Élisyques

(Redirigé depuis Élisyque)
Élisyques

Les Élisyques (Ἐλισύκοι -ων en grec, Elesyces en latin) sont un petit peuple de la région de Narbonne et de Béziers, installé de longue date, de culture et de langue ibériques. Ouvert aux influences hellénique puis celte, il a toutefois conservé l'essentiel de sa culture jusqu'à la colonisation romaine.

Historique

L'histoire des Élisyques s'écoule, selon les sources des historiens et de l'archéologie, du premier Âge du Fer (VIe s. av. J.-C.), ou peut-être même un peu avant, jusqu'à quelques décennies après la conquête romaine : la première fondation de Narbonne a lieu en 118 av. J.-C., il a dû falloir environ un siècle pour que disparaisse la culture autochtone.

On pense qu'il y a eu, sur le littoral languedocien et roussillonnais, une longue continuité de peuplement depuis le Néolithique, avec toutefois au début de l'Âge du Fer un début de différenciation entre deux groupes de populations, l'un à l'Est et l'autre à l'Ouest de la vallée de l'Hérault[1]. Installés à l'Ouest de ce fleuve, les Élisyques semblent être un peuple autochtone ("indigène")[2], même si, dans cette région-carrefour, les mouvements et brassages de population ont pu exister à diverses époques.

Jean Guilaine[3], à partir de l'étude des "dépôts launaciens", émet l'hypothèse qu'un peuple, qui pourrait être les Élisyques ou ses ancêtres, installé du littoral audois à la région de Montpellier, organisait au VIIe et au VIe s. av. J.-C. un commerce d'objets en bronze provenant d'autres régions de Gaule pour être diffusés ensuite par les navigateurs hellènes, italiques ou étrusques vers la Grande Grèce (Sicile en particulier).

Au VIe s., de nombreux éléments archéologiques en attestent, les Élisyques sont un peuple d'agriculteurs (céréales, vigne, élevage) et de pêcheurs. On parle, à leur sujet, de "civilisation des oppida". Ils semblent en effet s'être réfugiés sur les hauteurs pour se protéger du danger, représenté peut-être par la migration des Celtes "des champs d'urnes", venus d'Europe centrale et en route vers l'Espagne (vers 750 à 650 av. J.-C.). Cette vague celte, dont on a trouvé des traces (nécropoles) dans la plaine languedocienne, ne s'est pas implantée durablement.

A partir du VIe s., les oppida de Pech Maho (Sigean), le Moulin (Peyriac-de-Mer)[4], Montlaurès (Narbonne), la Moulinasse (Salles-d'Aude), Le Cayla (Mailhac), Bassanel (Olonzac), Ensérune (Nissan-lez-Ensérune), Béziers, La Monédière (Bessan), Cessero (Saint-Thibéry) et Montfo (Magalas) ont été des places fortes des Élisyques (avec plus ou moins de certitude pour certaines d'entre elles).

Montlaurès (près de Narbonne) était leur ville la plus importante. Au milieu du IIe s. av. J.-C., Narbonne est l'une des villes les plus florissantes et les plus importantes de Gaule[5]. Mais ces oppida semblaient être relativement indépendantes les unes des autres, tout en appartenant à la même culture.

Les Élisyques, selon les époques, ont également été implantés dans la plaine.

Leur territoire semble s'être étendu du Cap Leucate au Cap d'Agde, et à l'intérieur des terres du seuil de Naurouze et des Corbières à la moyenne vallée de l'Hérault. Cela jusqu'au IVe s.[6], date à laquelle la culture élisyque aurait perdu du terrain entre l'Hérault et l'Orb.

Les Élisyques ont été en contact avec les peuples commerçants de la Méditerranée (Phéniciens, Grecs) auxquels ils fournissaient des produits agricoles et des ressources minières provenant de leur territoire ou de régions plus éloignées (fer, argent, cuivre de la Montagne Noire, des Cévennes, des Corbières, de Bretagne...) et qui étaient acheminés jusqu'à leurs places commerciales où ils étaient échangés contre du vin, de l'huile d'olive et des céramiques. Ils échangeaient aussi leurs produits contre de l'outillage, des armes et des bijoux avec les régions celtisées du Sud-Ouest de la Gaule et d'Espagne.

Ce peuple n'apparaît mentionné qu'à trois reprises dans l'Antiquité. La plus ancienne mention remonte à Hécatée de Milet, qui entre la fin du VIe siècle av. J.-C. et le début du Ve siècle av. J.-C., dans son Périégèse (ouvrage disparu dont quelques fragments ont été compilés dans les Ethniques d'Étienne de Byzance), considère les Elesyces comme un peuple ligure[7].

En fait, selon D. Garcia[8], "ligure est le nom que les Grecs ont donné aux moins civilisés des peuples avec lesquels leurs entreprises colonisatrices en Méditerranée occidentale les ont fait entrer en contact", sans que cela représente une réalité ethnique. Le territoire du peuple ligure proprement dit semble s'être étendu du nord des Apennins à l'Arno et à l'ouest des Alpes.

