Chronologie des faits économiques et sociaux dans les années 1980

(Redirigé depuis 1988 en économie)
Années :

19801981198219831984
19851986198719881989

Décennies :

1960 · 1970Années 19801990 · 2000

Siècles :

XIXe siècleXXe siècleXXIe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Chronologie de l'économie

Années 1970 - Années 1980 - Années 1990

Événements

  • 1980 : début de la guerre Iran-Irak. La fermeture du Chatt-el Arab entraîne l’impossibilité pour l’Irak d’exporter son pétrole. On craint un troisième choc pétrolier. Le prix du baril atteint un moment 42 dollars. Mais grâce à la hausse de la production hors de l’OPEP et à celle de l’Arabie saoudite, le prix du baril de brut retombe à 34 dollars en octobre 1981. Les pays consommateurs commencent à réduire leurs stocks.
  • 1982-1986 : contre-choc pétrolier. La demande de pétrole s’essouffle. La crise économique engendrée par la hausse des taux d’intérêt nécessaire pour juguler l’inflation réduit le pouvoir d’achat des pays consommateurs. Les prix élevés du brut rendent rentable les projets d’exploitation jusqu’alors délaissés. Le désir d’échapper à la domination de l’OPEP favorise l’exploitation du charbon, l’essor du gaz naturel et la construction de centrales nucléaires. Les politiques d’économie d’énergie améliorent les rendements énergétiques (baisse de la consommation des automobiles). L’OPEP doit diminuer sa production. En 1983, obligé de suivre le marché, elle baisse le prix du brut pour la première fois (de 34 à 29 dollars le baril).
  •  : signature des accords du Plaza à New York entre les États-Unis, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne de l’Ouest et le Japon, pour une gestion concertée des taux de change afin de faire baisser le dollar[1].
  • 1985 : reflux des prix du brut. L’Arabie saoudite, ulcérée de voir grignoter ses parts de marché par les autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole qui ne respectent pas leurs quotas, change de politique : elle abandonne le soutien des prix et se préoccupe désormais des volumes de production, grâce à la signature de contrats qui garantissent aux raffineurs un montant donné par baril, la part du royaume wahhabite variant en fonction du prix. En quelques mois, le prix du West Texas Intermediate chute de 31,75 à 10 dollars le baril. Les États producteurs essuient de lourdes pertes financières. Les États-Unis s’inquiètent de ce que les cours trop bas découragent la prospection sur leur sol, et les contraint à dépendre davantage des importations, ce qui affaiblit leur sécurité face à l’Union soviétique, exportatrice. Un prix voisin de 18 dollars (au lieu des 29 dollars officiels) semble équitable. L'OPEP abandonne la stratégie des parts de marché et revient aux quotas. À la fin de 1986, les conséquences du deuxième choc pétrolier sont effacées ; les consommateurs récupèrent, par la baisse des prix nominaux et plus encore réel (baisse du cours du dollar), une partie de ce qu’ils avaient dû verser à l’OPEP lors des hausses précédentes. La croissance économique en est stimulée.
  •  : les pays du « G6 » (le G7, moins l’Italie) signent à Paris les accords du Louvre, destinés à enrayer la baisse du dollar US et à stabiliser les taux de change[1].
  •  : krach des marchés de taux d’intérêt et d’actions, dit parfois « lundi noir ». Le Dow Jones, indice de la Bourse de New York, chute de 508 points, soit 22,6 % en une journée[2]. Ruée sur le dollar, panique des actionnaires.

