Ézéchias

Ézéchias
Ézéchias peint par Michel-Ange en 1509(détail de la chapelle Sixtine)
Ézéchias peint par Michel-Ange en 1509
(détail de la chapelle Sixtine)
Titre
Roi de Juda
[1]
Prédécesseur Achaz, son père
Successeur Manassé, son fils
Biographie
Dynastie Maison de David
Date de naissance vers -739
Lieu de naissance probablement Jérusalem
Date de décès
Nature du décès Mort naturelle
Père Achaz
Mère Abija
Conjoint hephzibah
Enfants Manassé
Entourage Prophètes Isaïe et Michée
Religion Judaïsme
Résidence Palais royal de Jérusalem
Roi d'Israël contemporain : Osée

Ézéchias (hébreu: חזקיה ou חזקיהו - « Dieu a renforcé ») fut roi de Juda pendant 29 ans vers la fin du VIIIe siècle av. J.-C.. Pendant son règne, le royaume israélite du nord fut envahi par les troupes assyriennes et sa population fut déportée. Le royaume de Juda a ainsi accueilli à cette époque de nombreux réfugiés israélites.

Ézéchias a lui-même tenté de résister à la domination assyrienne, mais Jérusalem fut attaquée de son temps par Sennacherib, et le roi ne sauva la ville qu'au prix d'un important tribut.

Présentation

Présenté par la Bible comme un roi sage et pieux, Ézéchias suit dès son avènement les conseils des prophètes Isaïe et Michée, ses contemporains. Il fait prospérer le commerce et l'agriculture, fait fortifier Jérusalem, y fait acheminer l'eau potable, fait fructifier le trésor royal et fait orner le temple de Salomon. Sur le plan religieux, il renverse les idoles auquel son père rendait le culte et célèbre le vrai Dieu[2].

Les spécialistes hésitent sur la date de son règne. Certains pensent qu'il aurait régné entre 727 et 698 av. J.-C. ; d'autres situent son règne entre 715/714 et 686 av. J.-C.[3].

Dans la Bible

Le récit du règne d'Ézéchias est raconté dans la Bible hébraïque dans le Deuxième livre des Rois (18-20), le Livre d'Isaïe (36-39) et le deuxième Livre des Chroniques (29-32). Ces sources le décrivent comme un roi grand et bon, suivant l'exemple de son aïeul Ozias. Il introduisit des réformes politiques et religieuses dont la centralisation du culte au temple de Salomon par la destructions de divers lieux saints où l'on pouvait auparavant sacrifier localement (les « Hauts-lieux »)[4]. Les louanges envers ce roi ne manquent pas dans le livre des Rois. Le récit biblique raconte la guérison miraculeuse du roi Ézéchias, qui lui valut la visite de délégations nombreuses, dont celle du roi de Babylone Merodach-Baladan II ; cette dernière ambassade inspire à Isaïe une prophétie : toutes les richesses d'Ézéchias seront un jour emportées à Babylone[5].

Politique extérieure

Ézéchias souhaite rompre avec la domination assyrienne, et ce malgré la désapprobation du prophète Isaïe et l'erreur déjà commise par le roi d'Israël contemporain Osée, conduisant à l’anéantissement de son royaume en -722.

Profitant de la mort de Sargon II avant la prise de pouvoir de son fils et successeur, Ézéchias demande à l'Égypte sinon le concours de son armée, du moins l'envoi de chevaux pour combattre l'envahisseur. Pour rompre avec les Assyriens, le roi Ézéchias cesse alors d'envoyer son tribut à Ninive.

La réaction assyrienne ne se fait pas attendre et Sennacherib, le successeur de Sargon II, envoie vers -701[6] ses troupes armées sur Juda et sur l'Égypte, dont l'accès est rendu facile en raison de la soumission des Araméens, des Phéniciens et des Israélites du nord. Les troupes de Koush se seraient alors alliées pour défendre Jérusalem.

Pour se préparer à l'invasion punitive assyrienne, Ézéchias fait construire des fortifications, notamment sur l'Ophel, et un tunnel, dit tunnel d'Ézéchias, de 533 mètres (que l'archéologie a retrouvé) pour permettre l'approvisionnement en eau depuis la source de Gihon à la cité de David en cas de siège. Après la prise de Lakhish, Sennachérib assiège Jérusalem. Ézéchias, voyant la détermination du roi d'Assyrie, aurait proposé alors de verser un important tribut, employant pour cela les richesses du Temple de Jérusalem.

