Émilie Fortin-Tremblay

(Redirigé depuis Émilie Tremblay)
Émilie Fortin-Tremblay
Émilie Fortin-Tremblay
Biographie
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Victoria
Nationalité
Activité
Pionnier
Autres informations
Membre de
Yukon Order of Pioneers (en)
Distinction
King George VI Coronation Medal (en)

Émilie Fortin-Tremblay, née Marie-Émilie Fortin, vue le jour le à Saint-Joseph-d'Alma au Québec. Elle vivait avec sa famille dans l'état de New York lorsqu'elle rencontra, à 22 ans, son mari, Pierre Nolasque Tremblay, un chercheur d'or canadien-français surnommé Jack. Émilie et Jack se sont mariés le 11 décembre 1893.

L'année suivante, ils s'aventurèrent dans un voyage de noce de plus de 8 000 km en direction de Miller Creek au Yukon. Elle devint, ainsi, la première femme blanche à traverser le col de Chilkoot.


Arrivée à Miller Creek, elle organisa sa vie dans la cabane de son mari, sans confort ni luxe. Comme elle était la seule femme à avoir suivi son mari, elle devint bien vite l'infirmière, la sage-femme, la prêtre de service et celle qui s'occupait d'accueillir les missionnaires. Cette dernière activité lui a valu le surnom de "mère des missionnaires".

Le couple voyageait beaucoup et finit par partir pour l'Europe. À leur retour, Émilie ouvrit un magasin à Dawson, le Mme Tremblay's Store. La façade de ce commerce est devenue un monument historique de la ville.

Émilie et Jack vécurent ensemble, sans jamais se séparer, pendant 43 ans. Ils n'eurent aucun enfant, mais adoptèrent une nièce d'Émilie.

Émilie se retouva veuve à l'âge de 63 ans et se remaria 7 ans plus tard à un ancien chercher d'or canadien-français, Louis Lagrois. La pionnière canadienne vécût ses dernières année à Victoria, Colombie-Britannique, où elle mourut le 22 avril 1949 à l'âge de 77 ans.

En mémoire de son exceptionnel dévouement, on donna son nom à la première école francophone du Yukon, à Whitehorse.

Références