113e régiment d'infanterie

113e régiment d’infanterie
Image illustrative de l’article 113e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 113e régiment d'infanterie

Création 1796
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Blois
Ancienne dénomination légion italique (volontaires Italiens)
113e demi-brigade d’infanterie
Inscriptions
sur l’emblème
Tarragone 1811
La Moskova 1812
Lützen 1813
Bautzen 1813
Argonne 1915
Verdun 1916
Noyon 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1917 - Chemin des Dames
Bataille de France
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
deux palmes

Le 113e régiment d'infanterie (113e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir de la 113e demi-brigade de première formation.

Création et différentes dénominations

Colonels/Chef de brigade

  • ... - 22 août 1914 : Colonel Gérardin
  • 23 août1914 - octobre 1914 : Colonel Arbanère.
  • octobre - décembre 1914 : Commandant Couranjou (à titre provisoire, en remplacement du Col Arbanère, blessé)
  • - 2 février 1915 : Colonel Arbanère
  • 2 février 1915 - 9 mai 1916 : Lieutenant-Colonel Joly
  • 9 mai 1916 - 1er octobre 1916: Lieutenant-Colonel Desmaris
  • -... : Lieutenant-Colonel Roullet
  • ...
  • 1939-1940 : Lieutenant-Colonel Chevroton.

Historique des garnisons, combats et batailles du 113e RI

Guerres de l'Empire

1815 à 1848

insigne de béret d'infanterie

Second Empire

Le 16 août 1870, le 13e régiment de marche est formé avec les

provenant de leurs dépôts et dont les soldats sont pour la plupart de nouveaux arrivants qui n'avaient jamais tiré à la cible avec le chassepot et ignoraient totalement le service en campagne, pour constituer la 1re brigade de la 3e division du 13e corps d'armée[1]

Article détaillé : Régiment de marche.

1871 à 1914

Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante.

Première Guerre mondiale

1914

1915

  • Argonne : cote 263, ravin des Meurissons, cote 285, Vauquois (Guerre des mines)
  • fin mars - début avril : attaques sur la cote 263
  • 13-14 juillet : Offensives allemandes en Argonne.
  • fin juillet - août : reconstitution du régiment après les pertes du mois de juillet
  • août-décembre : La Haute Chevauchée, La Cheppe, Les Courtes-Chausses

1916

1917

1918

  • janvier - mars : Ambleny
  • 22 mars : transport vers le front de l'Oise
  • 23 mars : combats de Tergnier - Vouel
  • 24- 25 mars : garde des ponts de l'Oise, repousse de l'offensive allemande.
  • 26 mars - 8 juin : Vic-sur-Aisne, Lassigny, Roye, Noyon, Montdidier
  • 9 juin : Bataille de Noyon.
  • 10-15 juin : combats d'Antheuil
  • 16 juin - 14 juillet : reconstitution du régiment, transport vers la région de Dormans
  • 14 - 18 juillet : Seconde bataille de la Marne. Forêt de Condé.
  • août - septembre : Lorraine.
  • 29 septembre - 27 octobre : Marne. Challerange, pont de Brecy, Olizy
  • 27 octobre - 11 novembre : Reims.
  • 19 décembre : remise de la fourragère au drapeau du 113e RI, par le général Debeney

Entre-deux-guerres


Seconde Guerre mondiale

  • Formé le 9 septembre 1939 sous les ordres du Lieutenant-Colonel Chevroton, il appartient à la 45e division d'infanterie puis à la IVe Armée. Fait une percée en Allemagne (Withersheim, Bebelsheim) 10 octobre 1939. Subit une importante attaque dans la Marne (Prouilly) 9 juin 1940. Dissous à Saint-Yrieix-la-Perche 23 août 1940[2].

1945 à nos jours

Traditions

Devise

Insigne

Drapeau et décorations

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[3]:

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

drapeau du 113e régiment d'infanterie de ligne

Sa cravate est décorée de la croix de guerre 1914-1918 Décoration de la croix de guerre avec deux citations à l'ordre de l'armée.

Citation à l'Ordre de l'Armée, mars 1918 : "Régiment très solide qui s'est particulièrement distingué dans les luttes ininterrompues de l'Argonne, devant Verdun et dans les combats de l'Aisne. Désigné pour barrer la route de l'ennemi et le rejeter dans une brusque contre-attaque, a, sous les ordres de son chef de lieutenant-colonel Roullet, rempli glorieusement sa mission. S'est lancé à l'attaque avec entrain, dans des circonstances particulièrement difficiles et a abordé tous ses objectifs, au mépris du danger. Après avoir résisté à plusieurs poussées d'un ennemi supérieur en nombre, s'est cramponné au terrain qu'il a défendu avec opiniâtreté, combattant trois journées sans le moindre répit, avec un moral qui n'a jamais été entamé."

Citation à l'ordre de l'armée, novembre 1918 : "Le 113e, sous le commandement du lieutenant-colonel Roullet, a remporté un brillant succès au cours des dernières opérations sur l'Aisne. Les 15 et 17 octobre 1918, s'est élancé avec entrain à l'assaut des positions ennemies puissamment fortifiées, garnies d'ouvrages bétonnés et de nombreuses mitrailleuses, a progressé de trois kilomètres sur des pentes abruptes et boisées, sous des tirs de barrage d'une violence exceptionnelle, et malgré la résistance d'un adversaire résolu, s'est emparé de haute lutte du village d'Olizy et des crêtes voisines ; a maintenu ses gains malgré de vigoureuses contre-attaques. A fait plus de 400 prisonniers et capturé de nombreuses mitrailleuses et un important matériel"[4]

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de cette médaille.

Chant

Uniformes

Personnalités ayant servi au sein du régiment

  • Aristide Bruant y fait son service militaire, après la Guerre franco-allemande de 1870. Il y compose la marche du régiment, intitulée "V'la l'cent-treizième qui passe", qui marque les débuts de son succès populaire.
  • Henri Drussy, futur maire de Blois (1940-1944) a servi au 113e RI en 1914, au sein duquel il a été blessé dans l'Argonne en septembre 1914. Grand résistant du Loir-et-Cher, il est également un pionnier des mouvements d'anciens combattants.
  • Marcel-Marie Dubois, futur archevêque de Besançon y est incorporé en 1915.

Notes et références

  1. a b et c Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  2. (réf Service Historique de la Défense Vincennes cote GR34N119).
  3. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  4. Historique du 113e RI, Paris, L. Pochy, 1918, 31p.

Sources et bibliographie

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

Version numérique du 113e régiment d'infanterie - Historique sommaire de la campagne 1914 - 1918