100e régiment d'infanterie

100e régiment d'infanterie
Image illustrative de l’article 100e régiment d'infanterie
Insigne régimentaire du 100e régiment d'infanterie

Création (1758) 1791
Dissolution 1998
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d'Infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Tulle
Devise N'a peur de rien et comme Cambronne il le dit bien

Pro Rege et Patria! Nous sommes tous grenadiers!

Inscriptions
sur l’emblème
Iéna 1806
Friedland 1807
Sébastopol 1855
Solférino 1859
Vitry 1914
Verdun 1916
Reims 1918
L’Aisne 1918
Anniversaire Saint Maurice
Guerres Guerres de la Révolution et de l'Empire
Campagne de Suisse
Campagne d'Allemagne
Campagne de Prusse et de Pologne
Guerre d'indépendance espagnole
Guerre de Crimée
Campagne d'Italie
Guerre franco-allemande
Conquête de la Tunisie
Conquête de l'Algérie
Révolte des vignerons
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Batailles Bataille de Saorge
Bataille de Loano
Bataille de Borghetto
Bataille de Neresheim
Siège de Kehl
Bataille de Stockach
Bataille de Zurich

Bataille de Hohenlinden
Bataille d'Elchingen
Bataille d'Ulm
Bataille de Dürenstein
Bataille d'Iéna
Bataille de Pultusk
Bataille d'Eylau
Bataille d'Ostrolenka
Siège de Saragosse
Combat d'Arzobispo
Bataille d'Ocaña
Bataille d'Ebersberg
Bataille d'Essling
Bataille de Wagram
Bataille de Gebora
Combat de Campo Maior
Siège de Badajoz
Bataille d'Albuera
Combat de San Muñoz
Bataille de Vitoria
Bataille de Maya
Bataille de Saint-Pierre-d'Irube
Bataille de Dresde
Bataille de Dürenstein
Bataille d'Orthez
Siège de Luxembourg
Bataille des Quatre Bras
Bataille de Waterloo
Prise du Mamelon vert
Siège de Sébastopol
Bataille de Magenta
Bataille de Solférino
Siège de Metz
Bataille de Mars-la-Tour
Bataille de Saint-Privat
Bataille de Bellevue
Bataille de Vitry
Bataille de Verdun
Bataille de Reims
Bataille de l'Aisne
Fourragères aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
trois palmes
Médaille d'or de la ville de Milan.

Le 100e régiment d'infanterie (100e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française, à double héritage, créé sous la Révolution à partir du régiment de Reinach, un régiment d'infanterie suisse au service du Royaume de France, et du 25e régiment d'infanterie légère créé à partir de la 25e demi-brigade légère de deuxième formation.

Création et différentes dénominations

Colonels/chefs de brigade du 100e RI

Colonels tués et blessés à la tête du 100e :

Officiers tués et blessés durant leur service au 100e Régiment d'Infanterie de Ligne entre 1804 et 1815 :

  • Officiers tués : 24
  • Officiers morts de leurs blessures : 10
  • Officiers blessés : 142
insigne de béret d'infanterie

(*) Officier qui devint par la suite général de brigade.
(**) Officier qui devint par la suite général de division.

Historique des garnisons, combats et batailles du 100e RI

Ancien Régime

100e régiment d'infanterie de ligne ci-devant Reinach (1791-1792)

Révolution Française

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'ordonnance du 1er janvier 1791 fait disparaître les diverses dénominations, et les corps d'infanterie ne sont désormais plus désignés que par le numéro du rang qu'ils occupaient entre eux. Ainsi, 101 régiments sont renommés. Les régiments sont toutefois largement désignés avec le terme ci-devant, comme 100e régiment d'infanterie ci-devant Reinach.

Après les évènements de Paris en 1791, il retourna à Maubeuge et eut quelques démêlés avec le régiment d'Orléans, qui partageait avec lui la garnison de Maubeuge.
La même année, le 100e régiment d'infanterie ci-devant Reinach, fut accusé d'avoir failli commencer les hostilités avec l'Autriche sans déclaration de guerre. Il était alors en garnison à Maubeuge.
Des soldats du régiment rencontrèrent, sur la route de Mons, des recruteurs autrichiens qui tentèrent de les débaucher. Les hommes du régiment de Reinach refusèrent et il y eut un échange de quelques coup de fusils. Les soldats suisses furent accusés d'avoir tirés les premiers, et le régiment de Reinach fut envoyé en garnison à Arras.

Le 100e régiment d'infanterie de ligne est licencié le .

100e demi-brigade de première formation (1793-1796)

Guerres de la Révolution

En 1793, lors du premier amalgame la 100e demi-brigade de première formation est formée avec les :

La 100e demi-brigade, fait les campagnes de l'an II, de l'an III et de l'an IV à l'armée d'Italie avec laquelle il participe, en 1794 à la bataille de Saorge, en 1795 à la bataille de Loano et l'année suivante à la bataille de Borghetto.

En l'an V il rejoint l'armée de Moselle qui deviendra l'armée de Sambre-et-Meuse.

100e demi-brigade de deuxième formation (1796-1803)

Guerres de la Révolution et de l'Empire

La 100e demi-brigade de deuxième formation est formée le 27 pluviôse an IV () par l'amalgame des :

De l'an VI à l'an X, la demi-brigade est attachée à l'armée de Rhin-et-Moselle qui deviendra l'armée d'Allemagne avec laquelle il fait la campagne d'Allemagne dans la 4e division du général Duhesme[5]. En 1796, la demi-brigade se trouve aux batailles de Neresheim et de Friedberg (1er et 24 août) et en novembre et décembre elle participe dans la défense du fort de Kehl.

En 1797, la 100e demi-brigade, rattachée à la division Desaix, cantonne à Molsheim. En décembre, il fait partie de l'armée d'Allemagne formée de la réunion de l'armée de Rhin-et-Moselle et de l'armée de Sambre-et-Meuse.

En 1798 sous le commandement du général Schauenburg, les 1er et 2e bataillon participent à la campagne de Suisse et participent, en 1799, aux batailles de Stockach, de Zurich de Diessenhofen et de Hohenlinden.

De 1801 à 1803, il entre dans la composition de l'armée de l'Ouest.

En avril 1803, elle arrive à Breda pour aller à Nimègue afin de rejoindre la division Frère et prend part à la capture de l'armée de Hanovre.
En septembre la 100e demi-brigade devient le 100e régiment d'infanterie de ligne et reste en garnison à Hanovre.

100e régiment d'infanterie de ligne (1803-1815)

Guerres de l'Empire

Plaque de shako su 100e Régiment d'Infanterie, 1er Empire

En 1805, le 100e régiment d'infanterie de ligne participe à la campagne d'Allemagne dans la 2e division[6] du 5e corps de la Grande Armée commandé par le général Gazan. Le régiment combat lors des batailles d'Elchingen, d' Ulm et de Dürenstein.
Après la bataille d'Austerlitz, à laquelle il ne participe pas, il est envoyé à occuper la principauté d'Ansbach.

En 1806, dans le cadre de la Campagne de Prusse et de Pologne, les 3 bataillons du 100e de ligne, commandés par le colonel Joachim Jérôme Quiot du Passage, s'illustrent lors des batailles d'Iéna et de Pultusk[7].

En 1807, le régiment participe aux batailles d'Eylau et d'Ostrolenka[8]. Les trois premier bataillons du régiment sont envoyés ensuite en direction de l'Espagne, le 4e bataillon restant en Allemagne.

En 1808, le régiment, rattaché au 5e corps de l'armée d'Espagne du maréchal Mortier, 2e division du général Gazan et 1re brigade du général Guérin[9] participe à la campagne d'Espagne

Le un parti de guérilleros attaqua, aux environs de Caparroso, une colonne, de 400 hommes, du 100e RI qui menait un convoi d'uniformes. A la vue des guérilleros, les Français, s'enfuirent, se réfugiant dans la place fortifiée de Caparroso, laissant plusieurs morts sur le terrain et le convoi aux mains des guérilleros. En février il est au siège de Saragosse ou, avec le 5e corps, il a la mission de bloquer et prendre le faubourg situé sur la rive gauche de l'Èbre pour couper les communications avec la Catalogne.
Le 16 avril, Mortier ordonne au 100e avec quatre canons, de la chasser les insurgés des alentours de Salamanque. La plus grande partie du régiment restera en garnison dans cette ville, jusqu'en juillet, ou il se rend à Madrid.
Le 8 août le régiment est au combat d'Arzobispo puis il se concentre à Tolède. Le 17 août, les 1er et 2e bataillons sont en garnison à Mocejón et le 3e bataillon à Illescas.
Le 19 novembre, les trois bataillons participent à la bataille d'Ocana.
Pendant ce temps le 4e bataillon, resté en Allemagne, rattaché au IIe corps du général Oudinot, 2e division du général Frère, brigade Ficatier participe aux batailles d'Ebersberg (3 mai) d'Essling (22 mai) et de Wagram (5 et 6 juillet).

En mars 1810, le régiment envoyé en colonne mobile se trouve à Séville, et, le 10 juillet il se trouve à un combat près de Berlanga.

En 1811, il se trouve à la bataille de Gebora puis il prend garnison à Badajoz à partir du 22 février. Le 14 mars il quitte Badajoz en direction Campo Maior avec une colonne, composée par une brigade de cavalerie, d'une partie du train de siège ayant servit au siège de Badajoz, 3 bataillons du 28e de ligne, des 3 bataillons du 100e de ligne (1 200 hommes) et de 3 bataillons du 103e de ligne commandée par le général Gazan. Le 25 mars le 100e RIL se trouve au combat de Campo Maior puis il prend garnison de la place, sous les ordres de Latour-Maubourg, avec 150 cavaliers du 26e dragons, 300 du 2e hussards, 350 du 10e hussards, 80 chasseurs Espagnols et 300 artilleurs et troupes du Génie.
Le 3 mai il tombe dans une embuscade en escortant un convoi, et se trouve, le 10 mai, à la défense de Badajoz et participe le 16 mai à la bataille d'Albuera.
Il ensuite placé dans la 2e brigade de la 2e division[10] du général Gazan au 5e corps du maréchal Soult.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

En 1812, le dépôt du régiment, qui se trouve à Metz dans le département de l'Ourthe, est renforcé par 200 conscrits des classes 1803 et 1804.
Les bataillons engagés en Espagne prennent part, le 17 novembre, au combat de San Muñoz[11]

En 1813, le régiment est rattaché à l'armée du Midi sous les ordres du général Gazan, 6e division du général Darricau[12], brigade Baille de Saint Pol et se trouve, le 3 mai, au combat près de Miranda et le 21 juin à la bataille de Vittoria.
Le 16 juillet, les 23 officiers et 1 211 hommes du régiment passent à l'armée des Pyrénées commandée par le général Drouet d'Erlon, 6e division du général Darricau, brigade Mocquery et prennent part, le 25 juillet, au combat du col de Maya. En garnison à Bayonne le 1er septembre le régiment est engagé, le 13 décembre, dans la bataille de Saint-Pierre-d'Irube[13].
Le 4e bataillon engagé dans la campagne de Saxe et affecté au 6e corps de la Grande Armée sous les ordres du maréchal Marmont, 43e division du général Claparède, 1re brigade du général Godart[14] participe le 22 août, dans le combat de Pirna puis dans la bataille de Dresde puis le 11 novembre au combat de Krems dans le cadre de la bataille de Dürenstein.

Le 27 février 1814, le régiment réduit à 1 bataillon de 666 hommes, participe à la bataille d'Aire-sur-l'Adour - Orthez puis le 10 avril à la bataille de Toulouse.
Le 4e bataillon se trouve quant à lui, le 18 mars, à la défense de Luxembourg.

Après l'abdication et l'exil de Napoléon Ier à l'île d'Elbe, Louis XVIII réorganise l'infanterie et le 100e régiment prend le no 81 jusqu'au retour de Napoléon qui prend un décret qui rend aux anciens régiments d'infanterie de ligne les numéros qu'ils avaient perdus.

Pour la campagne de 1815, rattaché au 2e corps du général Reille, 9e division du général Foy, 2e brigade du général Jamin le 100e de ligne [15] participe le 16 juin à la bataille de Quatre-Bras puis le 18 juin à la bataille de Waterloo.

Après ces deux batailles, il reste 10 officiers et 152 hommes.

