Équipe de Trinité-et-Tobago de football

Drapeau : Trinité-et-Tobago Équipe de Trinité-et-Tobago
Écusson de l' Équipe de Trinité-et-Tobago
Généralités
Confédération CONCACAF
Couleurs Rouge, noir et blanc
Surnom Les Soca Warriors
Stade principal Hasely Crawford Stadium
Classement FIFA en diminution92e (12 avril 2018)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Trinité-et-Tobago Dennis Lawrence
Plus sélectionné Angus Eve : 117
Meilleur buteur Stern John : 70
Rencontres officielles historiques
Premier match Guyane britannique Drapeau : Guyane britannique 1 - 4 Flag of Trinidad and Tobago 1889-1958.svg Trinité-et-Tobago
()
Plus large victoire Trinité-et-Tobago Drapeau : Trinité-et-Tobago 11 - 0 Drapeau : Aruba Aruba
()
Plus large défaite Mexique Drapeau : Mexique 7 - 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago
()
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 1
1er tour en 2006
Championnat CONCACAF & Gold Cup Phases finales : 16
Deuxième en 1973
Coupe caribéenne des nations Phases finales : 23
Vainqueur (10) en 1981, 1988, 1989, 1992, 1994, 1995, 1996, 1997, 1999 et 2001

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe de Trinité-et-Tobago de football, constituée par une sélection des meilleurs joueurs trinidadiens, est sous l'égide de la Fédération de Trinité-et-Tobago de football.

Membre de la CONCACAF depuis 1962 et affiliée à la FIFA l'année suivante, c'est l'une des équipes les plus importantes des Caraïbes comme en attestent ses dix victoires en Coupe caribéenne des nations (record en la matière).

C'est aussi la dernière équipe caribéenne à s'être qualifiée à une Coupe du monde, en 2006, honneur qu'elle partage avec trois autres équipes de la région (Cuba, Haïti et la Jamaïque).

Histoire

Les débuts de la sélection nationale

La Fédération de Trinité-et-Tobago de football est fondée en 1908. À partir de 1923, l'équipe prend part au Martinez Shield où elle affronte l'équipe de Demerara (aujourd'hui le Guyana), puis la Barbade à partir de 1931[2].

De 1930 à 1962 inclus, l’équipe de Trinité-et-Tobago (T&T) de football ne participe pas aux phases de qualification pour la Coupe du monde. En 1955 une sélection de joueurs du championnat d'Angleterre effectue une tournée dans les Caraïbes. T&T affronte à quatre reprises la sélection de la FA pour autant de défaites[3].

De 1963 à 1989 : l’irrégularité au niveau continental

Pour la Coupe du monde 1966, T&T fut éliminée dès le 1er tour de qualification. De même pour celle de 1970. Pour la Coupe du monde 1974, elle frôla la qualification pour la Coupe du monde, en terminant 2e derrière Haïti (un seul qualifié de la CONCACAF pour la Coupe du monde). Pour la Coupe du monde 1978, elle fut éliminée au 2d tour. Pour l’édition de 1982, elle fut éliminée au 1er tour. Pour celle de 1986, elle fut éliminée au 2d tour. Le , T&T enregistra la plus large victoire de son histoire, contre Aruba sur le score de 11 buts à 0.

De 1963 à 1989 a lieu la Coupe des nations de la CONCACAF, ancêtre la Gold Cup qui se déroule sous la forme d'un championnat. T&T ne participe pas aux éditions de 1963 et 1965. Pour sa première participation en 1967, T&T termine 4e. En 1969 et 1971 elle se classe 5e du championnat. En 1973, le championnat sert de cadre aux éliminatoires de la Coupe du monde de 1974. T&T termine 2e derrière Haïti, pays organisateur du tournoi, mais se voit refuser quatre buts lors du match décisif contre les Haïtiens[4]. L'arbitre du match, le Salvadorien José Roberto Henríquez, et son assistant, le Canadien James Higuet, furent radiés à vie par la FIFA[5]. T&T ne se qualifie pas pour les trois éditions suivantes en 1977, 1981, 1985. T&T fait son retour dans la Coupe des nations de la CONCACAF 1989, tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 1990, mais termine 3e derrière le Costa Rica et les États-Unis. Seuls les deux premiers sont qualifiés et lors de la dernière journée, T&T alors à égalité de points avec les États-Unis, s'incline à domicile contre ces derniers[6].

De 1990 à 2005 : la progressive ascension

Après avoir raté de justesse le Mondial 1990, T&T est éliminée par la Jamaïque au 1er tour des qualifications à la Coupe du monde 1994. Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1998, T&T finit bonne dernière de la poule du 2e tour. À l'occasion des qualifications de la Coupe du monde 2002, les Trinidadiens accèdent au tour final où ils finissent derniers avec 5 points. Dans le cadre de ces éliminatoires, T&T enregistra la plus large défaite de son histoire contre le Mexique, au Stade Aztèque, sur le score de 7 buts à 0.

À la Gold Cup 1991, T&T frôla la qualification pour les demies du fait d’un but de moins que le Costa Rica. Elle ne participa pas à l’édition 1993. En 1996 et 1998, elle est éliminée au 1er tour. En 2000, elle réussit à franchir le 1er tour en terminant 2e. En quarts, elle bat 2-1 a.p le Costa Rica (buts d’Arnold Dwarika et de Mickey Trotman) mais perd en demies 0-1 contre le Canada. En 2002, la Martinique élimina T&T dès le 1er tour. En 2003, elle n'y participe pas. En 2005 après deux matches nuls contre le Honduras et le Panama, la Colombie bat T&T et l’élimine de la compétition.

En Coupe de la Caraïbe, T&T remporta à 10 reprises le tournoi. En 1981 et 1988 en tant que vainqueur de la poule finale, en 1989 contre la Grenade (2-1), en 1992 contre la Jamaïque (3-1), en 1994 contre la Martinique (7-2), en 1995 contre Saint-Vincent-et-les-Grenadines (5-0), en 1996 contre Cuba (2-0), en 1997 contre Saint-Christophe-et-Niévès (4-0), en 1999 contre Cuba (2-1) et en 2001 contre Haïti (3-0). En 1990, à domicile, T&T se hissa en finale qu'elle devait disputer face à la Martinique mais une insurrection menée par la Jamaat al Muslimeen força l'abandon de la compétition et le tournoi fut annulé.

La découverte de la Coupe du monde en 2006

Après avoir manqué de peu la qualification en 1974 et en 1990, T&T participe à sa première phase finale de Coupe du monde en 2006 en Allemagne. Les éliminatoires de la zone CONCACAF s'apparentent à un parcours du combattant où T&T joue 18 rencontres: après avoir battu au premier tour la République dominicaine (4-0 ; 2-0), T&T termine 2e dans le groupe 3 lors du 2d tour (Mexique 1-3 et 0-3 ; Saint-Christophe-et-Niévès 5-1 et 2-1 ; Saint-Vincent-et-les-Grenadines 2-1 et 2-0). Puis lors du 3e tour, T&T termine 4e de la poule finale avec 13 points (4 victoires / 1 nul / 5 défaites) juste devant le Guatemala (11 points) et avec 10 buts marqués et 15 encaissés. En prenant la 4e place, elle doit affronter en barrage intercontinental le Bahreïn. T&T fait match nul contre ce dernier 1-1 (but de Chris Birchall à la 76e minute) à domicile au Hasely Crawford Stadium avant de le battre 1-0 (but de Dennis Lawrence à la 49e minute sur un corner de Dwight Yorke) à l'extérieur obtenant ainsi son premier billet pour la Coupe du monde en Allemagne. Le bilan global des éliminatoires de T&T est le suivant: sur 20 journées, 11 victoires, 2 nuls et 7 défaites (30 buts marqués et 25 buts encaissés).

Entraînés par Leo Beenhakker et menés par le célèbre Dwight Yorke (ancien joueur de Manchester United), considérés comme le petit poucet du Mondial 2006, les Socca Warriors sont pourtant loin d'être ridicules en Allemagne.

  • Le à Dortmund, ils tiennent en échec la Suède sur le score de 0-0 avec un gardien Shaka Hislop en état de grâce qui dégoûte littéralement les attaquants nordiques. À noter que la Suède s'est fait peur, car la seule occasion trinidadienne, par Stern John, touchera la barre transversale de Rami Shaaban, le portier suédois.
  • Le 15 juin 2006 à Nuremberg, ils tiennent tête à l'Angleterre jusqu'à la 75e minute avant de lâcher prise et de perdre 0-2.
  • Le 20 juin 2006 à Kaiserslautern, ils perdent 0-2 contre le Paraguay dans un match sans enjeu, les deux équipes étant déjà éliminées.

