2011 par pays en Afrique

Les évènements de l'année 2011 en Afrique.

2009 par pays en Afrique - 2010 par pays en Afrique - 2011 par pays en Afrique - 2012 par pays en Afrique - 2013 par pays en Afrique

Continent africain

Premier trimestre

  • Dimanche  :
    • ouverture à Addis-Abeba du 16e sommet de l'Union africaine, sur deux jours, consacré à relancer les efforts de résolution de la crise ivoirienne tout en célébrant l'avènement attendu d'un nouvel État, le Soudan du Sud;
    • le sommet a accueilli le président français Nicolas Sarkozy venu présenter et détailler, devant ses pairs, son calendrier de travail pour les G8 et G20, en insistant sur la réforme de la gouvernance mondiale, l'aide au développement et la transparence des marchés des matières premières, notamment agricoles[1].

Deuxième trimestre

  • Mardi  : l'ONG américaine Family Health International annonce, à cause de « résultats préliminaires décevants », la fin de l'essai clinique d'un nouveau anti-rétroviral pour la prévention du VIH des femmes hétérosexuelles[2].
  • Vendredi  : les chefs des armées de quatre pays du Sahel — Mali, Niger, Algérie et Mauritanie — se sont réunis à Bamako pour se pencher sur « la nécessité de lutter contre l'insécurité dans la bande sahélo-saharienne avec une coordination des efforts entre les pays » due à la recrudescence des activités d'Al-Qaïda au Maghreb islamique et la découverte d'une de ses bases dans l'ouest du Mali près de la frontière avec la Mauritanie. Les chefs d'état-major des quatre pays s'étaient déjà réunis en septembre 2010 à Tamanrasset (sud de l'Algérie). Aqmi se livre à des enlèvements de ressortissants occidentaux et à divers trafics[3].

Troisième trimestre

Quatrième trimestre

Afrique du Sud

  • Lundi  : les inondations ont fait au moins 40 morts ou disparus, depuis le début de la saison des pluies. Sept des neuf provinces d'Afrique du Sud ont été déclarées zones sinistrées et l'armée a été placée en état d'alerte pour évacuer en cas de besoin les habitants des zones situées à proximité des grands barrages.
  • Samedi  : les inondations ont fait au moins 70 morts ou disparus, depuis le début de la saison des pluies. Plus de 8 400 foyers ont été déplacés. Les dommages causés par les inondations sont pour l'instant estimés à 356 millions de rands (51 millions de dollars, 32 millions d'euros)[4].
  • Mardi  : un petit avion s'est écrasé près de Robberg (côte sud-est), tuant les neuf personnes qui se trouvaient à bord.
  • Jeudi  : le président Jacob Zuma annonce la création d'un fonds « de 9 milliards de rands (910 millions d'euros) sur les trois prochaines années pour financer les créations d'emplois ». 2011 a été déclarée l'année de la création d'emplois. Avec l'aide active du secteur privé, le président Zuma s'est engagé à créer 5 millions d'emplois et à ramener à 15 % le taux de chômage dans les dix prochaines années, contre 36 % actuellement[5].
  • Mardi  : des violentes manifestations ont eu lieu dans plusieurs bidonvilles pour protester contre un chômage massif et des services publics déficients. Trois personnes, dont deux enfants, ont été tuées[6].
  • Jeudi  : dans la soirée, la collision de deux trains de banlieue de la compagnie Metrorail, qui se suivaient, a fait 857 blessés dont deux graves à Soweto[7].

Algérie

Article détaillé : 2011 en Algérie.
  •  : début des protestations populaires en Algérie.
  •  : le gouvernement baisse temporairement les prix de l'huile alimentaire et du sucre pour calmer les tensions.
  •  : début d'une série d'immolations par le feu.
  •  : vingt et un députés déposent un projet de loi pour lever l'état d'urgence, en vigueur depuis 19 ans.
  •  : la grande manifestation organisée par la CNCD est réprimée par les forces de l'ordre.
  •  : le Conseil des ministres algérien annonce une série de mesures en faveur de l'économie, de l'emploi et du logement.
  •  : l'état d'urgence en vigueur depuis 19 ans est levé.

Angola

  • Lundi  : le rassemblement prévu contre le régime du président José Eduardo Dos Santos, au pouvoir depuis 1979 n'a pas eu lieu et a été reporté par les organisateurs depuis Londres. Trois journalistes et le rappeur Brigadeiro Mata Frakus ont été arrêtés[9].

Bénin

  • Vendredi  : le parlement approuve une loi reportant l'élection présidentielle prévue dimanche, après que l'opposition, qui affirme que plus d'un million d'électeurs n'ont pas été inscrits, eut réclamé un report du scrutin. 14 candidats sont en lice. les trois principaux candidats sont le président sortant Yayi Boni, Adrien Houngbédji et l'économiste Abdoulaye Bio Tchané.
  • Dimanche  : élection présidentielle.
  • Vendredi  : la commission électorale déclare que le président sortant Boni Yayi a remporté dès le premier tour l'élection présidentielle de la semaine dernière avec plus de 53 % des voix. Son principal adversaire Adrien Houngbedji a obtenu 35 % des suffrages. Quatorze candidats étaient en lice à l'élection de dimanche[10].
  • Samedi  : élections législatives; quelque 3,6 millions d'électeurs votent pour 1 600 candidats pour 83 sièges de députés[11].
  • Samedi  : la Cour constitutionnelle confirme les résultats des élections législatives; 41 sièges sur 83 au parti présidentiel, 11 sièges aux partis alliés du président Boni Yayi et 31 sièges pour les partis de l'opposition[12].

