1 500 mètres aux Jeux olympiques

1 500 mètres aux Jeux olympiques
Description de cette image, également commentée ci-après
Séries du 1 500 m féminin lors des Jeux olympiques de 2012.
Généralités
Sport Athlétisme
1 500 mètres
Organisateur(s) CIO
Éditions 28e en 2016
Catégorie Jeux olympiques

Palmarès
Tenant du titre Matthew Centrowitz (2016)
Faith Kipyegon (2016)
Plus titré(s) Sebastian Coe (2)
Tatyana Kazankina (2)
Records Noah Ngeny (min 32 s 07, 2000)
Paula Ivan (min 53 s 96, 1988)

Le 1 500 mètres masculin figure au programme des Jeux olympiques depuis la première édition, en 1896 à Athènes. Les femmes participent à cette épreuve depuis les Jeux de 1972, à Munich.

Le Britannique Sebastian Coe et la Russe Tatyana Kazankina sont, avec deux médailles d'or remportées, les athlètes les plus titrés dans cette épreuve.

Les records olympiques de la discipline sont actuellement détenus par le Kényan Noah Ngeny, auteur de min 32 s 07 en finale des Jeux olympiques de 2000, à Sydney[1], et par la Roumaine Paula Ivan, créditée de min 53 s 96 lors des Jeux olympiques de 1988, à Séoul[2].

Éditions

Années 96 00 04 08 12 20 24 28 32 36 48 52 56 60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08 12 16 Total
Hommes X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X 28
Femmes X X X X X X X X X X X X 12

Hommes

Historique

1896-1912

L'Américain Mel Sheppard lors sa victoire sur 1 500 m aux Jeux olympiques de 1908, à Londres.

L'épreuve du 1 500 mètres figure au programme des premiers Jeux olympiques de l'ère moderne, en 1896 à Athènes. En l'absence des meilleurs spécialistes du mile de la fin du XIXe siècle, notamment les athlètes anglo-saxons[3], l'épreuve est remportée par l'Australien Teddy Flack, titré par ailleurs sur 800 m, qui s'impose dans le temps de min 33 s 2, devant l'Américain Arthur Blake et le Français Albin Lermusiaux[4]. Huit athlètes participent à la course, dont quatre Grecs.

Aux Jeux olympiques de 1900, à Paris, le Britannique Charles Bennett devance au sprint sur la pelouse de la Croix-Catelan le Français Henri Deloge et l'Américain John Bray[4]. Le temps de min 6 s 2 de Bennett sera considéré comme un record du monde non officiel de la discipline[3].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1904, à Saint-Louis, sept athlètes américains figurent parmi les neufs engagés. La victoire revient à l'Américain Jim Lightbody (min 5 s 4), qui devance ses compatriotes William Verner et Lacey Hearn[4]. Lors de ces mêmes Jeux, Jim Lightbody enlève également le titre du 800 m et du steeple.

En 1908, lors des Jeux olympiques de 1908, à Londres, l'Américain Mel Sheppard s'impose sur 1 500 m (min 3 s 4, record olympique) quelques jours avant de réitérer son exploit sur 800 m. Les Britanniques Harold A. Wilson et Norman Hallows se classent respectivement deuxième et troisième de l'épreuve[4].

Au Stade olympique de Stockholm, lors des Jeux olympiques de 1912, le Britannique Arnold Jackson décroche la médaille d'or en min 56 s 8 (record olympique) et devance sur le fil deux Américains ː Abel Kiviat, le premier détenteur officiel du record du monde du 1 500 m, et Norman Taber[4], futur détenteur du record du monde du mile, titrés par ailleurs tous deux sur l'épreuve du 3 000 m par équipes.

1920-1936

Paavo Nurmi, champion olympique en 1924.

Deux jours après avoir remporté la médaille d'or sur 800 m, le Britannique Albert Hill s'impose en finale du 1 500 m à l'occasion des Jeux olympiques de 1920, à Anvers. Il réalise le temps de min 1 s 8 et devance son compatriote Philip J. Noel-Baker, futur Prix Nobel de la paix[5], et l'Américain Lawrence Shields[4]. Le Suédois John Zander, alors détenteur du record mondial, ne termine pas l'épreuve.

Les épreuves d'athlétisme des Jeux olympiques de 1924 se déroulent au Stade olympique Yves-du-Manoir, à Paris. Le Finlandais Paavo Nurmi assoit sa domination sur le fond et demi-fond mondial en remportant cinq médailles d'or lors de ces mêmes Jeux sur ː 1 500 m, 5 000 m, 3 000 m par équipes, cross-country individuel et par équipes. Détenteur depuis quelques jours du record du monde en min 52 s 6, il remporte le titre olympique du 1 500 m dans le temps de min 53 s 6 (nouveau record olympique) après s'être porté en tête dès le deuxième virage et tenté d'imposer un rythme soutenu à la course[6]. Il parvient à contrôler sa fin de course et devance de près de deux secondes le Suisse Willy Schärer et le Britannique Henry Stallard[4].

À Amsterdam, lors des Jeux olympiques de 1928, la victoire revient au Finlandais Harry Larva qui parvient à dépasser le Français Jules Ladoumègue à vingt mètres de la ligne d'arrivée pour devenir champion olympique dans le temps de min 53 s 2, nouveau record olympique. Ladoumègue conserve la deuxième place (min 53 s 8), devant l'autre finlandais Eino Purje (min 56 s 4)[4]. Paavo Nurmi, le tenant du titre, fait l'impasse sur cette épreuve.

Jules Ladoumègue, qui domine les épreuves de demi-fond dans l'olympiade suivante, et qui détient le record du monde du 1 500 m depuis 1930 et celui du mile depuis 1931, fait figure de favori pour les Jeux olympiques de 1932, à Los Angeles[7]. Mais accusé d'avoir violé les règles de l'amateurisme, il est radié à vie par la Fédération française d'athlétisme en mars 1932, quelques mois avant le début des Jeux[8]. L'Italien Luigi Beccali remporte la finale en min 51 s 2 (nouveau record olympique), devant le Britannique Jerry Cornes et le Canadien Phil Edwards[4].

Aux Jeux olympiques de 1936, dans le Stade olympique de Berlin, le Néo-zélandais Jack Lovelock remporte le titre en établissant en finale un nouveau record du monde en min 47 s 8. Il devance sur le podium l'Américain Glenn Cunningham (min 48 s 4) et le tenant du titre Luigi Beccali (min 49 s 2) après avoir fait la différence sur ses adversaires dans les 300 derniers mètres[9].

1948-1964

Herb Elliott, champion olympique en 1960.

Le Suédois Lennart Strand figure parmi les favoris des Jeux olympiques de 1948, à Londres. Détenteur du record du monde depuis l'année précédente, il a pris la relève de ses compatriotes Gunder Hägg et Arne Andersson, grands spécialistes des courses de demi-fond dans les années 1940, mais disqualifiés tous deux en 1946 pour avoir enfreint les règles de l'amateurisme[10]. Strand est cependant battu pour la médaille d'or par un autre suédois, Henry Eriksson, qui s'impose au sprint sous une pluie battante et sur une piste boueuse[11] dans le temps de min 49 s 8, devant Strand et le Néerlandais Willem Slijkhuis[4].

Quatre ans plus tard, en 1952 lors des Jeux olympiques d'Helsinki, le Luxembourgeois Joseph Barthel devient le premier athlète de son pays à devenir champion olympique. Il s'impose au sprint dans le temps de min 45 s 2 (nouveau record olympique), devant l'Américain Robert McMillen (min 45 s 2) et le détenteur du record du monde allemand Werner Lueg (min 45 s 4) qui faiblit à trente mètres de l'arrivée et se fait rejoindre par ses deux adversaires[4].

La finale du 1 500 m des Jeux olympiques de 1956, à Melbourne, est remportée par l'Irlandais Ron Delany en min 41 s 2, nouveau record olympique. En queue de peloton à l'entame des cent derniers mètres, il porte une accélération et parvient à dépasser tous ses adversaires, dont l'Allemand Klaus Richtzenhain, médaillé d'argent, et le prétendant au titre australien John Landy, alors détenteur du record du monde du mile[12], qui se classe troisième de la course[4].

En 1960, en finale des Jeux olympiques de Rome, l'Australien Herb Elliott confirme son statut de favori en améliorant son propre record du monde du 1 500 m en min 35 s 6 après avoir décroché tous ses adversaires à un tour de l'arrivée[13]. Le Français Michel Jazy s'adjuge la médaille d'argent en min 38 s 4 et le Hongrois István Rózsavölgyi la médaille de bronze en min 39 s 2[4].

Détenteur du record du monde du mile depuis 1962, et champion olympique du 800 m quelques jours plus tôt, le Néo-zélandais Peter Snell remporte la finale du 1 500 m des Jeux olympiques de 1964, à Tokyo, dans le temps de min 38 s 1, devançant le Tchécoslovaque Josef Odložil (min 39 s 6) et l'autre néo-zélandais John Davies (min 39 s 6)[4].

1968-1984

Sebastian Coe, seul double champion olympique masculin sur 1 500 m, en 1980 à Moscou et en 1984 à Los Angeles.

En 1968, lors des Jeux olympiques de Mexico, le Kényan Kipchoge Keino, médaillé d'argent sur 5 000 m, obtient la consécration mondiale sur 1 500 m en s'imposant en finale en min 34 s 9 (nouveau record olympique) devant le grand favori de l'épreuve, l'Américain Jim Ryun, invaincu sur cette distance depuis 1965, et alors détenteur des records du monde du 1 500 m et du mile[14]. Ryun termine deuxième en min 37 s 8, devant l'Allemand Bodo Tümmler, troisième en min 39 s 0[4].

Quatre ans plus tard, lors des Jeux olympiques de 1972, à Munich, Jim Ryun est victime d'une bousculade et est éliminé dès les séries. En finale, Kipchoge Keino ne parvient pas à conserver son titre olympique, battu au sprint au terme d'une course tactique[15] par le Finlandais Pekka Vasala, alors détenteur du record d'Europe du 800 m. Vasala s'impose en min 36 s 3, devant Keino (min 36 s 8) et le Néo-zélandais Rod Dixon (min 37 s 5)[4].

En 1976, lors des Jeux olympiques de Montréal, la victoire revient au Néo-zélandais John Walker, détenteur du record du monde du mile depuis 1975, qui s'impose dans le temps de min 39 s 17, devant le Belge Ivo Van Damme (min 39 s 27) et l'Allemand Paul-Heinz Wellmann (min 39 s 33). Le Tanzanien Filbert Bayi, qui avait battu le record du monde du 1 500 m de Jim Ryun l'année passée, est absent de ces Jeux pour cause de boycott de son pays[16].

Le duel attendu entre les Britanniques Sebastian Coe et Steve Ovett constitue l'attraction de la finale du 1 500 m des Jeux olympiques de 1980, à Moscou. Quelques jours avant le début de ces Jeux, à Oslo, Steve Ovett avait ravi à son compatriote ses deux records du monde sur 1 500 m et sur mile. Par ailleurs, quelques jours plus tôt, Ovett avait remporté le titre olympique du 800 m, devant Coe. À près de deux tours de l'arrivée l'Est-allemand Jürgen Straub lance une attaque que seul Sebastian Coe parvient à contenir à 60 mètres du but[17], le Britannique remportant ainsi son premier titre olympique en min 38 s 40, devant Straub (min 38 s 80) et Ovett (min 38 s 99)[4].

Sebastian Coe devient le premier athlète de l'histoire à conserver son titre olympique du 1 500 m, en 1984 lors des Jeux de Los Angeles[4]. Il établit à cette occasion un nouveau record olympique en min 32 s 53 et devance son compatriote Steve Cram, champion du monde en 1983, qui se classe deuxième en min 33 s 40, l'Espagnol José Manuel Abascal remportant la médaille de bronze en min 34 s 30. Steve Ovett, qui participe à cette finale, est contraint à l'abandon en raison d'une crise d'asthme[18]. Le Brésilien Joaquim Cruz, titré sur 800 m devant Coe, déclare forfait pour l'épreuve à la dernière minute.

1988-2004

Hicham El Guerrouj, champion olympique en 2004.

Champion du monde en 1987 à Rome, le Somalien Abdi Bile doit déclarer forfait sur blessure pour les Jeux olympiques de 1988 se déroulant à Séoul, en Corée du Sud. En finale, l'inattendu kényan Peter Rono décroche l'or olympique en min 35 s 96 devant le Britannique Peter Elliott (min 36 s 15) et l'Est-allemand Jens-Peter Herold (min 36 s 21), Steve Cram terminant au pied du podium[4]. Victime d'une élongation au mollet lors de la finale du 800 m, le Marocain Saïd Aouita, détenteur du record du monde depuis 1985, ne participe pas à l'épreuve.

En 1992, lors des Jeux olympiques de Barcelone, l'Espagnol Fermín Cacho est le vainqueur surprise d'une finale disputée sur un rythme lent[19]. Empêtré dans le peloton, le champion du monde en titre algérien Noureddine Morceli se retrouve piégé à l’entame du dernier tour. Cacho l'emporte en min 40 s 12, devant le Marocain Rachid el-Basir (min 40 s 62) et le Qatarien Mohamed Suleiman (min 40 s 69)[4], Morceli se classant septième de la course.

Noureddine Morceli domine le demi-fond mondial au cours de l'olympiade suivante, en ayant remporté deux nouveaux titres de champion du monde du 1 500 m en 1993 et 1995, et en étant le détenteur des records du monde du 1 500 m et du mile. Lors des Jeux olympiques de 1996, à Atlanta, Noureddine Morceli décroche son premier titre olympique dans le temps de min 35 s 78 après avoir porté une accélération à 450 m de l'arrivée. En deuxième position, le Marocain Hicham El Guerrouj donne involontairement un coup de pointe à l'Algérien, se déséquilibre et chute lourdement[20]. Morceli s'impose dans le temps de min 35 s 78, et devance le tenant du titre Fermín Cacho (min 36 s 40) et le Kényan Stephen Kipkorir (min 36 s 72)[4]. Hicham El Guerrouj termine 12e et dernier de la finale.

Lors des Jeux olympiques de 2000, à Sydney, le Kényan Noah Ngeny s'adjuge le titre olympique en établissant un nouveau record olympique en min 32 s 07, et en battant au sprint Hicham El Guerrouj (min 32 s 32) qui était pourtant le favori de l'épreuve après ses titres de champion du monde du 1 500 m obtenus en 1997 et 1999, et son record du monde du 1 500 m réalisé deux ans plus tôt. Le Kényan Bernard Lagat se classe troisième de l'épreuve (min 32 s 44), devant le Français Mehdi Baala[21].

En 2004, au cours des Jeux olympiques d'Athènes, Hicham El Guerrouj décroche enfin son premier titre olympique sur 1 500 m en s'imposant dans le temps de min 34 s 18 après avoir réussi à contenir dans la dernière ligne droite Bernard Lagat qui termine finalement deuxième et obtient son deuxième podium consécutif dans cette épreuve (min 34 s 30)[22]. Le Portugais Rui Silva, est médaillé de bronze en min 34 s 68[4]. Lors de Jeux, Hicham El Guerrouj remporte par ailleurs l'épreuve du 5 000 m.

Depuis 2008

Demi-finales du 1 500 m lors des Jeux olympiques de 2016.

En finale des Jeux olympiques de 2008 à Pékin, le Bahreïnien Rachid Ramzi remporte la médaille d'or. Mais, convaincu de dopage, il est destitué de son titre olympique en 2009, au profit du Kényan Asbel Kiprop, initialement deuxième de l'épreuve (min 33 s 11). Le Néo-zélandais Nick Willis (min 34 s 16) et le Français Mehdi Baala (min 34 s 21), sont respectivement médaillé d'argent et médaillé de bronze[23].

En 2012, lors des Jeux olympiques de Londres, l'Algérien Taoufik Makhloufi devient champion olympique en min 34 s 08, devant l'Américain Leonel Manzano (min 34 s 79) et le Marocain Abdalaati Iguider (min 35 s 13)[24].

Lors des Jeux olympiques de 2016 à Rio de Janeiro, l'Américain Matthew Centrowitz décroche le plus grand titre de sa carrière en s'imposant en finale au terme d'une course menée sur un rythme lent qu'il a dominée de bout en bout, en min 50 s 00, temps d'un champion olympique le plus lent depuis les Jeux de 1932. Premier américain titré sur cette distance depuis Mel Sheppard en 1908, il devance le tenant du titre Taoufik Makhloufi, deuxième en min 50 s 11 et Nick Willis, médaillé de bronze en min 50 s 24[25]. Asbel Kiprop, le favori de l'épreuve, se classe sixième de la course.