Afrique

  • Les Plan d’ajustement structurel (PAS) imposés par le FMI se répandent dans tous les pays africains, provoquant des licenciements et des réductions de salaire, la hausse des prix, la réduction massive de l’offre scolaire, la détérioration des systèmes de santé et des conditions d’existence.
  • Entre 1980 et 2000, les investissements directs étrangers en Afrique représentent 2 % du total mondial (30 % pour l’Asie).
  • 1983 : les pays africains commercent très peu entre eux (3,4 % des exportations, 3 % des importations) et restent profondément dépendants des pays capitalistes occidentaux (83,3 % des exportations, 74,2 % des importations), en particulier l’Europe occidentale (60,9 % des exportations, 55,9 % des importations).
  • 1984-1985 : famine en Éthiopie et au Sahel.
  • 1985 : 1 150 000 habitants à Dakar.
  • 1988 : recensement en Côte d’Ivoire qui compte 10,8 millions d’habitants. L’espérance de vie est passée de 33 ans en 1959 à 55 ans. Progression de l’alphabétisation : 8 % en 1960, 56 % en 1980, 61 % en 1988.
  • 1989-1992 : réduction significative du trafic d’arme officiel en direction de l’Afrique, dont la valeur totale passe de 13 121 millions de dollars (1985-1988) à 4 739 millions (1989-1992).


  • En Égypte, les écarts sociaux se creusent : 5 % des ménages urbains détiennent 55 % du revenu national au début des années 1980.
  • 440 millions d’habitants en Afrique en 1980 (12,1 % de la population mondiale). La natalité se maintient à un taux élevé (47 pour mille en moyenne en 1965 comme en 1980), la mortalité baisse (de 23 pour mille en moyenne en 1965 à 17 pour mille en 1980), l’espérance de vie à la naissance augmente (49 ans en moyenne en 1980, soit sept ans de plus qu’en 1965). 26 % de la population habite en ville.
  • 53,2 % de la population sud-africaine habite en ville en 1980.

Asie

  • 1980 : la balance commerciale du Japon n’est plus déficitaire. La population du Japon compte 117 millions d’habitants.
  • 1985 :
    • fondation à Dacca de la SAARC (South Asian Association for Regional Cooperation)[3].
    • La production de grain en Corée du Nord, croissante jusqu’en 1985, ce qui a permis d’assurer l’autosuffisance alimentaire du pays, plafonne, puis décline, d’abord à cause d’une crise structurelle interne.
  • 1985-1990 : VIIe Plan en Inde[4]. Il insiste sur la nécessité de dégager des ressources nouvelles issues de l’élargissement de l’assiette fiscale, d’un développement du secteur privé et d’une réforme du secteur public[5].
  • 1986, Vietnam : le secrétaire général du Parti communiste vietnamien Nguyen Van Linh lance le dôi mói, programme de réformes économiques visant à supprimer le système de planification centralisée et à encourager l’entreprise privée (ainsi que les investissements étrangers). Le dôi mói se concrétise réellement à partir de 1989 et le gouvernement y engage toutes ses forces. Le dôi mói (« rénovation ») s’attaque à la mauvaise gestion, aux excès de la centralisation, aux gaspillages, à la corruption ; les gérants des entreprises d’État se voient octroyer plus d’autonomie face aux chefs locaux du parti ; de petits ateliers et des commerces privés sont autorisés ; des zones franches accueillent les investissements étrangers.
  • 1988, Chine : retour de l’inflation (plus de 20 %) due à la libéralisation des prix, mesure préconisée par Deng Xiaoping en 1985. Le pouvoir de Zhao Ziyang s’en trouve affaibli, même s’il était hostile à la réforme.
  • Augmentation des salaires des travailleurs sud-coréens de 15 % par après 1988.
  • L’industrie chinoise est encore dans les années 1980 aux mains d’entreprises d’État, au personnel pléthorique, soumise à une planification centrale. Le système de prix fixés par l’État entrave les décisions des gestionnaires, la limitation de la concurrence limite la productivité. Les usines sont petites, peu spécialisées et peu rentables, et se maintiennent grâce à la protection des autorités locales et aux subventions de l’État, qui veut éviter par la privatisation l’arrivée d’une masse de chômeurs dangereuse pour la stabilité du régime. À côté de ces mastodontes publics à l’abri de la faillite, le pouvoir encourage la création d’entreprises coopératives et privées qui peuvent faire appel à des capitaux étrangers. Des « zones économiques spéciales » sont ouvertes, surtout en Chine du Sud, à un capitalisme archaïque de style XIXe siècle. La Chine attire par ses bas salaires, sa stabilité sociale et politique, la qualité de sa main-d’œuvre. Elle produit des articles manufacturés bon marché qui s’exportent vers les États-Unis, l’Europe et le Japon. Cet essor lui permet de maintenir des taux de croissance de l’ordre de 10 % par an. Cette forte croissance économique accroît cependant les inégalités régionales, les disparités sociales, la corruption, la pollution, l’inflation
  • Le Liban traverse une période de désorganisation économique totale. Le pays est devenu un grand producteur de drogues dont les revenus financent les milices.

États-Unis

  • Sous Reagan, les États-Unis renouent avec le libéralisme économique. Déréglementation des prix du pétrole. Hausse record des taux d’intérêts. Réforme fiscale. Le taux marginal le plus élevé de l’impôt fédéral sur le revenu des ménages, qui atteignait 90 % à l’époque de Kennedy, tombe à 31 %.
  • Reprise économique après 1983. Le chômage diminue (15 millions d’emplois sont créés entre 1982 et 1988). L’indice Dow Jones des actions industrielles, après avoir stagné dans les années 1970, s’envole après 1983. Le déficit commercial est en hausse vertigineuse.
  • En 1980, le constructeur automobile Chrysler n’est sauvé de la faillite que par l’aide financière du gouvernement fédéral. Des centaines de milliers de travailleurs sont licenciés (1979–1980). Après un lent déclin, la production automobile américaine retrouve son dynamisme, par une adaptation aux méthodes modernes de fabrication et d’organisation et dans un climat plus ouvert à la concurrence dans toute la gamme des véhicules. La productivité du travail augmente. Elle doublera chez Chrysler entre 1980 et 1992. Les innovations se multiplient, la qualité s’améliore, les automobiles s’adaptent aux contraintes publiques en matière de pollution, de sécurité et de consommation de carburant.