Burkina Faso

  • Dimanche  : mort d'un lycéen à Koudougou (ouest) tué par la police. Des manifestations de protestation à travers tout le pays font au moins six morts, dont quatre autres étudiants à Koudougou et dans ses environs.
  • Mardi  : attentat à la roquette contre le palais de justice de la ville de Fada N'Gourma. Les responsables sont des militaires en colère qui tentaient de libérer de la prison civile l'un des leurs accusé du viol d'une jeune fille et ont ensuite bloqué avec des chars les accès à la ville[13].
  • Mercredi  : le président Blaise Compaoré annonce « des mesures vigoureuses pour la protection de l'ensemble des populations et la sécurisation des biens publics et privés ». Le couvre-feu nocturne est instauré sur tout le territoire national[14].
  • Vendredi  : mutinerie de la garde présidentielle à Ouagadougou, contre le non-versement d'une prime de logement qui leur avait été promise, La mutinerie s'est étendue à trois autres camps militaires. Le chef de l'État Blaise Compaoré s'est réfugié à Ziniaré, sa ville natale, à une trentaine de kilomètres[15]. Des pillages ont eu lieu. Le président est revenu au bout de quelques heures.
  • Samedi  : des centaines de commerçants mécontents des pillages de la veille ont incendié le siège du parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès[16] et d'autres bâtiments publics. Le gouvernement de Tertius Zongo a été dissous, le chef de l'état-major des armées général Dominique Djindjéré est remplacé par le colonel-major Honoré Nabéré Traoré[17]. Nouvelle mutinerie à Kaya menée pour « le paiement d'indemnité de logement, de primes alimentaires et des salaires du mois de mars qui n'ont pas été versés du fait de la fermeture des banques à cause de la mutinerie ».
  • Dimanche  : dans la nuit, le mouvement de mutinerie gagne la garnison de où des pillages ont eu lieu dans la ville, faisant deux blessés[18],[19].
  • Lundi  : violente manifestation d'étudiants et de lycéens à Koudougou (ouest); le siège du parti au pouvoir a été incendié ainsi qu'une résidence de l'ex-premier ministre Tertius Zongo et le lycée de la ville[20].
  • Mercredi  : nombreuses manifestations dans tout le pays faisant au moins six morts, des blessés et de nombreux pillages et dégâts matériels. À Koudougou, une manifestation des commerçants et des jeunes contre les taxes locales dégénère et plusieurs bâtiments ont été incendiés et pillés. À Bobo-Dioulasso, manifestation pacifique des producteurs de coton[24].
  • Jeudi  : le président Blaise Compaoré annonce l'ouverture de négociations avec les militaires sur l'amélioration de leurs conditions de vie. Depuis plusieurs mois, le pays est le théâtre de pillages et violences de la part de soldats en colère. Des mesures pour améliorer le logement, l'habillement et les allocations alimentaires des soldats, vont être prises. D'autre part, des policiers ont commencé à se mutiner à Ouagadougou et dans plusieurs autres villes pour obtenir aussi une amélioration de leurs conditions financières. Les manifestations de colère contre la vie chère concernent une importante partie de la population : militaires, jeunes, élèves et étudiants, magistrats, commerçants, personnels de santé, producteurs de coton et policiers[25].
  • Vendredi  : mort d'un enfant blessé par une balle perdue lors d'une manifestation de policiers, mercredi. Le ministre de la Santé Adama Traoré indique que 6 personnes ont été tuées accidentellement et 10 autres blessées à Ouagadougou depuis le début des mutineries de soldats et de policiers.
  • Samedi  : manifestation à Ouagadougou de plusieurs centaines de personnes pour exiger le départ du président Blaise Compaoré. Quelque 34 partis politiques avaient appelé à une « grande mobilisation »[26].

Burundi

Cameroun

  • Jeudi  : selon la Commission nationale anticorruption, environ 2,8 milliards d'euros de recettes publiques ont été détournées entre 1998 et 2004 au Cameroun. Le Cameroun est perçu comme un des pays les plus corrompus au monde, selon l'ONG Transparency international.La Stratégie nationale de lutte contre la corruption a ciblé 10 secteurs où des actions de lutte contre de la corruption doivent être menées prioritairement, notamment le budget d'investissement public, les marchés publics, les finances et les forêts. Une première opération « Épervier » a déjà abouti à la condamnation à de lourdes peines de prison de plusieurs personnalités, dont des ex-ministres et anciens dirigeants d'entreprises publiques, cependant « les reformes institutionnelles ainsi que les sanctions prises par le gouvernement pour réprimer les actes de corruption ne se traduisent pas par un recul significatif de ce phénomène ». Officiellement, le gouvernement espère que le Cameroun sera à l'horizon 2015 « un pays où l'intégrité constitue une valeur capitale pour tout citoyen, avec une croissance économique fondée sur le travail bien fait, distribuée de manière équitable ». Il est demandé au président Paul Biya de signer le décret d'application de l'article 66 de la Constitution sur la déclaration des biens et avoirs des commis de l'État et hautes personnalités de la République[27].
  • Jeudi  : le gouvernement ordonne la suspension du service de micro-messages Twitter sur l'opérateur MTN Cameroun qui permet, depuis la fin novembre 2010, de recevoir gratuitement des « tweets » sur un téléphone portable, et d'en envoyer au prix d'un SMS. Les autorités estiment que « cette technologie permet à un grand nombre d'abonnés d'avoir rapidement accès à des informations susceptibles de conduire la population à troubler l'ordre public »[28].
  • Samedi  : dix personnes dont neuf pirates et un soldat des BIR ont été tuées lors d'un accrochage entre pirates et soldats à Bakassi après un braquage d'une agence de la banque panafricaine Ecobank à Douala lors duquel cinq personnes ont été tuées. Six autres personnes ont été blessées lors de l'accrochage[29].

