Étienne Jumentier

Étienne Jumentier
Fonctions
Président
Conseil de préfecture
jusqu'en
Adjoint au maire ()
Chartres
à partir de
Liste des députés d'Eure-et-Loir
-
Liste des députés d'Eure-et-Loir
-
Président
Société d'agriculture d'Eure-et-Loir ()
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Chartres
Activités
Fratrie
Autres informations
Distinction

Étienne Jumentier, né le à Chartres (Eure-et-Loir) (paroisse Saint-Chéron) où il est mort le , est un juriste, agronome et homme politique français.

Biographie

Famille

Fils de Claude Jumentier, vigneron à Chartres, paroisse Saint-Chéron, et d'Anne Mercier, mariés le 4 octobre 1740 à Chartres, Étienne Jumentier est le frère de l'abbé Claude-Adrien Jumentier (1749-1840), vicaire épiscopal, député suppléant du Clergé pour le bailliage de Chartres aux États généraux de 1789, qui est l'un des fondateurs de la bibliothèque municipale de Chartres, dont il sera le conservateur et président, et auprès duquel il est inhumé, après des obsèques célébrées en l'église Saint-Pierre de Chartres.

Carrière

Il étudie les humanités au collège de Chartres, puis, en 1776, il devient clerc de procureur et de notaire à Chartres et à Paris. Bourgeois de Chartres et député de Trizay-au-Perche, il fait partie du tiers réduit à l'assemblée générale des trois ordres du bailliage de Chartres ainsi que du comité de rédaction du cahier de doléances du Tiers état.

Nommé en 1790 membre du directoire du district de Chartres, puis, en 1791, du directoire du département d'Eure-et-Loir, il devient suspect par son attitude en faveur des émigrés et se trouve destitué après le 18 fructidor an V.

Sous le Consulat, il est nommé conseiller de préfecture à Chartres le 14 mai 1800, avec installation le 23 mai 1800, puis conseiller municipal de cette ville. Il est désigné, le 6 germinal an X (27 mars 1802), par le Sénat conservateur, pour représenter au Corps législatif le département d'Eure-et-Loir ; il y siège jusqu'en 1807. Jumentier fait encore partie de la Chambre des Cent-Jours, comme représentant du collège de département d'Eure-et-Loir.

Après la Révolution de Juillet, il devient adjoint au maire de Chartres et est nommé de nouveau, par ordonnance royale du 25 septembre 1830, conseiller de préfecture d'Eure-et-Loir, son installation se fait le 1er octobre 1830. Il préside le Conseil de préfecture (composé de trois membres) avant de quitter cette fonction en 1837.

Il reçoit la Légion d'honneur.

Activités agricoles

Il étudie scientifiquement les questions agricoles. Dans ses propriétés, il expérimente des méthodes nouvelles qui peu à peu, se répandirent et s'imposèrent, contribuant pour une part importante aux progrès réalisés en Beauce, et écrit à leur sujet des notices, notamment publiées dans le journal chartrain Le Glaneur. Il est élu président de la Société d'agriculture d'Eure-et-Loir.

Mariage et descendance

Il épouse Julie-Victoire Aubin (1761-1852[1]), née à La Loupe, fille de Mathurin Aubin, maître de poste et de Marie Jeanne Vivant, et belle-sœur de Nicolas-Pierre Paillart, dont sont issus :

  • Adrienne Julie Mathurine Jumentier, née le 27 janvier 1790 à Chartres, épouse le 15 octobre 1810 à Chartres Louis François Dimier, avocat, juge au tribunal civil et conseiller d'arrondissement de Châteaudun, ainsi que maire de Saint-Pellerin (commune où il s'était fait construire son château du Corbuchet).
  • Pierre Etienne Alexandre Jumentier, né le 24 mai 1792 à Chartres, baptisé à la cathédrale de Chartres le 28 mai 1792 ayant pour parrain Nicolas-Pierre Paillart. Deuxième prix de rhétorique au lycée de Versailles, il est un ami d'enfance du jurisconsulte et abolitionniste François-André Isambert (1792-1857), étant, en outre, tous deux à l'école centrale de Chartres. En 1820, il est principal clerc de notaire de Maître Jean-Tite-Eloy Bouvet, notaire à Chartres. Le 2 juin 1824, lors de la déclaration du décès à Chartres de sa tante et marraine, Marie Anne Jumentier, il se déclare étudiant en droit. Célibataire, il est mort à Chartres le 20 juillet 1847 à l'âge de 55 ans[2].
  • Aubin Luc Paix Jumentier, né le 2 mai 1797 à Chartres, négociant en vins, il possédait un dépôt à Chartres, quartier Saint-Chéron. Célibataire, il est mort à Chartres le 27 décembre 1849 à l'âge de 52 ans[3].

Références

Source

  • « Étienne Jumentier », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Jean François Eugène Robinet, Adolphe Robert, Julien Le Chaplain, Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l'Empire, 1789-1815., 1899
  • Notice biographique publiée dans l'Annuaire d'Eure-et-Loir, année 1846.
  • Article publié dans L'Écho républicain de la Beauce et du Perche du 13 février 1946.
  • Nécrologie publiée dans le journal chartrain Le Glaneur du 15 janvier 1846.
  • Nécrologie publiée dans le Journal de Chartres du 15 janvier 1846.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes