1929 en dadaïsme et surréalisme

Éphémérides

Janvier

Février

  • 12 février
    André Breton envoie une lettre à de nombreuses personnalités plus ou moins proches du surréalisme dans laquelle il demande « compte [à chacun] de leur position idéologique, […] en vue d'une action individuelle ou collective qu'il s'agit de déterminer. »

Mars

Avril

Mai

Juin

  • Le Surréalisme en 1929, numéro spécial de la revue belge Variété[8]
  • Exposition remarquée de deux sculptures « plates »[9] d'Alberto Giacometti, Tête et Figure, à la galerie Jeanne Bucher. Tête est achetée aussitôt par Marie-Laure et Charles de Noailles.
    Masson découvre les sculptures. Il rencontre Giacometti et le présente à Max Ernst, Leiris, Joan Miró et Prévert[10].
    Jean Cocteau : « Je connais de Giacometti des sculptures si solides, si légères qu'on dirait de la neige gardant les empreintes d'un oiseau. »[11].
    Leiris : « Il y a des moments que l'on peut appeler des crises, et qui sont les seuls qui importent dans une vie. […] J'aime la sculpture de Giacometti parce que tout ce qu'il fait est comme le pétrification d'une de ces crises. »

Août

Octobre

Novembre

  • 6 novembre
    Jacques Rigaut se suicide d'une balle de revolver tirée en plein cœur[3].
  • Après la visite d'Éluard à L'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), Char se rend à Paris.
  • 9 novembre
    Lettre d'Artaud à Jean Paulhan dans laquelle il exprime « regrets et remords » à propos de la « sinistre affaire du Songe. »
  • 20 novembre
    Première exposition parisienne de Salvador Dalí à la Galerie Goemans, rue de Seine[12]. Le catalogue est préfacé par André Breton : « De l'autre côté, il y a l'espoir, l'espoir que tout ne sombrera pas quand même, que l'admirable voix qui est celle de Dalí ne se brisera pas pour commencer à son oreille, du fait que certains matérialistes sont intéressés à la lui faire confondre avec le craquement de ses souliers vernis. »[13]
  • Max Ernst, La Femme 100 têtes[14]
  • René Char, Profession de foi du sujet, publié dans La Révolution surréaliste
  • Giorgio De Chirico, Hebdomeros, récit décrivant l'univers imaginaire dans lequel vécu le peintre au cours de sa période « géniale »[3].
  • Adhésions au surréalisme de Luis Buñuel, Char et Salvador Dalí[3].
  • Après la parution de Nadja, où Breton remet en cause les pratiques psychiatriques de l'asile Sainte-Anne, les psychologues Pierre Janet et Gaëtan Gatian de Clérambault réclament des poursuites contre l'auteur[15].

Cette année-là

Œuvres

Notes et références

  1. Condamné à l'exil par Staline.
  2. Biro, op. cit., p. 191.
  3. a, b, c, d et e Scheler, op. cit., p. LXV.
  4. Grossman, op. cit., p. 187.
  5. Biro, op. cit., p. 367.
  6. Biro, op. cit., p. 48.
  7. Réédité en fac-similé par les éditions Jean-Michel Place, Paris, 1976.
  8. Biro, op. cit., p. 279 & Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LV.
  9. Ou « plaques » selon les ouvrages.
  10. James Lord, Giacometti biographie, New York, 1985, Nil, Paris, 1997, p. 114.
  11. Journal.
  12. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LV.
  13. Audoin, op. cit., p. 74.
  14. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LV & Breton, LSELP, op. cit., p. 158.
  15. Dans les Annales médico-psychologiques. Béhar, op. cit., p. 251.
  16. Angliviel, op. cit., p. 196.
  17. Angliviel, op. cit., p. 193.
  18. Cité dans le catalogue des éditions Allia, Paris, 1990.
  19. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cit., p. 45.
  20. Spies, op. cit., p. 126.
  21. Évelyne Grossman, Antonin Artaud. Un insurgé du corps, Gallimard coll. Découvertes Littérature, Paris, 2006, p. 35.
  22. Biro, op. cit., p. 18.
  23. 25,1 × 16,4 cm. Daté du 10 janvier 1929. Collection André Breton, avant sa dispersion en 2003. [www.andrebreton.fr]
  24. Reproduction dans Beaux arts magazine n° 90, mai 1991, p. 26.
  25. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cit., p. 73.
  26. 110,5 × 150,5 cm. Pinakothek der Moderne, Munich. Reproduction dans L'œil, n° 642, janvier 2012, p. 56.
  27. 150 × 110 cm. Museo nacional centro de arte Reina Sofia, Madrid. Reproduction dans Breton, LSELP, op. cit., p. 132.
  28. Biro, op. cit., p. 374.
  29. 113 × 89 cm. Reproduction dans Art actuel n° 58, sept.-oct. 2008, p. 31.
  30. 24 × 43 × 13,5 cm. Kunsthaus Zurich. Reproduction dans Art actuel n° 52, p. 31.
  31. Reproduction dans Art actuel n° 52, p. 32.
  32. Colvile, op. cit., p. 135.
  33. Clébert, op. cit., p. 9. actualites34.blog.lemonde.fr
  34. 73 × 54,5 cm. The Mesnil Collection, Houston. Reproduction dans Beaux arts magazine n° 104, septembre 1992, p. 55.
  35. Reproduction dans Biro, op. cit., p. 214.
  36. 36,5 × 28,8 cm. Collection André Breton avant sa dispersion. Œuvre visible sur le site [1].
  37. Cité dans Georges Sebbag, André Breton l'amour-folie, éditions Jean-Michel Place, Paris, 2004, p. 129.
  38. 147 × 92 cm. Collection particulière. Reproduction dans Connaissance des arts n° 600, décembre 2002, p. 47.
  39. Reproduction dans Gille, op. cit., p. 92.
  40. Reproduction dans Beaux Arts magazine n° 304, octobre 2009, p. 148.
  41. Angliviel, op. cit., p. 102.