1921 en dadaïsme et surréalisme

Éphémérides

Rrose Sélavy (Marcel Duchamp), photographié par Man Ray (1921)

Janvier

Février

  • 15 février
    Paul Éluard, Les Nécessités de la vie et les conséquences des rêves[2]
  • 15 février
    Clément Pansaers, Bar Nicanor, avec un portrait de Crotte de Bique et de Couillandouille par eux-mêmes, aux éditions Alde, à Bruxelles : une cinquantaine de pages manuscrites imprimées en caractères sépia sur papier orange.
  • 17 février
    Louis Aragon, Anicet ou le panorama, roman[3]

Mars

  • Littérature publie sous le titre Liquidation un tableau où sont notées de - 25 à + 25 une cinquantaine de personnalités comme :
    Charles Baudelaire (Aragon : 17, Breton : 18, Éluard : 12, Tzara : - 25),
    Lénine (A. : 13, B. : 12, É. : - 25, T. : - 2),
    Picasso (A. : 19, B. : 15, É. : - 2, T. : - 3)
    Rimbaud (A., B. et É. : 18, T. : - 1)[4].

Avril

  • 4 avril
    Jean-Joseph Crotti et Suzanne Duchamp exposent une série d'œuvres sous le titre Tabu Dada[5].
  • 14 avril
    À l'initiative d'André Breton, visite de l'église St-Julien-le-Pauvre dans le cadre d'une série d'excursions et visites à travers Paris de lieux volontairement dérisoires auxquelles est convié le public[6] : « Les dadaïstes de passage à Paris voulant remédier à l'incompétence de guides et de cicerones suspects, ont décidé d'entreprendre une série de visites à des endroits choisis, en particulier à ceux qui ont vraiment pas de raison d'exister, - C'est à tort qu'on insiste sur le pittoresque (Lycée Janson de Sailly), l'intérêt historique (Mont Blanc) et la valeur sentimentale (La Morgue). - La partie n'est pas perdue mais il faut agir vite. - Prendre part à cette première visite c'est se rendre compte du progrès humain, des destructions possibles et de la nécessité de poursuivre notre action que vous tiendrez à encourager par tous les moyens[7]. » À cette occasion, Théodore Fraenkel réalise un dessin dans lequel il représente Breton en pape[8]. Roger Vitrac et Jacques Baron y rencontrent Aragon[9].

Mai

  • 2 mai
    Vernissage de l'exposition Max Ernst à la librairie Au Sans Pareil[10]. Y sont exposés : 42 peintopeintures dont Dada Degas[11], 8 dessins, 4 fatagaga dont trois créés en commun avec Jean Arp et un avec Johannes Theodor Baargeld et une sculpture. Le catalogue de six pages reproduit le dessin intitulé Relief tricoté. La préface est de Breton : « Parce que, résolu à en finir avec un mysticisme-escroquerie à la nature morte, [Max Ernst] projette sous nos yeux le film le plus captivant du monde et qu'il ne perd pas la grâce de sourire tout en éclairant au plus profond, d'un jour sans égal, notre vie intérieure, nous n'hésitons pas à voir en [lui] l'homme de ces possibilités infinies. »[12] Ernst ne peut assister au vernissage : de nationalité allemande, son visa d'entrée en France lui est refusé.
    Le 2 mai, devant la galerie Au Sans pareil. De gauche à droite : René Hilsum, Benjamin Péret, Serge Charchoune, Philippe Soupault avec une bicyclette, Jacques Rigaut, la tête renversée, André Breton, Simone Kahn. L'auteur de cette photo est inconnu.
  • 11 mai
    Réagissant aux préparatifs du procès Barrès, initié par Aragon et Breton, Francis Picabia annonce sa rupture dans un article publié dans Comœdia : « Maintenant Dada a un tribunal, des avocats, bientôt probablement des gendarmes et un préposé à la guillotine ! »[13]
  • 13 mai
    Breton préside le Procès Barrès : « Mise en accusation et jugement de Maurice Barrès pour crime contre la sûreté de l'esprit »[14], organisé contre l'avis de Tzara[15]. L'acte d'accusation proclame « qu'il est temps [pour Dada] de mettre au service de son esprit négateur un pouvoir exécutif et décidé avant tout à l'exercer contre ceux qui risquent d'empêcher sa dictature, prend dès aujourd'hui des mesures pour abattre leur résistance[16]. » Benjamin Péret y incarne le Soldat inconnu revêtu d'un uniforme allemand, marchant au pas de l'oie, le visage dissimulé par un masque à gaz.
  • 24 mai
    Erik Satie Le Piège de Méduse, première représentation, au Théâtre Michel, de cette comédie lyrique composée en 1913[17].

Juin

  • 5 juin
    Dans une lettre adressée à Jacques Doucet, depuis Lorient, Breton évoque le projet d'écrire un article d'adieux à Dada[18].
  • 6 juin
    Tzara organise un salon Dada dans le hall du Studio des Champs-Élysées : des cravates suspendues à une ficelle, des pipes, un violoncelle ceint d'une écharpe blanche, des tableaux peints par des poètes et des poèmes écrits par des peintres. Invité à exposer, Marcel Duchamp télégraphie, de New York, à Jean-Joseph Crotti : « Pode balle ».
    Théodore Fraenkel, Procédé à fil, sculpture composée d'une pelote de ficelle surmontée d'une éponge[19].
  • 10 juin
    Tristan Tzara, Le Cœur à gaz, première représentation.

Juillet

Août

  • Parution du numéro 20 de Littérature consacré au Procès Barrès. Breton en conflit avec Soupault lui laisse, seul, la direction de la revue[22].

Septembre

Octobre

Décembre

  • 3 décembre
    Dans une lettre à Jacques Doucet, Breton lui déconseille l'achat d'un « petit » tableau de Picasso : « Vous savez que je déplore légèrement […] que vous n'ayiez pas fait l'acquisition d'une des œuvres maîtresses de Picasso (je veux dire d'une chose dont l'importance historique soit absolument indéniable), comme ces Demoiselles d'Avignon qui marquent l'origine du cubisme et qu'il serait si fâcheux de voir partir à l'étranger[25]. »
  • Première exposition parisienne de Man Ray à la librairie Six achetée par Soupault. Présentation des objets impossibles créés à New York[26].

Cette année-là

Œuvres

  • Louis Aragon
    • Anicet ou le panorama, roman : « Une fois qu'on apercevait en lui un autre homme que ce passant incolore, on était pendant un certain temps arrêté par sa mimique : une moue, le clignement prolongé des paupières ; dans l'attention, le rapprochement des poings serrés ; un certain sourire errant dans lequel les dents inférieures mordaient les autres ; un rire assez convulsif bien plus aigu que sa voix, d'ordinaire grave avec de brusques cassures ; une intonation pour le mot crétin, une autre pour l'expression cher ami ; une façon de se frotter les mains, et diverses emphases imprévues. On pouvait encore commettre l'erreur de prendre Baptiste pour le héros amoureux d'une grande dame que Ponson du Terrail appelle immanquablement Raoul. Pour peu que l'on vécût avec lui, cette illusion tombait de soi-même quand on savait le respect dans lequel il tenait l'amour et la place que cette passion occupait dans sa vie. »[28]
  • Jean Arp
    • Trousse du naufragé[29]
    • Trousse d'un Da, collages de morceaux de bois à la manière d'un relief[30]
  • Johannes Baader
  • Erwin Blumenfeld (ou Bloomfield)
  • Serge Charchoune
    • Foule immobile, poème avec douze dessins de l'auteur
  • Jean-Joseph Crotti
    • Mystère acatène, huile sur toile[5]
  • Jean-Joseph Crotti et Suzanne Duchamp
  • Marcel Duchamp
    • Why not sneeze Rrose Selavy ?, boîte surréaliste : morceaux de marbre blanc taillés comme des cubes de sucre contenus dans une cage à oiseaux d'où sortent un os de seiche et un thermomètre[34]
  • Paul Éluard
    • Les Nécessités de la vie et les conséquences des rêves
  • Max Ernst première page catalogue expo mai 1921.pdf
    Max Ernst
    • Dada Degas, collage[11]
    • Die Anatomie als Braut, collage
    • L'Éléphant de Célèbes, huile sur toile[35]
    • Œdipus Rex, huile sur toile[36]
    • La Parole ou Femme-oiseau, collage et gouache[37]
    • Portrait d'Éluard, collage réhaussé d'aquarelle sur papier blanc[38]
    • La Puberté proche... (les pléiades), collage et gouache sur papier[39]
    • Relief tricoté, dessin[40]
    • Santa conversazione[41]
  • Théodore Fraenkel
    • Procédé à fil, sculpture composée d'une pelote de ficelle surmontée d'une éponge
  • George Grosz
    • Débauche, night club à Berlin, aquarelle, plume et encre de Chine[42]
  • Raoul Hausmann
    • Hourra ! Hourra ! Hourra ! : « Contradiction remarquable, les Allemands sont ignobles par idéalisme ! Dans cette mesure, ils ont encore un immense avenir. »
  • Richard Huelsenbeck
    • La Fin du Dr. Billig, roman[43]
  • Joan Miró
    • Homme et femme, objet[44]
  • Gravure de Clément Pansaers, illustration pour Bar Nicanor ...
    Clément Pansaers
    • L'Apologie de la paresse : « O ! le luxe imprévu de la fainéantise ! La grève générale sur une grève ensoleillée ! »
    • Bar Nicanor, avec un portrait de Crotte de Bique et de Couillandouille par eux-mêmes
  • Benjamin Péret
    • Le Passager du transatlantique, avec quatre dessins de Jean Arp[45]
  • Francis Picabia
    • Le Beau charcutier, huile, et collage de peignes en corne, sur toile[46]
    • L'Œil cacodylate, huile, photographie et collage sur toile : tableau recouvert de graffiti et de signature d'artistes Dadas et surréalistes[47]
  • Man Ray
    • Cadeau, fer à repasser dont la semelle est garnie de clous[48]
    • Marcel Duchamp tonsure, photographie noir et blanc[49],
    • Rayogrammes (ou rayographes), impression faite par des objets posés directement sur du papier photographique sensible et exposé à la lumière[50]
  • Erik Satie
    • Le Piège de la méduse, comédie lyrique[51].
  • Georg Scholz
    • Von kommenden Dingen, huile sur toile[52]
  • Kurt Schwitters
    • Merzbild 45. Das Kegelbild, assemblage[53]
    • Merzbild 46 A, assemblage d'objets "rachetés et sauvés"[54]
  • Philippe Soupault
    • L'Invitation au suicide
  • Sophie Taeuber
    • Composition en taches quadrangulaires polychromes denses, huile sur toile[55]
  • Tristan Tzara, Max Ernst et Jean Arp
    • Dada au grand air
  • Theo van Doesburg
    • Portrait d'I. K. Bonset, huile sur toile[56]

Notes et références

  1. a et b Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LXII.
  2. Scheler, P. Éluard, œuvres complètes : chronologie, op. cit., p. LXII.
  3. Daix, op. cit., p. 131 & Le Bon, op. cit., p. 84.
  4. Daix, op. cit., p. 113.
  5. a et b Le Bon, op. cit., p. 921.
  6. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. XLII.
  7. Le Bon, op. cit., p. 857.
  8. Le Bon, op. cit., p. 436.
  9. Daix, op. cit., p. 150. Une photographie reproduite dans Surréalisme de René Passeron (éd. Terrail, 2005, page 32) montre le groupe, devant Notre-Dame-de-Paris, composé de Jean-Joseph Crotti, d'Esparliès, Breton, Rigaud, Éluard, Ribemont-Dessaignes, Péret, Fraenkel, Aragon, Tzara et Soupault. Aucune mention de l'auteur du cliché. Cette photographie appartient à la bibliothèque Jacques Doucet. Elle est datée de 1920 (sic!).
  10. Sise au 37 avenue Kléber, Paris 16e. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. XLII.
  11. a et b Reproduction dans Lemoine, op. cit., p. 66.
  12. Catalogue consultable sur le site de l’International Dada Archive sdrc.lib.uiowa.edu
  13. Daix, op. cit., p. 126.
  14. Daix, op. cit., p. 126. Quatre mois plus tôt, dans Liquidation, les notes données à Barrès était : Aragon + 14, Breton + 13, Éluard - 1, Soupault + 12, Tzara (qui ne l'avait jamais lu) - 25. Daix, op. cit., p. 123.
  15. Dans une salle des Sociétés savantes, rue Danton, Paris 6e. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. XLIII.
  16. Daix, op. cit., p. 125.
  17. Le Bon, op. cit., p. 860.
  18. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. XLIII.
  19. Le Bon, op. cit., p. 436
  20. Le Bon, op. cit., p. 73 et 916 & Scheler, P. Éluard, œuvres complètes : chronologie, op. cit., p. LXII.
  21. Daix, op. cit., p. 131.
  22. a, b et c Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LXIII.
  23. Biro, op. cit., p. 44.
  24. Yves Bridel, Miroirs du surréalisme, L'Âge d'Homme, coll. « Bibliothèque Mélusine », Lausanne, 1988, p.39, note 19.
  25. Bonnet, A. Breton, œuvres complètes, tome 1 : chronologie, op. cit., p. LXIII & Daix, op. cit. p. 137.
  26. Daix, op. cit., p. 133.
  27. Lemoine, op. cit., p. 91.
  28. Gallimard, Folio, 1972, p. 133.
  29. Également intitulé Trousse des naufragés, Clébert, op. cit., p. 59.
  30. Le Bon, op. cit., p. 108.
  31. Le Bon, op. cit., p. 4.
  32. Le Bon, op. cit., p. 78.
  33. 25 x 25,4 cm. The Vera and Arturo Schwarz Collection, Jérusalem, Israël musueum. Reproduction dans Marc Dachy, Archives dada, chroniques, Hazan, Paris, 2005, p. 168.
  34. Breton, LSELP, op. cit., p. 57.
  35. Spies, op. cit., p. 118.
  36. 93 × 102 cm, collection particulière. Breton, LSELP, op. cit., p. 31.
  37. Reproduction dans L'Œil n° 613, mai 2009, p. 56.
  38. 19,3 × 11,5. Musée de Vézelay. Reproduction dans Beaux Arts magazine n° 82, septembre 1990, p. 59.
  39. Reproduction dans L'œil n° 613, ibidem., p. 99.
  40. Reproduction consultable sur le site de l’International Dada Archive sdrc.lib.uiowa.edu
  41. Angliviel, op. cit., p. 189.
  42. Collection particulière. Reproduction dans Beaux Arts magazine n° 132, mars 1996, p. 68.
  43. Le Bon, op. cit., p. 266.
  44. 17 × 21 cm, collection particulière. Reproduction dans Beaux Arts magazine n° 90, mai 1991, p. 65.
  45. Le Bon, op. cit., p. 271.
  46. Reproduction dans La Quinzaine littéraire n° 13, 1er octobre 1966, p. 5.
  47. Lemoine, op. cit., p. 69.
  48. Lemoine, op. cit., p. 70.
  49. Reproduction dans Arts magazine n° 62, février 2012, p. 31.
  50. Breton, LSELP, op. cit., p. 32.
  51. Composée en 1913, cette œuvre est considérée comme l'une des pièces les plus représentatives du théâtre dada et surréaliste. Le Bon, op. cit., p. 860.
  52. Le Bon, op. cit., p. 875.
  53. Le Bon, op. cit., p. 117.
  54. Sprengel Museum, Hanovre. Citation et Reproduction dans Federico Poletti, L'Art au XXe siècle. I. Les Avant-gardes, Hazan, Paris, 2006, p. 63.
  55. Le Bon, op. cit., p. 929.
  56. Le Bon, op. cit., p. 970.