Palmarès

Édition Or Argent Bronze
1896 Drapeau d'Australie Teddy Flack (AUS)
min 33 s 2
Drapeau des États-Unis Arthur Blake (USA)
min 34 s 2
Drapeau de France Albin Lermusiaux (FRA)
min 36 s 0
1900 Drapeau de Grande-Bretagne Charles Bennett (GBR)
min 6 s 2
Drapeau de France Henri Deloge (FRA)
min 6 s 6
Drapeau des États-Unis John Bray (USA)
min 9 s 0
1904 Drapeau des États-Unis Jim Lightbody (USA)
min 5 s 4
Drapeau des États-Unis William Verner (USA)
min 6 s 8
Drapeau des États-Unis Lacey Hearn (USA)
1908 Drapeau des États-Unis Mel Sheppard (USA)
min 3 s 4
Drapeau de Grande-Bretagne Harold Wilson (GBR)
min 3 s 6
Drapeau de Grande-Bretagne Norman Hallows (GBR)
min 4 s 0
1912 Drapeau de Grande-Bretagne Arnold Jackson (GBR)
min 56 s 8
Drapeau des États-Unis Abel Kiviat (USA)
min 56 s 9
Drapeau des États-Unis Norman Taber (USA)
min 56 s 9
1920 Drapeau de Grande-Bretagne Albert Hill (GBR)
min 1 s 8
Drapeau de Grande-Bretagne Philip Baker (GBR)
min 2 s 4
Drapeau des États-Unis Lawrence Shields (USA)
min 3 s 1
1924 Drapeau de Finlande Paavo Nurmi (FIN)
min 53 s 6
Drapeau de Suisse Willy Schärer (SUI)
min 55 s 0
Drapeau de Grande-Bretagne Henry Stallard (GBR)
min 55 s 6
1928 Drapeau de Finlande Harry Larva (FIN)
min 53 s 2
Drapeau de France Jules Ladoumègue (FRA)
min 53 s 8
Drapeau de Finlande Eino Purje (FIN)
min 56 s 4
1932 Drapeau d'Italie Luigi Beccali (ITA)
min 51 s 2
Drapeau de Grande-Bretagne Jerry Cornes (GBR)
min 52 s 6
Drapeau du Canada Phil Edwards (CAN)
min 52 s 8
1936 Drapeau de Nouvelle-Zélande Jack Lovelock (NZL)
min 47 s 8
Drapeau des États-Unis Glenn Cunningham (USA)
min 48 s 4
Drapeau d'Italie Luigi Beccali (ITA)
min 49 s 2
1948 Drapeau de Suède Henry Eriksson (SWE)
min 49 s 8
Drapeau de Suède Lennart Strand (SWE)
min 50 s 4
Drapeau des Pays-Bas Willem Slijkhuis (NED)
min 50 s 4
1952 Drapeau du Luxembourg Josy Barthel (LUX)
min 45 s 2
Drapeau des États-Unis Robert McMillen (USA)
min 45 s 2
Drapeau d'Allemagne Werner Lueg (GER)
min 45 s 4
1956 Drapeau d'Irlande Ron Delany (IRL)
min 41 s 2
Drapeau Klaus Richtzenhain (EUA)
min 42 s 0
Drapeau d'Australie John Landy (AUS)
min 42 s 0
1960 Drapeau d'Australie Herb Elliott (AUS)
min 35 s 6
Drapeau de France Michel Jazy (FRA)
min 38 s 4
Drapeau de Hongrie István Rózsavölgyi (HUN)
min 39 s 2
1964 Drapeau de Nouvelle-Zélande Peter Snell (NZL)
min 38 s 1
Drapeau Josef Odložil (TCH)
min 39 s 6
Drapeau de Nouvelle-Zélande John Davies (NZL)
min 39 s 6
1968 Drapeau du Kenya Kipchoge Keino (KEN)
min 34 s 9
Drapeau des États-Unis Jim Ryun (USA)
min 37 s 8
Drapeau d'Allemagne de l'Ouest Bodo Tümmler (FRG)
min 39 s 0
1972 Drapeau de Finlande Pekka Vasala (FIN)
min 36 s 3
Drapeau du Kenya Kipchoge Keino (KEN)
min 36 s 8
Drapeau de Nouvelle-Zélande Rod Dixon (NZL)
min 37 s 5
1976 Drapeau de Nouvelle-Zélande John Walker (NZL)
min 39 s 17
Drapeau de Belgique Ivo Van Damme (BEL)
min 39 s 27
Drapeau d'Allemagne de l'Ouest Paul-Heinz Wellmann (FRG)
min 39 s 33
1980 Drapeau de Grande-Bretagne Sebastian Coe (GBR)
min 38 s 40
Drapeau d'Allemagne de l'Est Jürgen Straub (GDR)
min 38 s 80
Drapeau de Grande-Bretagne Steve Ovett (GBR)
min 38 s 99
1984 Drapeau de Grande-Bretagne Sebastian Coe (GBR)
min 32 s 53
Drapeau de Grande-Bretagne Steve Cram (GBR)
min 33 s 40
Drapeau d'Espagne José Manuel Abascal (ESP)
min 34 s 30
1988 Drapeau du Kenya Peter Rono (KEN)
min 35 s 96
Drapeau de Grande-Bretagne Peter Elliott (GBR)
min 36 s 15
Drapeau d'Allemagne de l'Est Jens-Peter Herold (GDR)
min 36 s 21
1992 Drapeau d'Espagne Fermín Cacho (ESP)
min 40 s 12
Drapeau du Maroc Rachid El Basir (MAR)
min 40 s 62
Drapeau du Qatar Mohamed Suleiman (QAT)
min 40 s 69
1996 Drapeau d'Algérie Noureddine Morceli (ALG)
min 35 s 78
Drapeau d'Espagne Fermín Cacho (ESP)
min 36 s 40
Drapeau du Kenya Stephen Kipkorir (KEN)
min 36 s 72
2000 Drapeau du Kenya Noah Ngeny (KEN)
min 32 s 07
Drapeau du Maroc Hicham El Guerrouj (MAR)
min 32 s 32
Drapeau du Kenya Bernard Lagat (KEN)
min 32 s 44
2004 Drapeau du Maroc Hicham El Guerrouj (MAR)
min 34 s 18
Drapeau du Kenya Bernard Lagat (KEN)
min 34 s 30
Drapeau du Portugal Rui Silva (POR)
min 34 s 68
2008[note 1] Drapeau du Kenya Asbel Kiprop (KEN)
min 33 s 11
Drapeau de Nouvelle-Zélande Nick Willis (NZL)
min 34 s 16
Drapeau de France Mehdi Baala (FRA)
min 34 s 21
2012 Drapeau d'Algérie Taoufik Makhloufi (ALG)
min 34 s 08
Drapeau des États-Unis Leonel Manzano (USA)
min 34 s 79
Drapeau du Maroc Abdalaati Iguider (MAR)
min 35 s 13
2016 Drapeau des États-Unis Matthew Centrowitz (USA)
min 50 s 00
Drapeau d'Algérie Taoufik Makhloufi (ALG)
min 50 s 11
Drapeau de Nouvelle-Zélande Nick Willis (NZL)
min 50 s 24

Multiples médaillés

Hommes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Coe, SebastianSebastian Coe Drapeau de Grande-Bretagne Grande-Bretagne 1980–1984 2 0 0 2
2 Keino, KipchogeKipchoge Keino Drapeau du Kenya Kenya 1968–1972 1 1 0 2
2 Cacho, FermínFermín Cacho Drapeau d'Espagne Espagne 1992–1996 1 1 0 2
2 El Guerrouj, HichamHicham El Guerrouj Drapeau du Maroc Maroc 2000–2004 1 1 0 2
2 Makhloufi, TaoufikTaoufik Makhloufi Drapeau d'Algérie Algérie 2012–2016 1 1 0 2
6 Beccali, LuigiLuigi Beccali Drapeau d'Italie Italie 1932–1936 1 0 1 2

Record olympique

Évolution du record olympique masculin[26],[27]
Temps Athlète Lieu Date Record
min 33 s 2 Drapeau : Australie Teddy Flack Athènes
min 6 s 0 Drapeau : Royaume-Uni Charles Bennett Paris
min 5 s 4 Drapeau : États-Unis Jim Lightbody Saint-Louis
min 5 s 0 Drapeau : États-Unis Mel Sheppard Londres
min 3 s 4 Drapeau : Royaume-Uni Norman Hallows Londres
min 3 s 4 Drapeau : États-Unis Mel Sheppard Londres
min 56 s 8 Drapeau : Royaume-Uni Arnold Jackson Stockholm
min 53 s 6 Drapeau : Finlande Paavo Nurmi Paris
min 53 s 2 Drapeau : Finlande Harry Larva Amsterdam
min 51 s 2 Drapeau : Italie Luigi Beccali Los Angeles
min 47 s 8 Drapeau : Nouvelle-Zélande Jack Lovelock Berlin WR
min 45 s 2 Drapeau : Luxembourg Joseph Barthel Helsinki
min 45 s 2 Drapeau : États-Unis Robert McMillen Helsinki
min 41 s 2 Drapeau : Irlande Ron Delany Melbourne
min 35 s 6 Drapeau : Australie Herb Elliott Rome WR
min 34 s 9 Drapeau : Kenya Kipchoge Keino Mexico
min 32 s 53 Drapeau : Royaume-Uni Sebastian Coe Los Angeles
min 32 s 07 Drapeau : Kenya Noah Ngeny Sydney

Femmes

Historique

1972-1984

Lyudmila Bragina, championne olympique en 1972.

Le 1 500 mètres féminin se dispute pour la première fois dans le cadre des Jeux olympiques à l'occasion des Jeux de Munich en 1972. La Soviétique Lyudmila Bragina, qui a porté le record du monde à min 6 s 9 deux mois avant le début des compétitions, améliore à trois reprises ce record. Elle réalise tout d'abord min 6 s 5 lors des séries, puis min 5 s 1 en demi-finales trois jours plus tard, et enfin min 1 s 4 lors de sa victoire en finale deux jours plus tard[28]. L'Est-allemande Gunhild Hoffmeister est médaillée d'argent en min 2 s 8 et l'Italienne Paola Pigni est médaillée de bronze en min 2 s 9.

En 1976, aux Jeux olympiques de Montréal, la Soviétique Tatyana Kazankina, titrée quatre jours plus tôt sur 800 m, remporte l'épreuve du 1 500 m dans le temps de min 5 s 48, devançant Gunhild Hoffmeister qui obtient sa deuxième médaille d'argent consécutive après 1972, en min 6 s 02. L'autre est-allemande Ulrike Bruns complète le podium en min 6 s 09 alors que la tenante du titre Lyudmila Bragina se classe cinquième de la course[29].

Tatyana Kazankina, qui a amélioré le record du monde quelques semaines avant le début des Jeux olympiques de 1980, conserve son titre olympique. À Moscou, elle établit tout d'abord un nouveau record olympique dès les séries en min 59 s 12, puis réédite cette performance en finale en réalisant le temps de min 56 s 6, approchant son record du monde de min 55 s 0[30]. Elle devance largement ses adversaires dont l'Est-allemande Christiane Wartenberg, médaillée d'argent en min 57 s 8, et l'autre soviétique Nadiya Olizarenko, déjà titrée sur sur 800 m, qui se classe troisième en min 59 s 6. Deux jours plus tard, après les Jeux olympiques à l'occasion du meeting de Zurich, Tatyana Kazankina portera son record du monde à min 52 s 47, record qui tiendra jusqu'en 1993.

En l'absence pour cause de boycott des athlètes des pays du bloc de l'Est, parmi lesquels figure notamment les Soviétiques Olga Dvirna et Zamira Zaytseva, le titre des Jeux olympiques de 1984 à Los Angeles est remporté par l'Italienne Gabriella Dorio qui s'était classé 6e en 1976 et 4e en 1980. Elle s'impose dans le temps de min 3 s 25, devant les Roumaines Doina Melinte (min 3 s 76), médaillée d'or sur 800 m, et Maricica Puică (min 4 s 15), médaillée d'or sur 3 000 m[31]. L'Américaine Mary Decker, championne du monde du 1 500 m en 1983, ne participe pas à cette épreuve car préférant se réserver pour le 3 000 m.

1988-2004

Kelly Holmes, championne olympique en 2004.

En finale des Jeux olympiques de 1988, à Séoul, la Roumaine Paula Ivan décide de partir seule dès le début de la course. Possédant dix mètres d'avance sur le peloton après le premier tour, elle creuse de nouveau l'écart et devance à la cloche ses adversaires d'une quinzaine de mètres. Elle conclut son dernier tour en min 2 s 46 pour s'imposer en min 53 s 96, échouant à une seconde du record du monde de Tatyana Kazankina mais établissant un nouveau record olympique. Elle devance de près de six secondes ses principales rivales, dont les Soviétiques Laimutė Baikauskaitė et Tatyana Samolenko, respectivement médaillée d'argent en min 0 s 24 et médaillée de bronze en min 0 s 30[32].

Lors des Jeux olympiques de 1992, à Barcelone, l'Algérienne Hassiba Boulmerka confirme son titre de championne du monde remporté l'année précédente à Tokyo en s'emparant du titre olympique dans le temps de min 55 s 30, établissant à cette occasion un nouveau record d'Afrique[33]. La Russe Lyudmila Rogachova, qui concourt pour l'Équipe unifiée de l’ex-URSS, se classe deuxième en min 56 s 91 et la Chinoise Qu Yunxia, qui établiera un nouveau record du monde en 1993, s'adjuge la médaille de bronze en min 57 s 08 (nouveau record d'Asie), écartant du podium Tatyana Samolenko.

En 1996, lors des Jeux olympiques d'Atlanta, la Russe Svetlana Masterkova remporte le titre olympique du 1 500 m cinq jours après s'être imposée dans l'épreuve du 800 m. Avec un temps de min 0 s 83, elle devance sur la ligne d'arrivée la Roumaine Gabriela Szabó (min 1 s 54) et l'Autrichienne Theresia Kiesl (min 3 s 02). Parmi les absentes de la finale, figurent la tenante du titre et championne du monde 1995 Hassiba Boulmerka qui est éliminée au stade des demi-finales après s'être foulée la cheville, et l'Irlandaise Sonia O'Sullivan qui est également contrainte à l'abandon en demi-finale[34].

Quatre ans plus tard, aux Jeux olympiques de 2000 à Sydney, Svetlana Masterkova, la tenante du titre par ailleurs championne du monde en 1999, est disqualifiée en demi-finale pour avoir gêné une adversaire. La finale est remportée par l'Algérienne Nouria Mérah-Benida, vainqueur des championnats d'Afrique quelques semaines plus tôt, qui s'impose dans le temps de min 5 s 10. Elle devance les Roumaines Violeta Szekely, deuxième en min 5 s 15 et Gabriela Szabó, troisième en min 5 s 27 et qui obtient sa deuxième médaille olympique consécutive[35].

Titrée cinq jours auparavant sur 800 m, la Britannique Kelly Holmes remporte la médaille d'or du 1 500 m lors des Jeux olympiques de 2004, à Athènes. Dans une course rapide menée par la Russe Nataliya Evdokimova, Kelly Holmes fait la différence dans la dernière ligne droite en réglant toutes ses adversaires et en s'imposant dans le temps de min 57 s 90, nouveau record du Royaume-Uni[36]. L'autre russe Tatyana Tomashova, championne du monde l'année précédente à Paris, s'adjuge la médaille d'argent en min 58 s 12, devançant la Roumaine Maria Cioncan, troisième en min 58 s 39. Sept athlètes, dont les cinq premières de la finale, améliorent leur record personnel.

Depuis 2008

Faith Kipyegon, championne olympique en 2016.

Lors des Jeux olympiques de 2008 à Pékin, la Kényane Nancy Langat décroche ses adversaires à 200 m de l'arrivée et s'adjuge le titre en min 0 s 23, établissant un nouveau record personnel. Elle devance sur le podium deux Ukrainiennes : Iryna Lishchynska, deuxième en min 1 s 63 et Nataliya Tobias, troisième en min 1 s 78 (record personnel)[37]. La Bahreïnienne Maryam Yusuf Jamal, championne du monde en titre et grande favorite de l'épreuve, ne prend que la cinquième place en min 2 s 71. Peu avant la compétition, Tatyana Tomashova et six autres athlètes russes dont Yuliya Fomenko et Yelena Soboleva sont suspendues deux ans par la fédération internationale, soupçonnées d’avoir manipulé des échantillons prélevés lors de contrôles antidopage. Elles sont exclues de participation aux Jeux olympiques de Pékin[38].

En 2012, lors des Jeux olympiques de Londres, au terme d'une course lente, la Turque Aslı Çakır Alptekin remporte le titre en min 10 s 23, devant sa compatriote Gamze Bulut (min 10 s 40) et Maryam Yusuf Jamal (min 10 s 74)[39]. Mais en 2013, Aslı Çakır Alptekin et Gamze Bulut sont convaincues de dopage par la Fédération internationale d'athlétisme un an après leurs médailles olympiques pour des anomalies relevées sur leur passeport biologique[40],[41]. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) confirme la validité de l'appel de l'IAAF et annule tous leurs résultats à compter de 2010, dont leurs médailles obtenues à Londres [42]. En conséquence, la médaille d'or est réattribuée à Maryam Yusuf Jamal, la médaille d'argent à Tatyana Tomashova, revenue de sa suspension de dopage, et la médaille de bronze à l'Éthiopienne Abeba Aregawi. La Biélorusse Natallia Kareiva et la Russe Yekaterina Kostetskaya, respectivement 7e et 9e de l'épreuve, sont également disqualifiées rétroactivement pour des infractions au passeport biologique.

L'Éthiopienne Genzebe Dibaba est la favorite des Jeux olympiques de 2016, après avoir remporté le titre de championne du monde en 2015 à Pékin, et après avoir surtout amélioré cette même année à Monaco le vieux record du monde du 1 500 m détenu depuis 1993 par Qu Yunxia[43]. Cependant, à Rio de Janeiro, la Kényane Faith Kipyegon, vice-championne du monde 2015, surprend son adversaire à 200 m de l'arrivée et l'emporte dans le temps de min 8 s 92, devançant de plus d'une seconde Genzebe Dibaba, médaillée d'argent en min 10 s 27 et l'Américaine Jennifer Simpson, championne du monde en 2011, qui s'adjuge la médaille de bronze en min 10 s 53[44]. La Néerlandaise Sifan Hassan, vainqueur de la Ligue de diamant et championne du monde en salle 2016 du 1 500 m, se classe 5e de l'épreuve.

Palmarès

Édition Or Argent Bronze
1972 Drapeau Lyudmila Bragina (URS)
min 1 s 38
Drapeau d'Allemagne de l'Est Gunhild Hoffmeister (GDR)
min 2 s 83
Drapeau d'Italie Paola Pigni (ITA)
min 2 s 85
1976 Drapeau Tatyana Kazankina (URS)
min 5 s 48
Drapeau d'Allemagne de l'Est Gunhild Hoffmeister (GDR)
min 6 s 02
Drapeau d'Allemagne de l'Est Ulrike Klapezynski (GDR)
min 6 s 09
1980 Drapeau Tatyana Kazankina (URS)
min 56 s 6
Drapeau d'Allemagne de l'Est Christiane Wartenberg (GDR)
min 57 s 8
Drapeau Nadezhda Olizarenko (URS)
min 59 s 6
1984 Drapeau d'Italie Gabriella Dorio (ITA)
min 3 s 25
Drapeau de Roumanie Doina Melinte (ROU)
min 3 s 76
Drapeau de Roumanie Maricica Puică (ROU)
min 4 s 15
1988 Drapeau de Roumanie Paula Ivan (ROU)
min 53 s 96
Drapeau Laimutė Baikauskaitė (URS)
min 0 s 24
Drapeau Tatyana Samolenko (URS)
min 0 s 30
1992 Drapeau d'Algérie Hassiba Boulmerka (ALG)
min 55 s 30
Drapeau Lyudmila Rogachova (EUN)
min 56 s 91
Drapeau de Chine Qu Yunxia (CHN)
min 57 s 08
1996 Drapeau de Russie Svetlana Masterkova (RUS)
min 0 s 83
Drapeau de Roumanie Gabriela Szabó (ROU)
min 1 s 54
Drapeau d'Autriche Theresia Kiesl (AUT)
min 3 s 02
2000 Drapeau d'Algérie Nouria Mérah-Benida (ALG)
min 5 s 10
Drapeau de Roumanie Violeta Szekely (ROU)
min 5 s 15
Drapeau de Roumanie Gabriela Szabó (ROU)
min 5 s 27
2004 Drapeau de Grande-Bretagne Kelly Holmes (GBR)
min 57 s 90
Drapeau de Russie Tatyana Tomashova (RUS)
min 58 s 12
Drapeau de Roumanie Maria Cioncan (ROU)
min 58 s 39
2008 Drapeau du Kenya Nancy Langat (KEN)
min 0 s 23
Drapeau d'Ukraine Iryna Lishchynska (UKR)
min 1 s 63
Drapeau d'Ukraine Nataliya Tobias (UKR)
min 1 s 78
2012[note 2] Drapeau de Bahreïn Maryam Yusuf Jamal (BRN)
min 10 s 74
Drapeau de Russie Tatyana Tomashova (RUS)
min 10 s 90
Drapeau d'Éthiopie Abeba Aregawi (ETH)
min 11 s 03
2016 Drapeau du Kenya Faith Kipyegon (KEN)
min 8 s 92
Drapeau d'Éthiopie Genzebe Dibaba (ETH)
min 10 s 27
Drapeau des États-Unis Jennifer Simpson (USA)
min 10 s 53