Après la seconde abdication de l'Empereur, Louis XVIII réorganise de l'armée de manière à rompre avec l'héritage politico-militaire du Premier Empire.
A cet effet une ordonnance du licencie l'ensemble des unités militaires françaises.
Le no 100 n'est pas recréé et devient vacant jusqu'en 1854.

100e régiment d'infanterie de ligne

Second Empire

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 25e régiment d'infanterie légère prend le numéro 100 et devient le 100e régiment d'infanterie de ligne.

En 1855, après sa création, le 100e régiment d'infanterie de ligne est envoyé en Crimée et participe à la prise du Mamelon vert, à la bataille de Tratkir et au Siège de Sébastopol.

Le régiment rentre en France en 1856.

En 1859, le régiment est engagé dans la campagne d'Italie et participe aux batailles de Magenta et de Solférino.

En 1864, un bataillon est en garnison à Reims.

Durant la guerre franco-allemande de 1870, le régiment se trouve enfermé dans Metz, et participe aux batailles de Rezonville, de Saint-Privat et de Bellevue. Comme le reste de l'armée impériale française, le régiment sera fait prisonnier de guerre

1871-1914

Le , le 4e bataillon, formé pour la plupart de nouveaux arrivants, quitte le dépôt pour créer le 14e régiment de marche qui formera la 1re brigade de la 3e division du 13e corps d'armée[16]

En 1881, le 3e bataillon fait partie du corps expéditionnaire pour la campagne de Tunisie.
Ce bataillon reste en Algérie jusqu'en 1888[17].

En 1907, le régiment est en garnison à Narbonne. Durant la révolte des vignerons du Languedoc en 1907, il est consigné cinq dimanches de suite et son colonel, Louis Nicolas Marmet est mis d'office à la retraite[3],[4]. Cependant, des groupes d’appelés acclament les manifestants et entonnent l'Internationale. Les 3 bataillons du régiment sont ensuite envoyé en manœuvres au camp du Larzac, puis envoyés en garnison à Tulle ouù ils restent jusqu'au début de la première Guerre Mondiale[18],[19],[20].

100e régiment d'infanterie

Première Guerre mondiale

Affectation : casernement Tulle, 48e DI, 24e DI, 12e corps d'armée.

1914

Bataille de Vitry

1915
1916

Bataille de Verdun

1917
1918

Bataille de Reims

Bataille de l'Aisne

Entre les deux guerres

Le le régiment réintègre sa garnison de Tulle.

Le régiment est dissous en février 1920[19]

Seconde Guerre mondiale

Monument du 100e R.I. à Cutry, département Meurthe-et-Moselle.

Formé le par le CMI 12 (Centre Mobilisateur d'Infanterie no 12) et le Bataillon Madeline du 43e Régiment d'infanterie sous le commandement du Colonel Fortet, il appartient à la 51e division d'infanterie. Il est composé de trois bataillons puis de la 14e CDAC (14e Compagnie divisionnaire antichar).

Engagé dans le défense de l'agglomération Lilloise en septembre 1939, le régiment est transféré le 1er décembre en Lorraine où il occupe des positions défensives dans le Saillant de Longwy ; il y livre de très durs combats pendant les cinq premier jours de l'offensive allemande. Le 13 juin, il se replie sur ordre en direction de Toul dont il assure la défense à partir du 17 juin. Compris dans la reddition du groupement Dubuisson, le 100e RI est fait prisonnier tout entier le 24 juin 1940 au Sud de Toul.

1945 à nos jours

Régiment de réserve, dérivé du 126e Régiment d'Infanterie de Brive, le régiment est créé puis dissous plusieurs fois. Sa dernière recréation date de 1986 et il est de nouveau dissous en 1998.

Drapeau

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[21],[22] :

Fourragère aux couleurs de la Croix de guerre 1914-1918

drapeau du 100e régiment d'infanterie de ligne

Décorations

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec trois citations à l'ordre de l'armée.

Il a le droit au port de la fourragère aux couleurs du ruban de la croix de guerre 1914-1918.

Survivance, cette cravate portait aussi la médaille en or de la ville de Milan 1859, remise en 1909, disparue depuis, dont le port n'est actuellement plus autorisé.

