui éditait déjà 20 Minutes dans cinq grandes villes européennes[1]. Ce quotidien gratuit se présente comme « un nouveau média, complémentaire de la presse classique » et dit s'adresser à « une nouvelle génération de lecteurs, habitué à une info synthétique, celle de la télé et de la radio » et qui ne lit pas la presse payante[1]. «20 Minutes n'est pas un journal partisan dans le sens où la rédaction n'entre pas dans les polémiques. Notre promesse est celle de la clarté. Pour autant, ce n'est pas un titre neutre », expliquait Elisabeth Cialdella, alors directrice marketing du titre en 2005[2]. Auditionné par le Sénat en 2007, le président de 20 Minutes France à l'époque, Pierre-Jean Bozo définit ainsi la ligne éditoriale: « Nous faisons du "hard news"; c'est-à-dire des faits sans commentaires, avec une information brute, des chiffres, des faits et un visuel. Nous ne prenons pas position politiquement, nous laissons le lecteur se forger son opinion à partir des faits.»[3] À sa création, en 2002, 20 minutes compte 55 salariés, dont 26 journalistes[1].

À partir de 2004, 20 Minutes est présent à Paris, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux.

En 2007, 20 Minutes lance la version 2.0 du site Internet 20minutes.fr, puis en 2008, son site mobile. En mai 2009, des mesures d'économie annoncées par la direction (projet de plan social et non-renouvellement des CDD) déclenchent une grève au sein de la rédaction[4]. Celle-ci entraîne la non-parution du journal le jeudi 28 mai et la fermeture d'une partie du site Web[5],[6].

En 2009, 20 Minutes lance sa première application mobile pour iPhone, puis en 2011, seulement quelques mois après la sortie de l'iPad en France, son application pour tablette. En 2009, également, le journal change de directeur de rédaction. Corinne Sorin, nommée à ce poste en août 2007[7], voit les relations se dégrader avec la rédaction, qui vote une motion de défiance à son égard en 2009[8]. Elle est remplacée par Yvon Mézou, président de la holding professionnelle Bistrots et Comptoirs dont l'hebdomadaire L'Auvergnat de Paris venait de déposer le bilan[9],[10].

Le 6 décembre 2010, la rédaction de 20 Minutes reçoit le Grand prix de la presse Internationale 2010, décerné par l’Association de la presse étrangère[11].

De 2012 à 2018, la marque s'installe

En 2012, l'année de son 10e anniversaire[12], le journal 20 Minutes atteint une audience record de 4,3 millions de lecteurs par jour. En 2012, dix ans après sa création, 20 minutes emploie près de 100 journalistes[13].

Le mardi 17 décembre 2013, la majorité des journalistes du quotidien se mettent en grève, avec pour motif La suppression de la moitié du service pré-presse et de l'intégralité du service photo, annoncée la veille et entraînant jusqu'à 13 licenciements[14]. Il s'agit de la troisième grève que connaît le journal après une première en 2008, liée au renvoi de du rédacteur en chef Johan Hufnagel et une deuxième en 2009, en raison d'une organisation visant à supprimer le secrétariat de rédaction[15]. Cette troisième grève, selon les syndicats SNJ-CGT et SNJ, a été motivée par une « dégradation de l'exigence éditoriale » et par la crainte que « ce titre devienne une marque, un label sans journalistes. Ou juste ce qu'il faut pour assurer un simulacre de crédibilité »[16]. La grève est levée mercredi 18 décembre, sans que les journalistes obtiennent satisfaction[17].

En 2014, l'effectif de l'entreprise est de 201 salariés dont une centaine de journalistes.[réf. souhaitée] En juillet 2015, l'un des concurrents de 20 Minutes, le journal Metronews, interrompt sa parution papier, après son rachat par le groupe TF1. 20 Minutes décide alors de se renforcer sur les réseaux sociaux[18]. 20 Minutes complète aussi sa publication papier par une publication numérique, ce qui fait dire à Olivier Bonsart, en 2014, président et directeur de l'édition française, que 20 Minutes est « un pure player qui édite aussi un journal »[19]. Multipliant les développements sur le mobile et les réseaux sociaux[20], la marque s'est imposée dans le paysage médiatique français en s'adaptant rapidement aux nouveaux usages[20]. Suivi par près de 2 millions d'inscrits sur Twitter et par plus de 1,7 million de fans sur Facebook, 20 Minutes est le site média français qui génère quotidiennement le plus d'interactions sur les réseaux sociaux (rapport Graphystories, février 2016).

En 2016, 20 Minutes est la deuxième marque de presse la plus puissante en France avec 18,5 millions d'utilisateurs de la marque[21] (print, web, mobile et tablette). Le journal 20 Minutes, diffusé dans 11 agglomérations (Paris, Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Montpellier, Nantes, Nice, Rennes, Strasbourg et Toulouse) demeure le journal le plus lu de France, avec 3,75 millions de lecteurs chaque jour.

Identité visuelle (logo)

Des controverses

Le mercredi 22 janvier 2014, la une du journal sur le film Twelve Years a Slave déclenche une polémique, en raison de son titre : «Un film coup de fouet»[22]. Selon le directeur général de SOS Racisme, il s'agit d'«un mauvais jeu de mot » et «l’expression de préjugés mal venus », le directeur de la rédaction de 20 Minutes se défend en expliquant que «l'expression vise à manifester le choc ressenti au visionnage du film»[23]. Deux ans plus tard, le titre lié à l'attentat de Grand Bassam en Côte d'Ivoire, «14 civils tué dont 4 blancs», est également fortement critiqué sur les réseaux sociaux[24].

Une autre polémique agite le site du journal à l'occasion des huitièmes de finale du championnat d'Europe de football en 2016. Un article de 20minutes.fr qualifiant le Portugal de «dégueulasse» dans un titre («Ce Portugal est dégueulasse mais il est en quarts.»), après sa victoire contre la Croatie, le 25 juin 2016, provoque la colère de la communauté portugaise de France[25],[26]. Un titre «provocateur», selon Le Parisien, qui témoigne de la colère des fans de la sélection portugaise jugeant l'expression «raciste» et «blessante»[27]. Le journaliste à l'origine du titre reçoit des menaces des morts[28], si bien le directeur de la rédaction, reconnaissant que le titre était «inapproprié», lui apporte son soutien[29].

Éditions du journal

Depuis mars 2011, il existe douze éditions en français : une dédiée à onze grandes villes françaises et une édition nationale, pour les villes moyennes (Rouen, Caen, Le Mans, Angers, Tours, Clermont-Ferrand etc.)

Après avoir été lancé à Paris en [1], le journal est disponible dans dix autres grandes villes françaises.

Chaque édition locale bénéficie de contenus adaptés à l'actualité locale en début de journal.

Une version PDF du journal est téléchargeable sur le site 20minutes.fr

Formule du journal

Les articles sont organisés en différentes rubriques :

  • Actualité
  • Actualités locales
  • 20 Minutes 20 News
  • Monde
  • Économie
  • Sports
  • Culture
  • People
  • High-Tech
  • Télévision
  • Métiers
  • Pratique

20 Minutes est au format « demi-berlinois », ce qui lui permet d'être plus facilement transportable et lisible, plus particulièrement dans les transports en commun aux alentours desquels se situent la plupart de ses points de distribution.

Diffusion

Pour l'année 2015, la diffusion du journal 20 Minutes atteint une moyenne de 889 192 exemplaires diffusés chaque jour[30].

Organisation

Dirigeants

Président :

Directeur de la rédaction :

  • mai 2001[35]-août 2007[36] : Frédéric Filloux
  • août 2007[36]-juillet 2009[37] : Corinne Sorin
  • juillet 2009[37] : Yvon Mézou
  • depuis avril 2013: Acacio Pereira

Capital

Jusqu'en 2016, 20 Minutes France SAS est détenu à 50% par Schibsted, l’un des plus grands groupes scandinaves de médias, et par le groupe Sipa Ouest-France (éditeur du 1er quotidien français payant).