Amérique latine

  • Les pays d’Amérique latine connaissent une crise de la dette liée à la hausse des taux d’intérêts pratiquée par l’administration Reagan aux États-Unis puis dans le monde entier et à la récession des années 1981-1982 qui a réduit considérablement la demande de matières premières de la part des pays industrialisés[6]. Entre 1982 et 1988, les monnaies latino-américaines se déprécient de 23 % en moyenne.
  • Au milieu des années 1980, l’augmentation rapide de la dette extérieure et la baisse du prix du pétrole plongent le Mexique dans de graves problèmes financiers. La situation financière est critique. Le pays, endetté de plus de 80 milliards de dollars, se déclare incapable de rembourser ses créanciers le . Il demande des prêts aux gouvernements étrangers, un moratoire pour le remboursement du capital aux banques commerciales et un rééchelonnement de sa dette. La méfiance s’étend rapidement au Brésil, à l’Argentine et aux autres pays latino-américains, tous fortement endettés, ainsi qu’au continent africain. Les banques, échaudés par les risques qu’elles avaient pris antérieurement, refusent d’accorder de nouveau crédits ou de renouveler les anciens. Dans la crise mexicaine, les gouvernements étrangers (États-Unis), le FMI et les grandes banques commerciales s’efforcent d’abord de maintenir ouvert les robinets du crédit et de faire pression sur les banques de taille inférieure pour qu’elle agissent de même. Une politique de « prêts concertés » contraint les banques à fournir de nouveaux crédits proportionnellement à leurs prêts antérieurs. La dette est rééchelonnée, passant du court terme au long terme. Le Mexique parvient à réduire ses dépenses publiques de 20 % entre 1982 et 1986.
  • Entre 1983 et 1995, près de 1 000 entreprises publiques sont mises aux enchères au Mexique (87 % des entreprises publiques), rapportant plus de 38 milliards de dollars à l’État, dont les banques Bancomer et Banamex vendues respectivement 2,5 et 2,3 milliards de dollars.
  • 1982-1986 : le Venezuela réduit ses dépenses publiques de 20 % entre 1982 et 1986.
  • 1983 : la dette extérieure de l’Uruguay à doublé depuis 1972.
  • 1985-1989 : plan austral argentin[7] : gel général des prix et des salaires, fixité du taux de change. Pour lutter contre l’inflation, le peso cède la place à l’austral, avec une dévaluation de 40 %. L’inflation passe de 350 % au premier semestre à 20 % au second. Dès avril 1986, le gouvernement annonce que certains prix et salaires seraient ajustés et le plan perd sa crédibilité. La réduction de l’inflation est de courte durée, et en 1989 le pays est plongé de nouveau dans une situation désastreuse.
  • 1985-1986 : programme de stabilisation économique en Bolivie[8]. Le déficit budgétaire est brutalement réduit, ce qui fait tomber l’inflation de 8 170 % en 1985 à 11 % en 1987, sans restaurer cependant une solide croissance.
  • 1985 :
    • au Pérou, le président Alan García lance un programme économique consistant en une relance de la consommation par des augmentations de salaires, un gel des prix et une dévaluation de 12 %. Les remboursements des intérêts de la dette sont strictement limités. L’inflation est momentanément contrôlée et le Pérou connaît des taux de croissance de 9,5 % en 1986 et 6,9 % en 1987, avant que l’ampleur du déficit fiscal ne provoque une hausse de l’inflation[9].
    • les États-Unis lancent le plan Baker pour résoudre la crise de la dette [10] qui reprend les prescriptions habituelles du FMI concernant l’ajustement et ajoutant que les meilleurs élèves seraient récompensés par de nouveaux prêts des banques privées et par des financements de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de la Banque mondiale. Le plan n’aborde pas la dimension politique du problème (responsabilité des États-Unis qui maintiennent des taux d’intérêts élevés). Ce plan n’aura que peu de retombées.
  • 1986, Brésil : José Sarney annonce le Plan Cruzado pour redresser l’économie en éliminant l’inflation. Une nouvelle monnaie, le cruzado, est créée, qui remplace le cruzeiro. Les prix des loyers sont gelés, les salaires et les taux de change sont stabilisés et les mécanismes d’indexation sont supprimés. Mais son application fait naître de nouveaux problèmes : la relance de la consommation fait augmenter les importations, donc l’inflation. Elle diminue dans un premier temps avant de rebondir à des niveaux supérieurs d’avant la réforme (elle atteint 1 000  % en 1989). Le Président allonge les délais d’exécution de son plan, ce qui entraîne son échec[11],[12]. Le Brésil compte alors 136 millions d’habitants. Près de la moitié de la population a moins de 20 ans. Le sous-emploi s’accroît. Dans 35 % des foyers (11 millions), le revenu est inférieur à la moitié du salaire minimum vital.
  • 1987 : la crise s’aggrave en Amérique latine : la croissance ralentit (2,6 % contre 3,7 % en 1986, l’inflation repart (187 % contre 64,6 % en 1986) et la dette atteint 410 milliards de dollars.
  • Le , le gouvernement brésilien, pris entre l’endettement à l’extérieur et la dette interne, suspends provisoirement le paiement de la dette extérieure[13]. Le 12 juin, il décide un nouveau gel des prix et des salaires (plan Bresser)[14]. Mais peu après, il accorde une augmentation de 47,5 % de leur solde aux militaires. Bresser Pereira  démissionne et est remplacé aux finances par Maílson da Nóbrega  ()[15].
  • En décembre 1987 le président Miguel de la Madrid lance un programme de stabilisation contre l’inflation au Mexique : réduction drastique des déficits publics, détermination d’objectifs en matière de prix et de salaires et fixation de cibles pour le taux de change—successivement un taux fixe vis-à-vis du dollar, puis du change rampant (janvier 1989) dans un « serpent » (décembre 1991).
  • 1988 :
    • Le taux d’inflation pour l’année atteint 930 % au Brésil.
    • L’inflation atteint le record mondial de 36 000 % en 1988 au Nicaragua.
    • La Colombie est le second exportateur de fleurs et le premier fournisseur du marché nord-américain.
  • 1989 :
    • Plano Verão  (Plan d’été) au Brésil. Il gèle les prix, dissout cinq ministères pour faire des économies et crée une nouvelle monnaie, « le nouveau cruzado »[16].
    • Plan Brady. Le secrétaire du Trésor américain, Nicholas Brady, propose un plan qui oblige les banques commerciales à faire des concessions importantes à leurs débiteurs, notamment une réduction de dette « volontaire » ; « les banques doivent faire des efforts pour parvenir à des réductions, tant de la dette que du service de la dette ». Quelques pays, comme le Costa Rica, peuvent bénéficier rapidement du plan Brady, mais pour la majorité des autres le problème de la dette reste toujours irrésolu.
    • Au Mexique, le gouvernement Salinas accélère la privatisation des entreprises nationalisées et prend des mesures pour inciter les étrangers à investir en leur permettant de contrôler entièrement les entreprises.
    • 200 % d’inflation par mois en Argentine. Réforme fiscale. Création d’une taxe sur la valeur ajoutée.

Europe occidentale

  • 1982, Espagne : le chômage touche 16 % de la population active. 18 % de la population active est dans l’agriculture (8 % en France).
  • 1983 : loi de restructuration de l’économie en Espagne (Miguel Boyer, ministre de l’économie) : rigueur et austérité (dévaluation, suppression d’emploi dans les chantiers navals, la sidérurgie, le textile, création de zones d’urgente réindustrialisation).
  • 1984, Espagne : le chômage touche 21,6 % de la population active (2 640 000). L’inflation est jugulée (9 %). Le déficit commercial baisse de moitié.
  • 1985, Portugal : 16 % d’illettrés parmi les personnes âgées de plus de 15 ans (21 % pour les femmes, 12 % pour les hommes).
  • 1986-1988 : neuf grandes entreprises françaises sont privatisées.
  • 1988-1989 : conjoncture économique favorable. En Espagne, l’inflation est stabilisée. Croissance économique. en 1989, le chômage touche 17,3 % de la population active.
  • 1989 : révision constitutionnelle permettant la privatisation des entreprises nationalisées au Portugal.


  • En France, les années 1980 sont marquées par l'élection de François Mitterrand à la présidence de la République. Puis, par le lancement réussi du train à grande vitesse qui conditionne le développement des transports ferroviaires pour les décennies suivantes. Après une politique économique de relance marquée par de nombreuses nationalisations, le gouvernement socialiste entame en 1982 le tournant de la rigueur. Après cette période, il n'y aura plus en France de politiques économiques visant à accroître de façon significative le poids de l'État dans le marché.
  • En Italie, dans les années 1980, les régions gèrent 20 % du budget national.
  • Retour au pouvoir des Sociaux-démocrates en Suède (1982). Olof Palme met en place une politique de dévaluation de la monnaie pour redynamiser les exportations. Pendant les années 1980, l’inflation diminue, les exportations augmentent, la production industrielle s’accroît et le taux de chômage se stabilise.

Royaume-Uni

  • 1979-1983 et 1984-1987 : privatisations[17]. La moitié des entreprises publiques britanniques passe aux mains du privé de 1979 à 1990, dans le sillage de British Petroleum et du doublement de la production en Mer du Nord. Elles rapportent 13 milliards de £ au Trésor et en 1990, on compte neuf millions d’actionnaires, issus pour la plupart des classes moyennes.
  • 1980-1982 : la mise en œuvre du programme économique thatchérien plonge d’abord le Royaume-Uni dans sa première récession depuis 1929.
  •  : réforme des collectivités locales (Local Government Planning and Land Act 1980 )[18] ; la RSG (Rate Support Grant, subvention de l’État aux collectivités locales) est remplacée par une allocation fixe (block grant ).
  • 1982-1987 : plus de 10 % de chômeurs au Royaume-Uni. Les prélèvements obligatoires atteignent un plus haut à 46 % du PIB.
  • 1983 : Margaret Thatcher fulmine contre la politique agricole de la CEE qui absorbe 70 % du budget communautaire et s’avère incapable de maîtriser d’énormes surplus.
  • 1983-1987 : reprise de la croissance. Recul spectaculaire de l’inflation. La hausse annuelle des prix est de 4,7 %, celle des salaires de 8,5 %. Augmentation des dépenses militaires qui culminent en 1983-1984 avec 5,4 % du PIB.
  • 1985 : « libération » du marché du travail. Le taux de pauvreté est de 5 % au milieu des années 1980.
  •  : Big Bang à la bourse de Londres[19]. La City, centre du marché des eurodollars, doit se réformer et céder à l’esprit du temps favorable au marché : les commissions fixes sont remplacées par des rémunérations variables ; la distinction établie entre jobbers (grossistes en actions) et brokers (courtier ou agent de change) est abolie ; les firmes étrangères peuvent prendre pied aisément à la bourse de Londres ; la place financière travaille désormais en continu.
  • 1988 : le secteur tertiaire assure 66% du revenu national et emploi 13,5 millions de personnes (68 % de la main-d’œuvre nationale). 2,6 millions d’émigrés. Hausse des taux d'intérêts. De nombreux propriétaires ayant acheté leur logement dans un contexte euphorique sont dans l’impossibilité d’honorer leurs traites et sont expulsés.
  • 1989 : les dépenses publiques tombent à 39,25 % du PNB (44 % en 1979). Le budget est excédentaire (7 milliards de £) pour la troisième année consécutive. Début d’une sérieuse récession économique. L’inflation repart à la hausse et le déficit de la balance des paiements nécessite une politique de taux d’intérêts élevés qui entrave le retour à la croissance. Le Royaume-Uni n’assure plus que 5 % de la production industrielle mondiale (9,1 % en 1979). Les investissements étrangers au Royaume-Uni sont passés de 31 milliards de £ en 1980 à 164 milliards en 1989, alors que les investissements britannique à l’étranger atteignent 324 milliards à la même date.

