Éric Damain

Éric Damain
Nom de naissance Éric Damain
Naissance (62 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Acteur
Chanteur
Producteur de spectacles
Producteur de cinéma
Films notables Le Temps de vivre
Le drapeau noir flotte sur la marmite
Séries notables Jacquou le Croquant

Éric Damain est un acteur, chanteur et producteur de cinéma français né le à Paris.

Biographie

Fils d'un entrepreneur de transports, il est révélé à 13 ans par la série télévisée à succès Jacquou le Croquant (1969), il poursuit sa carrière au cinéma où il joue le rôle du fils de Marie (interprétée par Marina Vlady) dans Le Temps de vivre (1969) ou encore celui du fils d'Antoine Simonet (interprété par Jacques Marin) dans Le drapeau noir flotte sur la marmite (1971).

À la télévision, on le retrouve dans le rôle de Gwynplaine petit dans L'Homme qui rit, une adaptation du roman de Victor Hugo, diffusé à 20 h 30 sur la deuxième chaîne le lundi 15 novembre 1971, ce qui lui vaut d'être en couverture du magazine Télé 7 jours[1].

En 1970, il prête son image à la marque de chocolats « Chocorêve » où il apparaît sur les présentoirs, ainsi que pour la publicité organisée par la marque pour un concours avec comme slogan "Suivez la piste aux trésors Chocorêve avec Eric Damain, interprète de Jacquou le Croquant[2]".

Jouant du piano et sachant chanter, il profite de sa notoriété pour passer à la télévision pour y interpréter la chanson "Chouette", notamment lors de l'émission enfantine du jeudi après-midi sur la première chaîne, le 8 octobre 1970[3].

Fin 1971, il rencontre des difficultés avec la commission de protection de l'enfance qui trouve qu'il tourne trop au détriment de ses études, celle-ci lui interdit tout nouveau tournage avant Pâques 1972[4]. En avril 1972, alors qu'il est en classe de seconde, la commission lui refuse à nouveau un « congé d'écran », estimant qu'il a trop sacrifié son temps à la télévision et au cinéma[5]. Cette nouvelle interdiction met un frein à une prometteuse carrière d'acteur.

Il enregistre parallèlement une douzaine de disques destinés à la jeunesse, se partageant entre chansons comme Maman, une rose (adaptation d’un succès d’Elvis Presley, 1970), C’est pour mon papa et moi (adaptation d’Ekkoleg, du film Viva la muerte, 1970), et adaptations d'œuvres littéraires comme Le Petit Prince (1972), Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson (1974).

En 1979, il effectue son service militaire au 76e régiment d'infanterie stationné au Fort de Vincennes.

Après un silence de plus de dix ans, il réapparaît sur scène à la fin des années 1980 en chanteur plutôt rock avec plusieurs enregistrements de sa composition (Tu vas où, Les Yeux clairs, Pas sans toi…). Puis il disparaît du devant de la scène pour passer derrière. Au début des années 2000, il s’investit dans la production artistique avec sa société Zanzibar et produit des spectacles comme ceux de Chantal Goya (Absolument Goya, Olympia, 2001), de Sally Bat des Ailes (tournée 2002-2003), de Smaïn (tournée 2007), mais également des pièces de théâtre comme Frida Kahlo : attention peinture fraîche ! de Lupe Velez (Festival off d'Avignon, 2006).

Au cinéma, avec sa société de production Hector Films[6], il coproduit les comédies Paris Nord Sud de Franck Llopis (2008) et Français pour débutants de Christian Ditter (2009).

Filmographie

Cinéma

Acteur

Producteur

Télévision

Discographie

Non exhaustive
  1. Chouette !, paroles et musique de Francis Géraud
  2. Elle s'en va mon enfance, paroles et musique de Francis Géraud
  3. Dis-moi pourquoi, papa ?, paroles de Jacques Demarny et musique d'Enrico Macias/Jean Claudric
  4. Un enfant se balance, paroles de Christine Fontane et musique de Bernard Kesslair

Notes et références

  1. Télé 7 Jours no 603, semaine du 13 au 19 novembre 1971.
  2. Hebdomadaire Tintin no 1146, 1970.
  3. Télé 7 Jours no 545, semaine du 3 au 9 octobre 1970. Émission pour les enfants, diffusée de 15 h 40 à 18 h 25 [sic].
  4. Télé 7 Jours no 608 du 18 décembre 1971, page 111 : « Eric Damain interdit de tournage ».
  5. Télé 7 Jours no 628, semaine du 6 au 12 mai 1972, page 102.
  6. Hector Films sur Unifrance.org.

Liens externes