Élections régionales de 2009 en Saxe

Élections régionales de 2009 en Saxe
132 députés du Landtag
Majorité absolue : 67 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 510 336
Votants 1 830 819
52,16 %  −7,5
Votes exprimés 1 797 349
Votes nuls 33 470
2017-03-18 Stanislaw Tillich by Sandro Halank–1.jpg CDU – Stanislaw Tillich
Voix 722 983
40,22 %
 −0,9
Députés élus 58  +3
Hahn, André-1479.jpg Linke – André Hahn
Voix 370 359
20,61 %
 −3
Députés élus 29  −2
Thomas Jurk (aka).jpg SPD – Thomas Jurk
Voix 187 261
10,42 %
 +0,6
Députés élus 14  +1
HolgerZastrow.jpg FDP – Holger Zastrow
Voix 178 867
9,95 %
 +4,1
Députés élus 14  +7
2013-12-17 - Antje Hermenau - Sächsischer Landtag - 1412.jpg Grünen – Antje Hermenau
Voix 114 963
6,40 %
 +1,3
Députés élus 9  +3
Apfel, Holger Landtagsprojekt Sachsen 1330.jpg NPD – Holger Apfel
Voix 100 834
5,61 %
 −3,6
Députés élus 8  −4
5e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Stanislaw Tillich
CDU
Stanislaw Tillich
CDU

Les élections régionales de 2009 en Saxe (en allemand : Landtagswahl in Sachsen 2009) se tiennent le , afin d'élire les 120 députés de la 5e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. Du fait de la loi électorale, 132 députés sont élus.

Le scrutin est marqué par une nouvelle victoire de la CDU, qui stagne et ne récupère pas sa majorité absolue. Le ministre-président Stanislaw Tillich assure son maintien au pouvoir en formant une « coalition noire-jaune ».

Contexte

Aux élections régionales du , l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) — au pouvoir depuis et emmenée par le ministre-président Georg Milbradt — perd sa majorité absolue. Avec 41 % des voix, elle subit une lourde chute de 15 points et abandonne 21 députés.

Le Parti du socialisme démocratique (PDS), première force d'opposition depuis , et le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD), historiquement faible en Saxe, restent globalement stables. La déroute de la CDU profite donc au Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD), formation d'extrême droite qui recueille 9 % des suffrages, et au Parti libéral-démocrate (FDP), qui fait son retour au Landtag après dix ans d'absence. Il en va de même pour l'Alliance 90 / Les Verts, qui franchit de peu le seuil des 5 %. L'assemblée parlementaire réunit désormais six forces politiques, alors que seulement trois y siégeaient pendant les deux législatures précédentes.

Dans l'incapacité de former une « coalition noire-jaune » avec le FDP, Milbradt constitue une grande coalition avec le SPD, celle-ci était nettement déséquilibrée au profit de l'Union chrétienne-démocrate.

Le , Georg Milbradt, soumis à de fortes pressions en raison de la faillite puis la vente de la banque publique Sachsen LB dont il avait la responsabilité lorsqu'il était ministre des Finances, annonce son intention de démissionner. Il est remplacé six semaines plus tard par son ministre des Finances, Stanislaw Tillich.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 120 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel d'Hondt.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (en allemand : Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 60 circonscriptions ; la seconde voix (en allemand : Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 120 sièges est répartie à la proportionnelle sur la base des secondes voix uniquement, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land ou deux mandats au scrutin uninominal. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne

Principaux partis

Parti Chef de file Résultat en 2004
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Stanislaw Tillich
(Ministre-président)
41,1 % des voix
55 députés
Die Linke André Hahn 23,6 % des voix
27 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Thomas Jurk
(Ministre de l'Économie)
9,8 % des voix
13 députés
Parti national-démocrate d'Allemagne
Nationaldemokratische Partei Deutschlands
Holger Apfel 9,2 % des voix
12 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Holger Zastrow 5,9 % des voix
7 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Antje Hermenau 5,1 % des voix
6 députés

Sondages

Sondages en vue des élections régionales de 2009 en Saxe[1]
Institut Date CDU SPD Grünen FDP Linke NPD
IfM Leipzig 05/05/2009 41 % 14 % 6 % 10 % 20 % 5 %
FgW 21/08/2009 42 % 11 % 6 % 11 % 20 % 6 %
Infratest dimap 20/08/2009 38 % 13 % 6 % 11,5 % 21 % 4,5 %
Infratest dimap 12/08/2009 39 % 15 % 6 % 12 % 19 % 5 %
IfM Leipzig 16/07/2009 42 % 14 % 7 % 11 % 17 % 5 %
Infratest dimap 25/06/2009 40 % 13 % 6 % 12 % 20 % 5 %
Infratest dimap 14/05/2009 40 % 15 % 7 % 10 % 19 % 5 %
dimap 05/05/2009 42 % 13 % 6 % 11 % 18 % 5 %
IfM Leipzig 21/04/2009 43 % 18 % 6 % 9 % 17 % 4 %
IfM Leipzig 24/03/2009 42 % 18 % 6 % 9 % 17 % 5 %
aproxima 24/03/2009 49 % 15 % 5 % 5 % 21 % 4 %

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections régionales de 2009 en Saxe[2]
Partis Circonscriptions Sièges proportionnels Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 696 539 38,99 58 en augmentation 3 722 983 40,22 0 58 en augmentation 3
Die Linke (Linke) 398 899 22,33 2 en diminution 2 370 359 20,61 27 29 en diminution 2
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 206 646 11,57 0 en diminution 1 187 261 10,42 14 14 en augmentation 1
Parti libéral-démocrate (FDP) 218 926 12,25 0 en stagnation 178 867 9,95 14 14 en augmentation 7
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 137 623 7,70 0 en stagnation 114 963 6,40 9 9 en augmentation 3
Parti national-démocrate d'Allemagne (NPD) 100 105 5,60 0 en stagnation 100 834 5,61 8 8 en diminution 4
Autres 27 932 1,56 0 en stagnation 122 082 6,79 0 0 en stagnation
Votes valides 1 786 670 97,59 1 797 349 98,17
Votes blancs et nuls 44 149 2,41 33 470 1,83
Total 1 830 819 100 60 en stagnation 1 830 819 100 72 132 en augmentation 8
Abstentions 1 679 517 47,84 1 679 517 47,84
Nombre d'inscrits / participation 3 510 336 52,16 3 510 336 52,16

Analyse

Fief de la CDU, qui conquiert trois nouveaux sièges, la Saxe opère un léger virage au centre droit à l'issue de ce scrutin. Le FDP gagne en effet quatre points et double sa présence parlementaire. Cette progression permet d'envisager la formation d'une « coalition noire-jaune » au détriment de la « grande coalition », plus cohérente à l'approche imminente des élections fédérales[3].

L'extrême droite elle régresse au point de manquer de se faire bouter hors du Landtag. En perdant plus d'un tiers de ses suffrages, le NPD voit son audience décroître dangereusement dans ce Land à problèmes à priori vulnérable à la rhétorique populiste. C'est néanmoins la première fois que ses représentants sont reconduits lors de ce type d'élection[4].

À gauche, le SPD progresse peu et reste un acteur parlementaire de second rang tandis que la Linke, qui reste le deuxième parti du Land, voit ses résultats s'éroder. Ce recul profite principalement aux Grünen, dont le groupe parlementaire augmente de 50 %.

Conséquences

Le ministre-président Stanislaw Tillich est investi pour un second mandat de cinq ans le , après avoir formé une « coalition noire-jaune » qui constitue la première participation du FDP au gouvernement du Land depuis la réunification de 1990.

Notes et références

  1. (de) « Sonntagsfrage – Sachsen (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 9 octobre 2017).
  2. (de) « Wahl zum 5. Sächsischen Landtag am 30. August 2009 », sur www.statistik.sachsen.de (consulté le 10 octobre 2017).
  3. « Merkel prend une veste à un mois des législatives », TF1/LCI, 31/08/2009
  4. « Allemagne: revers régionaux pour Merkel à un mois des législatives », AFP, 31/08/2009

Voir aussi

Articles connexes