Équipe de Belgique de football en 1913

L'équipe de Belgique de football en 1913 réussit une belle saison après une année 1912 difficile. La sélection signe un bilan de cinq victoires sur sept rencontres disputées, les deux dernières s'achevant sur un partage des points qui ne s'est dessiné qu'à une demi-heure du terme et sur l'unique défaite, entachée toutefois de quelques irrégularités. C'est aussi au cours d'une victoire contre la sélection néerlandaise que le surnom de l'équipe, les Diables Rouges, est définitivement adopté.

Drapeau : Belgique Équipe de Belgique
1913

Généralités
Entraîneur Drapeau : Écosse William Maxwell
Résultats
Matchs amicaux 7 matchs
5 victoires, 1 défaite, 1 nul
Meilleur buteur Fernand Nisot (5)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Chronologie

Résumé de la saison

L'ouverture de la saison s'opère par la réception de la France, le 1913 à Uccle, et voit la Belgique l'emporter assez facilement (3-0)[1],[2].

Le : des spectateurs grimpent aux arbres pour tenter d'apercevoir la rencontre.

Trois semaines plus tard se dispute, le , la traditionnelle Coupe Van den Abeele entre les plats pays, comme à l'habitude au Kiel, l'antre du Beerschot. La rencontre s'achève exceptionnellement sur un partage (3-3)[3],[4]. Le trophée, généralement attribué à l'issue de prolongations en cas d'égalité à la fin du temps règlementaire, est toutefois remis aux Pays-Bas suite à un accord préalable. Les duels fratricides entre les deux voisins sont entretemps devenu suffisamment populaires pour que le stade ne déborde de pas moins de douze mille spectateurs. Aux alentours, plusieurs personnes ont même grimpé aux arbres afin d'entrapercevoir quelques phases de la rencontre.

Les Pays-Bas accueillent le mois suivant les Belges à Zwolle, le , pour y disputer la non moins traditionnelle Rotterdamsch Nieuwsblad Beker. Cette fois, ce sont les Diables Rouges qui s'imposent contre toute attente (2-4), sur les terres de leurs éternels rivaux et à nouveau devant un très large public[5],[6]. Le surnom de Diables Rouges donné à l'équipe représentant la Belgique est définitivement adopté ce jour-là suite à cette performance.

En mai, la Belgique se rend pour la première fois de son histoire en Italie afin de rencontrer la Squadra azzurra. Les italiens gagnent la partie (1-0), non sans déclencher une polémique[7],[8]. En effet, l'arbitre de cette rencontre, l'anglais Henry Goodley , fut entraîneur de l'Italie de 1912 à 1913 et était à l'époque toujours membre de la Commission technique du pays. L'esprit partisan du directeur de jeu pendant la partie fut tellement flagrant que l'un des juges de touche, le Belge Alphonse Istace, planta son drapeau et quitta définitivement sa ligne. Une lettre de protestation fut envoyée à la FIFA par la suite, ce qui me modifia pas le verdict et la victoire italienne resta sur les tablettes.

Afin de rentabiliser leur déplacement, les belges firent une halte en Suisse sur le chemin du retour. La Nati les reçoit à Bâle au Landhof, le , et s'incline (1-2) pour la seconde fois[9],[10]. Le match fut toutefois agité. En effet, alors que la partie a commencé sous une pluie battante et que la Belgique mène (1-0) à la pause, la seconde mi-temps débute et le temps est à l'éclaircie. Le Suisse Ernst Peterli mène une contre-attaque éclair et marque le plus beau goal de la journée, s'enthousiasment les journalistes, jusqu'à ce que l'arbitre de la rencontre annule celui-ci pour un hors-jeu... ou pour une faute... ou pour une main... personne ne le sait vraiment ! Le public indigné gronde et il faut toute l'influence et la persuasion des forces de l'ordre pour éviter l'émeute. Henri Tschudi, le président de la fédération Suisse perd son sang-froid et se rue vers l'arbitre, Walter Sanss, avant que des supporters plus pondérés ne parviennent à l'arrêter. Le match peut finalement reprendre et les joueurs suisses font le pressing pour égaliser mais c'est la Belgique qui creuse l'écart. Un but d'Arthur Wydler à cinq minutes du terme ne changera rien à l'issue de la rencontre[11].

Le match retour a lieu le en Belgique, à Verviers, et c'est une nouvelle fois les Diables Rouges qui remportent la victoire (2-0)[12],[13] après s'être déjà imposé (5-4)[14],[15] la veille à Uccle lors d'une rencontre officieuse face à une sélection londonienne.

Le dernier match de l'année voit la Belgique infliger une sévère défaite à l'Allemagne (6-2)[16],[17], Sylvain Brébart et Jean Van Cant y allant chacun d'un triplé. Ce sera aussi la dernière. Mis à part un nul, glané en 1982 lors d'une rencontre amicale, la Mannschaft ne sera plus jamais inquiétée et s'imposera systématiquement, devenant par la même l'occasion la bête noire des Belges, particulièrement lors des qualifications ou des phases finales de tournois majeurs.

Un mois plus tard, le Conseil général (ancêtre du Comité exécutif) de l'Union belge nomma, le , l'Anglais Charles Bunyan, alors entraîneur du Racing Club de Bruxelles, à la tête de l'équipe belge. Celui-ci n'y fit toutefois pas long feu car, le , William Maxwell fut rétabli dans ses fonctions.

Les matchs

Match amical Belgique Drapeau : Belgique 3 - 0 Drapeau : France France Stade du Vivier d'Oie
Uccle, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Nisot But inscrit après 21 minutes 21e But inscrit après 31 minutes 31e
Bessems But inscrit après 52 minutes 52e
(2 – 0) Spectateurs : 6 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre James Schumacher
Rapport

Match amical
Coupe Van den Abeele
Belgique Drapeau : Belgique 3 - 3 Drapeau : Pays-Bas Pays-Bas Kiel
Anvers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
De Veen But inscrit après 17 minutes 17e But inscrit après 29 minutes 29e
Nisot But inscrit après 30 minutes 30e
(3 – 2) Thys Inscrit contre son camp après 1 minutes 1e (csc)
Haak  But inscrit après 44 minutes 44e
Francken But inscrit après 63 minutes 63e
Spectateurs : 12 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre Frederick Kirkham
Rapport

Match amical
Rotterdamsch Nieuwsblad Beker
Pays-Bas Drapeau : Pays-Bas 2 - 4 Drapeau : Belgique Belgique ZAC Stadion
Zwolle, Pays-Bas

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Bouvy But inscrit après 35 minutes 35e (pén.)
de Groot But inscrit après 55 minutes 55e
(1 – 4) Suetens But inscrit après 2 minutes 2e
Musch But inscrit après 20 minutes 20e But inscrit après 40 minutes 40e
Nisot But inscrit après 36 minutes 36e
Spectateurs : 12 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre John Baily
Rapport

Match amical Italie Drapeau : Italie 1 - 0 Drapeau : Belgique Belgique Stadio Piazza d'Armi Lato Crocetta
Turin, Italie

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Ara But inscrit après 57 minutes 57e (0 – 0) Spectateurs : 6 000
Arbitrage : Drapeau de l'Angleterre Henry Goodley 
Rapport

Note : Première rencontre officielle entre les deux nations.


Match amical Suisse Drapeau : Suisse 1 - 2 Drapeau : Belgique Belgique Landhof
Bâle, Suisse

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Wydler But inscrit après 85 minutes 85e (0 – 1) Brébart But inscrit après 30 minutes 30e
Saeys But inscrit après 80 minutes 80e
Spectateurs : 5 000
Arbitrage : Drapeau : Empire allemand Walter Sanss
Rapport

Match amical Belgique Drapeau : Belgique 2 - 0 Drapeau : Suisse Suisse Stade du Panorama
Verviers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Wertz But inscrit après 26 minutes 26e
Nisot But inscrit après 85 minutes 85e
(1 – 0) Spectateurs : 6 000
Arbitrage : Drapeau : Pays-Bas Willem Eijmers 
Rapport

Match amical Belgique Drapeau : Belgique 6 - 2 Drapeau : Empire allemand Allemagne Stadion aan de Broodstraat
Anvers, Belgique

Crystal Clear app kworldclock.png Historique des rencontres
Brébart But inscrit après 16 minutes 16e But inscrit après 41 minutes 41e But inscrit après 63 minutes 63e
Van Cant But inscrit après 27 minutes 27e But inscrit après 38 minutes 38e But inscrit après 87 minutes 87e
(4 – 0) Wegele  But inscrit après 55 minutes 55e
Fuchs But inscrit après 67 minutes 67e
Spectateurs : 6 500
Arbitrage : Drapeau des Pays-Bas Albert Meerum-Terwogt 
Rapport

Les joueurs

Joueurs Drapeau : France
Amical
Drapeau : Pays-Bas
Amical
Drapeau : Pays-Bas
Amical
Drapeau : Italie
Amical
Drapeau : Suisse
Amical
Drapeau : Suisse
Amical
Drapeau : Empire allemand
Amical
Gardiens de but
Jules Mayné (Racing Club de Bruxelles) 90 90[a]
Henri Leroy (Union Saint-Gilloise) 90 90 90
Omer Baes (CS Brugeois) 90[b] 90[a]
Défenseurs
Dominique Baes (CS Brugeois) 90[b],[a]
Gaston Hubin (Racing Club de Bruxelles) 90 90 90 90 90 90 Capitaine 90
Oscar Bossaert (Daring Club de Bruxelles) 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 Capitaine 90 90[a] Capitaine
Émile Andrieu (Racing Club de Bruxelles) 90[a]
Armand Swartenbroeks (Daring Club de Bruxelles) 90[b] 90 90 90
Hector Tasson (Racing Club de Bruxelles) 90[a]
Charles Cambier (FC Brugeois) 90
Milieux
Prosper Braeckman (Daring Club de Bruxelles) 90 90 90 90[a]
Joseph Thys (Union Saint-Gilloise) 90 90 But inscrit 90 90 90
Louis Bessems (Daring Club de Bruxelles) 90 But inscrit[b],[c] 90 90 90 90
Joseph Musch (Union Saint-Gilloise) 90 90 But inscrit But inscrit 90 90
Jules Suetens (Royal Antwerp FC) 90 But inscrit[c] 90 90
Maurice De Coster (Racing Club de Bruxelles) 90[b] 90
Hector Goetinck (FC Brugeois) 90
Attaquants
Fernand Nisot (Léopold Football Club) 90 But inscrit But inscrit 90 But inscrit 90 But inscrit 90 But inscrit
Sylvain Brébart (Daring Club de Bruxelles) 90 90 90 90 But inscrit[c] 90 But inscrit But inscrit But inscrit
Clément Demeyer (Daring Club de Bruxelles) 90 90[a]
Robert De Veen (FC Brugeois) 90 But inscrit But inscrit 90[a]
Louis Saeys (CS Brugeois) 90 90 90 But inscrit
Adolphe Becquevort (Racing Club de Bruxelles) 90[b] 90[a]
Georges Hebdin (Union Saint-Gilloise) 90 90 90
Fernand Wertz (Royal Antwerp FC) 90 But inscrit[b],[c] 90
Jean Van Cant (Racing Club de Malines) 90 But inscrit But inscrit But inscrit
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Dernière sélection officielle pour le joueur.
  2. a, b, c, d, e, f et g Première sélection officielle pour le joueur.
  3. a, b, c et d Premier but officiel pour le joueur.

Sources

Références

  1. « SPORTS. FOOTBALL. MATCH INTERNATIONAL. », sur kbr.be, Journal de Bruxelles, Ed.1, p.3, (consulté le 18 octobre 2017)
  2. (nl) « DERDE BLAD. Sport en Wedstrijden van Zondag. VOETBAL. België—Frankrijk 3—0. », sur delpher.nl, Haagsche courant, (consulté le 8 mai 2017)
  3. « SPORTS. FOOTBALL. Belgique, 3 Hollande, 3. », sur kbr.be, Journal de Bruxelles, Ed.1, p.3, (consulté le 18 octobre 2017)
  4. (nl) « Vierde Blad. SPORT. Voetbal. België—Holland-wedstrijd. », sur delpher.nl, Het nieuws van den dag : kleine courant, (consulté le 8 mai 2017)
  5. (nl) « SPORT. Voetbal. Holland-België 2-4. », sur delpher.nl, Het nieuws van den dag : kleine courant, (consulté le 8 mai 2017)
  6. « SPORTS. FOOTBALL. LE MATCH HOLLANDE-BELGIQUE A ZWOLLE. », sur kbr.be, Journal de Bruxelles, Ed.1, p.3, (consulté le 18 octobre 2017)
  7. « CHRONIQUE DU SPORT. FOOTBALL. Italie-Belgique. », sur kbr.be, La Meuse, Ed.2, p.3, (consulté le 18 octobre 2017)
  8. (nl) « SPORT. Voetbal. », sur delpher.nl, Nieuwsblad van het Noorden, (consulté le 8 mai 2017)
  9. « SPORTS. FOOTBALL. LE MATCH SUISSE-BELGIQUE. VICTOIRE BELGE. », sur kbr.be, Le Soir, Ed.1, p.4, (consulté le 18 octobre 2017)
  10. (nl) « TWEEDE BLAD. Sport en Wedstrijden van Zondag. Zwitserland-België 1-2. », sur delpher.nl, Haagsche courant, (consulté le 8 mai 2017)
  11. (de) « Ein handfester Skandal: Vom Umgang mit Rowdys vor 100 Jahren », tageswoche.ch, (consulté le 17 mars 2016)
  12. (nl) « Internationaal voetbal. België—Zwitserland 2—0. », sur delpher.nl, De Telegraaf, (consulté le 8 mai 2017)
  13. « SPORTS. FOOTBALL. BELGIQUE, 2 - SUISSE, 0. », sur kbr.be, Journal de Bruxelles, Ed.1, p., (consulté le 18 octobre 2017)
  14. « SPORTS. FOOTBALL. LES MATCHES INTERNATIONAUX. LA RENCONTRE BELGIQUE-LONDRES. VICTOIRE BELGE. », sur kbr.be, Le Soir, Ed.1, p.4, (consulté le 18 octobre 2017)
  15. (nl) « Internationaal voetbal. België—Londen 5—4. », sur delpher.nl, De Telegraaf, (consulté le 8 mai 2017)
  16. « LES SPORTS. FOOT-BALL. Le match Allemagne-Belgique. », sur kbr.be, La Meuse, Ed.1, p.4, (consulté le 18 octobre 2017)
  17. (nl) « België-Duitschland 6-2. Internationaal Voetbal. », sur delpher.nl, Nieuwe Tilburgsche Courant, (consulté le 8 mai 2017)

Bibliographie

  • COLIN, François. Les Diables Rouges : 1900-2014 / François Colin ; [traduction du néerlandais : Étienne Terroir]. - Bruxelles : Racine, 2014. - 1 vol. (204p.) : ill., couv. ill en coul. ; (ISBN 978-2-87386-892-5)
  • HUBERT, Christian. Le siècle des Diables rouges / Christian Hubert. - Bruxelles : Luc Pire, 2006. - 1 vol. (152p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-87415-684-1)
  • Collectif. Le Dictionnaire des Diables Rouges / Bruno Govers, Pierre Bilic, Claude Henrot, Bruno Dubois, Pierre Danvoye. - Bruxelles : Euro Images Productions, 2000. - 1 vol. (320p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 978-9-0766-2811-0)
  • GULDEMONT, Henry. 100 ans de football en Belgique: 1895-1995, Union royale belge des sociétés de football association / Henry Guldemont, Bob Deps. - Bruxelles : Vif  éd., 1995. - 1 vol. (312 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. ; 31 cm. (ISBN 90-5466-151-8) (rel.).
  • HUBERT, Christian. Les diables rouges (édition revue et augmentée) / Christian Hubert. - Tournai: Gamma, 1981. - 1 vol. (253p.) : ill., couv. ill en coul. (ISBN 2-7130-0494-2)