Le long siège assyrien sur la ville aura probablement usé les troupes assyriennes et la promesse d'un tribut a pu rendre inutile une offensive plus décisive contre la ville et les alliés de Koush et d'Égypte. Le récit biblique raconte qu'à la veille de l'assaut assyrien contre Jérusalem, l'ange de Yahvé aurait tué 185 000 des assaillants (2 R 19,35-37). Hérodote précisa plus tard que les Assyriens auraient été victimes d'une épidémie.

Le royaume de Juda, bien qu'affaibli par Sennachérib (qui mourra assassiné par son fils 17 ans plus tard), réussira néanmoins à maintenir son autonomie jusqu'en -587.

La politique de résistance anti-assyrienne d'Ézéchias lui vaut des chants de louange de la part des rédacteurs bibliques. Ces rédacteurs ne font pas œuvre d'historien mais présentent une théologie de l'histoire orientée vers tout ce qui symbolise les promesses de l'Alliance qui unit le dieu d'Israël à son peuple. La politique d'Ézéchias se révèle en fait assez suicidaire car elle a mené à une occupation et une réduction drastique du territoire du petit royaume[7].

Découvertes archéologiques

Le 2 décembre 2015, des archéologues israéliens, sous la direction d'Eilat Mazar, ont révélé la découverte cinq ans plus tôt d'un sceau en argile portant le nom du roi. L'objet, d'un diamètre d'un centimètre environ, porte une inscription en paléo-hébreu disant : "À Ézéchias, [fils de] Achaz, roi de Juda". L'inscription est accompagnée de symboles égyptiens : un disque solaire ailé et une croix ânkh[8].

Ce sceau est un témoin précieux de l'influence majeure de l'Egypte sur les Judaïtes de l'époque, tant sur un plan politique que culturel et religieux[9].

Tradition juive

Dans le Talmud (Sanhédrin 94a), il est enseigné qu'Ézéchias aurait pu devenir le roi choisi par Dieu comme Messie et que la guerre menée par Sennachérib aurait pu être l'ultime guerre décrite dans les prophéties bibliques comme celle de Gog et Magog, s'il avait fait un chant de louange à Dieu en signe de reconnaissance[10].

Tradition chrétienne

Certains savants chrétiens l'assimilent à l'« Emmanuel » de l'Ancien Testament, mais la majorité des fidèles rejettent cette théorie[réf. souhaitée].

Galerie

Références

  1. Selon Thiele. Comme de nombreuses dates concernant les personnages bibliques de cette époque, celles-ci sont approximatives, et peuvent faire l'objet de débats entre exégètes. Cf. Rois de Juda
  2. Encyclopédie Larousse du XXe siècle, Paris, 1932
  3. (en) Journal of the Institute of Archaeology of Tel Aviv University, volume 21, 1994, « Hezekiah and the Kings of Assyria », issue 2, pages 236
  4. Qui a écrit la Bible ?, p. 98
  5. 2R 20,12-19
  6. Histoire visuelle de la Bible, National Geographic, Les Nouveaux Essentiels, , 512 p. (ISBN 9782822900331)
  7. Thomas Römer, L'Invention de Dieu, Seuil, , p. 87
  8. Dépêche Reuters du 2 décembre 2015, http://fr.reuters.com/article/oddlyEnoughNews/idFRKBN0TL1N520151202
  9. « Le sceau d’un roi de la Bible découvert à Jérusalem », Epoch Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Hezekiah », dans Jewish Encyclopedia, New York, (lire en ligne)

Bibliographie

  • (en) Journal of the Institute of Archaeology of Tel Aviv University, volume 21, 1994, « Hezekiah and the Kings of Assyria », issue 2, pages 235-254 lire en ligne
  • Chronologie des anciens rois, de 722 à 610 avant l'ère commune.
  • Richard Friedman, Qui a écrit la Bible ? La prodigieuse quête des auteurs de l'Ancien Testament, Exergue, (1re éd. 1997), 307 p. (ISBN 978-2-36188-059-0)

Voir aussi