Europe de l'Est

Le mur de Berlin à l'emplacement du passage du S-Bahn. Cette photo, prise en 1980, paraît dans le contexte des années 1980 curieusement anachronique, renvoyant à des évènements ayant fondé le mur deux décennies auparavant. Il faut attendre novembre 1989 pour que s'amorce le processus de la réunification allemande.

La mort de Léonid Brejnev (1982) marque la fin d'une époque. En 1985, le nouveau secrétaire général du PCUS, Mikhaïl Gorbatchev, constatant l'impasse économique dans laquelle s'est engagé le pays, lance, timidement d'abord, une politique de réforme, la perestroïka (le mot signifie en russe « reconstruction ») avec un programme de décentralisation des décisions économiques. Sur le plan économique la perestroïka est un échec, le modèle d'économie socialiste mis en place en URSS étant à bout de souffle. Mais sur le plan politique, elle donne un espace à la liberté d'expression et aux revendications nationales des peuples d'URSS qui sera fatal à un régime fossilisé, dont l'idéologie n'était depuis longtemps plus le moteur. En 1989 l'URSS abandonne ses satellites européens et entame son retrait d'Afghanistan, alors que des premiers troubles éclatent sur son territoire entre Arméniens et Azéris à propos du Haut-Karabagh.

La dégradation de l'économie est patente tout au long des années 1980 dans les États socialistes. En Pologne le syndicat Solidarność né des grèves des ouvriers des chantiers navals de Gdańsk alimente une contestation qui ira croissant tout au long de la décennie, forçant le général Jaruzelski à instaurer la loi martiale (1981) avant de négocier avec l'opposition après l'arrivée au pouvoir de Gorbatchev en Union soviétique. En Roumanie, le conducător Nicolae Ceaușescu parachève son régime de communisme national fermé au monde et appauvrit la population en focalisant sa politique économique sur le remboursement de la dette extérieure. Bien tenues en main par des régimes dirigés par des apparatchiks vieillissants, la RDA et la Tchécoslovaquie voient également leurs économies se dégrader. La perestroïka en cours à Moscou accélère ici les réformes (Hongrie) ou provoque là en retour une plus grande fermeture du pays (Roumanie), mais partout elle fragilise des régimes qui finiront par tomber les uns après les autres en 1989.

  • En 1981, le budget de la défense mobilise de 25 à 35 % du PNB soviétique. Le pays se révélera incapable de soutenir un effort aussi prolongé. En dépit des sommes énormes consacrées à la force nucléaire, l’Union soviétique ne sera jamais en mesure de disposer d’une supériorité suffisante pour détruire par une première frappe l’arsenal américain, sans s’exposer à des représailles massives.
  • En 1985, les forces stratégiques des États-Unis et de l’URSS ont une parité relative. La même année, le pacte de Varsovie aligne sur le front Nord-Centre européen, de la Norvège à l’Allemagne de l'Ouest, 113 divisions et 24 200 tanks, alors que l’OTAN n’en a respectivement que 54 et 8 800.
  • 1987 : montée de la crise économique en Union soviétique. Réformes économiques : en juin 1987, Gorbatchev prône un « marché socialiste » et annonce un programme de réformes économique prévoyant d’instaurer une économie mixte ouverte sur extérieur d’ici 1992 (perestroïka). Par la loi du , le Comité central prévoit la réorganisation du secteur étatique. Les entreprises d’état deviennent autonomes. La loi sur la coopération du et une décision du Conseil des ministres du accorde aux coopératives et aux entreprises le droit d’accéder au marché international[20],[21]. En 1988, 40 % des familles vivent avec moins de 100 roubles par mois — le seuil de pauvreté est alors fixé entre 50 et 90 roubles par mois selon les régions — Une famille soviétique moyenne consacre 59 % de ses revenus à l'achat de denrées alimentaires[22].
  • 1988-1989 : les autorisations légales de départ de citoyens d’Allemagne de l’Est vers l’Allemagne de l’Ouest passent de 43 314 en 1988 à 388 396 en 1989[23].
  • Plans d’austérités en Yougoslavie. Ils ont peu d’effets sur l’économie, qui chancelle sous le poids d’une dette extérieure supérieure à 21 milliards de dollars en 1980. Avec la croissance de l’inflation (80-90 % de hausse des prix en 1985-1986) et du chômage (un million de chômeurs pour 23 millions d’habitants), le niveau de vie ne cesse de décliner au cours des années 1980[24]. Les grèves se multiplient (1986-1988)[25]. Les difficultés économiques exaspèrent les animosités latentes entre groupes ethniques en Yougoslavie. Au sein de la Ligue communiste, les Croates et les Slovènes rejettent les propositions visant à une centralisation du parti et de l’État ; ils s’opposent au Serbes qui eux-mêmes sont confrontés au problème albanais du Kosovo. Dans ce contexte resurgissent ou s’exacerbent d’anciens d’antagonismes nationaux, qui aboutissent à l’arrivée au pouvoir des nationalistes en Serbie avec Slobodan Milošević et en Croatie avec Franjo Tuđman. Le décor de la guerre civile qui déchirera le pays dans les années 1990 est planté.
  • L’inflation augmente au début des années 1980 en Hongrie, forçant János Kádár à exprimer publiquement sa préoccupation et à effectuer quelques changements à la tête de l’économie. En 1985, La dette extérieure de la Hongrie atteint 7 milliards de dollars. Elle triple en quelques années pour atteindre 20,390 milliards en 1990. De 1980 à 1990, le revenu réel des salariés chute de 10 %, celui des paysans de 20 %. Les emprunts servent à financer le déficit public et à ralentir la chute du pouvoir d’achat des ménages, mais ne sont pas utilisés aux investissements, qui baissent en dix ans de 18 %. À partir de 1987, le pouvoir d’achat et de la consommation baisse. En mai 1988, János Kádár est remplacé au poste de secrétaire général par le Premier ministre Károly Grósz qui établit un austère programme économique avec de nouveaux impôts, des suppressions de subventions et la création d’un petit secteur privé[26].
  • 1989 :
    • Les démocraties populaires sont au bord de l’effondrement économique. Elles arrivent à une impasse où se cumulent les pénuries, l’inflation, le risque de chômage. En Pologne, la crise économique empire dès le second semestre ; la hausse des prix tourne à l’hyperinflation, les pénuries alimentaires continuent.
    • 164 automobiles pour 1000 habitants en Hongrie (56 en Union soviétique, 403 en France).
    • L’URSS compte 289 millions d’habitants.