Selon J. Jannoray, il y a "une indéniable unité originelle de la culture des oppida sur toute l'étendue de la plaine maritime, de l'Ebre à l'Arno" depuis la fin du Néolithique : la culture des haches polies, centrée sur l'agriculture, s'étend sur toute cette région jusqu'au Ier Âge du Fer.

Les Élisyques nous sont aussi connus par une mention d'Hérodote, "le père de l'Histoire", qui signale que des mercenaires gaulois (Élisyques) auraient servi dans l'armée carthaginoise en 480 av. J.-C., au moment du siège d'Himère (Sicile)[9].

Dans Ora maritima, Périple[10] d'Avienus, un auteur latin bien postérieur (IVe siècle ap. J.-C.) qui reprend la Périégèse d'Hécatée de Milet dit : « Autrefois, le peuple Elisyque habitait ces lieux, et la cité de Naro était la très grande capitale de leur puissance belliqueuse. Là, le fleuve Attagus[12] se précipite dans la mer. À côté se trouve le marais d’Hélicé[13]. À partir de là était Besara (Béziers) suivant le dire d'une ancienne tradition. Maintenant les fleuves Heledus (Lez) et Orobus (Orb) se glissent à travers des champs dévastés et des monceaux de ruines, indices d'une prospérité passée »[14]

L'archéologie a toutefois montré que le territoire des Élisyques ne s'est pas étendu au nord-est au-delà du fleuve Hérault.

Les Élisyques pourraient tirer leur nom du marais Hélicé (basse-plaine de l'Aude, étang de Capestang) qui constituait une portion non négligeable du centre de leur territoire. L'orthographe "Élysique" que l'on trouve souvent est erronée et sans doute influencée par l'attraction du mot Elysios (Ἠλύσιος, la Plaine élyséenne, les Champs élyséens) qui désignait chez les Grecs "le séjour édénique promis aux héros, aux hommes vertueux, ... placé aux confins de l'Océan [Atlantique] ... un lieu de félicité".

On observe, dans l'ensemble de la région peuplée d'Élisyques ainsi que dans les oppida roussillonnais, peuplés par les Sordes, trois périodes de civilisation : une période qui va du milieu du VIe s. au milieu du Ve où le style de vie indigène l'emporte ; puis, jusqu'au IIIe s., les apports helléniques sont un facteur décisif de progrès (habitat, céramique arrivée par les marchands d'Emporion (Empùries) à partir du Ve s. puis aussi de Massalia (Marseille) à partir du IVe), la civilisation des oppida conservant tout de même ses principales caractéristiques ; ensuite, cette région reste tournée vers la civilisation hellénique transmise par les marchands de Massalia (jusqu'à la fin du IIe), tout en subissant des influences celtiques de plus en plus perceptibles. L'arrivée des Romains change complètement la donne.

On voit que cette région, plus que le pays entre l'Hérault et le Rhône, a toujours été ouverte au commerce et aux cultures extérieures. Elle n'en a pas moins conservé sa personnalité.

La présence hellénique a avant tout été commerciale, par l'intermédiaire des cités helléniques fondées par les Phocéens, Massalia et Emporion. A noter aussi la présence d'Agathé Tyché (Agde), à la limite du territoire élisyque.

L'influence ibérique est réelle : les Élisyques avaient, semble-t-il, avec les tribus installées en Catalogne, une parenté de peuplement original et un mode de vie proche ; les uns et les autres parlaient la langue ibérique[15] ; les influences extérieures, helléniques ou celtes, ont agi sur eux de façon parallèle ; mais il ne semble pas y avoir eu de migration ibère vers le Languedoc, ni en tout cas d'unité politique entre ces deux régions.

Les Celtes (Volques), par contre, se sont implantés physiquement, se mêlant aux populations locales (tout en restant minoritaires).

C'est à partir de 218 av. J.-C. qu'arrivent les Volques. Ils comptent deux branches principales, les Volques dits Arécomiques, dont la capitale sera Nemausus (Nîmes) et les Volques Tectosages, dont la capitale sera Toulouse. L'ensemble des régions de plaine entre le Rhône et la Garonne sera ainsi occupé par les Volques.

Les Arécomiques et les Tectosages sont leurs tribus les plus importantes mais il en existait, semble-t-il, si l'on se base sur la découverte de monnaies, plusieurs autres, comme celle des Longostalètes, qui pourrait s'être installée dans la région de Béziers, celle des Seloncen (établissement géographique inconnu). Les Élisyques eux-mêmes continuaient à peupler la région sous la domination politique de chefs volques lesquels émettaient une monnaie portant le nom de tribu "Neroncen". Selon une hypothèse de Jürgen Untermann[16], cet ethnonyme serait d'origine celte mais ibérisé et ferait allusion à la tribu des Neri. Ces Neroncen auraient habité Montlaurès et peut-être d'autres oppida élisyques.

A cette époque-là, les Volques imposent leur pouvoir au peuple élisyque, sans pour autant bouleverser leurs coutumes. Moins nombreux que la population autochtone, ils semblent jouer le rôle d'une élite militaire et politique. Ils sont ouverts à la culture hellénique, tout autant que le sont les Élisyques.

L'arrivée des Romains à partir de 121 av. J.-C., par contre, mettra fin à la "civilisation des oppida". Le choix de Narbonne comme capitale de la province romaine est fortement lié à sa position de carrefour et à la prospérité du commerce qui y transitait. On ne sait si la conquête s'est faite sans coup férir ou par les armes mais il se peut qu'elle ait par la suite donné lieu à des révoltes[17]. En tout cas, les Romains imposent leur organisation politique et drainent la richesse économique de la région à leur profit, au détriment des commerçants massaliotes et des indigènes, en s'emparant des ports, en rénovant la Voie Héracléenne (qui devient Voie Domitienne), en s'appropriant les terres des indigènes et leur activité commerciale pour créer des colonies dans lesquelles ils installent leurs légionnaires vétérans et des plébéiens romains[18], en interdisant aux indigènes de cultiver la vigne et l'olivier, en leur imposant des taxes... Les oppida se dépeupleront peu à peu (leur abandon définitif est daté des premières décennies de notre ère), l'activité économique étant centrée dans la plaine, et le pouvoir et les mœurs romaines s'imposeront aux populations locales.

Notes et références

  1. Thierry Janin, Georges Marchand, André Nickels, Martine Schwaller, Odette et Jean Taffanel, "Les Élisyques et le Ier Âge du Fer en Languedoc", pp. 247-255, in "Peuples et territoires en Gaule méridionale. Hommage à Guy Barruol", Rencontres archéologiques de la Narbonnaise, supplément 35, 2003, édité par l'Université Paul Valéry, Montpellier.
  2. Jean Jannoray, "Ensérune, contribution à l'étude des civilisations préromaines de la Gaule Méridionale", 1955, Ed. E. de Boccard.
  3. "Narbonne avant Montlaurès ? Ou quand la Gaule déversait ses bronzes entre l'Aude et l'Hérault", Conférence de Jean Guilaine le 27/09/2017 dans le cadre des Rencontres Archéologiques de Narbonne.
  4. A ne pas confondre avec la nécropole du Moulin, au Cayla de Mailhac.
  5. Yves Solier, "Les échelles élisyques et le port romain de Narbonne", in "Narbonne et la mer, de l'Antiquité à nos jours", 1990, Musée Archéologique de Narbonne.
  6. Dominique Garcia, "La place de la vallée de l'Hérault dans l'ibérisation du Languedoc méditerranéen", Documents d'archéologie méridionale, 1993, volume 16, pp. 47-52.
  7. Étienne de Byzance, Les Ethniques, frag. 61 : "Elisyques : ethnos des Ligures. Hécatée dans l’Europe"
  8. Dominique Garcia, "Les Celtes de la Gaule Méditerranéenne. Définition et caractérisation", Actes de la table ronde de Budapest. 17-18 juin 2005.
  9. Sources : vers – 480, "chassé d'Himère, Terillos, fils de Crinippe, qui était tyran d'Himère, introduisit dans le pays, vers le même temps, une armée de Phéniciens (Φοινίκων), de Libyens (Λιβύων) , d’Ibères (Ἰβήρων), de Ligures (Λιγύων, Ligyens), d’Elisyques (Ἐλισύκων), de Sardoniens (Σαρδονίων > Sardes)) et de Kyrniens (Κυρνίων > Corses) - trente myriades d'hommes - avec leur général Amilcas, fils d'Annon, alors roi des Carchèdoniens, (Καρχηδονίων > Carthaginois)." Hérodote (H. VII, 165).
  10. Périple : genre littéraire antique qui décrit les étapes d’une navigation autour de la Méditerranée.
  11. Attagus est la prononciation « à la grecque » d’Atax, le nom latin de l’Aude
  12. Hélicé est un nom grec donné à l’étang de Capestang
  13. Avienus, Ora Maritima, v.579-587
  14. "Divers graffites témoignent fort bien que dès le IIIe s., au moins, la langue ibère était d'usage courant à Montlaurès." J. Jannoray dit la même chose au sujet d'Ensérune. Dans Yves Solier, Joseph Giry, "Les recherches archéologiques à Montlaurès, état des questions", p. 100, in. "Narbonne, Archéologie et Histoire, actes du XLVe Colloque de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon", Narbonne 1972. Édité par cette fédération en 1973.
  15. Jürgen Untermann, "Le nom de Narbonne et la langue de ses habitants", pp.163-169, in "Narbonne, Archéologie et Histoire, actes du XLVe Colloque de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon", Narbonne 1972. Édité par cette fédération en 1973.
  16. Dans Yves Solier, Joseph Giry, "Les recherches archéologiques à Montlaurès, état des questions", p. 102, in. "Narbonne, Archéologie et Histoire..."
  17. Compte-rendu de la table ronde tenue à l'issue du XLVe Colloque de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, Narbonne 1972. Pp 183-195. In "Narbonne, Archéologie et Histoire...", Édité par cette fédération en 1973.

Liens externes