Élections régionales de 2009 en Hesse

Élections régionales de 2009 en Hesse
118 députés du Landtag
Majorité absolue : 60 députés
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 4 375 286
Votants 2 670 385
61,03 %  −3,3
Votes exprimés 2 591 872
Votes nuls 78 513
RKoch.jpg CDU – Roland Koch
Voix 963 763
37,18 %
 +0,4
Députés élus 46  +4
MJK00857 Thorsten Schäfer-Gümbel.jpg SPD – Thorsten Schäfer-Gümbel
Voix 614 648
23,71 %
 −13
Députés élus 29  −13
2013-02-27 Jörg-Uwe Hahn - 3098.JPG FDP – Jörg-Uwe Hahn
Voix 420 426
16,22 %
 +6,8
Députés élus 20  +9
2016-02-04 Tarek Al-Wazir - MdL Hessen - 3647-2.jpg Grünen – Tarek Al-Wazir
Voix 356 040
13,74 %
 +6,2
Députés élus 17  +8
Willi van Ooyen (Martin Rulsch) 2013-02-26 2.jpg Linke – Willi van Ooyen
Voix 139 074
5,37 %
 +0,2
Députés élus 6  0
18e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Roland Koch
CDU
Roland Koch
CDU
election.de

Les élections régionales de 2009 en Hesse (en allemand : Landtagswahl in Hessen 2009) se tiennent le , afin d'élire les 110 députés de la 18e législature du Landtag, pour un mandat de cinq ans. En vertu de la loi électorale, 118 députés sont finalement élus.

Le scrutin est marqué par une nouvelle victoire de la CDU, un effondrement du SPD à son plus bas historique en Hesse, et une percée du FDP. Le ministre-président Roland Koch est alors investi pour un troisième mandat à la tête d'une « coalition noire-jaune ».

Contexte

Aux élections régionales du , la CDU du ministre-président Roland Koch, au pouvoir depuis essuie un sérieux revers en rassemblant 36,8 % des voix, soit 12 points de moins qu'en , et 46 députés sur 110.

Parallèlement, le SPD d'Andrea Ypsilanti rate de peu la place de premier parti du Land avec 36,7 % des suffrages, soit une hausse de sept points, et 46 élus. Le FDP de Jörg-Uwe Hahn, partenaire traditionnel de la CDU, prend la troisième place en totalisant 9,4 % des exprimés, ce qui lui accorde 11 sièges. Il est suivi des Grünen de Tarek Al-Wazir et Kordula Schulz-Asche, qui passent donc à la quatrième place en réunissant 7,5 % des voix et neuf parlementaires. Enfin, la Linke, nouveau parti de la gauche radicale, parvient de justesse à faire son entrée au Landtag avec 5,1 % des suffrages, soit six députés.

Alors qu'aucune « coalition noire-jaune » ou « coalition rouge-verte » ne permet d'atteindre la majorité absolue, la formation d'une « grande coalition » est écartée. Le , un mois avant l'ouverture des travaux du Landtag, Ypsilanti annonce qu'elle ne constituera pas de « coalition rouge-rouge-verte » mais qu'elle est parvenue à un accord en vue de former un cabinet rouge-vert minoritaire toléré par la Linke, selon le « modèle de Magdebourg ». Toutefois, après qu'un député du SPD annonce qu'il ne soutient pas cette option, la laissant donc avec le soutien de l'exacte majorité absolue, elle renonce à postuler au vote d'investiture.

Ainsi à partir de la séance inaugurale de la 17e législature, Koch et son cabinet assurent la gestion des affaires courantes. C'est la troisième fois qu'une telle situation se produit, après les blocages issus des résultats électoraux de et .

Ne renonçant pas à sa volonté de prendre la suite de Koch, Ypsilanti convoque de nombreuses conférences régionales afin de sonder les militants du Parti social-démocrate. Il ressort de ces échanges que la base soutient majoritairement la stratégie initiale d'un gouvernement d'union avec l'Alliance 90 / Les Verts bénéficiant du soutien sans participation de Die Linke. Lors d'un congrès organisé le , plus de neuf mois après le scrutin, les dirigeants du SPD valident cette proposition. Alors que l'investiture est programmée au , trois députés sociaux-démocrates annoncent la veille qu'ils ne soutiendront pas la candidature d'Andrea Ypsilanti. Se soumettant tout de même au vote, elle échoue par 53 voix pour et 57 voix contre.

Alors que tous les partis s'accordent pour convoquer de nouvelles élections et dissoudre le Landtag, la chef de file du Parti social-démocrate renonce à une nouvelle candidature. Elle est remplacée le par Thorsten Schäfer-Gümbel. Les députés votent 11 jours plus tard la dissolution de l'assemblée par 99 voix pour.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 110 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare.

Chaque électeur dispose de deux voix : la première (en allemand : Wahlkreisstimme) lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 55 circonscriptions ; la seconde voix (en allemand : Landesstimme) lui permet de voter en faveur d'une liste de candidats présentée par un parti au niveau du Land.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 110 sièges est répartie à la proportionnelle sur la base des secondes voix uniquement, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne

Principaux partis

Parti Chef de file Résultat en 2008
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Roland Koch
(Ministre-président)
36,8 % des voix
46 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Thorsten Schäfer-Gümbel 36,7 % des voix
46 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis90/Die Grünen
Tarek Al-Wazir 9,4 % des voix
11 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Jörg-Uwe Hahn 7,5 % des voix
9 députés
Die Linke Willi van Ooyen 5,1 % des voix
6 députés

Sondages

Sondages en vue des élections régionales de 2008 en Hesse[1]
Institut Date CDU SPD Verts FDP Linke
Forsa 14/01/2009 41 % 24 % 13 % 15 % 4 %
Forschungsgruppe Wahlen 10/01/2009 41 % 25 % 13 % 13 % 5 %
Infratest dimap 08/01/2009 42 % 24 % 13 % 13 % 5 %
GMS 19/12/2008 41 % 25 % 13 % 13 % 5 %
Emnid 18/12/2008 43 % 24 % 11 % 13 % 5 %
Forsa 16/12/2008 42 % 23 % 12 % 13 % 6 %
Forschungsgruppe Wahlen 05/12/2008 41 % 26 % 12 % 12 % 5 %
Forsa 04/12/2008 41 % 23 % 14 % 13 % 6 %
Dernières élections 27/01/2008 36,8 % 36,7 % 9,4 % 7,5 % 5,1 %

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections de 2009 en Hesse
Partis Circonscriptions Listes Total des sièges
Votes % Sièges +/− Votes % Sièges Total +/−
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 1 083 174 41,98 46 en augmentation 18 963 763 37,18 0 46 en augmentation 4
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 767 068 29,73 9 en diminution 18 614 648 23,71 20 29 en diminution 13
Parti libéral-démocrate (FDP) 304 755 11,81 0 en stagnation 420 426 16,22 20 20 en augmentation 9
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 274 492 10,64 0 en stagnation 356 040 13,74 17 17 en augmentation 8
Die Linke (Linke) 117 300 4,55 0 en stagnation 139 074 5,37 6 6 en stagnation
Autres 33 635 1,30 0 en stagnation 97 921 3,78 0 0 en stagnation
Votes valides 2 580 424 96,63 2 591 872 97,06
Votes blancs et nuls 89 961 3,37 78 513 2,94
Total 2 670 385 100 55 en stagnation 2 670 385 100 63 118 en augmentation 8
Abstentions 1 704 901 35,68 1 704 901 35,68
Nombre d'inscrits / participation 4 375 286 61,03 4 375 286 61,03

Analyse

Si la CDU du ministre-président Roland Koch reste stable par rapport à , elle réalise un score moins élevé qu'annoncé par les sondages. Le SPD s'effondre lui complètement, recueillant son plus mauvais résultat depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce grave revers profite aussi bien au FDP, qui réalise son meilleur score régional depuis les élections de , qu'aux Grünen, qui battent eux aussi leur record régional, datant de . La crise politique de près d'un an ne porte pas préjudice à la Linke, qui maintient sa représentation parlementaire.

Conséquences

Roland Koch est investi ministre-président pour un troisième mandat le , à la tête d'une « coalition noire-jaune » dans laquelle Jörg-Uwe Hahn est vice-ministre-président et ministre de la Justice.

Notes et références

  1. (de) « Sonntagsfrage – Hessen (Wahlumfrage, Wahlumfragen) », sur wahlrecht.de (consulté le 10 décembre 2017).

Voir aussi

Articles connexes