138e régiment d'infanterie

138e Régiment d'Infanterie
Insigne réglementaire du 138e Régiment d'Infanterie Divisionnaire
Insigne régimentaire du 138e Régiment d’Infanterie Divisionnaire

Création 21 décembre 1701
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Luxembourg 1795
Lützen 1813
Bautzen 1813
Montmirail 1814
Vitry 1914
Artois 1915
La Piave 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 138e régiment d'infanterie (138e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 138e demi-brigade de première formation.

Création et différentes dénominations

  • Le 21 décembre 1701 : création du 138e Régiment d'Infanterie.
  • Renommé Régiment Lafont.
  • 15 août 1714 :licencié.
  • 1747 : création du Régiment d'Albanie
  • Le 20 décembre 1748 : licencié par ordonnance royale et fondu dans les régiments de Royal-Écossais et d'Ogilwy
  • Le 7 novembre 1794 : à la suite de la loi d'amalgame, est créée le nom de la 138e demi-brigade constituée par un bataillon de ligne du 74e (Beaujolais) et deux bataillons de volontaires (Vosges et Vienne)
  • Le 24 février 1796 la 138e est versée dans la 24e demi-brigade de bataille devenue 61e de ligne en mai 1796.
  • 1er février 1813 : le 138e Régiment d'Infanterie est reconstitué à partir des 44e, 45e, 46e et 64e Cohortes de la Garde
  • Le 1er août 1814 : licencié les sous-officiers et soldats, qui constituent son effectif à cette date, sont incorporés dans le nouveau 27e de Ligne
  • En 1870 : reformé sous le Siège de Paris sous l'appellation de 138e Régiment de Marche
  • Le 1er novembre 1870 : renommé 138e Régiment d'Infanterie de Ligne
  • Le 20 mars 1871 : licencié
  • Le 28 septembre 1873 : reformation du 138e Régiment d'Infanterie de Ligne à partir de compagnies issues des 14e, 50e, 63e, 78e, 80e, 107e et 108e de Ligne, à raison de trois compagnies par régiment
  • 6 août 1940 : dissolution

Colonels / Chef de brigade

  • 21 décembre 1701 - : chevalier de Pezeux
  • Colonel Lafon de la Ferté
  • 1784 : baron de Locheil
  • 1794 : colonel Barjonet
  • 1813 : colonel Pierre Mataly de Maran
  • 1813 : colonel Jean-Philippe-Aimar d'Albignac
  • 1er novembre 1870 : lieutenant-colonel Allard
  • Colonel Victor Colonieu
  • Chef de bataillon Guigou
  • 10 janvier 1871 - 20 mars 1871 : lieutenant-colonel Rabot-Desportes
  • 29 septembre 1873 : lieutenant-colonel Girgois
  • 4 mai 1876 : colonel Renaud
  • 2 juin 1883 : colonel Denieport
  • décembre 1913 : colonel Charles Alexis Vandenberg
  • 1er août 1914 : lieutenant-colonel Lefèvre
  • 17 avril 1915 : commandant Dessigny (à titre provisoire)
  • 16 mai 1915 : colonel Odry
  • 26 septembre 1915 : lieutenant-colonel Dessigny
  • 4 avril 1918 : lieutenant-colonel Bayle

Historique des garnisons, combats et batailles du 138e RI

Ancien Régime

insigne de béret d'infanterie

Guerres de la Révolution et de l'Empire

1815 à 1848

Second Empire

1870

Képi d'infanterie de ligne

Au 8 novembre 1870, le 138e régiment d'infanterie de ligne fait partie du Corps d'Armée de Saint-Denis ayant pour Commandant supérieur le vice-amiral de la Roncière le Noury.
Avec deux bataillons des mobiles de la Seine et un bataillon de fusiliers marins, il forme la 3e Brigade aux ordres du capitaine de frégate Lamothe-Tenet.
Le 138e est d'abord commandé par le lieutenant-colonel Colonier puis Rabot des Portes.

Deuxième combat du Bourget

Le 21 décembre…voir Siège de Paris

1875

Le 138e de ligne est en garnison à Limoges.

Première Guerre mondiale

Casernement en 1914 : Magnac-Laval ; Bellac ; 46e brigade d'infanterie ; 23e D.I. ; 12e corps d'armée.

Caserne du 138e régiment d'infanterie (Magnac-Laval)

Affecté à la 23e Division d'Infanterie d'août 1914 à novembre 1918.

1914

Argonne… Les Ardennes française et belge…
Le 24 septembre 1914 : après la victoire de la Marne, le 138e Régiment d'Infanterie reconquiert le fort de la Pompelle.

1915

Aubérive
Woëvre
Offensive d'Artois

1916

Artois : tranchée des entonnoirs
Bataille de Verdun
L'Aisne
Bataille de la Somme

1917

Champagne (juillet à septembre)
Déplacement vers l'Italie (novembre)

1918

Front italien (janvier à novembre)

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

Le 138e RI est formé le 5 juin 1940 à Marac à partir du GUI 15 (31e bataillon du 8e R.Z., du 91e R.I. et 92e R.I.) Région Militaire, Centre Mobilisateur d'infanterie ; réserve A RI type NE CMI 93, bataillons I, II, III.

Il appartient à la 239e division légère d'infanterie avec le 59e R.I. le 2e régiment Tchèque ; le 325e régiment d'artillerie divisionnaire puis le 129e R.I. ; le sous les ordres du général Dunoyer.

Depuis 1945 à nos jours

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes [1] :

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

Drapeau du 138e régiment d'infanterie de ligne

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec deux citations à l'ordre de l'armée.Photo Croix de Guerre 1914-1918

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Insigne

Devise

Traditions et uniformes

Personnages célèbres ayant servi au 138e RI

Sources et bibliographie

Notes et références

  1. Décision n° 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n° 27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Historique du 138e RI
Le 138e RI en Italie en 1917