Le 7 janvier 2016, Schibsted cède sa participation au capital de 20 Minutes au Groupe Rossel[38].

20 Minutes est aujourd'hui codétenu par le groupe SIPA - Ouest-France (50 %, par le biais de ses filiales Spir Communication et Sofiouest qui détiennent un quart du capital chacune)[39] et par le Groupe Rossel (50 %).

Évolution du chiffre d'affaires

Chiffre d'affaires et résultat (en million d'euros)
Année 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Chiffre d'affaires 50,4[39] 49,3[40] 52,4[40] 60,6 58,4 51,5 46,5
EBITDA - 1,7[39] + 0,7[39] 0,8[40] 3[40] 2,5 1,5 -1,8 0,9

C'est en 2007 que l'activité papier du journal 20 Minutes est pour la première fois rentable[41]. En 2008, l'ensemble de la société 20 Minutes France le devient à son tour[41].

Audience

Avec 18,5 millions d'utilisateurs (print, web, mobile, tablette) chaque mois, 20 Minutes est la deuxième marque de presse d'information la plus consommée en France, après Le Figaro et avant Le Monde[42].

Chaque jour, la marque rassemble 5 millions d'utilisateurs sur l'ensemble de ses supports (hors tablette). En termes d'audience, 20 Minutes est la marque de presse d'info no 1 au quotidien.[réf. souhaitée]

La marque sur le numérique

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le site 20minutes.fr est lancé en 2007[43]. Il se classe dès 2011 dans le top 3 des sites d'info français les plus puissants.

En avril 2016, le site de 20 Minutes se classait quatrième parmi les audiences des sites de presse avec plus de 6,5 millions de visiteurs uniques, selon Médiamétrie.

Il est le 3e site Internet d'info généraliste le plus visité en France avec plus de 62 millions de visites totales et plus de 164 millions de pages vues selon les chiffres publiés par l'ACPM[44] pour le mois de juin 2016.

Sur mobile, 20 Minutes enregistre 5,6 millions de visiteurs uniques par mois et 2,8 millions de visiteurs uniques sur tablette. Le nombre de mobinautes a été multiplié par 3 en 2 ans. (source : MNR, mars 2016)

Un tiers du trafic numérique de 20 Minutes est issu des réseaux sociaux. (source : ACPM ONE Global 2016 vague 2)