T&T quitte donc la compétition sans avoir inscrit un seul but et en encaissant quatre buts en trois matchs mais en faisant preuve de combativité face à trois grandes nations du football avec des joueurs évoluant pour la plupart en 2e voire 3e division dans leurs championnats respectifs.

De 2006 à 2013: une équipe en déclin

Après sa participation à la Coupe du monde en Allemagne, T&T perd la finale de la Digicel Cup 2007, contre Haïti sur le score de 2-1, mais se qualifie pour la Gold Cup 2007 où elle termine dernière du groupe avec un match nul (1-1 contre le Guatemala, but d’Errol McFarlane) et deux défaites (1-2 contre le Salvador, but de Silvio Spann et 0-2 contre les États-Unis). Elle ne confirma pas sa prestation de 2006 . Néanmoins, elle réussit à se qualifier de justesse, grâce à une victoire 3-0 face à Cuba, le , pour le 4e et dernier tour des éliminatoires de la zone CONCACAF pour la Coupe du monde 2010. Comme en 2002, T&T finit dernière de ce tournoi hexagonal (avec 6 points) et reste à la maison.

L'équipe perd toute chance de qualification pour la Coupe du monde 2014, en se faisant sortir au 2e tour, terminant derrière le Guyana dans son groupe qui comprenait également les Bermudes et la Barbade mais réussit quand même à se qualifier pour la Gold Cup 2013, après deux absences consécutives (2009 et 2011), en finissant 2e de la Coupe caribéenne des nations 2012.

L'ère Hart (2013-2016)

Le , Stephen Hart, ancien sélectionneur du Canada, est intronisé par la Fédération comme nouveau sélectionneur. Il est rejoint par Leo Beenhakker en tant que directeur sportif. Trinité-et-Tobago débute la Gold Cup 2013 par un encourageant match nul face au Salvador (2-2) mais est battu par Haïti (0-2) lors de la deuxième journée. Cependant les Soca Warriors s'imposent avec la manière 2-0 devant une équipe du Honduras démobilisée car assurée de jouer en deuxième phase. Cette victoire leur permet d'accéder aux quarts de finale (une première depuis l'édition 2000) où ils affrontent le Mexique, qui finit par s'imposer 1-0 avec un but de Raúl Jiménez en fin de match.

Comme en 2012, Trinité-et-Tobago se hissa jusqu'en finale de la Coupe caribéenne des nations 2014 dont elle fut exempte du 1er tour préliminaire. Après avoir remporté le groupe A – victoires face à Curaçao (3-2) et la Guyane (4-2) et nul 0-0 contre Cuba – elle se mesura à l'hôte jamaïcain, vainqueur du groupe B. Après 120 minutes de jeu sans but, la séance de tirs aux buts finit par sourire aux Reggae Boyz (4 tab 3). Trinité-et-Tobago se qualifie néanmoins pour la Gold Cup 2015 où elle atteint les quarts de finale en tant que leader du groupe C devant le Mexique, Cuba et le Guatemala. Son parcours est toutefois stoppé par le Panama qui s'impose dans la loterie des tirs aux buts (1-1 a.p. 6 tab 5).

L'année 2016 commence sur une fausse note puisque les Socca Warriors sont battus par Haïti (0-1) en match de barrage de la Copa América Centenario, gâchant ainsi l'occasion de disputer une Copa América. Ils se rattrapent lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 en se qualifiant au 5e et dernier tour préliminaire. Cependant la fin de l'année est ternie par un échec dans la course à la qualification à la Coupe caribéenne des nations 2017 suivi de deux défaites en autant de rencontres dans la dernière phase des éliminatoires au Mondial. Le sélectionneur Stephen Hart est remis en question puis finalement démis de ses fonctions le [7].

Depuis 2017

La parenthèse Saintfiet (déc. 2016-jan. 2017)

Stephen Hart parti, il est remplacé par le Belge Tom Saintfiet chargé de diriger l'équipe lors du barrage caribéen, organisé à domicile, en vue d'obtenir la 5e place donnant le droit de disputer un autre barrage contre le 5e de la Copa Centroamericana 2017, dont le vainqueur s'octroie le dernier billet pour la Gold Cup 2017. Cependant le passage de Saintfiet sur le banc des Socca Warriors est éphémère dans la mesure où ils terminent à la dernière place de la poule de barrage, battus par le Suriname (1-2 a.p.) puis par Haïti (2-4 a.p.). Il est débarqué par la TTFA dès le , à peine un mois après sa nomination[8].

L'ère Lawrence (2017-)

La Fédération ne perd pas de temps et dès le , elle intronise Dennis Lawrence - ancien international - à la tête de la sélection[9]. Pour son premier match de compétition officielle, Lawrence réussit ses débuts en battant le Panama à domicile (1-0) dans le cadre du dernier tour des éliminatoires de la Coupe du monde 2018. L'équipe ne peut cependant conserver le rythme et s'incline lors des cinq matchs suivants de qualifications. Néanmoins, à la surprise générale, les Socca Warriors frappent un grand coup en battant les États-Unis (2-1) lors de la dernière journée de ces éliminatoires, ce qui provoque l'élimination des Américains de la course au Mondial 2018[10].

Résultats

Palmarès

Le tableau suivant résume le palmarès de la sélection de Trinité-et-Tobago en compétitions officielles. Il se compose de dix titres en Coupe caribéenne des nations.

Palmarès de l’équipe de Trinité-et-Tobago en compétitions officielles
Compétition continentale Compétition régionale Jeux régionaux

Parcours

Parcours de l'équipe de Trinité-et-Tobago de football en compétitions internationales

Coupe du monde Coupe des nations de la CONCACAF (1963-1989) Gold Cup Coupe caribéenne des nations (1978-2017)
  • 1930 : Non inscrit
  • 1934 : Non inscrit
  • 1938 : Non inscrit
  • 1950 : Non inscrit
  • 1954 : Non inscrit
  • 1958 : Non inscrit
  • 1962 : Non inscrit
  • 1966 : Tour préliminaire
  • 1970 : Tour préliminaire
  • 1974 : Tour préliminaire
  • 1978 : Tour préliminaire
  • 1982 : Tour préliminaire
  • 1986 : Tour préliminaire
  • 1990 : Tour préliminaire
  • 1994 : Tour préliminaire
  • 1998 : Tour préliminaire
  • 2002 : Tour préliminaire
  • 2006 : 1er tour
  • 2010 : Tour préliminaire
  • 2014 : Tour préliminaire
  • 2018 : Tour préliminaire
  • 2022 : Qualifications à venir

Résultats en 2017-2018

Récapitulatif
Mis à jour le 18 avril 2018.

Matches Victoires Nuls Défaites BP BC
19 4 4 11 20 31

Le tableau suivant liste les rencontres durant les deux dernières années (2017 et 2018).

No  Date Ville, stade Adversaire Score Compétition Buteur(s) pour Trinité-et-Tobago Buteur(s) pour l'adversaire Rapport
1 4 janvier 2017 Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Suriname Suriname 1-2 a.p. QGC. But inscrit après 81 minutes 81e Charles But inscrit après 76 minutes 76e Kwasie
But inscrit après 109 minutes 109e Rozenblad
Rapport
2 8 janvier Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Haïti Haïti 3-4 a.p. QGC. But inscrit après 1 minutes 1re But inscrit après 25 minutes 25e But inscrit après 113 minutes 113e Winchester But inscrit après 20 minutes 20e Etienne
But inscrit après 39 minutes 39e Belfort
But inscrit après 111 minutes 111e But inscrit après 117 minutes 117e Jean-Baptiste
Rapport
3 10 mars Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Barbade Barbade 2-0 A. But inscrit après 37 minutes 37e But inscrit après 45+1 minutes 45+1e Boatswain - Rapport
4 24 mars Drapeau : Trinité-et-Tobago Port of Spain, Hasely Crawford Stadium Drapeau : Panamá Panama 1-0 ECM. But inscrit après 37 minutes 37e Molino - Rapport
5 28 mars Drapeau : Trinité-et-Tobago Port of Spain, Hasely Crawford Stadium Drapeau : Mexique Mexique 0-1 ECM. - But inscrit après 58 minutes 58e Reyes Rapport
6 29 avril Drapeau : Grenade St. Georges, Grenada National Stadium Drapeau : Grenade Grenade 2-2 A. But inscrit après 66 minutes 66e A. Jones
But inscrit après 82 minutes 82e Roach
But inscrit après 41 minutes 41e Daniel
But inscrit après 89 minutes 89e Lewis
Rapport
7 8 juin Drapeau : États-Unis Commerce City, Dick's Sporting Goods Park Drapeau : États-Unis États-Unis 2-0 ECM. - But inscrit après 52 minutes 52e But inscrit après 62 minutes 62e Pulisic Rapport
8 13 juin Drapeau : Costa Rica San José, Estadio Nacional de Costa Rica Drapeau : Costa Rica Costa Rica 2-1 ECM. But inscrit après 35 minutes 35e Molino But inscrit après 1 minutes 1re Calvo
But inscrit après 44 minutes 44e Ruiz
Rapport
9 26 juillet Drapeau : Équateur Guayaquil, Estadio George Capwell Drapeau : Équateur Équateur 3-1 A. But inscrit après 41 minutes 41e Mitchell But inscrit après 21 minutes 21e Anangonó
But inscrit après 74 minutes 74e (pén.) Gaibor
But inscrit après 90+4 minutes 90+4e Murillo
Rapport
10 24 août Drapeau : Trinité-et-Tobago Port of Spain, Hasely Crawford Stadium Drapeau : Jamaïque Jamaïque 1-2 A. But inscrit après 11 minutes 11e Villaroel But inscrit après 6 minutes 6e Hardware
But inscrit après 57 minutes 57e Reid
Rapport
11 1er septembre Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Honduras Honduras 1-2 ECM. But inscrit après 67 minutes 67e (pén.) J. Jones But inscrit après 7 minutes 7e López
But inscrit après 16 minutes 16e Elis
Rapport
12 5 septembre Drapeau : Panamá Panama, Estadio Rommel Fernández Drapeau : Panamá Panama 3-0 ECM. - But inscrit après 39 minutes 39e Torres
But inscrit après 58 minutes 58e (csc) Mitchell
But inscrit après 85 minutes 85e Arroyo
Rapport
13 6 octobre Drapeau : Mexique San Luis Potosí, Estadio Alfonso Lastras Drapeau : Mexique Mexique 3-1 ECM. But inscrit après 66 minutes 66e Winchester But inscrit après 78 minutes 78e Lozano
But inscrit après 88 minutes 88e Hernández
But inscrit après 90+4 minutes 90+4e Herrera
Rapport
14 10 octobre Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : États-Unis États-Unis 2-1 ECM. But inscrit après 17 minutes 17e (csc) Gonzalez
But inscrit après 37 minutes 37e A. Jones
But inscrit après 47 minutes 47e Pulisic Rapport
15 11 novembre Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Grenade Grenade 2-2 A. But inscrit après 88 minutes 88e Boatswain
But inscrit après 92 minutes 92e Molino
But inscrit après 48 minutes 48e Baptiste
But inscrit après 71 minutes 71e Modeste
Rapport
16 14 novembre Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Guyana Guyana 1-1 A. But inscrit après 60 minutes 60e Winchester But inscrit après 20 minutes 20e Holder Rapport
17 23 mars 2018 Drapeau : France Les Abymes, Stade René-Serge-Nabajoth Drapeau : France Guadeloupe 0-1 A. But inscrit après 30 minutes 30e J. Jones - Rapport
18 25 mars Drapeau : France Fort-de-France, Stade Pierre-Aliker Drapeau : France Martinique 0-0 A. - - Rapport
19 17 avril Drapeau : Trinité-et-Tobago Couva, Ato Boldon Stadium Drapeau : Panamá Panama 0-1 A. - But inscrit après 90+3 minutes 90+3e Núñez Rapport
Score :
  •      G = Match gagné
  •      N = Match nul
  •      P = Match perdu
  • Compétition :
  •      A. = Match amical
  •      QGC. = Qualifications à la Gold Cup 2017
  •      ECM. = Eliminatoires de la Coupe du monde 2018
  • Personnalités historiques de l'équipe de Trinité-et-Tobago

    Joueurs

    Équipe actuelle

    Liste des joueurs sélectionnés par Dennis Lawrence pour disputer les matchs de qualifications à la Coupe du monde 2018, face au Mexique et aux États-Unis, les 5 et , respectivement.

    Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
    01 GB Glenroy Samuel (28 ans) 1 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago North East Stars FC
    21 GB Gleg Ranjitsingh (25 ans) 0 0 Drapeau : États-Unis Louisville City FC
    22 GB Adrian Foncette (29 ans) 9 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Police FC
    02 DF Kareem Moses (28 ans) 8 0 Drapeau : États-Unis North Carolina FC
    03 DF Joevin Jones (27 ans) 67 7 Drapeau : États-Unis Seattle Sounders
    04 DF Kevon Villaroel (30 ans) 5 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago North East Stars FC
    05 DF Daneil Cyrus (27 ans) 71 0 Drapeau : Honduras Juticalpa FC
    06 DF Josiah Trimmingham (21 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago San Juan Jabloteh
    13 DF Curtis Gonzales (29 ans) 29 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Defence Force FC
    17 DF Alvin Jones (24 ans) 11 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC
    07 ML Nathan Lewis (28 ans) 15 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago San Juan Jabloteh
    08 ML Khaleem Hyland Capitaine (29 ans) 76 4 Drapeau : Arabie saoudite Al Faisaly
    10 ML Kevin Molino (28 ans) 42 18 Drapeau : États-Unis Minnesota United FC
    10 ML Duane Muckette (23 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago North East Stars FC
    15 ML Jared London (23 ans) 4 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Club Sando FC
    18 ML Triston Hodge (23 ans) 9 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC
    19 ML Kevan George (28 ans) 37 0 Drapeau : États-Unis Jacksonville Armada
    23 ML Leston Paul (28 ans) 11 0 Drapeau : Salvador CD Pasaquina
    09 AT Shahdon Winchester (26 ans) 22 5 Drapeau : Mexique Murciélagos FC
    11 AT Neil Benjamin (23 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC
    12 AT Kathon St. Hillaire (20 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago St. Ann's Rangers
    14 AT Akeem Roach (22 ans) 4 1 Drapeau : Honduras CD Vida
    16 AT Levi García (20 ans) 13 2 Drapeau : Pays-Bas AZ Alkmaar
    20 AT Trevin Caesar (29 ans) 16 3 Drapeau : États-Unis Sacramento Republic FC

    Sélections et buts mis à jour le 14 octobre 2017

    Appelés récemment

    Les joueurs suivants ont aussi été appelés en équipe nationale pendant l'année civile en cours et restent toujours sélectionnables.

    Pos. Nom Date de Naissance Sélections Buts Club Dernier appel
    GB Marvin Phillip (34 ans) 64 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Point Fortin Civic FC v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    GB Jan-Michael Williams (33 ans) 80 0 Drapeau : Honduras Juticalpa FC v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    GB Andre Marchan (27 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Defence Force FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    DF Aubrey David (27 ans) 40 1 Drapeau : Finlande PS Kemi Kings v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    DF Carlyle Mitchell (31 ans) 37 3 Drapeau : Inde East Bengal Club v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    DF Radanfah Abu Bakr (31 ans) 37 2 Drapeau : Lituanie FK Sūduva Marijampolė v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    DF Sheldon Bateau (27 ans) 31 3 Drapeau : Kazakhstan FK Kaïrat Almaty v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    DF Carlos Edwards (39 ans) 96 4 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    DF Maurice Forde (21 ans) 3 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    DF Seon Power (34 ans) 43 2 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 13 juin 2017
    DF Yohance Marshall (32 ans) 15 1 Drapeau : Mexique Murciélagos FC v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    DF Taryk Sampson (21 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Ma Pau SC v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    DF Jesús Pérez (22 ans) 1 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC v. Drapeau : Barbade Barbade, 10 mars 2017
    ML Jomal Williams (24 ans) 11 2 Drapeau : Mexique Murciélagos FC v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    ML Cordell Cato (26 ans) 24 2 Drapeau : États-Unis San Jose Earthquakes v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    ML Tyrone Charles (29 ans) 7 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago Club Sando FC v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    ML Hughtun Hector (33 ans) 44 7 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    ML Sean de Silva (28 ans) 9 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    ML Hashim Arcia (29 ans) 10 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago Defence Force FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    ML Nathaniel Garcia (25 ans) 2 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    ML Andre Boucaud (33 ans) 47 2 Drapeau : Angleterre Dagenham & Redbridge FC v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 13 juin 2017
    ML Keron Cummings (30 ans) 16 3 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : États-Unis États-Unis, 8 juin 2017
    ML Marcus Joseph (27 ans) 11 1 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    ML Kevon Goddard (22 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago W Connection FC v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    ML Darren Mitchell (28 ans) 3 0 Drapeau : Guatemala Deportivo Guastatoya v. Drapeau : Barbade Barbade, 10 mars 2017
    ML Akeem Humphrey (22 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Club Sando FC v. Drapeau : Barbade Barbade, 10 mars 2017
    ML Jomoul Francois (22 ans) 1 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago North East Stars FC v. Drapeau : Barbade Barbade, 10 mars 2017
    ML Aikim Andrews (22 ans) 6 1 Drapeau : Canada Toronto FC II v. Drapeau : Haïti Haïti, 8 janvier 2017
    AT Willis Plaza (31 ans) 29 7 Drapeau : Inde East Bengal Club v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    AT Jamille Boatswain (24 ans) 7 2 Drapeau : Costa Rica LD Alajuelense v. Drapeau : Panamá Panama, 5 septembre 2017
    AT Keron Clarke (32 ans) 1 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago FC Santa Rosa v. Drapeau : Équateur Équateur, 26 juillet 2017
    AT Kenwyne Jones (33 ans) 91 23 Drapeau : États-Unis Atlanta United FC v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 13 juin 2017
    AT Jerrell Britto (26 ans) 1 0 Drapeau : Honduras CD Honduras v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    AT Keston George (25 ans) 0 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Central FC v. Drapeau : Grenade Grenade, 29 avril 2017
    AT Jameel Perry (30 ans) 1 0 Drapeau : Trinité-et-Tobago Police FC v. Drapeau : Barbade Barbade, 10 mars 2017
    AT Cornell Glen (37 ans) 72 24 Drapeau : Inde Ozone FC v. Drapeau : Haïti Haïti, 8 janvier 2017

    Records individuels

    Les dix joueurs les plus sélectionnés[11]
    Joueur Carrière Sélections
    Angus Eve 1994-2005 117
    Stern John 1995-2011 115
    Marvin Andrews 1996-2009 103
    Densill Theobald 2002-2013 99
    Carlos Edwards 1999- 96
    Kenwyne Jones 2003- 91
    Dennis Lawrence 2000-2010 89
    Jan-Michael Williams 2002- 81
    Clayton Ince 1997-2009 79
    Russell Latapy 1988-2009 78
    Les dix meilleurs buteurs[11]
    Joueur Carrière Buts
    Stern John 1995-2011 70
    Angus Eve 1994-2005 34
    Russell Latapy 1988-2009 29
    Arnold Dwarika 1993-2008 28
    Cornell Glen 2002- 24
    Kenwyne Jones 2003- 23
    Nigel Pierre 1999-2005 22
    Leonson Lewis 1988-1996 21
    Dwight Yorke 1989-2009 19
    Kevin Molino 2010- 19

    en gras = joueur encore en activité.
    Dernière mise à jour le 19 avril 2018.

    Sélectionneurs

    Encadrement technique actuel

    Depuis janvier 2017

    • Manager : Drapeau : Trinité-et-Tobago Richard Piper[12]
    • Sélectionneur : Drapeau : Trinité-et-Tobago Dennis Lawrence
    • Sélectionneurs adjoints : Drapeau : Trinité-et-Tobago Stern John & Drapeau : Angleterre Sol Campbell & Drapeau : Sainte-Lucie Stuart Charles-Fevrier
    • Entraîneur des gardiens : Drapeau : Trinité-et-Tobago Ross Russell
    • Préparateur physique : Drapeau : Afrique du Sud Riedoh Burden
    • Médecin : Drapeau : Trinité-et-Tobago Israel Dowlat
    • Masseur-kinésithérapeute : Drapeau : Trinité-et-Tobago Saron Joseph

    Liste de sélectionneurs

    Statistiques

    Nations rencontrées

    Bilan de Trinité-et-Tobago face aux sélections affrontées plus de vingt fois[note 5],[13]
    Adversaire Victoires Matchs nuls Défaites Total
    Drapeau : Guyana Guyana 41 16 11 68
    Drapeau : Jamaïque Jamaïque 26 12 27 65
    Drapeau : Suriname Suriname 18 15 21 54
    Drapeau : Barbade Barbade 32 14 6 52
    Drapeau : Haïti Haïti 17 6 16 39
    Drapeau : France Martinique 13 8 10 31
    Drapeau : Cuba Cuba 14 4 10 28
    Drapeau : Curaçao Curaçao (inclus Drapeau : Antilles néerlandaises Antilles néerlandaises) 12 6 7 25
    Drapeau : États-Unis États-Unis 3 4 18 25
    Drapeau : Guatemala Guatemala 8 7 8 23
    Drapeau : Grenade Grenade 15 4 4 23
    Drapeau : Mexique Mexique 3 5 14 22
    Drapeau : Panamá Panama 10 6 6 22

    Rivalités

    Les Socca Warriors entretiennent une intense rivalité sportive avec les Reggae Boyz jamaïcains. En effet, ces deux équipes se disputent l'hégémonie dans les Caraïbes et ont remporté à elles deux 16 titres (sur 24 éditions) de la Coupe caribéenne des nations (dix victoires pour Trinité-et-Tobago et six pour la Jamaïque). Elles se sont d'ailleurs affrontées à quatre reprises en finale avec trois succès jamaïcains (en 1991, 1998 et 2014) contre une seule victoire trinidadienne en 1992.

