Étoile variable de type FU Orionis

Une (étoile) variable de type FU Orionis est une classe observationnelle d'étoiles variables éruptives dont le paradigme est l'étoile FU Orionis. Il s'agit d'étoiles jeunes de faible masse qui présentent un sursaut de luminosité d'au moins cinq magnitudes visuelles à l'échelle de quelques mois ou quelques années. Cette éruption, qui décline par la suite sur plusieurs décennies. Le phénomène est compris comme un sursaut d'accrétion dans le disque circumstellaire qui entoure ces objets[1],[2].

Variables confirmées

Variables de type FU Orionis confirmées
Étoile Date de
l'éruption[3]
Temps caractéristiques[3] Magnitudes
Croissance
(ans)
Décroissance
(ans)
V
(mag)
K
(mag)
FU Orionis 1937 1 100 8,9 5,2
V1057 Cygni  1970 1 10 11,7 -
V1515 Cygni années 1950 20 30 12,4 7,4
V1735 Cygni 1957-1965 < 8 > 20 15,0 7,0
V346 Normae après 1984 < 5 > 5 16,3 7,2
BBW 76 avant 1930 40 12,2[4] 7,8[5]

Articles connexes

Notes et références

Références

  1. Hartmann & Kenyon (1996)
  2. (en) Juhan Frank, Andrew R. King et Derek J. Raine, Accretion power in astrophysics, Cambridge University Press, , 3e éd., 384 p. (ISBN 0-521-62957-8, OCLC 248488756)
  3. a et b Hartmann & Kenyon (1996), Table 1
  4. Reipurth et coll. (2002), Table 3.
  5. (en) M.F. Skrutskie, R.M. Cutri, R. Stiening, M.D. Weinberg, S. Schneider, J.M. Carpenter, C. Beichman, R. Capps, T. Chester, J. Elias, J. Huchra, J. Liebert, C. Lonsdale, D.G. Monet, S. Price, P. Seitzer, T. Jarrett, J.D. Kirkpatrick, J. Gizis, E. Howard, T. Evans, J. Fowler, L. Fullmer, R. Hurt, R. Light, E.L. Kopan, K.A. Marsh, H.L. McCallon, R. Tam, S. Van Dyk, S. Wheelock, « The Two Micron All Sky Survey (2MASS) », The Astronomical Journal, vol. 131,‎ , p. 1163

Bibliographie