Établissements Ballande

Les établissements Ballande sont une entreprise familiale d'origine bordelaise fondés au milieu du XIXe siècle et qui s'est implantée dans le Pacifique, notamment en Nouvelle-Calédonie où se situe l'un de ses sièges sociaux, l'autre étant situé à Bordeaux.

Histoire

Direction d'Armand-Louis Ballande

En 1859, Armand-Louis Ballande, né en 1817 et fils de négociant en draps s'installe en tant que négociant armateur à Bordeaux sous la raison sociale L. Ballande[1]. Auparavant, il a fait carrière au Chili au sein de la maison de commerce Le Quellec[1]. Il dispose les premières années de quatre trois-mâts, entre 1860 et 1865, il en fait construire neuf autres, des navires rapides qui avancent à dix nœuds sous bonne brise. La Nouvelle-Calédonie offre des possibilités d'extension à Armand Ballande, en effet, l'île est devenue française en 1853. Dès 1859, la maison Ballande est présente dans la colonie On a trace dès 1862 d'un navire de 650 tonneaux affrété par Ballande et en partance pour l'Australie et la Nouvelle-Calédonie[1]. En 1864, on établit le bagne dans cette île, ce qui a pour effet d'augmenter les demandes de fret. En 1866, Ballande obtient pour trois ans le transport du matériel, vivres et passagers pour la nouvelle colonie et Tahiti à partir de Bordeaux. Il consolide par la suite le débouché calédonien et meurt en 1882, laissant aux commandes de l'entreprise son fils, André Ballande (1857-1936) qui le seconde depuis déjà quatre ans.

Direction d'André Ballande

L'entreprise sous la direction d'André Ballande va prendre le nom « L. Ballande et Fils »[1]. En 1884, André Ballande entreprend un périple autour du monde lui permettant de visiter ses partenaires commerciaux en Australie, aux Indes néerlandaises, en Cochinchine, à Hong Kong et d'explorer les marchés du Japon et des États-Unis. Arrivé en Nouvelle-Calédonie, il établit que le seul fret de retour que ses navires peuvent acheminer de Nouvelle-Calédonie est le minerai de nickel découvert en 1863 par Garnier[1]. Il parvient donc à la conclusion que son entreprise doit se lancer dans l'industrie et le commerce de ce produit si elle veut pérenniser sa présence sur place[1]. Dans le cadre de la réorganisation de l'entreprise, il apure le passif de la maison, rachète leur part à des partenaires locaux, et afin de dégager des capitaux revend des voiliers[1]. Le commerce commence à l'emporter sur l'armement dans les activités de l'entreprise. Afin de diffuser ses produits dans la brousse calédonienne, il utilise de petits caboteurs chargés de faire le tour de l'île à cette époque encore dépourvue de routes[1]. Durant cette même période, la compagnie acquiert un domaine minier à Kua qu'elle exploite elle-même. Cependant, en 1888, Ballande met fin à ses activités minières. En effet, Ballande négocie à cette époque une transaction portant sur la création d'une société agricole en échange de la vente de son domaine minier à Armand Digeon, un homme d'affaires. John Higginson qui tient à cette époque les rênes de la Société Le Nickel (SLN), la principale compagnie minière de Nouvelle-Calédonie parvient à convaincre Digeon de céder sa promesse de vente, ce dernier se trouvant dans l'impossibilité de réunir les fonds nécessaires à l'opération. La SLN exige alors de Ballande qu'elle exécute sa promesse de vente. Un accord finit par être conclu en février 1889 après un mois de conflit. Ballande accepte de céder son domaine minier et de se retirer du secteur du nickel pendant dix ans en échange d'un million de francs[2]

Ballande s'implante de nouveau dans le secteur minier dès la période de 10 ans négociée avec la SLN passée. Elle commence à vendre du nickel à des affineurs allemand et, à partir de 1901-1902, s'emploie à racheter des mines. Tant et si bien qu'en 1915, la filiale de Ballande, la société des hauts fourneaux de Nouméa détient 34 % du total des surfaces minières concédées en Nouvelle-Calédonie, contre 30 % pour la SLN. Le total de minerai extrait par Ballande équivaut à 78 % du total fourni par la SLN, les deux sociétés ont donc à cette époque un poids équivalent[2].

Les hauts fourneaux de Nouméa avec une capacité de transformation de 10 000 tonnes de minerai en mattes par an[1]. Ces mattes sont ensuite expédiées dans le port d'Anvers en Belgique pour être refondues dans une usine qu'il acquiert. Il fait aussi construire une autre usine d'affinage dans le New Jersey aux États-Unis[1]. André Ballande investit aussi dans le condominium des Nouvelles-Hébrides (aujourd'hui Vanuatu) où il fonde les Comptoirs français des Nouvelles-Hébrides (CFNH), une maison commerciale fournissant les colons français de l'archipel en produits et revendant leur production. Il rebaptise sa société d'armement, « Les voiliers de Nouméa » qui devient la « Compagnie navale de l'Océanie » (CNO). Ses cinq vapeurs de 8 000 tonnes de port en lourd sont parmi les plus gros de l'époque, et l'un d'eux est le premier navire français à franchir le canal de Panama, de l'Océanie au Havre en 1914.

Références

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Jean-Paul Avisseau, Seances académiques: organisées à l'occasion de la réunion de l'Academie national des sciences, Belles-lettres et arts de Bordeaux et de l'Académie des sciences d'outre-mer de Paris (Bordeaux, les 24 et 25 octobre 1996)., Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux, , p. 51-61
  2. a et b Yann Bencivengo, « La mine, conflits d'hier et d'aujourd'hui », dans Sylvette Boubin-Boyer, Révoltes, conflits et guerres mondiales en Nouvelle-Calédonie et dans sa région, L'Harmattan, (ISBN 9782296051218), p. 287-301

Bibliographie

  • Jean-Paul Avisseau, Séances académiques: organisées à l'occasion de la réunion de l'Académie nationale des sciences, Belles-lettres et arts de Bordeaux et de l'Académie des sciences d'outre-mer de Paris (Bordeaux, les 24 et 25 octobre 1996)., Académie nationale des sciences, belles-lettres et arts de Bordeaux,
  • Yann Bencivengo, L'industrie minière calédonienne et la naissance de l'industrie du nickel (1875 - 1914) (lire en ligne)
  • Hubert Bonin, Catherine Hodeir, Jean-François Klein, L'esprit économique impérial (1830-1970) : groupes de pression réseaux du patronat colonial en France dans l'empire, Paris, Publications de la SFHOM, (ISBN 2-85970-037-4)
  • Dorothy Shineberg et Jean-Marie Kohler, « Argent, religion et pouvoir en Nouvelle-Calédonie. A.Ballande et les évêques, 1885-1935 », Journal de la Société des océanistes, vol. 95, no 2,‎ , p. 151-183 (ISSN 0300-953X, DOI 10.3406/jso.1992.2617)
  • Delphine Boissarie, « Les Bordelais du bout du monde : deux dynasties du grand commerce de l’Outre-mer, les Denis et les Ballande, entre Indochine et Océanie, trajectoires croisées, du début du XIXe siècle aux années 1950 », Revue d'Histoire maritime, no 13,‎
  • Henri Ballande, Histoires de famille, impr. Foucault,