Élections régionales de 1990 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie

Élections régionales de 1990 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie
237 députés du Landtag
(Majorité absolue : 119 députés)
Type d’élection Élection parlementaire
Corps électoral et résultats
Inscrits 13 036 004
Votants 9 353 712
71,75 %  −3,5
Votes exprimés 9 291 974
Votes blancs et nuls 61 738
Bundesarchiv B 145 Bild-F073494-0025, Bundespressekonferenz, Bundestagswahlkampf, Rau.jpg SPD – Johannes Rau
Voix 4 644 431
49,98 %
 −2,2
Députés élus 122  −3
KAS-Blüm, Norbert-Bild-6755-3.jpg CDU – Norbert Blüm
Voix 3 409 953
36,70 %
 +0,2
Députés élus 89  +1
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
FDP – Achim Rohde
Voix 535 656
5,76 %
 −0,2
Députés élus 14  0
Bhoehn.jpg Grünen – Bärbel Höhn
Voix 469 098
5,05 %
 +0,5
Députés élus 12  +12
11e législature du Landtag
Diagramme
Ministre-président
Sortant Élu
Johannes Rau
SPD
Johannes Rau
SPD
wahlergebnisse.nrw.de

Les élections régionales de 1990 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (en allemand : Landtagswahl in Nordrhein-Westfalen 1990) se tiennent le , afin d'élire les 201 députés de la 11e législature du Landtag pour un mandat de cinq ans. Du fait de la loi électorale, 237 députés sont finalement élus.

Le scrutin est marqué par la victoire du SPD, qui conserve sa majorité absolue acquise en . Le ministre-président Johannes Rau, au pouvoir depuis , est alors investi pour un quatrième mandat.

Contexte

Aux élections régionales du , le SPD du ministre-président Johannes Rau remporte la majorité absolue avec 52,1 % des suffrages exprimés — un record dans le Land — et 125 députés sur les 227 que compte finalement le Landtag.

Il devance largement la CDU de Bernhard Worms, qui s'effondre à 36,5 %, son plus bas historique à l'époque. Elle maintient ses 88 sièges mais dans une assemblée où le nombre d'élus croît de 26 par rapport au précédent mandat. Le FDP, expulsé du Landtag en faute d'avoir franchi la barre des 5 %, y fait son retour avec 6 % des voix, ce qui lui donne 14 parlementaires. À l'inverse, les Grünen échouent à entrer à l'assemblée avec 4,6 % des suffrages.

Rau est donc investi pour un troisième mandat et forme un cabinet monocolore de dix ministres dont le ministre des Finances Diether Posser est vice-ministre-président.

En , la CDU fusionne ses deux fédérations historiques de Rhénanie et de Westphalie-Lippe, pour constituer une fédération régionale unique. La présidence en est exercée par Kurt Biedenkopf, ancien secrétaire général fédéral.

À peine deux mois plus tard, Johannes Rau postule comme candidat du Parti social-démocrate à la chancellerie fédérale aux élections fédérales du . Le SPD réunit alors 37 % des suffrages exprimés et 193 sièges sur 519 au Bundestag, se classant deuxième. En Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il arrive en tête avec 43,2 % des voix et 62 députés sur 143. Rau renonce au rôle de chef de l'opposition parlementaire face à Helmut Kohl et conserve ses responsabilités dans le Land.

La CDU de Rhénanie-du-Nord-Westphalie change peu après de dirigeant : Biedenkopf cède en effet ses fonctions au ministre fédéral du Travail Norbert Blüm, ancien député fédéral de Rhénanie-Palatinat puis membre du gouvernement de Berlin-Ouest.

Rau procède à un ajustement ministériel le , au cours duquel Posser est débarqué du cabinet. Le ministre de l'Intérieur Herbert Schnoor prend alors sa suite en tant que vice-ministre-président.

Mode de scrutin

Le Landtag est constitué de 201 députés (en allemand : Mitglied des Landtags, MdL), élus pour une législature de quatre ans au suffrage universel direct et suivant le scrutin proportionnel de Hare.

Chaque électeur dispose d'une voix, qui compte double : elle lui permet de voter pour un candidat de sa circonscription, selon les modalités du scrutin uninominal majoritaire à un tour, le Land comptant un total de 151 circonscriptions ; elle est alors automatiquement attribuée au parti politique dont ce candidat est le représentant.

Lors du dépouillement, l'intégralité des 201 sièges est répartie en fonction des voix attribuées aux partis, à condition qu'un parti ait remporté 5 % des voix au niveau du Land. Si un parti a remporté des mandats au scrutin uninominal, ses sièges sont d'abord pourvus par ceux-ci.

Dans le cas où un parti obtient plus de mandats au scrutin uninominal que la proportionnelle ne lui en attribue, la taille du Landtag est augmentée jusqu'à rétablir la proportionnalité.

Campagne

Principales forces

Parti Chef de file Résultats de 1985
Parti social-démocrate d'Allemagne
Sozialdemokratische Partei Deutschlands
Johannes Rau
(Ministre-président)
52,1 % des voix
125 députés
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne
Christlich Demokratische Union Deutschlands
Norbert Blüm
(Ministre fédéral du Travail)
36,5 % des voix
88 députés
Parti libéral-démocrate
Freie Demokratische Partei
Achim Rohde 6,0 % des voix
14 députés

Résultats

Voix et sièges

Résultats des élections de 1990 en Rhénanie-du-Nord-Westphalie
Parti Voix Sièges
Votes % MU1 +/- Liste Total +/-
Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) 4 644 431 49,98 122 en diminution 3 0 122 en diminution 3
Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU) 3 409 953 36,79 29 en augmentation 3 60 89 en augmentation 1
Parti libéral-démocrate (FDP) 535 656 5,76 0 en stagnation 14 14 en stagnation
Les Verts (Grünen) 469 098 5,05 0 en stagnation 12 12 en augmentation 12
Autres 232 836 2,51 0 en stagnation 0 0 en stagnation
Votes valides 9 291 974 99,34
Votes blancs et nuls 61 738 0,66
Total 9 353 712 100 151 en stagnation 86 237 en augmentation 10
Abstentions 3 682 292 28,25
Nombre d'inscrits / participation 13 036 004 71,75

Analyse

Conséquences

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes