109e régiment d'artillerie lourde

109e régiment d'artillerie lourde
Création
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment
Rôle Artillerie lourde
Inscriptions
sur l’emblème
Verdun 1916
La Somme 1916
Reims 1918
La Piave 1918
Décorations La fourragère aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918 au 1er groupe le 17 février 1919 et au 3e groupe le .

Le 109e régiment d'artillerie lourde est une unité française créé le à Poitiers et dissoute en 1940.

Historique

Le régiment participe à la Première Guerre mondiale. Il est réorganisé le et donne naissance au 145e et 338e régiments d'artillerie lourde hippomobiles (RALH).

Après la guerre il est de nouveau réorganisé le , avec les 1er et 3e groupes, il donne naissance aux 1/409e et 9/409e ; le 5e groupe étant devenu V/33e et le 6e groupe le VI/33e, respectivement basés à Poitiers et Thouars. Le régiment est ensuite dissout le 31 décembre 1923 ses éléments complétant le 20e régiment d'artillerie divisionnaire (RAD).

Il est reconstitué le par transformation du 33e RAD à Angers puis à nouveau dissout.

Il est reconstitué le 5 mai 1929 par transformation du 20e RAD à Poitiers. Puis transformé à nouveau en 20e régiment d'artillerie nord-africaine (RANA) le (sauf la 10e batterie passée au nouveau 109e)

Le 109e régiment d’artillerie lourde hippomobile est reconstitué à Châteaudun le avec la 10e batterie de l’ancien 109e, une batterie du 19e et une du 106e.


Le 109e est mobilisé en septembre 1939 au déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et affecté ensuite au 21e corps d’armée. Il disposait de deux groupes de 105L modèle 1913S et de deux groupes de Canon de 155 C modèle 1917 Schneider. Il est capturé et dissous le 21 juin 1940 au Nord de Vaudémont.

Constitution

Campagne 1914-1918

  • 1er groupe (1er, 2e, 3e batteries)
  • 2e groupe (a) (21e et 22e batteries)
  • 3e groupe (a) (4e, 5e et 6e batteries, 105L)
  • 3e groupe (b) (7e, 8e et 9e batteries, 155L)
  • 4e groupe (a) (24e et 25e batteries, 120L)
  • 5e groupe (a) (7e, 8e et 9e batteries, 155L)
  • 6e groupe (a) (27e, 28e et 29e batteries, 155L)
  • 6e groupe (b) (18e, 17e et 19e batteries, 155CS)
  • 7e groupe (a) (10e, 11e et 12e batteries, 155 CIR 1904 puis 155CS en 1918)
  • 7e groupe (b) (19e, 20e et 21e batteries, 155CS)
  • 8e groupe (b) (22e, 23e, 24e et 25e batteries, 155CS)
  • 9e groupe (13e, 14e et 15e batteries, 155CS)
  • 10e groupe (33e, 34e et 35e batteries, 155CS)
  • 12e groupe (36e, 37e et 38e batteries, 155CS)
  • 13e groupe (51e, 52e, 53e, 54e batteries) : Groupe d’instruction.

Etendard

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[1]:

Décorations

Sources et bibliographie

  • Historique des 109e, 309e et 409e régiments d'artillerie lourde : 9e corps d'armée, Poitiers, Société française d'imprimerie et de librairie, , 86 p., disponible sur Gallica.

Notes et références

  1. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes