Élections sénatoriales françaises de 1946

Les élections sénatoriales de 1946 ont pour but d'élire, pour la première fois, les représentants au Conseil de la République. Elles ont lieu les et le . Elles se prolongent le 15 décembre, par l'élection dans les DOM puis par celle des sénateurs élus par l'Assemblée nationale, présentés par les partis politiques, et, au premier trimestre de l'année 1947, par l'élection des conseillers de la République dans les territoires colonisés d'outre-mer en Afrique et en Asie et des représentants des français à l'étranger.

Élections sénatoriales françaises de 1946

Sommaire

Résultats

Composition des groupes parlementaires :
  •      Communiste: 74 sièges
  •      Union républicaine et résistante: 15 sièges
  •      Socialiste: 64 sièges
  •      Union démocratique du manifeste algérien: 4 sièges
  •      Musulman algérien indépendant: 4 sièges
  •      Rassemblement des gauches républicaines: 42 sièges
  •      Mouvement républicain populaire: 76 sièges
  •      Républicains d'action sociale et paysanne: 5 sièges
  •      Républicains indépendants: 16 sièges
  •      Parti républicain de la liberté: 11 sièges
  •      Non-inscrits: 4 sièges

Les élections sont un triomphe pour les deux partis dominants de la vie politique française de la période : le Mouvement républicain populaire (MRP) et le Parti communiste français (PCF). Déjà, ces deux formations avaient remportées le plus de suffrages lors des élections législatives du mois précédent. Elles sont suivies par le Parti socialiste (SFIO) et le Rassemblement des gauches républicaines (RGR). Les partis de la droite traditionnelle, Républicains indépendants et Parti républicain de la liberté ne recueillent que peu d'élus.

L'élection[1] à la présidence du Conseil de la République le 24 décembre 1946 entérine la victoire du candidat MRP Auguste Champetier de Ribes face au communiste Georges Marrane, soutenu avec réticence par les socialistes. Le premier obtient 124 voix, le second en obtient 119. Le bureau est renouvelé le 14 janvier 1947. Les deux mêmes candidats sont en présence. Preuve d'un équilibre des forces précaire, ils obtiennent chacun 129 voix et ce n'est qu'au bénéfice de son âge que Champetier de Ribes est élu. Il meurt en mars 1947, et c'est une personnalité plus consensuelle qui lui succède : Gaston Monnerville. Il va présider le Sénat pendant vingt ans.

21 femmes sont élues (elles seront 22 en mai 1947) et sont ainsi les premières sénatrices de l’Histoire de France.

Composition des groupes parlementaires[2]
Groupe Sièges %
Mouvement républicain populaire 76 25
Communiste 74 24
Socialiste 64 20
Rassemblement des gauches républicaines 42 13
Républicains indépendants 16 5
Union républicaine et résistante 15 5
Parti républicain de la liberté 11 3
Républicains d'action sociale et paysanne 5 2
Union démocratique du manifeste algérien 4 1
Musulman algérien indépendant 4 1
Non inscrits 4 1

Sources

  • Jean-Pierre Rioux, La France de la Quatrième République, tome 1, Seuil, Paris, 1980, p. 158

Notes et références

Articles connexes