    Records

    En termes de résultats records, la plus large victoire de Trinité-et-Tobago a lieu contre Aruba sur le score de 11-0, le , dans le cadre des éliminatoires de la Coupe caribéenne des nations 1989, à Arima[14]. Sa plus large défaite est enregistrée lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2002, face au Mexique, sur le score de 0-7, le , à Mexico[15].

    Classements FIFA

    Trinité-et-Tobago a connu son meilleur classement FIFA en juin 2001 en atteignant la 25e place. Son plus mauvais classement est une 106e place acquise en octobre 2010.

    Classements FIFA de l'équipe de Trinité-et-Tobago
    Année[note 6] 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017
    Classement mondial 88 91 57 41 56 51 44 29 32 47 70 63 50 91 81 77 82 89 76 68 78 55 49 78 87
    Classement continental 9 7 5 5 5 4 4 3 5 5 6 6 6 6 9 6 9 9 9 9 6 4 4 9 9

    Légende du classement mondial :
    Légende du classement CONCACAF :

  •      de 1 à 40
  •      de 1 à 3
  •      de 41 à 80
  •      de 4 à 6
  •      de 81 à 120
  •      de 7 à 10
  • Notes et références

    Notes

    1. 8 participations en fait mais le tournoi est disputé par l'équipe des moins de 22 ans à partir de l'édition 1995.
    2. 5 participations en fait mais le tournoi est disputé par des équipes de jeunes à partir de l'édition 1990.
    3. Trinité-et-Tobago est quaifiée d'office en raison de sa participation au dernier tour préliminaire de la Coupe du monde 2018 (« l'Hexagonal »).
    4. À la suite de la tentative de coup d'État de la Jamaat al Muslimeen, le 27 juillet 1990, qui força l'abandon de la compétition.
    5. Bilan mis à jour au 18 avril 2018.
    6. Le classement pris en compte est celui du mois de décembre.

    Références

    1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 13 avril 2018).
    2. (en) Barrie Courtney, « Martinez Shield », sur www.rsssf.com, (consulté le 13 octobre 2017).
    3. (en) Neil Morrison, « British FA XI Tours », sur www.rsssf.com, (consulté le 13 octobre 2017).
    4. (en) « We were robbed », sur www.ttfootballhistory.com, (consulté le 16 octobre 2017).
    5. (en) « When Canada played a fixed match », sur www.majorliguesoccer.com, (consulté le 16 octobre 2017).
    6. (en) Bill Reno, « Relive Trinidad and Tobago 0-1 USA, Nov. 19, 1989 », sur www.pastemagazine.com, (consulté le 18 octobre 2017).
    7. (en) « TTFA dismisses Stephen Hart as national coach », sur www.trinidadexpress.com, (consulté le 25 novembre 2016).
    8. (en) Franco Panizo, « Trinidad and Tobago coach Tom Saintfiet resigns after a month on the job », sur www.mlssoccer.com, (consulté le 12 janvier 2017).
    9. (en) « T&T names Lawrence head coach », sur www.concacaf.com, (consulté le 13 octobre 2017).
    10. « Les États-Unis privés de Mondial », sur www.sport24.lefigaro.fr, (consulté le 13 octobre 2017).
    11. a et b (en) Roberto Mamrud, « Appearances for Trinidad and Tobago National Team », sur www.rsssf.com, (consulté le 2 mai 2018).
    12. (en) « Senor's Men Team », sur www.ttfootball.org (consulté le 15 octobre 2017).
    13. (en) « Trinidad and Tobago - Head-to-head », sur www.soccer-db.info (consulté le 2 mai 2018).
    14. (en) « Trinidad and Tobago 11:0 Aruba », sur www.soccer-db.info (consulté le 20 octobre 2017).
    15. (en) « Mexico 7:0 Trinidad and Tobago », sur www.soccer-db.info (consulté le 20 octobre 2017).

    Voir aussi

    Articles connexes