Élevage bovin aux États-Unis

La photo couleur montre une vue de haut d'un troupeau de bovins encadré par des vachers à cheval.
Le travail des cowboys

L'élevage bovin aux États-Unis occupe une surface importante des terres agricoles.

Origine et histoire

Les Texas longhorns supportent le plein air par tous temps

Introduction de Bos taurus en Amérique

L'espèce Bos taurus n'existait pas à l'état naturel en Amérique. L'arrivée des premiers individus s'est faite au Mexique et au Pérou, par les conquistadores : ils ont donné essentiellement des races à viande (races du Rameau ibérique et du rameau blond et rouge). Une seconde vague a eu lieu au Canada et aux États-Unis, donnant des races à viande et laitières (races du rameau Celtique, du Rameau sans cornes et du rameau des Races bovines du littoral de la mer du Nord).

À partir de ces arrivées, des races locales ont été sélectionnées et croisées entre elles, donnant des races typiques. L'importation d'un grand nombre de races européennes a donné une variété immense de races. Certains ranchs travaillent avec une race créée sur place par leurs ancêtres. Ils ont parfois donné le nom du ranch à leur race.

Élevage à viande

Feed lot

L'élevage à viande reste longtemps extensif. C'est l'époque des grands troupeaux guidés par les cow-boys, avec des races aptes à s'engraisser entre le ranch d'origine et l'abattoir situé à plusieurs centaines de kilomètres de là. Depuis le XXe siècle, des races européennes plus productives ont été introduites, ainsi que des races de zébus africaines et indiennes : elles ont contribué à améliorer l'adaptation à la chaleur et la résistance aux parasites.
C'est également le pays qui a inventé les feed lots.

Actuellement, la tendance est de produire une viande plus maigre. Pour cela, on privilégie les races françaises au détriment des britanniques et on a introduit des races mixtes aptes à nourrir leurs veaux plus longtemps et intensivement.

Élevage laitier

Vache holstein

L'élevage laitier a été très tôt tourné vers l'intensification. Le travail de sélection mené en parallèle avec les croisements a permis de faire des gains de productivité énormes. Ce sont les races les plus productives au monde. Cette productivité est due aux quotas laitiers européeens : la production étant limitée en quantité, l'élevage européen a fait le choix de l'amélioration de la qualité : taux de protéines et de matière grasse du lait, adaptabilité des races à plusieurs systèmes...). On assiste aujourd'hui à des échanges de semence de part et d'autre de l'océan Atlantique. Les races européennes sont aujourd'hui améliorées en productivité par de la semence américaine : cas de la Holstein ou de la Brown swiss et les races américaines viennent chercher la qualité des races européennes.

L'élevage laitier est principalement localisé dans le nord-est et nord-ouest du pays, dans une région de grasses prairies bien arrosées qui rappellent les mêmes conditions que l'Angleterre ou les Pays-Bas, créateurs de races très laitières.

Production et effectifs

Races présentes

Races d'origine européennes

Races d'origines zébuines

Article connexe : Zébu.

Races créées aux États-Unis

Taureau braford

Notes et références

Annexes

Articles connexes

Lien externe