Notes et références

  1. a et b Cécile Bastidon Gilles, Jacques Brasseul, Philippe Gilles, Histoire de la globalisation financière: Essor, crises et perspectives des marchés financiers internationaux, Armand Colin, (ISBN 9782200256098, présentation en ligne)
  2. André Orléan, Le pouvoir de la finance, Odile Jacob, (ISBN 9782738106988, présentation en ligne)
  3. Mokhtar Lakehal, Le grand livre de l'économie contemporaine et des principaux faits de société, Editions Eyrolles, (ISBN 9782212176131, présentation en ligne)
  4. Jean-Joseph Boillot, L'économie de l'Inde, La Découverte, (ISBN 9782707162373, présentation en ligne)
  5. Michel Boivin, Histoire de l'Inde : « Que sais-je ? » n° 489, Presses Universitaires de France, (ISBN 9782130730323, présentation en ligne)
  6. Serge Berstein et Pierre Milza, Histoire du XXe siècle : La fin du monde bipolaire - 1973 aux années 1990, t. 3, Hatier, coll. « Initial », , 287 p. (ISBN 978-2-218-94737-7).
  7. Luis Alberto Romero, Breve historia contemporánea de la Argentina, Fondo de Cultura Economica, (ISBN 9789505579303, présentation en ligne)
  8. Dwight H. Perkins, Steven Radelet, David L. Lindauer, Économie du développement, De Boeck Supérieur, (ISBN 9782804149185, présentation en ligne)
  9. Les Grands Articles d'Universalis. Pérou, vol. 79, Encyclopædia Universalis, (ISBN 9782852298545, présentation en ligne)
  10. Académie de droit international de la Haye, Recueil des Cours. La Dette Extérieure, vol. 17, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 9789041100832, présentation en ligne)
  11. Armelle Enders, Nouvelle histoire du Brésil, Éditions Chandeigne, (ISBN 9782915540345, présentation en ligne)
  12. Arturo Almandoz, Modernization, Urbanization and Development in Latin America, 1900s - 2000s, Routledge, (présentation en ligne)
  13. Dominique Carreau, Malcolm Nathan Shaw, Recueil des Cours de l'Académie de droit international de la Haye. La dette extérieure, vol. 17, Martinus Nijhoff Publishers, (ISBN 9789041100832, présentation en ligne)
  14. Yolanda Vieira de Abreu, Evoluçäo histórica da moeda. Estudo de caso : Brasil (1889-1989) (ISBN 9788469200131, présentation en ligne)
  15. Mário Henrique Simonsen, Textos Escolhidos, Editora FGV, (ISBN 9788522504046, présentation en ligne)
  16. Leonardo Xavier da Silva, Estado e Políticas Públicas, PLAGEDER (présentation en ligne)
  17. Ghislaine Chouraqui, « Les privatisations en Grande-Bretagne: les leçons d'une expérience », Revue française d'économie, vol. 4, no 2,‎ , p. 43-57 (présentation en ligne)
  18. « Local Government, Planning and Land Act 1980 », sur legislation.gov.uk
  19. Martine Azuelos, La déréglementation des économies anglo-saxonnes : bilan et perspectives : actes du colloque international=, Presses Sorbonne Nouvelle, (ISBN 9782878540765, présentation en ligne)
  20. Gérard Bacconnier, Bruno Benoît, Gérard Clément, La mondialisation en fiches : genèse, acteurs et enjeux, Éditions Bréal, (ISBN 9782749501956, présentation en ligne)
  21. François Coulomb, Jean Longatte, Pascal Vanhove, Sébastien Castaing, DCG 5 - Économie - 5e édition - Manuel et applications, Dunod, (ISBN 9782100730094, présentation en ligne)
  22. Françoise Thorn, Le Moment Gorbatchev, Paris, Hachette Pluriel, (présentation en ligne)
  23. Gérard Schneilin, La mise en œuvre de l'unification allemande (1989-1990), Presses Sorbonne Nouvelle, (ISBN 9782910212117, présentation en ligne)
  24. Yves Tomić, La Serbie du prince Miloš à Milošević, (ISBN 9789052012032, présentation en ligne)
  25. Martin Upchurch, Darko Marinkovic, Workers and revolution in Serbia : From Tito to Miloevic and beyond, Oxford University Press, (ISBN 9781526112514, présentation en ligne)
  26. Dominique Lejeune, Histoire du monde actuel : 1990-2000, Armand Colin (ISBN 9782200280031, présentation en ligne)