Cap-Vert

République centrafricaine

François Bozizé
(octobre 2007)
  • Lundi  : l’Observatoire national des élections, qui disposait d'une équipe de 500 observateurs sur le terrain, estime que les élections présidentielle et législatives d'hier ont donné lieu à des « motifs de satisfaction », la participation qui a été très forte, mais ont été marquées par des « dysfonctionnements » en termes d'organisation, « surtout en ce qui concerne les listes électorales qui étaient affichées en retard, à certains endroits n'existaient pas, ou se retrouvaient à des endroits qui n'étaient pas les bons » et l'existence de deux cartes d'électeurs, « une avec numéro informatisé, une avec numéro manuel », a pu donner lieu à des doubles votes[31].
  • Dimanche  : élections présidentielle et législatives.
  • Mardi  : selon les résultats provisoires, le chef de l'État sortant François Bozizé est réélu président de la Centrafrique au 1er tour avec 66,08 % des suffrages[32].
  • Vendredi  : des combats entre l'armée et des rebelles ont fait 7 morts[33].
  • Samedi  :
    • Présidentielle : le recours du Collectif des forces du changement (CFC) en annulation de la présidentielle est rejeté. Le CFC rassemble presque tous les partis d'opposition à l'exception des partisans de l'ancien président Ange Félix Patassé qui conteste aussi les résultats. La Cour constitutionnelle proclame François Bozizé réélu au 1er tour avec 64,37 % des suffrages[34].
    • Législatives : au premier tour, le Kwa na Kwa (le travail rien que le travail), le parti de Bozizé, a vu 26 de ses candidats élus dès le 1er tour et arrive en tête dans la plupart des 105 circonscriptions. Les recours du CFC sur les scrutins législatifs sont aussi rejetés[35].
  • Mardi  : le CFC, coalition regroupant opposition et ex-rébellions, a décidé de boycotter le deuxième tour des législatives après le rejet de ses recours, ce qui implique « le retrait de tous ses candidats de cette compétition[36] ».

Comores

République démocratique du Congo

République du Congo|Congo Brazzaville

  • Lundi  : 23 personnes (19 passagers et 4 membres d'équipage) sont mortes lors du crash d'un avion cargo Antonov congolais sur un quartier d'habitations de Pointe-Noire,[41].

Côte d'Ivoire

Article détaillé : 2011 en Côte d'Ivoire.
  •  : le président reconnu, Alassane Ouattara, propose de former un « large gouvernement d'union […] dans le cadre d'un cabinet élargi » avec les partisans de Laurent Gbagbo mais à condition que le président sortant accepte sa défaite et se retire.
  •  : le président reconnu, Alassane Ouattara, appelle au recours à la force internationale pour faire partir son rival Laurent Gbagbo.
  •  : le Conseil de sécurité de l'ONU a voté, à l'unanimité de ses quinze membres, l'envoi de 2 000 hommes supplémentaires en Côte d'Ivoire.
  •  : le premier ministre Guillaume Soro ordonne l'arrêt immédiat de toute exportation de café et de cacao.
  •  : l'Union économique et monétaire ouest-africaine accorde exclusivement à Alassane Ouattara la gestion des comptes ivoiriens de la BCEAO.
  •  : ouverture du procès de 25 anciens dirigeants de la filière cacao[42].
  •  : le président sortant Laurent Gbagbo est arrêté dans la résidence présidentielle[43]

Djibouti

  • Vendredi  : plusieurs milliers de personnes (de 700 selon la police à 40 000 selon les organisateurs) ont manifesté pour dénoncer le régime du président Ismaël Omar Guelleh. La manifestation a été organisée par l'Union pour l'alternance démocratique, principale coalition de l'opposition. Plusieurs participants ont fait référence aux révolutions tunisienne et égyptienne. Après le rassemblement des heurts ont éclaté faisant 2 morts, un policier et un manifestant[44].
  • Samedi  : trois des principaux dirigeants de l’opposition — Aden Robleh Awaleh (Parti national démocratique), Ismaël Guedi Hared (Union pour la justice et la démocratie) et Mohamed Daoud Chehemont (Parti démocratique djiboutien) — ont été arrêtés à la suite du rassemblement de la veille ayant dégénéré en violences[45].
  • Vendredi  : élection présidentielle. Le chef de l’État sortant Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 1999, remporte la victoire devant le candidat indépendant Mohamed Warsama Ragueh. Quelque 152 000 électeurs étaient appelés aux urnes[46],[47].
  • Samedi  : cérémonie d'investiture du président réélu Ismaël Omar Guelleh. Le président s'est engagé à lutter contre le chômage et a promis la construction de la voie ferrée électrique reliant Djibouti à la capitale éthiopienne Addis-Abeba. Le président soudanais Omar el-Béchir, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale était présent à cette cérémonie. Plusieurs autres personnalités ont assisté à la cérémonie, dont le premier ministre éthiopien Meles Zenawi, le président somalien Sharif Cheikh Ahmed, le vice-président yéménite Abdrabouh Mansour Hadi et le premier ministre rwandais Bernard Makuza[48],[49].

Égypte

Article détaillé : 2011 en Égypte.

Érythrée

Éthiopie

Gabon

  • Mardi  : l'opposant gabonais André Mba Obame, conteste l'élection du président Ali Bongo, s'autoproclame président et annonce la composition de son gouvernement de 19 personnes avec à sa tête Raphaël Bandega Lendoye, professeur à l'Université Omar Bongo de Libreville. Ali Bongo avait été déclaré vainqueur avec 41,79 % des voix, devant l'opposant historique Pierre Mamboundou (25,66 %) et André Mba Obamé (25,33 %)[53].
  • Jeudi , Libreville : une manifestation de plusieurs centaines de partisans du président autoproclamé, André Mba Obame, est dispersée par les forces de sécurité, faisant des dizaines de blessés[54].
  • Dimanche  : le coureur cycliste français, Anthony Charteau (Europcar), remporte pour la deuxième année consécutive la course cycliste la Tropicale Amissa Bongo à l'issue de la sixième et dernière étape sur un circuit entre Libreville et Owendo (132,5 km). En deuxième position, le Belge Andy Cappelle et en troisième, le Marocain Adil Jelloul.
  • Mercredi , Libreville : des affrontements ont eu lieu entre des manifestants partisans du président autoproclamé André Mba Obame et les forces de l'ordre, dans les quartiers populaires de Nkembo et Cocotiers. Plusieurs manifestants ont été blessés. Un taxi a été incendié[55].
  • Lundi  : manifestation à Paris d'opposants au président Ali Bongo Ondimba du Collectif Jeudi Noir et du réseau Sortir du colonialisme, alors qu'il était reçu par le président Nicolas Sarkozy. 35 interpellations pour vérification d'identité ont eu lieu à la suite d'une tentative d'occuper un ancien hôtel particulier dans le VIIe arrondissement[56].