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe

Notes et références

  1. a, b, c et d (fr) Christophe Abric, « 20 minutes entend marquer sa différence », sur lci.tf1.fr,
  2. Rita Mazzoli, « 20 Minutes au-delà de la promesse de gratuité », http://www.e-marketing.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « Presse quotidienne d'information : chronique d'une mort annoncée ? », sur senat.fr, (consulté le 20 février 2018)
  4. (fr) « Les journalistes de "20 minutes" votent la grève », sur Le Monde,
  5. « Grève à 20 Minutes pour protester contre une restructuration », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  6. « Le gratuit 20 minutes en grève », Lyon Capitale,‎ 28 maii 2009 (lire en ligne)
  7. « Frédéric Filloux Corinne Sorin », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  8. Nicolas Chapuis, « 20 Minutes se déchire de l'intérieur », Libération,‎ (lire en ligne)
  9. France2.fr, « L'Auvergnat de Paris dépose le bilan », France2.fr,‎ (lire en ligne)
  10. « Les bougnats de Paris ont perdu leur bible », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  11. Atlasseo, « Le grand prix de la presse internationale », sur www.apepresseetrangere.org (consulté le 14 juin 2016).
  12. « Le petit canard avec un logo bleu », sur www.20minutes.fr (consulté le 29 juin 2018)
  13. (fr) [vidéo] « 20 Minutes a 10 ans », sur 20minutes.fr, , 25 s
  14. Anne-Yasmine Machet, « Les rédactions de 20 Minutes en grève », L'Express,‎ le 17 décembre 2013. (lire en ligne)
  15. Emmanuelle Anizon et Olivier Tesquet, « Que se passe-t-il à “20 minutes” ? », Télérama,‎ (lire en ligne)
  16. AFP, « Grève à « 20 minutes » contre un plan social », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  17. AFP, « Grève levée à 20 Minutes, les discussions se poursuivront en janvier », Challenges,‎ (lire en ligne)
  18. Alexis Delcambre, « Libéré d’un concurrent, « 20 Minutes » joue les réseaux sociaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  19. « Olivier Bonsart (président) : « 20 Minutes est maintenant un pure player qui édite aussi un journal » (13 octobre 2014) - mind », sur www.mindnews.fr (consulté le 14 juin 2016).
  20. a et b lefigaro.fr, « 20 Minutes  mise sur le mobile et le social », sur Le Figaro (consulté le 14 juin 2016).
  21. « ONE Global V1 2016 : 20 Minutes, leader incontesté chez les jeunes » [PDF], sur 20minutes-media.com,
  22. Maïté Koda, « "12 years a slave" : le jeu de mots polémique du quotidien 20 Minutes », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne)
  23. BigBrowser, « OUPS – La « une » de « 20 minutes » qui passe mal », BigBrowser,‎ http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/01/24/oups-la-une-de-20-minutes-qui-passe-mal/ (lire en ligne)
  24. Service Actu, « "14 civils tués dont 4 blancs": le malaise des titres de 20Minutes sur la Côte d'Ivoire », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  25. Hugo Francés, « La communauté portugaise s'en est pris au site 20minutes.fr après Portugal-Croatie », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  26. Nicolas Vilas, « Portugal, l'âge «dégueulasse» », FranceFootball,‎ (lire en ligne)
  27. Cyril Peter, « Euro 2016 : pro et anti-Portugal s'écharpent sur Twitter », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  28. Clément Parrot, « Euro 2016 : un journaliste français menacé de mort pour avoir qualifié l'équipe du Portugal de "dégueulasse" », francetvinfo.fr,‎ (lire en ligne)
  29. François Launay, « Euro 2016: Cette équipe portugaise n'est pas belle mais elle est en quarts », 20minutes.fr,‎ (Francois Launay)
  30. Selon l'ACPM.
  31. (fr) « Francis Jaluzot prend les rênes de 20 minutes France », sur Stratégies,
  32. a et b (fr) « Hervé Pointillart, PDG de 20 Minutes France », sur Stratégies,
  33. a et b (fr) « Pierre-Jean Bozo remplace Hervé Pointillart à la présidence de 20 Minutes », sur Stratégies,
  34. a et b (fr) Benoit Daragon, « L'édition française de "20 Minutes" perd son président Pierre-Jean Bozo », sur PureMédias,
  35. (fr) « Schibsted confirme son projet de gratuit à Paris », sur Stratégies,
  36. a et b (fr) « Corinne Sorin, directrice de la rédaction de 20 Minutes », sur Stratégies,
  37. a et b (fr) « Yvon Mézou succède à Corinne Sorin à la tête de « 20 minutes » », sur Libération,
  38. CB News, « 20 Minutes France : Schibsted cède officiellement ses 50% au groupe Rossel », sur www.cbnews.fr (consulté le 14 juin 2016)
  39. a, b, c et d (fr) « 20 Minutes rentable pour la première fois en 2008 », sur JeanMarcMorandini.com,
  40. a, b, c et d (fr) « 20 minutes », sur spir.fr (consulté le 28 septembre 2012)
  41. a et b (fr) David Médioni, « 20 Minutes change de tête », sur CBnews.fr,
  42. Selon ACPM ONE GLobal V1 2016.
  43. (fr) [PDF] « En janvier, 20minutes.fr consolide sa place dans le top 3 des sites d’infos », sur 20minutes-media.com,
  44. ACPM
  45. (fr) 20 minutes, « 20 minutes national : Prix et prestations 2012 », sur 20min.ch (consulté le 16 juin 2012), p. 2