Multiples médaillées

Femmes
Rang Athlète Pays Période Or Argent Bronze Total
1 Kazankina, TatyanaTatyana Kazankina Drapeau Union soviétique 1976–1980 2 0 0 2
2 Hoffmeister, GunhildGunhild Hoffmeister Drapeau d'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 1972–1976 0 2 0 2
3 Szabó, GabrielaGabriela Szabó Drapeau de Roumanie Roumanie 1996–2000 0 1 1 2

Record olympique

Évolution du record olympique féminin[45],[46]
Temps Athlète Lieu Date Record
min 6 s 47 Drapeau : URSS Lyudmila Bragina Munich WR
min 5 s 07 Drapeau : URSS Lyudmila Bragina Munich WR
min 1 s 38 Drapeau : URSS Lyudmila Bragina Munich WR
min 59 s 12 Drapeau : URSS Tatyana Kazankina Moscou
min 56 s 56 Drapeau : URSS Tatyana Kazankina Moscou
min 53 s 96 Drapeau : Roumanie Paula Ivan Séoul

Notes et références

Notes

  1. Rachid Ramzi, vainqueur de la course, est disqualifié par le CIO le 18 novembre 2009 à la suite d'un dopage à l'EPO.
  2. La Turque Aslı Çakır Alptekin, initialement vainqueur de l'épreuve, est disqualifiée pour dopage en 2015, tandis que sa compatriote Gamze Bulut, deuxième de l'épreuve, perd sa médaille en 2017, toujours pour dopage. La médaille d'or revient par conséquent à la Bahreinienne Maryam Yusuf Jamal, la médaille d'argent à la Russe Tatyana Tomashova et la médaille de bronze à l'Éthiopienne (Suédoise depuis décembre 2012) Abeba Aregawi.

Références

  1. (en)« Record olympique masculin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  2. (en) « Record olympique féminin », sur iaaf.org (consulté le 12 avril 2012)
  3. a et b Parienté et Billouin 2003, p. 251.
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v (en) « IAAF Statistics Handbook - Games of the XXXI Olympiad Rio 2016 », World Athletics, (consulté le 30 mai 2020)
  5. Parienté et Billouin 2003, p. 253.
  6. Parienté et Billouin 2003, p. 256.
  7. Parienté et Billouin 2003, p. 262.
  8. « Célébrations nationales 2006 : Jules Ladoumègue », sur culture.gouv.fr (consulté le 29 mai 2018)
  9. Parienté et Billouin 2003, p. 265.
  10. Parienté et Billouin 2003, p. 270.
  11. Parienté et Billouin 2003, p. 271.
  12. Parienté et Billouin 2003, p. 277.
  13. Parienté et Billouin 2003, p. 281.
  14. Parienté et Billouin 2003, p. 290.
  15. Parienté et Billouin 2003, p. 291.
  16. Parienté et Billouin 2003, p. 296.
  17. Parienté et Billouin 2003, p. 299.
  18. Parienté et Billouin 2003, p. 302.
  19. Parienté et Billouin 2003, p. 307.
  20. Parienté et Billouin 2003, p. 311.
  21. (en) « Finale du 1 500 m - Jeux olympiques de 2000 », sur worldathletics.org (consulté le 29 mai 2020)
  22. (en) « Finale du 1 500 m - Jeux olympiques de 2004 », sur worldathletics.org (consulté le 29 mai 2020)
  23. Ramzi rend l'or Le Figaro.fr, mis en ligne le 18 novembre 2009
  24. « L'Algérien Taoufik Makhloufi, champion olympique du 1 500 mètres », sur France24, (consulté le 29 mai 2020)
  25. « Matthew Centrowitz devant, tous les autres derrière sur 1500 m », sur olympic.org,
  26. (en) « Progression du record olympique du 1 500 m masculin », sur olympedia.org (consulté le 23 juin 2020)
  27. (en)« Progression du record olympique masculin du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 14 janvier 2016)
  28. (en) « 1972 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  29. (en) « 1976 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  30. (en) « 1980 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  31. (en) « 1984 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  32. (en) « 1988 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  33. (en) « 1992 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  34. (en) « 1996 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  35. (en) « 2000 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  36. (en) « 2004 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 25 juillet 2020)
  37. (en) « 2008 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 26 juillet 2020)
  38. « JO: sept athlètes russes suspendues sur des soupçons de dopage », sur reuters.com,
  39. (en) « 2012 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 26 juillet 2020)
  40. Cakir Alptekin soupçonnée, lequipe.fr, le 26 avril 2013
  41. Asli Cakir Alptekin convaincue de dopage, lequipe.fr, le 3 mai 2013
  42. « Turkey’s Asli Cakir Alptekin stripped of Olympic 1500m title for doping », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020).
  43. (en) Jon Mulkeen, « Dibaba breaks 1500m world record in Monaco with 3:50.07 – IAAF Diamond League », sur iaaf.org, (consulté le 26 juillet 2020)
  44. (en) « 2016 Summer Olympics - 1,500 metres, Women », sur olympedia.org (consulté le 26 juillet 2020)
  45. (en) « Progression du record olympique du 1 500 féminin », sur olympedia.org (consulté le 23 juin 2020)
  46. (en)« Progression du record olympique féminin du 1 500 m », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 14 janvier 2016)

Voir aussi

Bibliographie

  • Robert Parienté et Alain Billouin, La Fabuleuse Histoire de l'athlétisme, Minerva, , 1021 p. (ISBN 978-2-8307-0727-4)

Articles connexes

Liens externes