Insigne

Devise

N'a peur de rien et comme Cambronne il le dit bien

Pro Rege et Patria!

Nous sommes tous grenadiers!

Personnages célèbres ayant servi au 100e RI

Notes et références

  1. François Sigismond Philippe, baron de Reinach-Steinbrunn : 1737-1815
  2. Nicolas Michel Marie Joseph Duprat de Larroquette est né le 13 juin 1797 à Marbella, il deviendra général et décèdera à Goutz commune de Miélan à l'age de 69 ans en 1867
  3. a et b Bulletin des lois de la République française, Volume 76, page 1094 Louis Nicolas Marmet est né le à Toulon]
  4. a et b Le Petit Parisien du 17 juin 1907 page 3/6 - Les Narbonnais acclament le colonel révoqué il est mis d'office à la retraite après la mutinerie du régiment le
  5. avec le 17e régiment d'infanterie
  6. La 2e division était formée du 4e régiment d'infanterie légère, des 3 bataillons du 100e de ligne et du 103e de ligne
  7. Historique du 100e régiment d'infanterie de ligne
  8. NB : Le drapeau indique qu'il s'est illustré lors de la bataille de Friedland. Il ne s'agit pas du 100e régiment d'infanterie de 1807 qui participe à cette bataille, mais du 25e régiment d'infanterie légère
  9. La 1re brigade était composée des 3 premiers bataillons du 100e régiment d'infanterie de ligne et des 2e et 3e bataillon du 21e régiment d'infanterie légère
  10. La 2e division était formée de la 1re brigade (3 bataillons du 28e léger et 3 bataillons du 103e de ligne) et de la 2e brigade (2 bataillons du 21e léger et 2 bataillons du 100 de ligne)
  11. Tony Broughton : French Infantry Regiments and the Colonels who Led Them: 1791 to 1815 - Part X: 91e - 100e Regiments
  12. La 6e division était formée de la 1re brigade (21e léger et 28e léger) et de la 2e brigade (100e de ligne et 103e de ligne)
  13. La bataille de Saint-Pierre-d'Irube 13 décembre 1813
  14. La 1re brigade du général Godart était composée des 27e léger et 100e de ligne
  15. Au début de la campagne de 1815, le 100e régiment d'infanterie était composé d'un état major de 7 officiers et 18 hommes et . Le 1er bataillon comptait 17 officiers et 406 hommes, le 2e bataillon 18 officiers et 406 hommes, le 3e bataillon 9 officiers et 237 hommes soit 44 officiers et 1 049 hommes
  16. Opération du 13e corps et de la 3e armée durant le Siège de Paris (1870) par le général Vinoy, pages 7 et 15
  17. Historique sous le IInd Empire et la République : Les régiments d'infanterie (num 91 à 105)
  18. G. Guiraudet, La Révolte des vignerons de 1907, bulletin no 2 de la SSH, 1992, en ligne sommieresetsonhistoire.org, consulté le 3 août 2008
  19. a et b Tulle- Conférence historique du 100e R.I.
  20. Béziers. Les soldats du 17e, crosses en l’air sur humanite.fr
  21. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  22. La bataille de Friedland provient du 25e régiment d'infanterie de ligne

Sources et bibliographie

25e léger

Colonels/chefs de brigade du 25e léger

  • 1805 : colonel Joseph Morel
  • 1807 : colonel Joseph Anselme dit Baptiste
  • 1810 : colonel Vincent Marcel Deconchy (**)
  • 1813 : colonel Charles François Cresté
  • ...
  •  : colonel Honoré Sarrazin Ripert (° 1794-† 1884)

Historique des garnisons, combats et batailles du 25e léger

Guerres de l'Empire

En 1807, le 25e léger s'illustre durant la bataille de Friedland.

En 1850, les 2e et 3e bataillons sont à la division d'occupation en Italie tandis que le 1er bataillon et son dépôt étaient à Digne.

1815 à 1852

25e régiment d'infanterie légère

1849 : prise de Rome

Second Empire

Le décret du 24 octobre 1854 réorganise les régiments d'infanterie légère les corps de l'armée française. A cet effet le 25e régiment d'infanterie légère prend le numéro 100 et devient le 100e régiment d'infanterie de ligne.

Liens externes

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes