Émile Henriot (écrivain)

Émile Henriot
Biographie
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Distinction
Œuvres principales

Émile Henriot, né le à Paris et mort le dans la même ville, est un poète, écrivain, essayiste et critique littéraire français.

Biographie

Fils du caricaturiste Henri Maigrot, dit Henriot, Émile Henriot participe à la Première Guerre mondiale.

Journaliste au Temps entre les deux guerres, il devient le critique littéraire du Monde, héritier du Temps à la Libération.

De 1908 à 1911, il participe au club des Longues moustaches.

Il a popularisé le terme « nouveau roman » dans un article du journal Le Monde en 1957 — le terme fut employé pour la première fois par Bernard Dort en avril 1955[1] —, critiquant le roman La Jalousie, d'Alain Robbe-Grillet et la réédition de Tropisme de Nathalie Sarraute, et caractérisant sous ce vocable un mouvement littéraire regroupant quelques écrivains appartenant principalement aux Éditions de Minuit.

Émile Henriot est élu à l’Académie française le 12 avril 1945, aucun concurrent ne se présentant contre lui.

Son épouse née Germaine Gounod, petite-fille de Charles Gounod, est décédée en 1971 à 79 ans.

Œuvres

  • Poèmes à Sylvie (1906)
  • Eurynice (1907)
  • Petite suite italienne (1909)
  • XI portraits dont un de femme (1909)
  • Jardins à la Française (1911)
  • L’Instant et le Souvenir (1912)
  • Vignettes romantiques et turqueries (1912)
  • À quoi rêvent les jeunes gens ? (1913)
  • La Flamme et les Cendres (1914)
  • Bellica (1915)
  • Le carnet d’un dragon dans les tranchées (1918)
  • Valentin (1918)
  • Le diable à l’hôtel ou les plaisirs imaginaires (1919)
  • Les Temps innocents (1921)
  • Courrier littéraire I (1922)
  • Aquarelles (1922)
  • Aventures de Sylvain Dutourd (1923)
  • Livres et portraits, 3 vol. (1923-1927)
  • Aricie Brun ou les Vertus bourgeoises (1924), Grand prix du roman de l'Académie française
  • Stendhaliana (1924)
  • Courrier littéraire II (1925)
  • Les livres du second rayon (1925)
  • Promenades pittoresques sur les bords de la Seine (1926)
  • L’enfant perdu (1926)
  • Éloge de la curiosité (1927)
  • Journal de bord (1927)
  • Esquisses et notes de lecture (1928)
  • Alfred de Musset (1928)
  • Promenades italiennes (1928)
  • L’art de former une bibliothèque (1928)
  • Romanesques et romantiques (1930)
  • Les occasions perdues (1931)
  • Épistoliers et mémorialistes (1931)
  • La marchande de couronnes (1932)
  • En Provence (1932)
  • Courrier littéraire : XVIIe siècle (1933)
  • Le pénitent de Psalmodi (1933)
  • Vers l’oasis en Algérie (1935)
  • Portraits de femmes, d’Héloïse à Marie Bashkirtseff (1935)
  • Tout va finir (1936)
  • Portraits de femmes, de Marie de France à Katherine Mansfield (1937)
  • Le livre de mon père (1938)
  • Recherche d’un château perdu (1941)
  • Le pèlerinage espagnol (1942)
  • Quatre nouvelles (1944)
  • Poètes français, 2 vol. (1944-1946)
  • Naissances (1945)
  • Courrier littéraire : XVIIIe siècle, 2 vol. (1945)
  • Beautés du Brésil (1946)
  • Courrier littéraire : XIXe siècle, autour de Chateaubriand (1948)
  • La rose de Bratislava (1948)
  • Courrier littéraire : XIXe siècle, Stendhal, Mérimée et leurs amis (1948)
  • Les fils de la louve (1949)
  • Tout va recommencer sans nous (1951)
  • Courrier littéraire III (1953)
  • Les Jours raccourcissent, poésies (1954)
  • Courrier littéraire : XIXe-XXe siècles, 2 vol. (1955-1956)
  • Au bord du temps (1958)
  • Rencontres en Ile de France (1958 Hachette - bibliothèque des Guides bleus)
  • On n’est pas perdu sur la terre (1960)
  • Raymonde Heudebert - Peintures, dessins, coécrit avec Jean Cassou et Claude Roger-Marx, Éditions Galerie du Cercle, Paris, 1979.

Notes et références

Notes

Références

  1. John Marcus, Nouveau roman : l'origine d'une expression, 2013.

Liens externes