Événements de Ghardaïa

Les événements de Ghardaïa désignent une suite de heurts entre deux communautés, les Châambas et les Mozabites, dans la Wilaya de Ghardaïa en Algérie.

Contexte

En 1984, des affrontements causent plusieurs dommages, notamment des magasins incendiés ainsi que des blessés. Des litiges fonciers sont aussi à l'origine d'échauffourées intercommunautaires en 1985, en 1991 et en 2004 entraînant des blessés dans chaque communauté[1]. De nombreux différends, notamment d’ordre foncier, opposent les communautés arabophones et Mozabites, qui cohabitent depuis des siècles. La région est confrontée à une lutte pour l’appropriation d’un espace de plus en plus réduit sur fond de libéralisation économique et l’arrivée de nouveaux habitants menace l’équilibre démographique largement favorable aux mozabites, majoritaires dans la région[2].

Depuis les découvertes pétrolières à la fin des années 1950, la population de la région a été considérablement modifiée et Ghardaïa est devenue le chef-lieu d'une wilaya. La région a été déstabilisée par des intervenants extérieurs liés aux intérêts économiques et une augmentation des trafics illégaux et de l'insécurité produite par les trafiquants du Sahara[3]. De même, des populations sont venues de toute l’Algérie s'installer dans une région où vivent depuis des siècles des communautés solides, ce qui a engendré des rivalités sociales et économiques entre les migrants pauvres et les Mozabites mieux organisés ainsi que l’introduction récente du wahhabisme[3].

En 2008, de rudes confrontations entre deux communautés à Berriane font plusieurs morts ainsi que des blessés[4]. En 2009, à Berriane, il est fait état de plusieurs blessés[5]. Depuis 2013, la région connaît régulièrement des heurts entre populations arabophones et populations berbérophones. La destruction du mausolée Ammi Moussa, inscrit au patrimoine mondial par l'UNESCO, ainsi que la profanation du cimetière ont lieu durant la journée du 26 décembre 2013[6].

En 2014, à la suite des affrontements dans la région, 10 000 policiers et gendarmes sont déployés pour contenir les rivalités entre communautés[7].

En réaction aux événements, l'anthropologue Ahmed Ben Naoum a déclaré que le conflit à Ghardaïa n'est pas ethnique puisque les Chaâmbas sont berbères Zénètes arabisés[8].

Déroulement

En juillet 2015, dans la vallée du Mzab, des affrontements font au moins 22 morts et des centaines de blessés[9]. La cause de ces affrontements serait des conflits fonciers entre les deux communautés, conflits exacerbés par les différences religieuses entre Châambas sunnites et mozabites ibadites[10],[11].

Après les affrontements, l’armée prend le contrôle de la ville de Ghardaïa pour rétablir le calme, à la suite d'un décret. 27 internautes sont arrêtés pour avoir animé des pages communautaires qui appellent à la violence, ainsi que 9 émeutiers à Bounoura[12]. Les communautés mozabites installées dans les grandes villes algériennes ont protesté contre la violence notamment à Alger, Oran et Constantine[13].

Kameledine Fekhar, ancien militant des droits de l'homme[14], est arrêté ainsi que 20 de ses compagnons par les services de la police[15]. Le 11 juillet 2015, un rassemblement de citoyens algériens a lieu devant le consulat algérien de Montréal, une quarantaine de personnes dénoncent les violences commises, il y a eu 12 morts dans chaque communauté[16]. À la même date, un rassemblement a eu lieu à Paris [17].

Le chef du gouvernement, Abdelmalek Sellal à son arrivée à Ghardaïa, a annoncé l’interdiction de tout rassemblement sur le territoire de la wilaya de Ghardaïa et avec suspension de toutes les activités culturelles jusqu’à nouvel ordre. 8000 agents d'intervention ont été déployés, mais ils étaient inefficaces lors des opérations à Guerrara, l'armée a ajouté alors un effectif de 4000 militaires[18].

Le , un homme est attaqué par un projectile à la tête, il succombe à l’hôpital et l’enterrement a été prévu pour le mercredi ; le lendemain, , une personne est attaquée à Guerrara[19].

Notes et références

  1. Algérie dz, Abder Bettache, Le Soir d’Algérie, Mozabites et Chaâmba : Les dessous d’une rivalité, 15 mai 2004
  2. Des violences intercommunautaires font 22 morts en Algérie : Le Monde.fr avec AFP du 09/07/2015]
  3. a et b Algérie : «Les affrontements de Ghardaïa sont liés à des intérêts pétroliers et gaziers», Libération du 10 juillet 2015
  4. Algérie : "Ce que j'ai vu à Berriane" , Par Hafnaoui Ghoul, Le Matin, 18 mai 2008
  5. Sécurité renforcée et grève des commerçants : Berriane ville morte, B. Mkhtaria, Le Quotidien d'Oran, 16 avril 2009
  6. L’express, Algérie: à Ghardaïa, la cohésion sociale menacée par des violences, AFP, 30 janvier 214
  7. Des affrontements dans le sud de l'Algérie font une trentaine de blessés, Libération, AFP, 29 juillet 214
  8. Hebba Selim, « L'anthropologue Ahmed Ben Naoum dénonce un mensonge "construit": le conflit à Ghardaïa n'est pas ethnique », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  9. Le sud de l'Algérie de nouveau en proie à une flambée de violences, lefigaro.fr, 9 juillet 2015
  10. Algérie : 22 morts dans la région de Ghardaïa, liberation.fr, 8 juillet 2015
  11. Algérie : plus de 20 morts lors d’affrontements communautaires dans la région de Ghardaïa, jeuneafrique.com, 8 juillet 2015
  12. El Watan, le 9 juillet 2015, titre=Ghardaïa : Retour au calme, l’armée et le parquet à pied d’œuvre, auteur=Houria Alioua
  13. Alger, Oran, Constantine : Protestation de mozabites contre la violence, Le Quotidien d'Oran du 09/07/2015.
  14. , Temoust, Violences de Ghardaia en Algérie : Plusieurs militants des droits de l'Homme arrêtés, Atlasinfo, 10 juillet 2015
  15. Liberté, Arrestation de Kamel-Eddine Fekhar et d'une vingtaine de ses compagnons, Mehdi Mehenni, le 9 juillet 2015
  16. El Watan, Sam ben, Evénements de Ghardaia : Rassemblement à Montréal, le 12 juillet 2015
  17. BerbèreTV
  18. El Watan, Sellal à Ghardaïa : La paix par la force, Aziz M., 10 juillet 2015
  19. , Tout sur l'Algérie, Ghardaïa : un blessé succombe, un homme attaqué près de son champ, mardi 14 juillet 2015, Hadjer Guenanfa

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Bibliographie