Gambie

Ghana

Guinée

Article détaillé : 2011 en Guinée.

Guinée-Bissau

Guinée équatoriale

Kenya

  • Mardi  : la Cour pénale internationale a délivré des citations à comparaître contre six hauts responsables kényans, suspectés de crimes contre l'humanité lors des violences politico-ethniques post-électorales fin 2007-début 2008, ayant fait 1 200 morts et plus de 300 000 déplacés. Il s'agit de Uhuru Kenyatta, vice premier ministre et ministre des Finances, Francis Muthaura, Hussein Ali, William Ruto, ministre de l’Éducation supérieure, Henry Kosgey, ministre de l'Industrialisation et Joshua Arap Sang, présentateur radio. Le parlement a appelé le le gouvernement à se retirer du Statut de Rome, fondement juridique de la CPI, dénonçant le fait que « seuls des Africains des anciennes colonies sont jugés par la CPI » estimant que l'adoption d'une nouvelle Constitution par le Kenya en août 2010 rendait caduque l'adhésion du pays au Statut de Rome, et permet de juger dans un cadre national les responsables présumés des violences[57].
  • Jeudi  : début de la procédure d'enquête de la CPI pour crimes contre l'humanité contre les anciens ministres William Ruto, Henry Kosgey et Joshua Arap Sang[58]
  • Vendredi  : première audience devant la CPI de l'ex-premier ministre Uhuru Kenyatta, de Francis Muthaura (ex-bras droit du président) et Mohammed Hussein Ali (ex-chef de la police) soupçonnés de meurtres, transfert forcé de population et persécutions durant les mois qui ont suivi la réélection contestée de l'actuel président Mwai Kibaki en décembre 2007 [59].
  • Dimanche  : l'explosion d'un mine anti-personnel avec laquelle ils jouaient a causé la mort de 4 enfants et en a grièvement blessé un autre dans la localité d'Ewaso Kedong[60].

Lesotho

Libéria

  • Mardi  : chaque jour, 600 Ivoiriens fuient leur pays vers le Liberia par craintes des violences post-électorales, qualifiées d'« atrocités » par le Conseil des droits de l'homme de l'ONU et qui, selon des experts de l'ONU, pourraient constituer des « crimes contre l'humanité ». Le Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés a enregistré un total de 25 000 réfugiés. Pour faire face à cet afflux, le HCR travaille à la mise en place d'un camp d'accueil dans l'est du Liberia, à Bahn (Comté de Nimbaun) ayant une capacité d'accueil de 18 000 personnes. La majorité d'entre ces réfugiés sont des femmes et des enfants[61].
  • Samedi  : l'ONU craint une déstabilisation du pays en raison de quelque 130 000 réfugiés fuyant les combats en Côte d'Ivoire. Les besoins urgents sont évalués à 147 millions de dollars[63].

Libye

Article détaillé : 2011 en Libye.

Madagascar

  • Lundi  : le nord de Madagascar a été frappé par le cyclone tropical Bingiza accompagné de vents soufflant à 180 km/h et de pluies abondantes. La baie d’Antongil, les districts de Maroantsetra, de Mananara-Avaratra, d’Analanjirofo de Sava et de Sofia, ont été touchés. Dans le district de Mananara-nord 80 % des bâtiments ont perdu leurs toits[65].
  • Vendredi  : l'ex-président Marc Ravalomanana, en exil en Afrique du Sud depuis près de deux ans, annonce son retour pour le 19 février. En août dernier, il a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité[66].
  • Samedi  : l’ancien président Marc Ravalomanana a tenté de rentrer dans son pays par un vol régulier mais une compagnie aérienne lui a refusé l’embarquement à Johannesburg à la suite de l'intervention de l’Aviation civile malgache le signalant comme « persona non grata » à Madagascar[67].
  • Jeudi  : le bilan du cyclone tropical Bingiza qui a frappé le nord de Madagascar est de 34 morts, de 216 000 sinistrés et 105 000 hectares de terres agricoles dévastées[69].
  • Mercredi  : une intoxication alimentaire due à des sardinelles contaminées aux algues à Tuléar (sud-ouest) fait 14 morts et 75 hospitalisés[70].
  • Mardi  : l'Union européenne a imposé « des restrictions d'exploitation » dans son espace aérien à deux avions Boeing 767 de la compagnie Air Madagascar desservant Paris et Marseille et ceux des compagnies du Mozambique, jugées "pas sûres"[71].

Malawi

  • Lundi  : la chanteuse américaine Madonna est poursuivie pour licenciement abusif par 8 ex-employés de l'ancienne école pour filles qu'elle a fondée[72].

Mali

Article détaillé : 2011 au Mali.

Maroc

Article détaillé : 2011 au Maroc.

