15e corps d'armée (France)

15e corps d'armée
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Corps d'armée
Garnison Tours
Marseille
Guerres Guerre franco-allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Morhange
1914 - Bataille du Grand-Couronné
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille de Revigny)
1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille de Verdun
1918 - Bataille du Matz
1918 - 3e bataille de Picardie
(bataille de Montdidier)
1918 - 2e bataille de Noyon
1918 - Bataille de Saint-Quentin
1918 - Bataille de Mont d'Origny
1918 - 2e Bataille de Guise
1918 - Bataille de Thiérache

Le 15e corps d'armée est une unité de l'armée de terre de l'armée française. En 1870, il est mis sur pied à Tours par le vice-amiral Fourichon, délégué au ministère de la marine et à celui de la guerre par intérim. En 1914, il est formé dans le Sud-Est, son personnel venant de Marseille, de Corse et des Alpes. Dénigré par la hiérarchie militaire et victime d'une violente campagne de presse visant à imputer ses lourdes pertes à l'origine méridionale de ses hommes afin de celer les erreurs imputables au commandement, son nom fut donné à de nombreuses voies en Provence afin de rétablir son honneur mis en cause.

Création et différentes dénominations

  • 16 septembre 1870 :15e Corps d'Armée à Tours (1re division à Nevers, 2e à Bourges et 3e à Vierzon)
  • 19 mai 1916 : Groupement de Maud'huy
  • 20 juin 1916 : Groupement B
  • 5 juillet 1916 : Groupement AB
  • 2 novembre 1916 : 15e Corps d'Armée
  • 25 décembre 1916 : Groupement F
  • 24 janvier 1917 : 15e Corps d'Armée
  • 27 janvier 1917 : Groupement DE
  • 27 mars 1917 : 15e Corps d'Armée

Les chefs du 15e corps d'armée

Guerre franco-allemande de 1870

Composition au 15 octobre 1870

1re division d'infanterie

  • 1re Brigade :
4e bataillon de chasseurs de marche
38e régiment d'infanterie
1er zouaves de marche
Mobiles de la Nièvre
Bataillon d'infanterie de marine
  • 2e Brigade :
Tirailleurs algériens
29e de marche
Mobiles de la Charente
  • Artillerie :
Trois batteries de 4, une de mitrailleuses et une de montagne (de 4)
  • Génie : une section

2e division d'infanterie

  • 1re Brigade :
5e bataillon de chasseurs de marche
39e régiment d'infanterie
Légion étrangère
Mobiles de la Gironde
  • 2e Brigade :
2e zouaves de marche
30e de marche
Mobiles de Maine-et-Loire
  • Artillerie :
Deux batteries de 4 et une de mitrailleuses
  • Génie : une section

3e division d'infanterie

  • 1re Brigade :
6e bataillon de chasseurs de marche
16e régiment d'infanterie
33e de marche
Mobiles du Puy-de-Dôme
  • 2e Brigade :
27e de marche
34e de marche
Mobiles de l'Ariège
  • Artillerie :
Deux batteries de 4, une de mitrailleuses et une de montagne (de 4)
  • Génie : une section

Division de cavalerie

  • 1re Brigade :
6e régiment de dragons
6e régiment de hussards
  • 2e Brigade :
9e cuirassiers de marche
1er cuirassiers de marche
  • Artillerie :
Trois batteries à cheval
  • Brigade de cavalerie Michel puis de Boério :
2e régiment de lanciers
5e régiment de lanciers
3e régiment de dragons de marche
  • Brigade de cavalerie de Nansouty puis d'Astugue :
11e régiment de chasseurs
1er régiment de chasseurs de marche

Artillerie de réserve

Huit batteries de 8, une de mitrailleuses (à 8 pièces) et deux batteries de 4 à cheval (à 4 pièces)

Historique

Première Guerre mondiale

Composition à la mobilisation de 1914

29e division d'infanterie (jusqu'en août 1915)

  • 57e Brigade :
111e régiment d'infanterie
112e régiment d'infanterie
  • 58e Brigade :
3e régiment d'infanterie
141e régiment d'infanterie
6e bataillon de chasseurs alpins
24e bataillon de chasseurs alpins
  • Cavalerie :
6e régiment de hussards (1 escadron)
  • Artillerie :
55e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes 75)
  • Génie :
7e régiment du génie (compagnie 15/4)

