Équipe de Belgique de football en 1944

Équipe de Belgique de football en 1944
Drapeau : Belgique Équipe de Belgique
1944

Généralités
Entraîneur Drapeau : Belgique François Demol
Résultats
Matchs amicaux 2 matchs
2 défaites
Meilleur buteur François De Wael (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile


Chronologie

Résumé de la saison

Article détaillé : Seconde Guerre mondiale.
Des artilleurs du 111 Medium Battery, 80e régiment du Scottish Horse, Royal Artillery, jouent au football auprès de leurs canons dans la région d'Anzio, en Italie.

Comme durant la Première Guerre mondiale, si les hostilités empêchèrent qu'aucune compétition internationale officielle ne soit mise en place, la Coupe du monde de 1942 fut ainsi notamment annulée, le football conserva tout de même ses droits. Le sport le plus populaire au monde a, une nouvelle fois, permis de soutenir le moral des troupes et de la population pendant le conflit : de nombreux championnats nationaux furent maintenus un peu partout en Europe, notamment en Belgique au cours de trois saisons que l'on nommera plus tard « championnats de guerre » (de 1941 à 1944), même si la plupart de ces territoires étaient occupés; il fut aussi parfois le symbole de la résistance face à l'envahisseur nazi, comme à l'occasion du match de la mort en Ukraine en 1942, ou d'un retour à la normalité, entre autres caractérisé par l'organisation d'une rencontre entre le Spartak Moscou et le Traktor Stalingrad (alors fraîchement renommé Dinamo Stalingrad) dans les ruines de l'actuelle Volgograd, le [1]. L'activité footballistique durant cette période est également illustrée de manière romancée à l'occasion d'un match imaginaire entre soldats allemands et prisonniers alliés dans le film « À nous la victoire », réalisé par John Huston et sorti en 1981, qui met en scène de nombreux anciens joueurs tels que Pelé, Bobby Moore, Osvaldo Ardiles ou encore Paul Van Himst.

Quelques rencontres internationales eurent malgré tout lieu, principalement entre militaires des différentes nations engagées et pour beaucoup sur le territoire britannique épargné par l'invasion allemande et, parmi celles-ci, quelques derbies des plats pays. Le premier d'entre eux fut organisé le dans la banlieue de Londres[3],[4],[5],[6],[7] entre les néerlandais libres et les belges libres vivant en Grande-Bretagne, le Prince Bernhard des Pays-Bas, qui assista à la rencontre, a offert une coupe à l'occasion[8] et insisté à l'issue de la rencontre qu'elle soit remise aux belges en signe d'amitié et ce malgré le score final de partage (3-3)[9],[10]. La revanche, dont les bénéfices à hauteur de 800 livres furent reversés à la Croix Rouge britannique [11], eut lieu le dans le mythique Stade de Wembley[12], les Diables Rouges s'imposent méritoirement (4-5) dans une rencontre qui, si elle n'atteint pas le niveau technique habituel hors période de guerre, tint toutes ses promesses en terme d'engagement et au niveau du suspense[13],[14].

L'année suivante, le , un match de charité fut organisé entre une sélection d'internationaux anglais et belges en service. Pour l'anecdote, le gardien belge Marcel Huwaert, alors membre de la Brigade Piron, disputa douze matches pour le compte de Bradford City entre le et , alors que leur gardien de but titulaire Bill McPhillips était blessé[15]. Lors de cette rencontre, il arrêta un penalty botté par Tommy Lawton, ce qui n'empêcha pas les Belges de s'incliner (4-0)[16]. Le , les Oranje et les Diables Rouges se quittent dos-à-dos sur un score vierge (0-0) au Griffin Park de Brentford[17].

L'année 1943 allait s'avérer la plus productive avec trace de trois rencontres. Une dépêche retrouvée à Rotterdam fait état d'un match remporté par la Belgique face à la Tchécoslovaquie (1-0) et disputé en Angleterre, le [18]. Deux semaines plus tard, , c'est au Hans-Heß-Kampfstätte  à Leipzig[19] que se retrouvent les plats pays pour en découdre. Pas moins de 8.000 sympathisants hollandais, issus des quatre coins de la Saxe, envahirent la ville auxquels vinrent s'ajouter quelque 2.000 supporters belges et la place de la gare donna un moment l'illusion de se trouver sur la Keyserlei à Anvers au temps des bons vieux Belgique-Hollande classiques de l'entre-deux-guerres. Les Belges s'imposent (4-2) au terme d'une partie à l'ambiance et l'enthousiasme fleurant bon les duels d'antan[20]. Un mois plus tard, le , la Belgique écrase la France (0-7) au Loftus Road de Shepherd's Bush, dans la banlieue ouest de Londres[17].

Mi-janvier 1944, une dernière rencontre avant la libération oppose Belges et Bataves à Londres devant 5.000 spectateurs et, pour la première fois durant le conflit, ce sont les Pays-Bas qui l'emportent (3-2)[21].

Après la libération de la France et de la Belgique faisant suite à quatre années d'occupation par les nazis, la fédération anglaise de football (The FA) a envoyé une sélection d'internationaux anglais, écossais et gallois représentant les forces armées britanniques afin de disputer deux rencontres sur deux jours consécutifs pour autant de victoires aux îliens; l'une à Paris, le contre la France (0-5)[22] et l'autre à Bruxelles, le contre la Belgique (0-3)[22]. Six mois plus tard, deux nouvelles sélections britanniques allait revenir deux fois en Belgique en l'espace d'un mois pour deux doubles confrontations, cette fois face à une équipe belge d'aspirants. Ces rencontres ne furent toutefois pas reconnues comme rencontres officielles et ne figurent donc pas dans les statistiques officielles des deux équipes. L'Angleterre était alors en effet en pleine reconstruction, toutes les compétitons officielles avaient été suspendues dès 1939 et la reprise des matchs internationaux ne se fait pas de manière officielle avant le .

L'équipe de Belgique de football ne s'était donc plus produite officiellement depuis près de cinq ans lorsque se déroule, symboliquement, à la veille de Noël, le en 1944, le match de reprise officielle contre la France (3-1), tout comme en 1919 au lendemain de la Première Guerre mondiale, et qui allait à partir de cette date prendre le nom de « Le match sympathique  »[23], probablement parce qu'il opposait deux nations qui avaient toujours entretenu les meilleurs rapports.

Arsène Vaillant fêtait alors sa première cape et fut profondément marqué par ce déplacement, non parce que c'était son premier mais car les conditions extrêmes du voyage et du match traduisaient particulièrement bien les dégâts tant matériels que psychologiques provoqués par la guerre : « Il gelait à pierre fendre et le train qui nous amenait à Paris n'était pas chauffé, la plupart des vitres étaient d'ailleurs cassées. Une véritable expédition ce voyage ! Nous avons mis plus de dix heures pour effectuer le trajet avec un arrêt de trois heures en gare de Saint-Quentin et un changement à Lille. L'hôtel n'était pas chauffé non plus, et nous avons pu nous rendre compte, là, que les conditions de vie consécutives à la guerre étaient plus dures encore en France que chez nous. Dès notre arrivée à l'hôtel, nous nous sommes tous mis au lit, le seul moyen de se réchauffer quelque peu étant de se calfeutrer dans les couvertures. Arrivés au Parc des Princes, nous étions toujours aussi frigorifiés et Jean Bauwens, notre nouveau soigneur, réussit alors, par on ne sait quel moyen, à trouver un seau d'eau chaude. Nous y avons tous trempé les pieds et c'est ce qui nous a permis de jouer tant bien que mal. Nous avons été battus 3-1 mais le résultat était accessoire. Nous avons été accueillis presque comme de héros et malgré les conditions extrêmement pénibles de ce déplacement, pour nous, c'était l'euphorie. À tel point que, dans la capitale française, nous apprîmes que l'offensive Von Rundstedt faisait rage chez nous et nous avions envisagé une tournée dans le Nord de la France pour ne pas retourner au "merdier". ».

Le résultat de cette rencontre était effectivement anecdotique, plusieurs joueurs belges avaient perdu la vie durant le conflit : le Standardman Jean Petit, frère de Roger, le Berchemois Edouard Van Brandt et Henri Bierna du RUS Liège ainsi que le monument Torten Goetinck; d'autres, comme le Carolo Jules Henriet, n'étaient pas encore revenu de captivité mais les bases étaient jetées pour la reconstruction, c'était bien là l'essentiel : l'histoire des Diables Rouges pouvait continuer.

Les matchs

Non officiel Belgique Drapeau : Belgique 0 - 3 Drapeau du Royaume-Uni FA Services XI Stade Oscar Jean Bossaert
Molenbeek-Saint-Jean, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
(? – ?) Barnes  But inscrit
Smellinckx But inscrit
Drake But inscrit
Spectateurs : 28 000
Arbitrage : Drapeau : Belgique Laurent Franken

Note : Première d'une série de rencontres face à une sélection d'internationaux anglais, écossais et gallois représentant les forces armées britanniques.


Match amical France Drapeau : France 3 - 1 Drapeau : Belgique Belgique Parc des Princes
Paris, France

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Simonyi But inscrit après 38 minutes 38e
Arnaudeau But inscrit après 42 minutes 42e
Aston But inscrit après 79 minutes 79e
(2 – 0) De Wael But inscrit après 83 minutes 83e Spectateurs : 24 095
Arbitrage : Drapeau : France Paul Trehou 
Rapport

Les joueurs

Joueurs Drapeau du Royaume-Uni
Non officiel
Drapeau : France
Amical
Gardiens de but
Henri Meert (RSC Anderlecht) 90 90[a]
Défenseurs
Robert Gérard (RCS Schaerbeek) 90 90[a]
Philibert Smellinckx (Union Saint-Gilloise) 90 Capitaine But inscrit
Antoine Puttaert (Union Saint-Gilloise) 90 90[a]
Joseph Pannaye (Royal Tilleur FC) 90[a]
Milieux
Marcel Vercammen (KVV Lyra) 90 90[a]
Robert Van Kerkhoven (Daring Club de Bruxelles) 90
John Van Alphen (K Beerschot VAC) 90[b] Capitaine
François De Wael (RSC Anderlecht) 90 But inscrit[a],[b],[c]
Attaquants
Fernand Buyle (Daring Club de Bruxelles) 90 90
Désiré Van Den Audenaerde (Royal Antwerp FC) 90 90[a]
René Geuns (Royal Antwerp FC) 90
Fernand Voussure (Racing Club de Bruxelles) 90 90[a],[b]
François Sermon (RSC Anderlecht) 90
Arsène Vaillant (White Star AC) 90[a]
  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Première sélection officielle pour le joueur.
  2. a, b et c Dernière sélection officielle pour le joueur.
  3. Premier but officiel pour le joueur.

Sources

Références

  1. Vincent Tanguy, « Le football en Union Soviétique durant la Seconde Guerre mondiale », sur footballski.fr, (consulté le 1er décembre 2016)
  2. (nl) « HOLLAND – BELGIE Op 1 Februari nabij Londen », sur delpher.nl, De Sumatra post, (consulté le 27 novembre 2016)
  3. (nl) « Sport en Spel. Voetbal. Nederland — België », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 13 mai 2017)
  4. (nl) « VOETBAL NEDERLAND-BELGIE », sur delpher.nl, De Sumatra post, (consulté le 14 mai 2017)
  5. (nl) « Voetbal. Holland-België. », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 14 mai 2017)
  6. (nl) « Voetbal. Nederland — België. », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 14 mai 2017)
  7. (nl) « Holland-België. EEN BEKER VAN PRINS BERNHARD. », sur delpher.nl, De Sumatra post, (consulté le 2 décembre 2016)
  8. (nl) « Sport en Wedstrijden. Voetbal. Rond den Wedstrijd Holland België. Spannende Eindstrijd eindigt in Draw, 3-3. », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 2 décembre 2016)
  9. (en) « Free Belgium V Free Holland 1941 », sur britishpathe.com, British Pathé, (consulté le 1er décembre 2016)
  10. (nl) « NIEUWTJES, DIE ONS INTERESSEREN. », sur delpher.nl, Amigoe di Curacao : weekblad voor de Curacaosche eilanden, (consulté le 2 décembre 2016)
  11. (nl) « Voetbal. NEDERLAND–BELGIË. », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 2 décembre 2016)
  12. (nl) « Sport en Spel. Voetbal. Holland – België 4-5. Verdiende Zege voor Roode Duivels. », sur delpher.nl, Bataviaasch nieuwsblad, (consulté le 2 décembre 2016)
  13. (en) « Belgium V Holland Football At Wembley 1941 », sur britishpathe.com, British Pathé, (consulté le 1er décembre 2016)
  14. (en) « A potted history of Bradford City #4: World War II », Width of a Post, In-depth coverage of Bradford City FC, (consulté le 5 décembre 2016)
  15. (en) Chris Goodwin, Glen Isherwood & Peter Young, « Season 1941-42 : Army International/War Charity Match : 10 February 1942 - England 4 Belgium 0 [1-0] », sur englandfootballonline.com (consulté le 2 décembre 2016)
  16. a et b (en) Brian McColl, « A Record of British Wartime Football », sur books.google.be, (consulté le 5 décembre 2016), p. 280
  17. (nl) « [Zonder titel] », sur delpher.nl, (consulté le 5 décembre 2016)
  18. (nl) « SPORT. Voetbal. Nederland-België in Leipzig. », sur delpher.nl, Dagblad van Rotterdam, (consulté le 2 décembre 2016)
  19. (nl) « „België-Holland”-sfeer in Leipzig. STATIONSPLEIN LEEK DE KEYSERLEI. », sur delpher.nl, De Telegraaf, (consulté le 5 décembre 2016)
  20. (nl) « VOETBAL. NEDERLAND-BELGIË. », sur delpher.nl, Amigoe di Curacao : weekblad voor de Curacaosche eilanden, (consulté le 5 décembre 2016)
  21. a et b (nl) « „Galery Play”. Engelschen wonnen in Brussel en Parijs. », sur delpher.nl, Veritas : katholiek 14-daagsch blad voor Maastricht, (consulté le 5 décembre 2016)
  22. Gaultier Fabre, « Top 10 : Les plus belles victoires belges face aux Français », sur sofoot.com, (consulté le 10 décembre 2016)

Bibliographie

  • COLIN, François. Les Diables Rouges : 1900-2014 / François Colin ; [traduction du néerlandais : Étienne Terroir]. - Bruxelles : Racine, 2014. - 1 vol. (204p.) : ill., couv. ill en coul. ; (ISBN 978-2-87386-892-5)
  • HUBERT, Christian. Le siècle des Diables rouges / Christian Hubert. - Bruxelles : Luc Pire, 2006. - 1 vol. (152p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-87415-684-1)
  • Collectif. Le Dictionnaire des Diables Rouges / Bruno Govers, Pierre Bilic, Claude Henrot, Bruno Dubois, Pierre Danvoye. - Bruxelles : Euro Images Productions, 2000. - 1 vol. (320p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 978-9-0766-2811-0)
  • GULDEMONT, Henry. 100 ans de football en Belgique: 1895-1995, Union royale belge des sociétés de football association / Henry Guldemont, Bob Deps. - Bruxelles : Vif  éd., 1995. - 1 vol. (312 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm. (ISBN 90-5466-151-8) (rel.).
  • HUBERT, Christian. Les diables rouges (édition revue et augmentée) / Christian Hubert. - Tournai: Gamma, 1981. - 1 vol. (253p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-7130-0494-2)