Œsophagite

Œsophagite
Description de cette image, également commentée ci-après
Coupe histologique de l’œsophagite.
Spécialité Gastro-entérologie
CIM-10 K20
CIM-9 530.10
MedlinePlus 001153
MeSH D004941

Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’œsophagite est une inflammation de l’œsophage. Elle peut être aigüe ou chronique.

Symptomatologie

Les symptômes incluent des brûlures rétrosternales typiques et généralement déclenchées par la position allongée (décubitus dorsal) ou penchée en avant. Elles s'accompagnent parfois d'une sensation de blocage dans la poitrine, de dysphagie (signe d'une complication), de signes d'anémie et d'une altération de l'état général, notamment chez l'enfant qui refuse l'alimentation.

Diagnostic

La réalisation d'une fibroscopie œsophagienne est indispensable pour affirmer le diagnostic. Il existe une classification des œsophagites selon leur aspect macroscopique (conférence de consensus franco-belge, 1999).

Grades de sévérité : classification de Savary et Miller

Les spécialistes de l'endoscopie proposent de classer l'atteinte de l’œsophage selon quatre stades[1] :

  • stade 1 : érosions superficielles, isolées, non confluentes ;
  • stade 2 : érosions confluentes, non circonférentielles ;
  • stade 3 : érosions ou ulcérations confluentes, occupant la circonférence, mais sans sténose ;
  • stade 4 : lésions chroniques, par exemple ulcère profond, sténose, endobrachyœsophage.

Types et causes

Épidémiologie

Fréquence élevée, évolution « naturelle » du reflux gastro-œsophagien (RGO) et de la hernie hiatale.

Complications

Traitement

Traitement médical

Traitement symptomatique

  • Alginates type pansement gastrique après chaque repas et à la demande (maximum six par jour).
  • Anti-acides d'action locale : hydroxydes d'aluminium ou de magnésium (maximum six par jour).

Traitement étiologique

Traitement chirurgical

Œsophagite caustique

En cas d’œsophagite caustique, un bilan endoscopique et radiographique/scannographique de la sphère ORL, de la partie haute du tube digestif (œsophage, estomac, duodénum) et éventuellement de la trachée et des bronches, est réalisé dans les premières heures après l'ingestion de produit caustique. Le but des'examens est d'évaluer la gravité des lésions provoquées par l'ingestion, afin d'adapter le traitement chirurgical d'urgence. Selon la gravité des lésions, le traitement peut aller d'une simple pose de sonde de nutrition artificielle (jéjunostomie, le plus souvent) à une exérèse des organes atteints d'une brûlure à potentiel infectieux important (oesophage, estomac, intestins, rate, etc). Ce traitement intervient généralement en cas de perforation du tube digestif, conduisant de façon quasi-inévitable à la médiastinite et/ou péritonite.

Selon le traitement chirurgical d'urgence réalisé après l'ingestion, il peut être possible ou non d'opérer une reconstruction totale ou partielle du tube digestif quelques mois plus tard, une fois les tissus cicatrisés.

Autres

  • Si y'a sténose sévère on fait l'opération de NISSEN (Confection d'une valve antireflux)
  • à détailler.

Notes et références

  1. (en) Ip S, Bonis P, Tatsioni A. et al. « Comparative Effectiveness of Management Strategies For Gastroesophageal Reflux Disease » Rockville (MD): Agency for Healthcare Research and Quality (US); 2005 Dec. (Comparative Effectiveness Reviews, No 1.) Appendix E, « Common Esophagitis Grading Scales » Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK42940/