30e division d'infanterie (jusqu'en août 1915)

  • 59e Brigade :
40e régiment d'infanterie
261e régiment d'infanterie (réserve)
58e régiment d'infanterie
  • 60e Brigade :
55e régiment d'infanterie
261e régiment d'infanterie (réserve)
61e régiment d'infanterie
261e régiment d'infanterie (réserve)
173e régiment d'infanterie
  • Cavalerie :
6e régiment de hussards (1 escadron)
  • Artillerie :
19e régiment d'artillerie de campagne (3 groupes 75)
  • Génie :
7e régiment du génie (compagnie 15/2)

EOCA

  • Régiments d'infanterie (rattachés au 15e CA) :
322e régiment d'infanterie
342e régiment d'infanterie
23e bataillon de chasseurs alpins
27e bataillon de chasseurs alpins
  • Cavalerie (rattachée au 15e CA) :
6e régiment de hussards (4 escadrons)
  • Artillerie (rattachée au 15e CA) :
38e régiment d'artillerie de campagne (4 groupes 75)
  • Génie (rattaché au 15e CA) :
  • Autres (rattaché au 15e CA) :
15e escadron du train des équipages militaires
15e section de secrétaires d'état-major et du recrutement
15e section d'infirmiers militaires
15e section de commis et ouvriers militaires d'administration

126e division d'infanterie, à compter de juin 1915

123e division d'infanterie, à compter d'août 1915

Historique

1914

Article détaillé : Affaire du 15e Corps.
10 août : combat à Lagarde. Relève du général Lescot commandant la 2°DC
  • 14 - 20 août : offensive vers l'est ; puis à partir du 18 août, redressement vers le nord, en direction de Morhange.
14 août : combat vers Moncourt et vers Coincourt.
19 août : combat de Vergaville et de Bidestroff.
27 octobre : réduction du front à gauche jusqu'au pont des Quatre Enfants.
20 - 22 décembre : attaques françaises sur Malancourt et le bois de Forges.
15 janvier 1915 : front étendu à gauche vers Vauquois.
17 février : attaques françaises ; le 26 février attaque allemande sur la tranchée de Malancourt.
8 mai : front réduit à droite jusqu'à Béthincourt.

1915

19 juin : extension du front à droite jusqu'à la route de Vienne-le-Château, Binarville.
6 - 16 juillet : réduction à droite jusqu'au nord de Saint-Thomas.
6 août : réduction à droite jusqu'à l'Aisne.
  • 14 - 31 août : retrait du front ; puis à partir du 20 août, transport par V.F. de la région de Sainte-Menehould dans celle de Villers-Cotterêts ; repos.
  • 31 août - 12 novembre : mouvement vers le front et à partir du 2 septembre, occupation d'un secteur entre le bois de Beau Marais (inclus) et la Miette.
du 14 septembre au 11 octobre, réduction du front à gauche jusqu'à la ferme du Temple.
  • 12 novembre - 12 décembre : retrait du front et mouvement vers Damery ; repos et instruction. À partir du 9 décembre, transport par V.F. d'Épernay dans la région de Valmy.
  • 12 décembre 1915 - 5 mai 1916 : occupation d'un secteur vers les Mamelles et la cote 196.
26 décembre : front étendu à droite vers Maisons de Champagne.
3 janvier 1916 : légère réduction à gauche jusque vers la Courtine.
9 janvier : attaque allemande.
27 février : légère extension du front à gauche jusqu'aux Mamelles.
2 mai : réduction à gauche jusqu'à la cote 196.

1916

  • 5 - 16 mai : retrait du front et repos dans la région sud-est de Châlons-sur-Marne.
  • 16 mai - 2 novembre : mouvement vers la région de Verdun. À partir du 19 mai, engagé dans la bataille de Verdun dans la région la Hayette, bois d'Avocourt (exclu).
22, 29 mai, 4, 9, 26, 29, 30 juin, 1er, 4 et 8 juillet : attaques allemandes sur la cote 304.
5 juillet : front étendu à gauche vers Avocourt.

1917

  • 24 - 27 janvier : retrait du front, transport à Laheycourt ; repos et instruction.
  • 27 janvier - 15 septembre : nouveau secteur de Vaux-devant-Damloup à la Meuse, vers Charny.
4 mars : attaque allemande au bois des Caurières.
5 mai : extension du front à droite jusqu'à Damloup.
10 juin : légère extension du secteur sur la rive gauche de la Meuse (Charny et Marre).
7 juillet : réduction à droite jusque vers Louvemont. À partir du 20 août, engagé dans la bataille de Verdun, prise de la cote de Talou et des cotes 326 et 344 puis organisation des positions conquises.
9 septembre : violente attaque allemande repoussée.
5 janvier 1918 : extension du secteur à gauche jusqu'à Clémery.

1918

À partir du 19 juin, extension du secteur à droite jusqu'à l'Oise.
31 juillet : attaque allemande locale.
14 septembre : extension du front à gauche jusque vers Vendeuil et le 15 septembre jusqu'à Hinacourt.
25 septembre : réduction à droite jusque vers Vendeuil.
  • 27 - 29 septembre : retrait du front ; mouvement vers Croix-Moligneaux.
  • 29 septembre - 16 octobre : engagé immédiatement au nord de Saint-Quentin dans bataille de Saint-Quentin en liaison avec l'armée britannique. Progression jusqu'au front Bernoville, Seboncourt, atteint le 11 octobre.
  • 16 octobre au 4 novembre : engagé dans la bataille de Mont d'Origny en liaison avec l'armée britannique. Progression jusqu'à la région Tupigny, le Petit-Verly ; puis le 27 octobre nouvelle progression jusqu'au canal de la Sambre entre Turpigny et la région nord d'Étreux.
  • 4 - 6 novembre : engagé dans la deuxième bataille de Guise, forcément à Étreux du passage du canal de l'Oise à la Sambre. Puis organisation d'un secteur vers Le Nouvion-en-Thiérache.
  • 6 - 11 novembre : engagé dans la bataille de Thiérache (poussée vers la Meuse). Poursuite vers le Nouvion et la forêt de Trélon.

Rattachement

14 septembre - 11 novembre 1918
2 août - 6 septembre 1914
9 décembre 1915 - 5 janvier 1916
16 mai - 16 septembre 1916
6 septembre 1914 - 10 août 1915
5 juin - 14 septembre 1918
5 janvier - 16 mai 1916
16 septembre - 3 octobre 1916
28 août - 9 décembre 1915
20 - 28 août 1915
3 octobre 1917 - 5 juin 1918
  • Groupement d'armée Pétain
10 - 20 août 1915

Bibliographie

  • Commandant Rousset, Histoire générale de la guerre franco-allemande (1870-71)
  • (fr) Service historique de l'armée de terre, Inventaire sommaire des archives de la Guerre 1914-1918, Troyes, Imprimerie « la Renaissance », , 691 p., (notice BnF no FRBNF35127448).
  • Jules Belleudy (préf. colonel Gros Long), Que faut-il penser du 15e corps ?, Menton, Impr. coopérative, , 356 p. (notice BnF no FRBNF34075863).
  • AFGG, vol. 1, t. 10 : Ordres de bataille des grandes unités : grands quartiers généraux, groupe d'armées, armées, corps d'armée, , 966 p. (lire en ligne).
  • Boué, Sébatien. La faute au Midi. Bamboo, 2014.
  • Voir aussi l'analyse de Claude Chanteloube sur Provence14-18.org : août 1914 - Joffre accuse les Provençaux de lâcheté, Claude Chanteloube - 2005 [1]
  • Article du sénateur Auguste Gervais, La vérité sur l'affaire du 21 août - Le recul en Loraine, paru dans le quotidien Le Matin, édition du lundi 24 août 1914[2]

Notes et références

  1. Pierre Brasme, Moselle 1918, le retour à la France, Pierron, , p. 29
  2. « Le Matin : derniers télégrammes de la nuit - 1914/08/24 (Numéro 11136) », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 28 septembre 2016)

Lien externe

  • Reportage télévisé sur la bande dessinée consacrée au XVe corps [2]