Étienne Mattler

Étienne Mattler
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Belfort (Territoire de Belfort)
Décès (à 80 ans)
Lieu Sochaux
Taille 1,80 m (5 11)
Période pro. 19291947
Poste défenseur central, entraîneur
Parcours junior
Saisons Club
1921-1927 Drapeau de la France US Belfort
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1927-1929 Drapeau de la France AS Strasbourg
1929-1946 Drapeau de la France FC Sochaux 208 (3)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1930-1940 Drapeau : France France 46 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1945-1946 Drapeau de la France FC Sochaux
1947-1949 Drapeau de la France CS Thillot
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Étienne Mattler est un footballeur français né le 25 décembre 1905 à Belfort († 23 mars 1986). Il évolue au poste de défenseur sous les couleurs du FC Sochaux presque toute sa carrière et remporte avec son équipe deux titres de champion de France en 1935 et 1938 et une Coupe de France en 1937. Il est le joueur le plus capé de toute l'histoire du FC Sochaux.

Avec l'équipe de France, il est sélectionné à 46 reprises et participe aux coupes du monde 1930, 1934 et 1938. Il porte le brassard de capitaine à 14 reprises.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il lutte dans la Résistance, et est déporté. Après la guerre, il est entraîneur.

Biographie

Né le jour de Noël, il est l'avant-dernier d'une famille de sept enfants. Cycliste prometteur, il abandonne ce sport après la mort accidentelle de son frère, tué à vélo. Il s'oriente définitivement vers le football et devient, dès l'âge de seize ans, titulaire en équipe première à l'US Belfort où il évolue avec André Maschinot, futur international. Cependant, le professionnalisme n'existe pas encore, et en 1922, il s'installe plusieurs mois en région parisienne pour se former au métier de tourneur[1].

En 1927, Mattler rejoint l'AS Strasbourg[2],[3],[4], en même temps que son coéquipier Maschinot. Ses performances lui valent une sélection en équipe de France B[1], puis de signer en 1929 au FC Sochaux, précurseur du football professionnel en France. Avec ce club, dont il devient le capitaine emblématique, il remporte la Coupe Peugeot en 1931, deux championnats de France en 1935 et 1938 et une Coupe de France en 1937. Défenseur redoutable et redouté, il est surnommé « le balayeur » par ses adversaires[1].

Rentré dans la Résistance, il est déporté. Donné pour mort, il s'échappe et passe en Suisse[1].

Après la Libération, il est de 1944 à 1946 entraîneur-joueur au FC Sochaux. La saison 1945-1946 est celle du retour parmi l'élite pour le FC Sochaux qui souffre tout comme Mattler replacé en milieu de terrain en championnat. La descente en division 2 est inéluctable et Mattler est remplacé peu de temps avant la fin du championnat par Maurice Bailly au poste d'entraîneur.

À l'été 1946, le FC Sochaux fête le départ de sa star lors d'un match de jubilé contre le club tchécoslovaque du SK Bata Zlín. Ce match marque un tournant pour le FCSM entre le départ de Mattler et les signatures des deux joueur de Zlín Ladislav Dupal et Pepi Humpal.

Après le FC Sochaux, il devient pendant deux saisons entraîneur-joueur au CS Thillot, club de division d'honneur en Lorraine. Il termine sa vie comme propriétaire d'un bar-tabac en Franche-Comté. Un stade de Belfort porte son nom.

Équipe de France

Il est appelé pour la première fois en équipe de France B pour un match contre la Tunisie le (5-0). Deux mois plus tard le , il fait ses débuts dans l'équipe A contre la Belgique, où il est associé en défense centrale à Marcel Capelle, et la France s'impose 2-1[5].

Dans la foulée, il est sélectionné pour la première Coupe du monde en Uruguay. Il joue également les deux Coupes du monde suivantes (1934, 1938), devenant l'un des quatre seuls joueurs à avoir disputé les trois Coupes du monde d'avant-guerre avec Edmond Delfour, Nicolae Kovacs et Bernard Voorhoof. Après le match Italie-France disputé le à Naples (défaite 1-0), disputée dans une atmosphère détestable, il chante La Marseillaise debout sur la table d'une auberge napolitaine.

Le , lors du match France-Pologne (4-0), Mattler bat le record des sélections (42) qu'il détenait conjointement avec Jules Dewaquez et Edmond Delfour. Ce record n'est battu qu'en 1955 par Roger Marche. Il compte au finale 46 sélections en Équipe de France de 1930 à 1940, dont 14 fois comme capitaine.

Palmarès

Références

  1. a, b, c et d « Etienne Mattler (1905-1986) : le footballeur « balayeur » », sur www.estrepublicain.fr (consulté le 1er mai 2016)
  2. Fabien FCSM, « Il y a 30 ans disparaissait Étienne Mattler », sur -- (consulté le 1er mai 2016)
  3. (en) « Étienne Mattler », sur www.national-football-teams.com (consulté le 1er mai 2016)
  4. Le site de la Fédération française de football indique qu’Étienne Mattler joue de 1927 à 1929 à l'ES Troyes AC, dont l'ancêtre est l'Association sportive Troyes Sainte-Savine, et non à l'AS Strasbourg. Cependant, il semble que cette information n'est reprise par aucune autre source.
  5. Belgique-France sur www.ffr.fr