Île Maurice

Mauritanie

  • Lundi  : un entrepreneur de 43 ans s'est arrêté en voiture devant le Sénat, à Nouakchott, la capitale, puis a tenté de mettre le feu à sa voiture, alors qu'il était toujours à l'intérieur. Des membres des forces de l'ordre et des passants sont parvenus à l'extraire du véhicule[73].
  • Mercredi  : dans la nuit de mardi à mercredi, l'armée mauritanienne a déjoué un attentat à la voiture piégé en tirant un obus sur un « véhicule bourré d'explosifs à 12 km au sud de Nouakchott, tuant les trois occupants qui s'y trouvaient ». Selon les sources militaires, les occupants du véhicule étaient membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et s'apprêtaient à commettre des attentats dans la capitale. Lors de l'opération 9 militaires mauritaniens ont été blessés. Depuis le Mali, AQMI a revendiqué cette tentative d'attentat qui « visait » le président Mohamed Ould Abdel Aziz[74].
  • Samedi  : des manifestations contre le manque d'eau et la hausse des prix dans la ville de Vassala (sud-est) ont été sévèrement réprimées par les forces de l'ordre faisant plusieurs blessés[75].
  • Mardi  :
    • La Cour criminelle de Nouakchott a condamné à la peine capitale l'auteur principal du meurtre de l'Américain Christopher Legget, abattu en plein jour le 23 juin 2009 de trois balles dans la tête dans le centre de la capitale[76].
    • L'Organisation internationale pour les migrations se prépare à évacuer du 16 au 21 mars par la route de nombreux migrants mauritaniens fuyant la violence en Côte d'Ivoire, à la demande de l'ambassade de Mauritanie à Abidjan. Quelque 40 000 Mauritaniens vivent et travaillent en Côte d'Ivoire, dont 10 000 dans la capitale[77].
  • Mardi  : deux Maliens et un Mauritanien ont été condamnés pour diverses affaires de terrorisme. Ces condamnations clôturent une série de jugements de membres présumés d'AQMI contre lesquels la Cour criminelle a prononcé cinq condamnations à des peines de mort[78].

Mayotte

  • Samedi  : les enseignants des écoles primaires décident la reconduction de leur mouvement de grève entamé le 14 février. Les revendications des grévistes portent sur les conditions de travail, l'insuffisance des infrastructures à l'origine de classes surpeuplées, sur la dégradation et le manque d'entretien des bâtiments, la titularisation des enseignants en contrats précaires et l'indexation des salaires à l’instar des autres départements de l'outre-mer français. Le vice-rectorat de Mayotte fait état d'une baisse progressive du nombre d'enseignants grévistes, de 28 % lundi dernier à seulement 15 % en fin de semaine[79].
  • Dimanche  : premier tour des élections cantonales pour la nouvelle assemblée départementale avec un taux de participation de 60,82 %[80].
  • Jeudi  : Mayotte devient le 101e département de France et le 5e d'outre-mer avec La Réunion, la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane. Une période transitoire de vingt-cinq ans est prévue pour harmoniser les lois et les avantages sociaux. Des mesures dérogatoires vont demeurer en matière de lutte contre l'émigration illégale[81]. L'élection du nouveau président du conseil général n'a pas pu avoir lieu faute de quorum du fait de l'absence des élus UMP[82]. Marine Le Pen estime que ce changement de statut est "une folie"[83]. Mayotte a sa pièce de 10 euros des régions tirée à 50 000 exemplaires[84].
  • Dimanche  : élection du président du conseil général remportée par le divers gauche Daniel Zaïdani (35 ans) du Mouvement Départementaliste Mahorais (MDM) [85].

Mozambique

  • Mercredi  : des orages ont fait 12 morts dans le centre du pays, autour de la capitale provinciale, Chimoio, dont 8 lors d'une messe en plein air sous un arbre, laissant huit autres grièvement blessés.
  • Lundi  : les inondations ont fait 10 morts et des milliers d'habitations ont subi des dégâts.
  • Mardi  : l'Afrique du Sud envoie une frégate dans le canal de Mozambique pour aider à lutter contre les pirates somaliens qui descendent de plus en plus au sud des côtes de l'Océan Indien. Le Mozambique, dont la marine est peu équipée, a dernièrement requis l'assistance de son voisin à la suite des attaques dans ses eaux fin décembre[86].

Namibie

Niger

Article détaillé : 2011 au Niger.

Nigeria

Article détaillé : 2011 au Nigeria.

Ouganda

  • Vendredi  : début des opérations de votes pour les élections législatives et présidentielle. 14 millions d'électeurs sont appelés aux urnes. Le chef de l’État sortant Yoweri Museveni (66 ans), au pouvoir depuis 1986, est favori face à 6 autres candidats. Son principal adversaire, Kizza Besigye, assure pouvoir l'emporter tout en brandissant la menace d'une révolte populaire en cas de fraudes massives[88].
  • Dimanche  : selon les résultats de l'élection présidentielle le président ougandais sortant Yoweri Museveni est élu dès le premier tour avec 68,38 % des voix. Son principal adversaire Kizza Besigye obtient 26,01 % des suffrages exprimés et les six autres candidats se partagent les quelque 5,6 % restants[89].
  • Lundi  : plusieurs candidats de l'opposition — Kizza Besigye, Olara Otunnu et Samuel Lubega — ont rejeté les résultats de l'élection présidentielle en Ouganda, qui a vu la large victoire dès le premier tour du chef de l'État sortant Yoweri Museveni[90].
  • Jeudi  : plusieurs candidats malheureux à l'élection présidentielle ont appelé les Ougandais à « manifester pacifiquement » contre les résultats du scrutin[91].
  • Vendredi  : grève à l'Université de Kampala suivie par quelque 8 000 étudiants qui manifestent contre l'augmentation des frais de scolarité. Les affrontements ont fait 57 blessés[93].
  • Mardi  : les manifestations organisées par l'opposition dans plusieurs villes pour protester contre la vie chère ont fait au moins quatre morts et 167 blessés en une semaine[95].
  • Vendredi  : des émeutes ont éclaté au centre-ville et dans les quartiers populaires de Kampala faisant deux morts et au moins 120 blessés. La police a procédé à quelque 360 arrestations. Les forces de l'ordre auraient fait usage d'armes à feu[97].
  • Jeudi  : au moins dix journalistes ont été blessés à Kampala lors de la répression d'une manifestation des partisans de l'opposant Kizza Besigye de retour au Kenya[98].

La Réunion

Rwanda

  • Mardi  : arrestation en Norvège de Sadi Bugingo (45 ans) soupçonné « de meurtres et de complicité de meurtres » de personnes Tutsi lors du génocide en 1994[101].
  • Mercredi  : ouverture à Stuttgart (Allemagne) du procès de l'ancien chef de la rébellion rwandaise Hutu Ignace Murwanashyaka et de son adjoint Straton Musoni pour crime contre l'humanité et crime de guerre. L'Allemagne avait refusé en 2008 de l'extrader vers le Rwanda, estimant qu'il n'y disposerait pas d'un procès équitable[102].
  • Dimanche  : un accident de la route à la sortie de Kigali entre un minibus et un camion a causé la mort de 16 personnes[103].
  • Vendredi  : le ministre de la Justice Tharcisse Karugarama annonce la fin des procès gacaca — des juridictions populaires traditionnelles — pour décembre 2011. Ils étaient chargées de juger la grande majorité des auteurs présumés du génocide des Tutsis de 1994 et ont traité quelque 1,4 million de dossiers[104],[105].
  • Samedi  : l'Office rwandais du développement annonce que 22 gorilles de montagne vont être « baptisés » le 18 juin à Kinigi (district de Musanze), lors d'une cérémonie au pied du parc national des volcans, sanctuaire de ces primates menacés d'extinction. En 2011, les visites aux gorilles ont rapporté au pays 90 % de ses recettes touristiques[106].

Sahara occidental

Sao Tomé-et-Principe

Sénégal

  • Jeudi  : les autorités sénégalaises ont interdit à la compagnie aérienne belge Brussels Airlines de continuer ses vols commerciaux entre Dakar et trois autres destinations africaines, Banjul, Conakry et Freetown. Ces liaisons étaient opérées depuis 8 ans dans le cadre de vols combinés, destinés à optimiser le remplissage des avions et faisaient l'objet d'un accord bilatéral. Cette interdiction de vols provoquent des tensions diplomatiques avec la Belgique, qui menace de rappeler son ambassadeur. Cette interdiction serait liée au démarrage cette semaine d'une nouvelle compagnie aérienne sénégalaise, Sénégal Airlines[107].
  • Lundi  : lancement officiel d'un nouveau magazine en ligne, SlateAfrique.com, sur l'actualité africaine, créé par des journalistes français dont l'ancien directeur du journal Le Monde, Jean-Marie Colombani. Lancé depuis Dakar il veut apporter « une vision africaine de l'Afrique » dans le traitement de l'information grâce à des contributeurs en grande majorité africains. Le site se veut afro-optimiste et d'un « accès libre et gratuit ».
  • Samedi  : le ministre de la Justice Cheikh Tidiane Sy annonce que plusieurs personnes soupçonnées d'avoir comploté en vue d'un coup d’État ont été arrêtées. Des « commandos » d'opposants avaient planifié de mener plusieurs actions autour de la capitale qui auraient pu provoquer des morts[108].
  • Vendredi , Dakar : manifestation d'anciens militaires invalides à Ouakam pour « réclamer une revalorisation de leur pension, une meilleure couverture sociale et une réinsertion professionnelle »[109].
  • Mercredi  : à Dakar, cérémonie de commémoration du souvenir de la traite négrière[110].

Casamance

  • Dimanche  : deux soldats sénégalais ont été tués lors d'une attaque de rebelles indépendantistes dans un village situé à 75 km au nord de la capitale régionale Ziguinchor[111].
  • Vendredi  : deux soldats tués et des blessés dans l'explosion d'un véhicule militaire sur une mine antichar à Djifangar (arrondissement de Sindia). Depuis le , 19 soldats sénégalais et 15 rebelles du MDFC ont été tués dans les violences[112].

Seychelles

Sierra Leone

  • Vendredi  : le procès de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, s'est achevé devant le Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) à Leidschendam, près de La Haye, et le jugement a été mis en délibéré. Le prévenu était poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité durant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001) qui avait fait 120 000 morts. L'ancien président du Liberia, qui plaide non coupable, est accusé d'avoir fourni armes et munitions en échange de diamants aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF). Le jugement devrait être rendu durant l'été, avant le prononcé d'une peine, s'il est reconnu coupable[113].

Somalie

Article détaillé : 2011 en Somalie.

Soudan

Article détaillé : 2011 au Soudan.

Sud-Soudan

Article détaillé : 2011 au Soudan.

Swaziland

  • Mercredi  : dure répression contre les opposants au roi Mswati III (42 ans). Plusieurs responsables d'associations et de syndicats ont été arrêtés alors que les partis politiques sont interdits depuis 38 ans. Le pays est au bord de l'asphyxie budgétaire et le gouvernement envisage de baisser les salaires des fonctionnaires. 7 habitants sur 10 ans vivent avec moins d'un dollar par jour alors que le roi a une fortune personnelle de 100 millions de dollars. Le sida tue beaucoup de personnes et l'espérance de vie est de 32 ans[114].

Tanzanie

  • Jeudi  : des affrontements entre manifestants et policiers à Arusha (nord) ont fait 2 morts et « 9 blessés dont 3 policiers ». 49 responsables du principal parti d'opposition, le Chadema, ont été interpellés, dont Wilbrod Slaa, ancien candidat à l'élection présidentielle du , son épouse Joséphine Slaa, et le député Freeman Mbowe. Les manifestants voulaient dénoncer la réélection qu'ils estiment « frauduleuse » du président sortant Jakaya Kikwete et la « corruption » au sein de son régime[115].


Tchad

  • Mercredi  : la partition du Soudan inquiète le président Idriss Deby Itno à cause de ses répercussions sur le Tchad. La guerre civile au Darfour génère déjà des relations très tendues avec le Soudan, accusé à de nombreuses reprises d'héberger des rebelles cherchant à déstabiliser le Tchad[116].
  • Dimanche  : élections législatives auxquelles participent le Mouvement patriotique du salut (MPS) du président Idriss Deby Itno, le Rassemblement pour la Démocratie (RDP) de l'ancien président Lol Mahamat Choua, le VIVA-RDP de l'ancien premier ministre Kasiré Coumakoye, l'Union Nationale pour la Démocratie et le Renouveau (UNDR) de Saleh Kebzabo. Le MPS au pouvoir depuis 1990 disposait de 112 des 155 sièges. 4,8 millions d'électeurs sont inscrits sur les listes électorales[117].
  • Mardi  : 11 partis de l'opposition ont signé une déclaration commune « se réservant le droit de récuser les résultats » du scrutin qu'ils qualifient de « mascarade électorale »[118].
  • Dimanche  : élection présidentielle boycottée par les principaux opposants.
  • Lundi  : Mort à Koumra du général Wadal Abdelkader Kamougué (72 ans). Ancien ministre dans le gouvernement d'ouverture, dirigeant de l'Union pour le renouveau et la démocratie (7 sièges), il était l'un des principaux opposants au régime du président Idriss Deby[120].

Togo

  • Jeudi  : une manifestation de l'opposition à Lomé contre un projet de loi qui restreindrait le droit à manifester a été dispersé par la gendarmerie. L’ANC de Jean-Pierre Fabre a demandé le retrait « pur et simple » de ce projet et a appelé la population à se « mobiliser massivement pour faire échec à la volonté du gouvernement de recourir à des lois scélérates pour consolider la dictature en supprimant tous les espaces de liberté conquis de haute lutte par le peuple togolais au cours des deux dernières décennies »[121].
  • Vendredi  : un accident de car de ligne (Ouagadougou > Lomé) fait 26 morts et 46 blessés à Amoutchou (135 km au nord de Lomé)[122].
  • Lundi  : des vents violents ont fait chaviré 7 barques sur le lac Togo faisant 36 morts tous originaires du village de Togo-Komé (40 km à l'est de Lomé)[123].
  • Jeudi  : le ministre de l’Économie et des Finances Adji Ayassor annonce que la France a annulé la totalité de la dette contractée par le Togo, soit 101,1 millions d’euros dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations du Club de Paris. L'assouplissement budgétaire apporté « par l’annulation de cette dette sera utilisée de la manière la plus efficiente possible pour créer les conditions d’une croissance économique forte et durable susceptible de réduire sensiblement la pauvreté »[124].

Tunisie

Article détaillé : 2011 en Tunisie.

Zambie

Zimbabwe

  • Vendredi  : le président Robert Mugabe (86 ans) est arrivé à Singapour pour des examens de contrôle après une opération de la cataracte « subie alors qu'il était en vacances dans ce pays »[125].
  • Vendredi  : le ministre de l'énergie, Elton Mangoma, proche du premier ministre Morgan Tsvangirai, est arrêté pour la seconde fois et inculpé pour « abus de pouvoir » dans une procédure d'appel d'offres[126].
  • Lundi  : le président Robert Mugabe annonce que d'ici six mois, toutes les entreprises minières étrangères devront avoir cédé une majorité de leur capital à des actionnaires zimbabwéens[126].
  • Samedi  : le président Robert Mugabe est arrivé à l'aéroport de Fiumicino (Rome) à bord d'un vol spécial d'Air Zimbabwe, en vue de sa participation à la cérémonie de béatification de Jean-Paul II, alors qu'il est interdit de voyage dans l'Union européenne en raison de violations répétées des droits de l'homme et des libertés fondamentales commises par son régime[127].

Notes et références

  1. Le Figaro.fr, Afrique: Sarkozy pour le "changement"
  2. Le Figaro.fr, Sida: fin d'un essai clinique en Afrique
  3. Le Figaro.fr, Aqmi : réunion des chefs d'état-major des 4 pays du Sahel
  4. Le Figaro.fr, Pluies en Afrique du Sud: 70 morts
  5. Le Monde.fr, Création d'un fonds de près d'un milliard d'euros pour l'emploi
  6. Le Figaro.fr, Manifestations: 3 morts
  7. L'Express.fr, Accident de train à Soweto, 857 blessés
  8. Le Figaro.fr, Manifestations: les Angolais mis en garde
  9. Le Figaro.fr, Manifestation avortée
  10. Le Monde.fr, Le président sortant proclamé vainqueur de la présidentielle
  11. Le Figaro.fr, Élections législatives
  12. Le Figaro.fr, Victoire du parti présidentiel
  13. Le Figaro.fr, Fada N'Gourma: Roquette contre le palais de justice
  14. Le Figaro.fr, Couvre-feu instauré
  15. Le Figaro.fr, Mutinerie militaire à Ouadadougou
  16. Le Figaro.fr, Le siège du CDP incendié
  17. Le Monde.fr, Le Burkina Faso en proie à des pillages et des violences
  18. Le Figaro.fr, La mutinerie gagne le Sud
  19. Le Monde.fr, Les mutineries se multiplient au Burkina Faso
  20. Le Figaro.fr, Violente manifestation de jeunes à Koudougou
  21. Le Figaro.fr, Nouveau premier ministre
  22. Le Figaro.fr, Un soulèvement populaire est peu probable
  23. Le Monde.fr, Nouveau gouvernement
  24. Le Figaro.fr, Nombreuses manifestations
  25. Le Monde.fr, Le président annonce la fin des manifestations
  26. Le Figaro.fr, Manifestations : 6 morts
  27. Le Monde.fr, 2,8 milliards d'euros de recettes publiques détournées en six ans
  28. Le Figaro.fr, Le Cameroun interdit la version mobile de Twitter
  29. Le Figaro.fr, 10 morts à Bakassi
  30. Le Figaro.fr, Cap-Vert: victoire des socialistes
  31. Le Figaro.fr, Des satisfactions mais des dysfonctionnements
  32. Le Figaro.fr, Bozizé réélu président
  33. Le Figaro.fr, 7 rebelles morts
  34. Le RFI.fr, Rejet des recours
  35. Le Journal de Bangui.com, Le 2e tour des législatives se déroulera sans l’opposition
  36. Le Figaro.fr, Boycott du 2e tour des législatives
  37. Le Figaro.fr, Mort de Ange-Félix Patassé
  38. Le Figaro.fr
  39. Le Soir.be
  40. Le Figaro.fr, Trans Air Congo - Antonov AN-12BP
  41. Le Figaro.fr, Procès de 25 dirigeants de la filière cacao
  42. Le Monde.fr, Récit de la capture de Laurent Gbagbo
  43. Le Figaro.fr, Manifestation contre le régime
  44. Le Figaro.fr, Opposition: 3 chefs arrêtés
  45. Le Figaro.fr, Djibouti: Élection présidentielle
  46. Le Figaro.fr, Guelleh gagne la présidentielle
  47. Le Figaro.fr, Omar el-Béchir est à Djibouti
  48. Le Figaro.fr, Le président Guelleh investi
  49. Philippe Chapleau, « Le Japon a officiellement ouvert sa nouvelle base de Djibouti », Ouest-France, (consulté le 10 juillet 2011)
  50. Le Monde.fr, Mekonnen gagne le marathon de TokyoA
  51. Le Figaro.fr, Marga champion du monde de cross-country
  52. Le Figaro.fr, André Mba Obame prête serment
  53. Le Figaro.fr, Libreville: des opposants blessés
  54. Le Figaro.fr, Affrontements à Libreville
  55. Le Figaro.fr, Rassemblement à Paris contre Ali Bongo
  56. Le Figaro.fr, CPI: 6 citations à comparaître
  57. Le Figaro.fr, Arrivée à la CPI du Kenyan William Ruto
  58. Le Figaro.fr, CPI: première comparution
  59. Le Figaro.fr, Une mine tue 4 enfants
  60. Le Figaro.fr, 600 Ivoiriens fuient le pays chaque jour
  61. Le Figaro.fr, Fin du procès de Charles Taylor
  62. Le Figaro.fr, Réfugiés ivoirien: L'ONU inquiète pour le Libéria
  63. Le Figaro.fr, CPI: examen préliminaire
  64. Le Figaro.fr, Cyclone tropical
  65. Le Monde.fr, Ravalomanana annonce son retour dans la Grande Île
  66. SlateAfrique.com, Ravalomanana tente un retour
  67. Le Figaro.fr, Ravalomanana sollicite l'UA
  68. Le Figaro.fr, Cyclone Bingiza : bilan de 34 morts
  69. Le Figaro.fr, Intoxication: 14 morts
  70. Le Figaro.fr, Interdiction du ciel européen
  71. Le Figaro.fr, Madonna poursuivie
  72. Le Maghrébin.com, Un homme s’immole par le feu à Nouakchott
  73. Le Figaro.fr, Aqmi revendique un attentat déjoué
  74. Le Figaro.fr, Manifestation à Vassala
  75. RFi, Mauritanie : un islmaiste meurtrier d'un Américain, condamné à mort, 15 mars 2011. Consulté le 31 novembre 2011
  76. Le Figaro.fr, Côte d'Ivoire: Le HCR distribue de l'aide
  77. Le Figaro.fr, Condamnations pour terrorisme
  78. Le Figaro.fr, Grève dans les écoles à Mayotte
  79. Le Figaro.fr, Élections cantonales
  80. « Mayotte, 101e département français », sur Le Figaro, .
  81. Le Figaro.fr, PS: "l'UMP a gâché la fête"
  82. Le Figaro.fr, Une "folie" pour Marine Le Pen
  83. Le Figaro.fr, Mayotte a son euro des régions
  84. Le Figaro.fr, Mayotte bascule à gauche
  85. [1]
  86. Le Figaro.fr, Goodluck Jonathan réélu
  87. Le Figaro.fr, Élections législatives
  88. Le Figaro.fr, Élections: Museveni en tête
  89. Le Figaro.fr, Ouganda/élection: résultats contestés
  90. Le Figaro.fr, Appel à manifester
  91. Le Figaro.fr, Le principal opposant arrêté
  92. Le Figaro.fr, Kampala: Manifestations étudiantes
  93. Le Mondeo.fr, Le dirigeant d'opposition arrêté
  94. Le Figaro.fr, Manifestations: 4 tués en une semaine
  95. Le Monde.fr, Kizza Besigye arrêté pour la troisième fois
  96. Le Figaro.fr, Émeutes à Kampala, 2 morts
  97. Le Figaro.fr, Manifestation: dix journalistes blessés
  98. Le Figaro.fr, Attentat: 10 blessés
  99. Le Figaro.fr, TPIR: Une condamnation à perpétuité
  100. Le Figaro.fr, Génocide: arrestation de Sadi Bugingo
  101. Le Monde.fr, Procès en Allemagne des chefs de la rébellion hutue
  102. Le Figaro.fr, Rwanda: 16 tués dans un accident
  103. Le Monde.fr, Rwanda: Fin des procès gacaca en décembre
  104. Jeune Afrique.com, Fin des procès gacaca repoussée à décembre 2011
  105. Le Figaro.fr, 22 bébés gorilles « baptisés »
  106. Le Figaro.fr, Tension diplomatique entre la Belgique et le Sénégal
  107. Le Figaro.fr, Tentative de coup d'État au Sénégal
  108. Le Figaro.fr, Manifestation d'ex-militaires
  109. Le Figaro.fr, Commémoration de la traite négrière
  110. Le Figaro.fr, Casamance: des rebelles tuent 2 soldats
  111. Le Figaro.fr, Casamance: deux soldats tués
  112. France24.com, TSSL: Fin du procès de Charles Taylor
  113. Le Figaro.fr, Le roi Mswati III réprime les manifestants pro-démocratie
  114. Le Figaro.fr, Manifestation: 2 morts
  115. Le Figaro.fr, Soudan: Idriss Deby inquiet
  116. L'Express.fr, Élections législatives
  117. Tchad.com, Une mascarade selon l'opposition
  118. Le Figaro.fr, 3 opposants intimidés
  119. Le Figaro.fr, Décès du général Kamougué
  120. Le Figaro.fr, Opposition dispersée par la force
  121. Le Figaro.fr, 25 morts dans un accident de ca
  122. Le Figaro.fr, 36 morts dans un naufrage
  123. Le Figaro.fr, La France annule la dette du Togo
  124. Le Figaro.fr, Mugabe à Singapour
  125. a, b et c Le Monde.fr, Mugabe veut contrôler les compagnies minières étrangères
  126. Le Figaro.fr, Béatification: arrivée à Rome de Mugabe

Voir aussi