135e régiment d'infanterie

135e Régiment d'Infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type régiment d'infanterie
Rôle infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Lützen 1813
goldberg 1813
Hanau 1813
Saint-Gond 1914
Verdun 1916
Montdidier 1918
Saint-Quentin 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Bataille de France
Fourragères Aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
trois palmes

Le 135e régiment d'infanterie (135e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous le Premier Empire à partir de quatre cohortes du premier ban de la garde nationale.

Création et différentes dénominations

insigne de béret d'infanterie

Colonels/Chef de brigade

  • 1905 : colonel Jean-François Émile Woirhaye
  •  : Colonel de Bazelaire, blessé le .
  •  : Colonel Louis Marie César Graux.
  • , le colonel Louis Marie César Graux est blessé, c'est le Capitaine Sanceret qui devient commandant du régiment. Le Colonel Maury, tué à Zonnebeke (Belgique). Remplacé par le Colonel Solninihac, qui est blessé. Remplacé par le Commandant Colliard, qui est tué presque aussitôt.
  •  : Colonel Audiat-Thiry, est tué dans la région d'Ypres (Belgique).
  • Colonel Gabon. Commandant Nicloux.
  • 1916 : Colonel Richard.
  • 1917 : Colonel Camors.
  • 1918 : Colonel Régnier-Vigouroux.
  • 1919 : Lieutenant-Colonel Boisselet.

Historique des garnisons, combats et batailles du 135e RI

Guerres de la Révolution et de l'Empire

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le 135e régiment d'infanterie de ligne est formé à Paris le , avec les[1] :

Le 135e de ligne, fait la campagne d'Allemagne de 1813 dans le 5e corps de la Grande Armée et combat à Lützen, Leipzig (16-19 octobre 1813), Goldberg et Hanau et celle de 1814 dans les 2e et 6e corps de la Grande Armée ou il participe, durant la campagne de France aux batailles de Mormant, Montereau et Bar-sur-Aube.

Après ses deux campagnes, le 135e régiment d'infanterie de ligne est presque entièrement détruit[1].

Le 12 mai 1814, pendant la Première Restauration, le 135e régiment d'infanterie de ligne est licencié, et conformément à l'article 5 de l'ordonnance du 12 mai 1814 :

Le no 135 n'existe plus et devient vacant et le reste jusqu'au décret du qui transforme les 39 régiments d'infanterie de marche en régiment d'infanterie de ligne numérotés de 101 à 139.

1870 à 1914

Le , le 35e régiment de marche devient le 135e régiment d'infanterie de ligne

Pendant le siège de Paris, il fait partie du corps d'armée de Saint-Denis avec lequel le 30 novembre 1870 il participe au combat d'Épinay-sur-Seine.

Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante puis il est licencié.

Le régiment est récréé en 1873

Première Guerre mondiale

Le 135e RI est formé à Angers, caserne Desjardin.
Casernement en 1914 : Angers ; 36e Brigade d'Infanterie ; 18eDivision d'Infanterie ; 9e Corps d'Armée.
À la 18e DI d' à janvier 1917 puis à la 152e division d'infanterie jusqu'en .

1914

 : il perd 17 officiers et 1 500 hommes, tués, blessés ou disparus, dans la région de Bièvre (Belgique).
 : le régiment perd 11 officiers et 1 100 hommes dans la région de Faux, dans les combats d'arrière-garde.
8 -  : pendant la contre-offensive de la Marne, le régiment est engagé au nord de Fère-Champenoise.
 : avec le 114e RI, il prend Zonnebeke (Belgique).

1915

 : à Agny (62), il perd 38 officiers et 1 162 hommes.

1916

- : le régiment est engagé à Verdun, il perd 31 officiers et 979 hommes.

1917

L'Aisne... Loivre, Brimont, Villers-Franqueux, puis Moulin de Loivre...

1918

Lorraine...Aisne...Bataille des Flandres.
De juin à , le 135e RI repousse plusieurs attaques allemandes et fait partie des régiments de poursuite, il est cité 3 fois à l'ordre de l'Armée.

Entre-deux-guerres

Seconde Guerre mondiale

  • Sous le nom de 135e régiment d'infanterie motorisée (Nord Est allegé) il appartient à la 59e Division Légère d'Infanterie. Il est formé le à partir du 213e RI et d'éléments du 295e et 331e RI.

De 1945 à nos jours

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

135e régiment d'infanterie de ligne-drapeau.svg

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec trois citations à l'ordre de l'armée.Croix de guerre 1914-1918 française.jpg

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Insigne

Devise

Traditions et uniformes

Personnages célèbres ayant servi au 135e RI

Sources et bibliographie

  • Bibliographie fournie par le musée du château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'Historiques de l'Infanterie Française (Général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • [1] le 135e R.I

Notes et références

  1. a et b 135e régiment d'infanterie de ligne, 14 janvier 1813-7 juillet 1813 (matricules 1 à 4 152). SHD/GR 21 YC 916, page 2
  2. Histoire de l'infanterie en France Tome 4 par Victor Louis Jean François Belhomme
  3. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes