Élections régionales de 1992 en Bade-Wurtemberg

Élections régionales de 1992 en Bade-Wurtemberg
146 députés du Landtag
(Majorité absolue : 74 députés)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 7 154 575
Votants 5 014 446
70,09 %  −1,7
Votes exprimés 4 949 199
Votes blancs et nuls 65 247
KAS-Teufel, Erwin-Bild-3592-2.jpg CDU – Erwin Teufel
Voix 1 960 016
39,60 %
 −9,5
Députés élus 64  −2
Dieter Spöri 2012.jpg SPD – Dieter Spöri
Voix 1 454 477
29,39 %
 −2,6
Députés élus 46  +4
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
REP – Rolf Schlierer
Voix 539 014
10,89 %
 +9,9
Députés élus 15  +15
Fritz Kuhn retouched.jpg Grünen – Fritz Kuhn
Voix 467 781
9,45 %
 +1,6
Députés élus 13  +3
Walter Döring.jpg FDP – Walter Döring
Voix 291 199
5,88 %
 0
Députés élus 8  +1
11e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Erwin Teufel
CDU
Erwin Teufel
CDU
election.de

Les élections régionales de 1992 dans le Bade-Wurtemberg (en allemand : Landtagswahl in Baden-Württemberg 1992) se tiennent le , afin d'élire les 120 députés de la 11e législature du Landtag pour un mandat de quatre ans. Du fait de la loi électorale, 146 députés sont finalement élus.

Le scrutin est marqué par la victoire de la CDU, qui perd sa majorité absolue acquise en , et la percée du parti d'extrême droite Les Républicains (REP). Le ministre-président Erwin Teufel se maintient au pouvoir après avoir formé une « grande coalition ».

Contexte

Aux élections législatives régionales du , la CDU du ministre-président Lothar Späth, alors au pouvoir depuis dix ans, confirme sa majorité absolue avec 66 députés sur les 125 que compte finalement le Landtag. Toutefois, en réunissant 49,1 % des suffrages exprimés, elle perd la majorité absolue en voix qu'elle avait conquis à chaque scrutin depuis .

Le SPD, qui a choisi comme nouveau chef de file le député fédéral Dieter Spöri, freine sa chute entamée en avec 32 % des voix et 42 parlementaires. Les Grünen confirment leur statut de troisième force politique en rassemblant 7,9 % des suffrages et dix sièges. Ils devancent donc une nouvelle fois le FDP, qui descendent à 5,9 % des exprimés, soit sept élus.

Späth est ensuite investi pour un quatrième mandat et forme un cabinet monocolore, dans lequel le ministre de l'Agriculture et de l'Environnement Gerhard Weiser est vice-ministre-président.

À la suite du scandale de « l'affaire du navire de luxe » (en allemand : Traumschiff-Affäre), Späth est contraint de remettre sa démission. Le journal Der Spiegel révèle que le ministre-président a fait du lobbying pour certaines entreprises en Allemagne de l'Est et en Chine après que celles-ci lui ont fait de nombreux cadeaux, dont des croisières luxueuses. Il est remplacé le par Erwin Teufel, président du groupe parlementaire.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 120 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de cinq ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Sainte-Laguë.

Chaque électeur dispose d'une voix, qui compte double. Elle est d'abord attribuée au parti politique dont le candidat est le représentant, puis elle permet de déterminer le score du candidat dans sa circonscription, le Land comptant un total de 70 circonscriptions.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 120 sièges est répartie en fonction de la première attribution, à condition qu'un parti ait remporté 5 % de ces voix au niveau du Land (les voix des candidats indépendants sont donc exclues de ce décompte). Cette répartition est ensuite répétée au niveau des quatre districts. Si un parti a remporté des mandats avec la deuxième attribution, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci. Les sièges restants sont ensuite comblés par les candidats des circonscriptions non-élus, dans l'ordre décroissant de leur résultat en pourcentage.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne

Principales forces

Parti Chef de file Résultats de 1988
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Erwin Teufel
(Ministre-président)
49,1 % des voix
66 députés
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Dieter Spöri 32,0 % des voix
42 députés
Alliance 90 / Les Verts
Bündnis 90/Die Grünen
Fritz Kuhn 7,9 % des voix
10 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Walter Döring 5,9 % des voix
7 députés

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections de 1992 en Bade-Wurtemberg
Parti Voix Sièges
Votes % MU1 +/- Liste Total +/-
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 1 960 016 39,60 64 en diminution 2 0 64 en diminution 2
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 1 454 477 29,39 6 en augmentation 2 40 46 en augmentation 4
Les Républicains (REP) 539 014 10,89 0 en stagnation 15 15 en augmentation 15
Alliance 90 / Les Verts (Grünen) 467 781 9,45 0 en stagnation 13 13 en augmentation 3
Parti libéral-démocrate (FDP) 291 199 5,88 0 en stagnation 8 8 en augmentation 1
Autres 236 712 4,78 0 en stagnation 0 0 en stagnation
Votes valides 4 949 199 98,70
Votes blancs et nuls 65 247 1,30
Total 5 014 446 100 70 en stagnation 76 146 en augmentation 21
Abstentions 2 140 129 29,91
Nombre d'inscrits / participation 7 154 575 70,09

Analyse

Conséquences

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes