Émilie Cariou

Émilie Cariou
Illustration.
Fonctions
Députée de la Meuse
En fonction depuis le
(2 ans, 2 mois et 3 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 2e circonscription
Législature XVe
Groupe politique LREM
Prédécesseur Jean-Louis Dumont
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Verdun (Meuse)
Nationalité Française
Parti politique LREM
Diplômée de Université Bordeaux-IV
IEP de Bordeaux

Émilie Cariou, née le à Verdun, est une femme politique française.

Experte en fiscalité, elle occupe différents postes au ministère de l'Économie et des Finances, puis dans des cabinets ministériels sous la présidence de François Hollande.

Après avoir rejoint La République en marche, elle est élue députée dans la deuxième circonscription de la Meuse en 2017. Elle est vice-présidente de la commission des Finances et travaille en particulier sur la fraude et l'optimisation fiscales. Elle apparaît comme une tenante de l'« aile gauche » au sein de la majorité parlementaire.

Biographie

Émilie Cariou est née le 14 octobre 1971[1] à Verdun[2]. Son père est militaire[2].

Études

Après une maîtrise de droit de l'université Bordeaux-IV et un DEA de l'institut d'études politiques de Bordeaux[3], Émilie Cariou étudie à l'École nationale des impôts[3].

Carrière professionnelle

Émilie Cariou passe l'essentiel de sa carrière au ministère de l'Économie et des Finances[2]. À Bercy, elle prend part ainsi aux opérations de vérification fiscale de grands groupes français industriels et bancaires au sein de la Direction des Vérifications nationales et internationales (DVNI) plusieurs années[réf. nécessaire], puis intègre la Direction de la législation fiscale[4]. Elle travaille brièvement à l'Autorité des marchés financiers, à la direction des enquêtes, où elle entre en 2011[4],[3]. Elle est présentée comme une experte en fiscalité internationale[5].

En 2011, elle participe à la campagne d'Arnaud Montebourg pour la primaire citoyenne en le conseillant sur les questions d'optimisation fiscale[4]. En 2012, elle rejoint le cabinet de Fleur Pellerin, alors ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, de l'Innovation et de l'Économie numérique[6] : elle conseille la ministre sur la fiscalité des géants du Web[4]. Par ailleurs, elle épaule Hervé Naerhuysen, conseiller de François Hollande, pour répondre au Mouvement des Pigeons[2].

En mai 2014, elle devient directrice adjointe responsable du budget et des financements au sein du Centre national du cinéma[3].

Peu de temps après, elle suit Fleur Pellerin au ministère de la Culture et de la Communication, où elle s'occupe notamment du dossier des droits d'auteur au sein de l'Union européenne. Elle conserve son poste lorsqu'Audrey Azoulay est nommée ministre, avec une mission élargie aux partenariats internationaux de la France[2].

Députée de la XVe législature

Élection

Pour les élections législatives de 2017, Émilie Cariou est investie par La République en marche ! dans la deuxième circonscription de la Meuse. Cette circonscription a donné une large avance à Marine Le Pen lors du premier tour de l'élection présidentielle (32,32 % des voix contre 19,35 % pour Emmanuel Macron)[2]. Le , elle arrive en tête du premier tour avec 27,10 % des suffrages, devant le candidat frontiste Éric Vilain (18,6 %)[7]. Le député socialiste sortant, Jean-Louis Dumont, finit en cinquième position derrière deux candidats de droite[8]. Émilie Cariou est élue au second tour avec 62,76 % des voix face au candidat du Front national[6].

Fonctions et activité parlementaires

À l'Assemblée nationale, elle est vice-présidente de la commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire[9]. Elle est aussi membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST)[10]. De juillet 2017 à mai 2019, elle représente l'OPECST au conseil d'administration de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA), ce qui lui vaut, en octobre 2017, de faire l'objet de menaces de mort de la part d'un militant anti-nucléaire opposé au projet Cigéo[11].

Après six mois de législature, elle est la 35e députée la plus active selon le classement établi par Capital[12]. En octobre 2018, Le Journal du dimanche indique qu'elle pourrait rejoindre le ministère des Finances à l'occasion du remaniement gouvernemental[13].

En juillet 2019, à l'occasion de la remise en jeu des postes au sein de la majorité, elle se porte candidate à la vice-présidence de l'Assemblée[14]. Elle échoue à se faire élire mais se qualifie au second tour en éliminant la sortante, Carole Bureau-Bonnard, grâce au soutien des députés du « Collectif social-démocrate »[15].

Ligne politique

Le Monde la présente comme « [faisant] partie de ceux qui tirent la majorité sur son aile gauche, veillant en coulisse à l’équilibre du « en même temps » macronien » : elle s'oppose ainsi à la suppression de l’« exit tax » annoncée par Emmanuel Macron en mai 2018, soutient une hausse de la taxation des « signes extérieurs de richesse » (yachts, objets précieux, voitures de sport) et cosigne des amendements visant à atténuer le projet de loi Immigration maîtrisée, droit d'asile effectif et intégration réussie. Par ailleurs, elle participe aux discussions du « pôle social » conduit par la députée Brigitte Bourguignon[4]. Elle s'exprime dans la presse en faveur d'un rééquilibrage vers la « justice sociale » du projet de loi de finances pour 2019[16],[17].

A l'occasion de la crise des gilets jaunes, elle se prononce en particulier pour une réforme rendant plus progressif l'impôt sur le revenu pour les classes moyennes[18]. Elle soutient et salue les mesures de pouvoir d'achat mise en place en décembre 2018 après les annonces du président de la République Emmanuel Macron[19] et porte en particulier dans le Grand débat national la proposition d'un allègement fiscal pour les contribuables entrant dans les premières tranches d'imposition sur le revenu[20].

Travail sur la fraude et l'optimisation fiscales

Émilie Cariou présente « la lutte contre la fraude et l’optimisation fiscales » comme « [son] fil rouge »[4].

Dans le cadre du projet de loi de règlement du budget et d'approbation des comptes de l'année 2016, elle défend un amendement, adopté par l'Assemblée et le Sénat, qui crée un document de politique transversale présentant les orientations stratégiques de l’État sur la fraude fiscale[10],[21],[22].

A la suite des révélations par la presse de l'affaire dite des Paradise Papers, elle souligne que la France doit permettre d'actionner et renforcer les outils internationaux pour réellement juguler ces sources de pertes de ressources publiques pour les pays développés que peuvent être les paradis fiscaux [23]. A l'occasion de la publication par les 28 Etats membres de l'Union européenne de liste noire et liste grise des paradis fiscaux le 5 décembre 2017, Emilie Cariou estime qu'il s'agit là d'un pas utile pour renverser une tendance trop favorable à ces outils de l'optimisation artificielle des multinationales et que la France doit accentuer son leadership en la matière [24],[25].

En 2018, elle est rapporteuse de la mission parlementaire sur les procédures de poursuite des infractions fiscales, et notamment sur la question du verrou de Bercy[26]. Ce rapport va plus loin que les préconisations du gouvernement et préconise d’inscrire dans la loi les critères de sélection des dossiers de fraude et de les faire examiner conjointement par le fisc et le parquet[27]. Ces orientations sont concrétisées dans la loi relative à la lute contre la fraude dont elle est rapporteure devant l'Assemblée nationale[28].

Notes et références

  1. Émilie Cariou sur le Projet Arcadie
  2. a b c d e et f Emmanuel Berretta, « Législatives : la relève de Macron dans la Meuse », sur lepoint.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  3. a b c et d « Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) : Directeur adjoint en charge du budget et des financements », sur business.lesechos.fr (consulté le 19 juin 2017).
  4. a b c d e et f Manon Tescan et Audrey Tonnelier, « Emilie Cariou, fiscaliste de gauche de la majorité LRM », sur lemonde.fr, (consulté le 23 mai 2018).
  5. Raphaël Legendre, « Rentrée studieuse pour les «bleus» de la commission des finances », sur L'Opinion.fr, (consulté le 28 juillet 2017).
  6. a et b Agence France-Presse, « Meuse #05502: Emilie Cariou, ancienne conseillère de Fleur Pellerin, élue députée », sur lentreprise.lexpress.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  7. Marine Schneider, « 1er tour élections législatives. 2e circonscription de la Meuse (Verdun) : Emilie Cariou en tête », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  8. « Résultat des législatives 2017 : le socialiste Jean-Louis Dumont éliminé dans la Meuse », sur lemonde.fr, (consulté le 19 juin 2017).
  9. Raphaël Legendre, « Rentrée studieuse pour les «bleus» de la commission des finances », sur lopinion.fr, (consulté en juillet 2017).
  10. a et b Lionel Madella, « Les coulisses de la politique meusienne », sur estrepublicain.fr, (consulté en juillet 2017).
  11. "Député menacée de mort : sept mois de prison avec sursis", L'Est Républicain, 31 mai 2018.
  12. « Les députés d'En marche, cancres de l'Assemblée... Notre classement », sur Capital.fr, (consulté le 22 décembre 2017).
  13. « Meuse : la députée Emilie Cariou dans la nouvelle équipe gouvernementale ? », sur estrepublicain.fr, (consulté le 24 octobre 2018).
  14. Clément Pétreault, « L'Assemblée nationale et le bal des ambitieux », sur lepoint.fr, (consulté le 13 juillet 2019).
  15. Samuel Le Goff, « Renouvellement des postes à l’Assemblée, LRM choisit la stabilité » (consulté le 25 juillet 2019).
  16. « Emilie Cariou : « Sur la fiscalité, il ne faut pas qu’on perde de vue le “en même temps” » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 1er décembre 2018)
  17. Yann Guégan et Diane de Fortanier, « La galaxie LRM à l’Assemblée nationale », sur contexte.com, (consulté le 19 octobre 2018)
  18. La crise des « gilets jaunes » ou la victoire de l’aile gauche de la majorité, Le Monde, 15 décembre 2018, par Manon Rescan
  19. Amendement n° 5 présenté par Mme Cariou, M. Giraud et les membres du groupe La République en Marche sur le projet de règlement du budget et d'approbation des comptes de l'année 2016, 13 juillet 2017
  20. Article 7 de la loi n° 2017-1206 du 31 juillet 2017 de règlement du budget et d'approbation des comptes de l'année 2016
  21. « Tout est politique, 6 novembre 2017, "Paradise papers" : "Les Etats ont des intérêts très divergents", estime Émilie Cariou, députée LREM », sur Francetvinfo.fr, .
  22. « 22H-Minuit, Entretien avec Julien Benedetto - Emilie Cariou : "Dans la lutte contre les paradis fiscaux, la France devra suivre la voie de l'UE" », sur Francetvinfo.fr,
  23. Ingrid Feuerstein, « Ce qu'apporte la nouvelle liste européenne des paradis fiscaux », sur LesEchos.fr,
  24. Lilian Alemagna, « Fraude fiscale : «Un vrai manque de compréhension entre Bercy et la justice» », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2018)
  25. Audrey Tonnelier, « Fraude fiscale : des députés LRM veulent la peau du « verrou de Bercy », sur lemonde.fr, (consulté le 23 mai 2018).
  26. BFMTV, « Émilie Cariou: « Ce que la fin du verrou de Bercy va changer » », sur BFMTV (consulté le 7 décembre 2018)

Lien externe

  • Ressources relatives à la vie publique :
  • Site officiel