Équipe de Belgique de football en 1920

L'équipe de Belgique de football en 1920 connaît une année faste puisqu'elle remporte le premier grand titre de son histoire, à savoir le titre olympique aux Jeux d'Anvers. Au cours de cette année, elle dispute cinq rencontres qui se soldent par quatre victoires, dont l'une d'elle devant la sélection des amateurs anglais.

Drapeau : Belgique Équipe de Belgique
1920

Généralités
Entraîneur Drapeau : Écosse William Maxwell
Résultats
Jeux olympiques Médaille d'or, Jeux olympiques Vainqueur
3 matchs
3 victoires
Matchs amicaux 2 matchs
1 victoire, 1 défaite
Meilleur buteur Robert Coppée (6)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Chronologie

Résumé de la saison

1920, année olympique, voit les Jeux de la VIIe olympiade de l'ère moderne se dérouler à Anvers, en Belgique. Il convenait donc pour les belges d'y faire bonne figure. Afin de préparer correctement les joueurs, William Maxwell disposa de ses internationaux durant le mois qui précéda l'évènement trois fois par semaine : le mardi à Anvers, le mercredi alternativement à Liège et à Bruges et le jeudi à Bruxelles.

En prélude au tournoi, les Diables Rouges disputent deux rencontres amicales.

L'équipe belge, future médaillée d'or, avant le coup d'envoi de la finale contre la Tchécoslovaquie, au Stade olympique d'Anvers le .

La première joute est l'occasion de revoir une nouvelle fois les amateurs anglais se produire au Léopold. Jusqu'alors, les sept confrontations précédentes s'étaient soldées par un total de six victoires britanniques et un partage, pour une différence de buts de 8 à 39 largement en faveur des anglais. Néanmoins, ce vit toute l'étendue des progrès accomplis par la Belgique car celle-ci battit l'Angleterre (3-1) de manière convaincante[1]. Les insulaires se le tinrent pour dit et, à une seule exception près, n'allaient d'ailleurs plus envoyer à l'avenir que leur équipe professionnelle.

Un mois plus tard, un déplacement à Paris le , voit la France s'imposer à domicile (2-1) grâce à deux buts de Paul Nicolas, considéré comme l'un des meilleurs avant-centres français de l'entre-deux-guerres[2].

Les Diables Rouges se sont donc présentés idéalement préparés à ces Jeux Olympiques qui constituaient à l'époque la seule compétition à l'échelle internationale. Si c'est sans doute à Paris en 1924 que le pas capital fut franchi vers l'organisation quelques années plus tard de la toute première Coupe du monde, avec notamment la découverte du football intercontinental et la victoire de l'Uruguay, Anvers fut probablement le cadre du lancement du projet. Même si au rendez-vous de ces VIIe Jeux manquaient les sud-américains, les écossais, les hongrois, les autrichiens et les allemands - alors qu'au nom de la fraternité sportive, le baron Pierre de Coubertin avait pourtant souhaité la grande réconciliation - quasiment tous les bonnes sélection européennes étaient présentes et l'on notait même la présence d'une formation extérieure au Vieux Continent, l'Égypte.

En tant que pays organisateur, la Belgique était exemptée du premier tour et n'entra en lice qu'au niveau des quarts de finale. La sélection belge rencontra les espagnols, qui possédaient le plus talentueux gardien de but de ce temps-là : Ricardo Zamora. Le portier du Barça allait toutefois devoir retourner chercher la balle au fond des filets à trois reprises puisque l'Espagne s'inclina (3-1)[3].

La Belgique ouvre la marque sur pénalty à la 6e minute par Robert Coppée face à la Tchécoslovaquie.

Les Belges battent ensuite (3-0) leurs voisins d'outre-Moerdijk, les Pays-Bas, lors des demi-finales[4].

En finale, c'est la Tchécoslovaquie qui attend l'équipe locale et l'on ne donnait pas cher des chances belges face à un adversaire qui n'avait pas fait dans le détail pour se qualifier. Les Tchécoslovaques avaient en effet humiliés leurs adversaires aux tours précédents : (7-0) contre la Yougoslavie, (4-0) face à la Norvège et (4-1) opposés à la France. Les Diables Rouges allaient pourtant livrer une première mi-temps de rêve, dominant copieusement et menant (2-0)[5] à la demie-heure face à une formation tchécoslovaque qui accepta mal cette leçon et se montra peu fair-play lorsque l'arbitre anglais, John Lewis, exclut Karel Steiner à la 39e minute pour un coup de pied volontaire porté à Robert Coppée. L'équipe tchécoslovaque quitte alors le terrain en signe de protestation et rejoint les vestiaires. Le match est alors arrêté et la Tchécoslovaquie se voit disqualifiée[6]. La Belgique remporte ainsi son premier titre majeur, qui est encore toujours à l'heure actuelle le seul et unique.

Les matchs

Match amical Belgique Drapeau : Belgique 3 - 1 Drapeau : Angleterre Angleterre amateur Vélodrome de Longchamps
Uccle, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Coppée But inscrit après 9 minutes 9e But inscrit après 73 minutes 73e
Van Hege But inscrit après 80 minutes 80e
(1 – 1) Gardner  But inscrit après 32 minutes 32e Spectateurs : 16 000
Arbitrage : Drapeau des Pays-Bas Marcus Boas 
Rapport

Match amical France Drapeau : France 2 - 1 Drapeau : Belgique Belgique Stade-vélodrome du Parc des Princes
Paris, France

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Nicolas But inscrit après 15 minutes 15e But inscrit après 79 minutes 79e (1 – 1) Vlamynck But inscrit après 4 minutes 4e Spectateurs : 18 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre Henry Child
Rapport

Jeux olympiques 1920
Quarts de finale
Belgique Drapeau : Belgique 3 - 1 Drapeau : Royaume d'Espagne Espagne Stade olympique
Anvers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Coppée But inscrit après 11 minutes 11e But inscrit après 52 minutes 52e But inscrit après 55 minutes 55e (1 – 0) Arrate But inscrit après 62 minutes 62e (pén.) Spectateurs : 18 000
Arbitrage : Drapeau des Pays-Bas Johannes Mutters
Rapport

Note : Première rencontre officielle entre les deux nations.


Jeux olympiques 1920
Demi-finales
Belgique Drapeau : Belgique 3 - 0 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Stade olympique
Anvers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Larnoe But inscrit après 46 minutes 46e
Van Hege But inscrit après 55 minutes 55e
Bragard But inscrit après 85 minutes 85e
(0 – 0) Spectateurs : 22 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre John Lewis
Rapport

Jeux olympiques 1920
Finale
Belgique Drapeau : Belgique 2 - 0 Drapeau : Tchécoslovaquie Tchécoslovaquie Stade olympique
Anvers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Coppée But inscrit après 6 minutes 6e (pén.)
Larnoe But inscrit après 31 minutes 31e
Spectateurs : 35 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre John Lewis
Rapport Steiner Carton rouge 39e

Note : Première rencontre officielle entre les deux nations. La Tchécoslovaquie abandonne le match à la 39e minute en se plaignant d'un arbitrage biaisé et est disqualifiée.

Les joueurs

Joueurs Drapeau : Angleterre
Amical
Drapeau : France
Amical
Drapeau : Royaume d'Espagne
JO 1920
Drapeau : Pays-Bas
JO 1920
Drapeau : Tchécoslovaquie
JO 1920
Gardiens de but
Léon Vandermeiren (Daring Club de Bruxelles) 90[a] 90
Jean De Bie (Racing Club de Bruxelles) 90[a] 90 90
Défenseurs
Armand Swartenbroeks (Daring Club de Bruxelles) 90 90 90 90 90
Oscar Verbeeck (Union Saint-Gilloise) 90 90 90 90 90
Auguste Pelsmaecker (K Beerschot VAC) 90[a]
Milieux
Émile Hanse (Union Saint-Gilloise) 90[a] 90 90 90 Capitaine 90 Capitaine
Joseph Musch (Union Saint-Gilloise) 90 90 90 90 90
Auguste Fierens (K Beerschot VAC) 90[a],[b]
André Fierens (K Beerschot VAC) 90[a] 90 90
Félix Balyu (FC Brugeois) 90[a],[b]
Attaquants
Louis Van Hege (Union Saint-Gilloise) 90 But inscrit[c] 90 90 90 But inscrit 90
Robert Coppée (Union Saint-Gilloise) 90 But inscrit But inscrit[c] 90 90 But inscrit But inscrit But inscrit 90 90 But inscrit
Honoré Vlamynck (Daring Club de Bruxelles) 90 90 But inscrit[c]
Georges Michel (Léopold Football Club) 90 90
Georges Hebdin (Union Saint-Gilloise) 90 Capitaine 90 Capitaine 90[b]
Fernand Nisot (Léopold Football Club) 90[b] Capitaine
Mathieu Bragard (CS Verviétois) 90 But inscrit[c] 90
Henri Larnoe (K Beerschot VAC) 90 But inscrit[a],[c] 90 But inscrit
Désiré Bastin (Royal Antwerp FC) 90[a] 90
  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Première sélection officielle pour le joueur.
  2. a, b, c et d Dernière sélection officielle pour le joueur.
  3. a, b, c, d et e Premier but officiel pour le joueur.

Sources

Références

  1. (nl) « VOETBAL. België — Engeland 3—1. », sur delpher.nl, Het Vaderland : staat- en letterkundig nieuwsblad, (consulté le 11 mars 2017)
  2. (nl) « Sport en Wedstrijden. VOETBAL. Frankrijk—België 2—1. », sur delpher.nl, Algemeen Handelsblad, (consulté le 11 mars 2017)
  3. (nl) « SPORT VOETBAL. Olympische spelen te Antwerpen. », sur delpher.nl, Eindhovensch dagblad, (consulté le 11 mars 2017)
  4. (nl) « Sport. DE OLYMPISCHE SPELEN. Nederland verliest van België. », sur delpher.nl, Arnhemsche courant, (consulté le 11 mars 2017)
  5. (nl) « Sport. OLYMPISCHE SPELEN TE ANTWERPEN. », sur delpher.nl, Het Centrum, (consulté le 11 mars 2017)
  6. William Audureau, « Quand la Belgique remportait l’ancêtre de la Coupe du monde », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 13 juillet 2018)

Bibliographie

  • COLIN, François. Les Diables Rouges : 1900-2014 / François Colin ; [traduction du néerlandais : Étienne Terroir]. - Bruxelles : Racine, 2014. - 1 vol. (204p.) : ill., couv. ill en coul. ; (ISBN 978-2-87386-892-5)
  • HUBERT, Christian. Le siècle des Diables rouges / Christian Hubert. - Bruxelles : Luc Pire, 2006. - 1 vol. (152p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-87415-684-1)
  • Collectif. Le Dictionnaire des Diables Rouges / Bruno Govers, Pierre Bilic, Claude Henrot, Bruno Dubois, Pierre Danvoye. - Bruxelles : Euro Images Productions, 2000. - 1 vol. (320p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 978-9-0766-2811-0)
  • GULDEMONT, Henry. 100 ans de football en Belgique: 1895-1995, Union royale belge des sociétés de football association / Henry Guldemont, Bob Deps. - Bruxelles : Vif  éd., 1995. - 1 vol. (312 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm. (ISBN 90-5466-151-8) (rel.).
  • HUBERT, Christian. Les diables rouges (édition revue et augmentée) / Christian Hubert. - Tournai: Gamma, 1981. - 1 vol. (253p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-7130-0494-2)